vendredi 28 décembre 2007

France Culture : Travaux Publics en famille : De la Hongrie à la France à écouter sur le site de France Culture

Nous poursuivons, ce soir, notre semaine spéciale en compagnie de deux familles franco-hongroises les Boulet-Stefan et les Ginsztler-Bertrand. Hajnalka Boulet-Stefan est originaire de la Transylvanie, région qui fait aujourd'hui partie de la Roumanie mais qui appartenait à la Grande Hongrie avant 1920 et le Traité de Trianon et toute sa famille. Krisztina Ginsztler-Bertrand est née à Budapest et est aujourd'hui installée à Vernouillet avec sa petite famille, c'est là que nous les avons rencontrés, toutes deux avec leurs enfants, le mardi 18 décembre dernier.
Source France-Culture

L'émission a été diffusée le mercredi 26 à 18 h 30 pour l'émission "Travaux publics" sur France-Culture.
Rappelons que Hajnalka et Krisztina sont les animatrices de l'Association pour une école hongroise.
Pour ceux qui n'auraient pu écouter l'émission mercredi 26, il suffit de cliquer sur le lien de l'émision Travaux Publics

mercredi 26 décembre 2007

L'espace Schengen, c'est pas tout rose

"Avec des feux d'artifice et le démantèlement symbolique de points de passage frontières à travers l'Europe de l'est, neuf des nouveaux Etats membres de l'Union européenne ont rejoint vendredi l'espace Schengen, une zone de libre circulation des personnes.

La suppression des contrôles aux frontières est une bonne nouvelle pour les ressortissants des Etats membres de l'Union européenne, pour les personnes en voyage d'affaires et pour les touristes. La Hongrie, la Pologne, la Slovaquie et la Slovénie ont rejoint l'espace Schengen. Cependant la plupart des réfugiés et des demandeurs d'asile, vivant dans ces pays situés à la frontière orientale de l'Union européenne, seront déçus s'ils croient que ce changement est synonyme pour eux de nouvelles opportunités et de nouvelles libertés." La suite sur Newspress.fr

lundi 24 décembre 2007

Produits hongrois à Paris, ailleurs et sur internet

Attention ! Cet article date de 2007. Des établissements ont fermé, d'autres ont ouvert, des coordonnées ont changé. J'ai gardé cet article pour ses commentaires mais vous trouverez sa mise à jour et les bonnes adresses sur Produits hongrois à Paris ou ailleurs en 2012

*******
Avant les fêtes, il est essentiel de faire le point complet sur les épiceries qui vendent des produits hongrois à Paris.
D'abord ces savoureuses informations de Klari qui sait tout des bons musiciens à Paris, et qui, nous guide quotidiennement dans la jungle des concerts au travers de son Klariscope . Elle sait forcément tout de la petite musique si spirituelle des mets magyars."

- l'épicerie polonaise Ronalba (rue du Fbg Saint-Denis, au niveau du New Morning) : vendent du Tokaji, de l'Unicum (houhou!), de l'Hubertus, du salami d'hiver, du bon csabai kolbasz, des cornichons à la hongroise, du sang de taureau, etc... un régal. Et ils sont très sympas.

- le Tastemonde, rue de Surène (Madeleine), proposent un excellent Gere Attila , Kékoporto de Villanyi.
Miam. Je vous transmets ces adresses car j'ai mis un peu de temps à trouver du vin hongrois non-tokaji... Même les grands cavistes comme lavinia n'ont pas autre chose que du Tokaji.
"Le Tastemonde : 8 rue de Surène 75008 Paris Tel : 01 42 66 19 89
Adresse e-mail : madeleine-info@letastemonde.com
www.letastemonde.com/

L'occasion de rappeler aussi quelques bonnes adresses pour trouver des produits hongrois

Ronalba 60 rue du Faubourg Saint Denis 75010 PARIS tél 01 47 78 98 38

Globus Star 76 r Château d'Eau 75010 PARIS tél 01 47 70 01 06 ou 01 48 24 20 82

Globus Star 50 r Simplon 75018 PARIS tél 01 42 55 23 20

Globus Star 14 av Claude Vellefaux 75010 PARIS tél 01 42 38 30 06 ou 01 42 38 32 06

Izrael 30 r François Miron 75004 PARIS 01 42 72 66 23 chez qui j'ai pu trouver l'indispensable (à mon équilibre personnel) tarhonya au prix de 4,50 € les 500 grammes de la marque pásztortűz tarhonya

Pâtisserie viennoise 8 rue de l'École de Médecine 75006 PARIS - On y trouve d'excellentes pâtisseries hongroises (kiflis, beiglis, etc.)

J'ai aussi trouvé, après de longues recherches, (vous connaissez mon côté obsessionnel) le "pásztortűz tarhonya" avec la mention "Előre pirított" (précuites), au prix de 3 € 80 les 500 grammes, chez Panzer Dimitri, 26, rue des Rosiers 75004 Paris tél. 01 40 27 82 75
La même boutique peut vous fournir des töpörtyű, du kolbász, du salami et du kovászos uborka, etc. La boutique est tenue par le fils Panzer, mais si un jour vous tombez sur le père qui y passe quelques fois, vous pourrez lui présenter vos exigences en langue hongroise (il la parle très bien, puisqu'il est originaire de Hongrie).

On peut trouver aussi du :
- Körözöt : fromage au paprika
- Goulasch hongrois ou polonais
Chez Sacha Finkelsztajn, 27, rue des Rosiers tél. 01 42 72 78 91
http://finkelsztajn.com/

Enfin on peut acheter aussi via internet toute une gamme très riche de produits hongrois aux Saveurs de Hongrie : http://www.saveurs-de-hongrie.com/

Et aussi une ancienne institution du côté de Strasbourg propose toujours sur internet une gamme de produits hongrois très variée http://www.hongrie-gourmande.com

Une dernière précision : beaucoup de ces boutiques vendent du pavot indispensable pour la fabrication des Beiglis au pavot (roulé au pavot). Attention !! Une autre précision concernant le pavot : il faudra disposer d'un moulin à pavot (ou d'un ustensile s'y apparentant) pour préparer vos beiglis. En effet, le pavot vendu dans le commerce ne peut être consommé tel quel pour les pâtisseries, il devra avoir été mouliné au préalable afin de livrer toute sa saveur.

Restaurant : Au Petit Budapest 96, rue des Martyrs 75018 Paris restoparis.com


Produits hongrois : épicerie, pâtisseries, vins etc.

J'ai reçu sur le présent blog cette information suffisamment importante pour en faire une large diffusion. Je rajoute donc cette bonne adresse à ma petite liste constituée à l'usage des gourmands.

Il existe à Strasbourg une vénérable institution - L'Atelier Magyar - proposant une gamme tout à fait satisfaisante de produits artisanaux et alimentaires hongrois, à des prix tout à fait acceptables,

Surtout, cette vieille maison dispose d'un site internet de vente par correspondance http://www.hongrie-gourmande.com
sur lequel vous trouverez de quoi satisfaire vos envies gourmandes et hongroises (ils sont également présents sur certains salons)

Espérant avoir été utile

samedi 22 décembre 2007

Musique d'Europe centrale à la Médiathèque de Saint-Cloud le samedi 19 janvier 2007

La Médiathèque municipale de Saint-Cloud (92) propose
Samedi 19 janvier à 17H30
Musique d’Europe Centrale

Balázs Dongó Szokolay
Cornemuses, flûtes ethniques
Saxophone soprano
Chant de guimbarde

Bolya Mátyás
Koboz, Citera
Entrée gratuite dans la limite des places disponibles.
Fermeture des portes dès le début du concert.
Médiathèque municipale
« Jardin des Avelines » - 60 rue Gounod – 92210 Saint-Cloud
Renseignements au 01.46.02.80.97
http://www.mediatheque-saintcloud.fr/
Pour se rendre à la Médiathèque municipale :
Gare SNCF St-Lazare dir. Versailles arrêt St. Cloud
ou/ Métro ligne n°10 Pont de St. Cloud puis Bus n°160, 460, 467 arrêt Magenta

Le duo Dongó - Bolya

Balázs Dongó Szokolay
Multi-instrumentiste et spécialiste mondialement recherché de la musique d’Europe Centrale, il est aussi un célèbre improvisateur de musiques inspirées des sources traditionnelles sur cornemuses, flûtes ethniques et saxophone soprano. Il a obtenu en 1994 la plus grande distinction en la matière : le titre de « maître d’art traditionnel». Il a joué dans les orchestres les plus divers comme Kündü, Magyar Dudazenekar, Vasmalom, Dél-alföldi Szaxofonegyüttes... Il participe à de nombreuses productions théâtrales et chorégraphiques (Krétakör, Théatre Jel de Joseph Nadj…), se produit à travers le monde, du Japon aux Açores, du Canada au Portugal, de l’Angleterre à l’Australie… Il a enregistré plus de 30 CD.

Bolya Mátyás
Joue sur « Koboz » (un instrument entre le oud et le luth) et sur « Citera » (dulcimer hongrois). Spécialiste du Koboz tel qu’il était pratiqué dans la province moldave de Roumanie, il s’intéresse également à la musique bulgare, turque, grecque et à la musique ancienne. Reconnaissable entre tous par son style très personnel issu de la reconstruction des différentes façons de jouer d’autrefois, il s’inspire en même temps des jeux d’improvisation du oud. Son ensemble « Karpatia » a été primé par la Radio Hongroise en 2002.
Balázs Dongó Szokolay et Bolya Mátyás sont les deux accompagnateurs privilégiés de la célèbre chanteuse hongroise Márta Sebestyén.

vendredi 21 décembre 2007

La Hongrie se rapproche de certaines de ses minorités

"L'entrée de la Hongrie dans l'espace Schengen, vendredi 21 décembre, représente un sentiment d'achèvement pour les Hongrois après leur adhésion à l'Union européenne (UE) en 2004. Mais la spécificité hongroise, c'est l'impact de cet élargissement sur les relations de ce pays avec ses minorités outre-frontières - quelque 3,5 millions de personnes dans les sept pays voisins." Suite de l'article sur Le Monde du 20 décembre 2007

Clochemerle en Autriche-Hongrie

ESPACE SCHENGEN • Querelle de clochers sur fond d'élargissement

Tandis que, côté hongrois, on se prépare à l'ouverture des frontières du 21 décembre en démontant un décor de triste mémoire, côté autrichien, on installe des obstacles administratifs et matériels, s'indigne un journal de Budapest.
Dans le nord-ouest de la Hongrie, l'ouverture historique des frontières risque de dégénérer en une querelle de voisinage avec nos "cousins" autrichiens. Alors que les Hongrois aimeraient que la frontière puisse être franchie sans contrainte, l'hôtelier et le premier élu de Mörbisch (Fertomeggyes en hongrois) ne se réjouissent nullement de son ouverture. Ils craignent une baisse de bénéfice dès lors que leurs hôtes pourront entrer librement en Hongrie pour y dépenser leur argent.
Suite de l'article paru dans Courrier International

mercredi 19 décembre 2007

Soirée des Mardis hongrois de Paris du 18 décembre 2007 : les photos

Belle soirée gourmande ! Beiglis et sourires, bavardages et échafaudages de projets 2008, étaient au menu de cette dernière soirée de l'année 2007 des Mardis hongrois de Paris.
Reprise des soirées le 8 janvier 2008
Et en attendant

Kellemes ünnepeket kivánok - Bonnes fêtes à toutes et tous !

D'autres photos sur le site photos des Mardis hongrois de Paris

mardi 18 décembre 2007

Les gardes-frontières hongrois bientôt sans frontières à garder

(De Sàtoraljaùjhely, Hongrie) Le lieutenant-colonel Imre Hoffmann ne dort plus et a perdu six kilos. Vingt ans qu'il sert comme garde-frontière. Alors l'entrée de son pays, la Hongrie, dans l'espace Schengen lui donne des insomnies: dans une semaine, les contrôles aux frontières intérieures terrestres européennes disparaîtront.


Sàtoraljaùjhely. Le 20 décembre à 23h58, on fermera la frontière hongro-slovaque. A minuit, on l'ouvrira. Gardes slovaques et hongrois écouteront les hymnes nationaux, puis l'hymne européen. Faudra-t-il donner aussi le solennel "In Szilencium"? Imre hésite. D'où les insomnies.

La suite de l'article sur la Rue89.com

La Hongrie a ratifié le traité de Lisbonne

Budapest a grillé la politesse à tous ses partenaires. Alors que la France et la Pologne espéraient être les premières à ratifier le traité de Lisbonne, c’est la Hongrie qui l’a fait hier soir par trois votes séparés, tous emporté avec une « majorité écrasante » nous dit l’AFP. La Constitution hongroise a, en effet, était modifié dans la même soirée afin de la rendre compatible avec le traité signé à Lisbonne le 13 décembre ? « L’histoire européenne nous dicte que la réponse aux problèmes historiques est une entente historique », a déclaré le Premier ministre hongrois, Frenc Gyurcsany. À méditer.
Libération du 18 décembre 2007

Rappelons que le traité de Lisbonne reprend complètement les termes d'un projet de constitution qui avait été largement rejeté par les peuples français et hollandais par référendum en 2005.

"Le Traité de Lisbonne, approuvé le 19 octobre dernier dans la capitale portugaise après des mois de très laborieuses négociations, remplace le projet de constitution rejeté par les Français et les Néerlandais en 2005, et devrait entrer en vigueur au 1er janvier 2009, après ratification par les 26 autres Etats membres.
Si le texte reprend des pans entiers de la Constitution, censés faciliter les décisions dans une Union européenne passée depuis 2004 de 15 à 27 pays, il lui manque le mot Constitution, la référence à un drapeau et hymne européens ou l'intégration in extenso d'une grande Charte des droits fondamentaux des citoyens européens."
Romandie News du 17 octobre 2007

Journée d'action contre la privatisation de la sécurité sociale en Hongrie

Après une journée d'action suivie par près de 32.000 salariés en Hongrie pour protester contre un projet de privatisation partielle [à 49 %] du système d'assurance santé, seuls les cheminots poursuivaient leur grève lundi soir, a constaté l'AFP à Budapest.
Plus de 3.500 employés des chemins de fer, les enseignants d'une centaine d'écoles et les personnels de santé avaient cessé le travail dans la matinée, certains débrayant juste pour quelques heures à l'appel des organisations syndicales opposées aux projets du gouvernement de coalition socialiste-libéral.
Les agriculteurs ont bloqué certains grands axes routiers avec leurs machines agricoles et tracteurs, provoquant des embouteillages.
Les employés de l'aéroport de Budapest ont observé une grève de deux heures, qui n'a cependant pas affecté les vols.
La suite de l'article sur Romandie News

dimanche 16 décembre 2007

Soirée des Mardis hongrois de Paris - 18 décembre 2007

Prochaine soirée des Mardis hongrois de Paris le 18 décembre 2007 à partir de 20 heures à la brasserie "A Saint-Jacques" 10, rue Saint Martin 75004 Paris Métro Châtelet. Toute l'information et les photos de la dernière soirée sont visibles sur le site http://monsite.orange.fr/mardishongrois/
Rendkivül finom mákos és dios beigli rendelhetö karácsonyra,
Des beiglis au pavot et aux noix, exceptionnellement délicieux, peuvent être commandés pour Noël (ou avant). Une livraison pourra être faite lors des prochains Mardis hongrois de Paris le 18 décembre 2007. A déguster sans modération aucune.
Commandes à passer au plus tard dimanche 16 décembre. Ecrire à mardishongrois@laposte.net

jeudi 13 décembre 2007

La garde hongroise fait encore parler d'elle

Les membres de la Garde Hongroise, association semi-militaire à caractère raciste, ont déclaré qu'ils feraient une tournée nationale pour "la sécurité publique" de la campagne. La première démonstration avait été prévue pour le 9 décembre à Tatárszentgyörgy à 60 km de Budapest.
La suite de l'article sur Le petitjournal.com

Selon divers articles de la presse hongroise, la manifestation du 9 décembre revêtait un caractère ouvertement anti-tzigane. Le président de la république hongroise, László Sólyom a vigoureusement comdamné cette manifestation. Voir article en hongrois sur HVG.HU

mercredi 12 décembre 2007

Soirée des Mardis hongrois de Paris du 11 décembre 2007 : les photos


Belle soirée passée en compagnie de Sylvain Jouty qui présentait son ouvrage "Celui qui vivait comme un rhinocéros - Alexandre Csoma de Kőrös (1784-1842) le vagabond de l'Himalaya" Conversations à bâtons rompus autour du personnage de Csoma de Kőrös, de la montagne, de la langue hongroise, du travail d'écrivain, de la géopolitique du début du XIXè siècle...

Voir aussi l'article ci-dessous.

Prochaine soirée des Mardis hongrois de Paris le 11 décembre 2007 : Invité Sylvain Jouty

Les Mardis hongrois invitent

Sylvain Jouty

le mardi 11 décembre 2007 à 20 h

Brasserie A Saint Jacques, 10 rue Saint Martin 75004 Paris - Métro Châtelet ou Hôtel de Ville

pour son roman

"Celui qui vivait comme un rhinocéros - Alexandre Csoma de Kőrös (1784-1842) le vagabond de l'Himalaya"

Roman géographique, ethnologique, linguistique ou Odyssée invraisemblable ? Sándor (Alexandre), cet Ulysse du XIXème siècle poursuit avec un acharnement insensé un rêve qui le conduira de sa Transylvanie natale aux confins d’un Orient mythique autant qu’inexploré. Lequel est le plus fou ? Alexandre Csoma ou Sylvain Jouty qui nous entraîne avec force détails érudits dans cette aventure palpitante ?

La présentation de l'éditeur

C'est l'histoire véridique d'un personnage extraordinaire, au destin ironique et à la gloire involontaire. Parti sans un sou pour trouver en Asie centrale les origines de la langue hongroise, Alexandre Csoma de Kőrös (1784-1842) a fondé la tibétologie, par le hasard d'une rencontre avec un vétérinaire-explorateur, qui le charge d'établir un dictionnaire tibétain. Son université ? Une cellule sans chauffage du Zanksar, la région la plus sauvage de l'Himalaya, où Csoma de Kőrös est le premier Occidental à pénétrer.

Son travail presque achevé, il rejoint l'Inde anglaise, où on le prend d'abord pour un espion. Mais rapidement l'Asiatic Society, soucieuse de profiter de son savoir, se décide à l'engager, à le rétribuer. Csoma répond avec hauteur : «Si j'étais riche, j'aurais considéré comme un honneur de payer pour accomplir une tâche aussi agréable. Ne l'étant pas, je ne puis accepter aucune somme pour cela.»Alors qu'il se décide à reprendre sa quête linguistique avec, enfin, une chance d'aboutir, le savant obstiné meurt aux portes du Tibet.

Des Carpates à l'Himalaya, le parcours singulier de cet ascète est aussi un fabuleux voyage à travers les langues, les civilisations, les religions, à la rencontre d'autres individus hors du commun, et à l'orée du «Great Game» pour la maîtrise de l'Asie.Nul doute, Alexandre Csoma de Kőrös n'est pas un homme de notre temps. Mais il est peut-être celui de l'avenir.

Sylvain Jouty, né en 1949, a publié cinq romans et trois recueils de nouvelles, la plupart chez Fayard.

Auteur : Sylvain Jouty
Genre : Romans et nouvelles - français
Editeur : Fayard, Paris, France
Collection : Littérature française
Prix : 20.00 €


Le prince et le moine de Róbert Hász

Vient de paraître en septembre aux éditions Viviane Hamy
Titre original "A künde" Traduit du hongrois par Chantal Philippe
Prix : 22€

Résumé du livre
Aux origines, des tribus magyares qui peuplaient le bassin des Carpates étaient soumises à l'autorité de deux princes : le Gyula, qui possédait le pouvoir temporel et veillait sur les hommes, et le Künde, qui veillait sur les âmes. Au Xe siècle, l'Europe centrale est au coeur de toutes les convoitises : Rome et Byzance se partagent les territoires tandis que la menace germanique croît inexorablement. Dans ce même temps, les Magyars ont vécu une tragédie fatidique : le Künde Kurszan, attiré dans un piège, a été assassiné ainsi que son fils ; depuis cet événement les Magyars n'ont plus d'instance spirituelle et errent tels des enfants désemparés. Confronté à l'extension de l'empire germanique, le pape choisit un émissaire en la personne de Stephanus, un bénédictin de l'abbaye de Saint-Gall, et la charge de rejoindre les terres barbares pour remettre au Gyula un message, en fait une proposition d'alliance entre l'Eglise romaine et les Magyars afin de contrer le pouvoir de l'empereur Othon. A peine arrivé à la frontière du monde chrétien, Stéphanus est fait prisonnier ; sans la moindre explication, il est renvoyé, balloté d'une tribu à une autre, sans qu'on lui donne la possibilité de rencontrer le prince et de remplir son office. Le mystère s'épaissit de jour en jour, de mois en mois, tandis que Stéphanus découvre les tribus qui l'hébergent et le traitent avec le plus grand respect...

Une critique dans Télérama

mardi 11 décembre 2007

Le choeur de Compostelle -3 concerts 14, 15 et 20 décembre 2007

Disparition d’András Szöllösy

Le 6 décembre, András Szöllösy est décédé. Il était âgé de 87 ans. Considéré comme l’un des compositeurs hongrois post-Bartók les plus importants, avec Ligeti et Kurtág, son nom commence à circuler après le succès parisien de son Concerto n°3 dans les années 70.

lundi 10 décembre 2007

Marché de Noël Vendredi 14 décembre 2007 à 15h00 Institut Hongrois de Paris

Après le succès du Marché de Noël de l’année précédente, nous vous invitons de nouveau à l’Institut Hongrois pour vous faire découvrir des cadeaux de Noël originaux et uniques à offrir à vos proches. Nous vous attendons avec une sélection d’articles d’artisans hongrois.
Si vous êtes artisan et vous souhaitez mettre en vente vos articles, contactez-nous à l’adresse : noel@instituthongrois.fr

Institut hongrois de Paris
92, rue Bonaparte 75006 Paris
Tél. : 01 43 26 06 44
Métro : Saint-Sulpice • Mabillon Bus : 58, 84, 89
instituthongrois@wanadoo.fr
http://www.instituthongrois.fr/

dimanche 9 décembre 2007

A ne pas manquer !!! FESTIVAL DE LITTÉRATURE HONGROISE aujourd'hui 9 décembre 2007 à l'Institut hongrois de Paris

Institut hongrois,
92, rue Bonaparte 75006 Paris
Tel: 06 63 70 58 96
Entrée libre

Après une première journée passée au festival de littérature hongroise, hier samedi, je ne peux que vous recommander chaudement de venir aujourd'hui assister à la seconde journée. Des débats passionnants sur de nombreuses facettes de la littérature hongroise, les parutions nouvelles avec leurs auteurs, éditeurs alternent avec des textes plus classiques. Et des moments de pur bonheur : les débats sont entrecoupés d'intermèdes musicaux d'une rare qualité avec la musique hongroise du groupe Fonó Zenekar qui interprète toute une palette de morceaux authentiquement populaires de diverses époques.

Une manifestation rare à ne manquer sous aucun prétexte !!!

Deuxième journée dimanche 9 décembre 2007

11h - Découvrir le théâtre contemporain
Rencontre avec András Forgách, dramaturge et romancier, lauréat du Prix Tibor Déry 2007 en compagnie de Laurent Maindon, metteur en scène et traducteur des pièces de théâtre d'András Forgách, Anna Lakos, spécialiste du théâtre hongrois, Jean-Pierre Thibaudat, critique de théâtre, conseiller artistique du Festival Passage de Nancy.
Le francophone András Forgách est un artiste au multiple talent : auteur de théâtre, romancier, traducteur littéraire, metteur en scène, journaliste. Pour son dernier roman paru cette année, il a été récompensé du Prix Tibor Déry et recevra, la veille du Festival, le non moins prestigieux Prix Milan Füst.
Lecture par Laurent Maindon

15h - Nouvelles parutions II.
Rencontre avec Attila Bartis autour de son roman "La Tranquillité" (Actes Sud) en compagnie de Martina Wachendorff, éditrice, Maria Maïlat, romancière, auteur de "Les cuisses de Kafka" (Fayard), Natalia Zaremba-Huzsvai, traductrice littéraire, Charles Zaremba, traducteur littéraire." Attila Bartis parvient superbement à exprimer les prisons intérieures grâce à une écriture tendue à l'extrême. Il réussit un magnifique roman où histoire, politique et destins personnels se croisent et convergent infailliblement jusqu'au désastre. " (extrait de la critique de Lire Magazine).
Lecture par Charles Zaremba

17h - Dialogue littéraire franco-hongrois
Avec la participation de Michka Assayas, Alain Fleischer, András Forgách, Ilona Kovács, Miklós Vámos, Ibolya Virág.

20h - L'Age d'Or de la Littérature II.
Sándor Márai et ses contemporains: Géza Csáth, Milán Füst, Dezsö Kosztolányi.Second volet de la filiation littéraire de l'écrivain et panorama de le vie littéraire de son époque.
Lecture d'extraits par Serpentine Teyssier, comédienne.
Commentaires par Ilona Kovács, universitaire, Ibolya Virág, éditrice, Frédéric Cambourakis, éditeur.
Musique hongroise par Fonó Zenekar
Table ronde suivie d'un cocktail : dégustation de spécialités hongroises
Après les tables rondes, les écrivains dédicaceront leurs ouvrages.
_____________________________________________________________
Commissaire: Ibolya Virág, assistée de Laurence Gudin.
Manifestation réalisée par l'Association Dialogues France-Europe centrale, Christine Poncet, Présidente, en partenariat avec l’Institut Hongrois et soutenue par le Ministère de la Culture et l'Ambassade de Hongrie.

vendredi 7 décembre 2007

Adam Biro Karin Biro-Thierbach - Toi et moi je t’accompagne Entre Königsberg et Kaliningrad, nous cherchons de l'ambre et des racines




13,5 x 20 cm – 144 pages –
ISBN 2-913904-37-8 – 15 €

Le temps d’un voyage, sur les traces d’un passé balayé par l’histoire, Adam Biro et sa femme Karin tiennent un journal à deux voix. Ils nous content une plongée dans l’histoire de Königsberg devenue l’enclave russe de Kaliningrad. Lui écrit en français, elle en allemand, sa langue maternelle, dont le texte est traduit. Les deux textes sont imprimés tête-bêche en un seul volume.
« Nous sommes au bord de la Gilge, de la Matrosovska. Un jardin devait dans le temps entourer l’église. À présent, la mauvaise herbe recouvre tout. Un paysan russe se précipite et nous explique, menaçant (pourquoi ?), qu’il a tout nettoyé ici avec ses mains nues — il nous les montre ; on devine quelques noms allemands sur des tombes à moitié enfouies sous la terre et cachées par la ronce.

Des dates sont lisibles, XIXe siècle. Que fais-je ici, dans ce cimetière, moi, Juif hongrois, minuscule survivant miraculé de la grande tuerie que les fils et petits-fils de ces luthériens allemands ont organisée ? Dans ce cimetière où tout m’est étranger et tout m’est hostile ? Est-ce vrai ? Je suis le mari, l’amant, l’amoureux de cette Prussienne dont les ancêtres sont couchés ici. Et cela me suffit, parce que c’est cela, l’essentiel. »
(Extrait du texte d'Adam Biro)

« Tilsit / Sovietsk, 2005, archives de l’ancien lycée allemand. Derrière la porte, des piles de livres, des albums remplis de lettres, d’articles sur les jubilés, de rencontres entre anciens, de fêtes de classe, de photos des bacheliers de 1922-1924. Beaucoup de bibelots, d’objets de la vie quotidienne, simples témoins muets.
Je feuillette, le cœur serré, la liste des noms et l’album des bacheliers des années 1922 à 1924. Dix à douze candidats, guère plus. Photos individuelles et photos de groupe, chacun portant la casquette typique du lycée, je les regarde une par une, lentement, mes yeux s’attardent, mes doigts suivent, caressent les contours… (Mon père aussi, je m’en souviens, portait cette casquette sur un cliché que nous avions à la maison, fixant l’objectif, si sérieux, si fier aussi.)
Mon père ne se trouve pas parmi les lauréats photographiés.
Il manque.
Il me manque. »

(Extrait du texte de Karin Biro-Thierbach)

La littérature hongroise est célébrée à Paris

Les 8 et 9 décembre à l'Institut hongrois de Paris se déroulera la première édition du Festival de Littérature hongroise. C'est Ibolya Virág qui en est l'instigatrice. Elle œuvre depuis plus de vingt ans pour faire connaître et diffuser les écrivains hongrois en France

Durant ces deux jours, lectures, concerts, débats, tables rondes, signatures et projections de films alterneront dans ce haut lieu de la culture hongroise à Paris. Aucun genre littéraire ne sera oublié, les parutions récentes, le théâtre contemporain aussi bien que la science-fiction auront droit de cité.
L'âge d'or de la littérature hongroise sera longuement évoqué avec des textes de Sándor Márai, Gyula Krúdy ou Dezsö Kosztolányi. On abordera aussi l'actualité littéraire, l'avenir du livre et la place des écrivains dans l'Europe actuelle.
Parmi les participants, on remarque notamment Michel Crépu, rédacteur en chef de La Revue des Deux Mondes, le critique littéraire Zsolt Farkas, les traducteurs littéraires Natalia Zaremba-Huzsvai Charles Zaremba, les romanciers Attila Bartis, Viviane Chocas, Miklós Vámos ou Tibor Fonyódi, la spécialiste du théâtre hongrois Anna Lakos et le groupe de musiques traditionnelles Fonó Zenekar. Cette manifestation a pu être réalisée grâce au soutien de l'Association Dialogues France-Europe centrale, sans oublier le partenariat avec l'Institut hongrois et l'Ambassade de Hongrie en France. Chaque soirée se terminera par un cocktail où l'on pourra savourer quelques spécialités hongroises.

On l'appelle parfois Madame Hongrie
On peut saluer le travail qu'a réalisé cette ancienne étudiante du Collège Eötvös de Budapest, l'équivalent de notre Ecole normale supérieure, en se tournant tout naturellement vers la littérature. Installée en France depuis 1980, Ibolya Virag a dirigé le domaine "Europe centrale" chez plusieurs éditeurs avant de créer sa propre maison, les éditions Virag en 1996 virageditions@hotmail.com.
De Sandor Marai qu'elle a redécouvert à Péter Esterházy rien de ce qui touche la littérature de son pays ne lui est étranger. Elle avait tenté bien avant qu'il n'obtînt le prix Nobel en 2002, de faire traduire Imre Kertész. La littérature, mais pas seulement : on lui doit aussi d'avoir attiré l'attention sur "Misère des petits États d'Europe de l'Est" d'István Bibó et "Les trois Europes" de Jenö Szücs. A ces activités, elle joint celle de consultante culturelle. En 2001, elle a été la coordinatrice de MAGYart, la saison culturelle hongroise en France et elle est conseillère de plusieurs théâtres et festivals. Elle a été justement récompensée par le grade de chevalier puis d'officier dans l'ordre des Arts et des Lettres.
C. DEHALLE. (www.lepetitjournal.com - Budapest) vendredi 7 décembre 2007

Institut Hongrois, 92 rue Bonaparte 75006 Paris - Tél : 0143260644 - Entrée libre - Réservation recommandée : festivalhongrie@hotmail.fr

Source Lepetitjournal.com

Voir aussi Le blog des Mardis hongrois de Paris

mercredi 5 décembre 2007

Reportage céleste de notre envoyé spécial au paradis de Frigyes Karinthy

La maison d'édition Cambourakis vient de publier une nouvelle édition du célèbre ouvrage de Frigyes Karinthy.

"Un quotidien britannique lance auprès d’intellectuels européens de tout poil une grande enquête sur la nature de l’au-delà : Frigyes Karinthy, piqué au vif de ne pas avoir été sollicité, rédige librement sa réponse, une vision originale et jouissive du royaume des cieux.

Merlin Oldtime, grand reporter aux capacités d’investigation hors normes, se livre à un incroyable reportage, récit au jour le jour de ses passages à travers les cercles successifs de l’au-delà en compagnie de Denis Diderot, l’encyclopédiste de l’ère nouvelle.
Karinthy fait une fois de plus la preuve de son imagination débordante : dans cet au-delà qui emprunte les formes d’un passé éternisé, Merlin Oldtime croisera toutes sortes de personnages, de Jules César au marquis de Sade, d’Archimède à Hélène de Troie. Farce métaphysique extravagante, Reportage céleste bouscule et questionne en toute légèreté les certitudes et les valeurs d’ici-bas."

Paru initialement en 1934.

Roman 288 pages
Traduit du hongrois par Judith et Pierre Karinthy.
Préface de Pierre Karinthy.
Prix : 22 euros

mardi 4 décembre 2007

L'histoire d'une solitude de Milán Füst


« Une histoire bien compliquée », ainsi que l’annonce le narrateur : truffé de surprises narratives, ce court roman est en quelque sorte le reflet de l’agitation, de l’effervescence et de l’angoisse des années qui précèdent et suivent la Première guerre mondiale en Europe centrale.
C’est en même temps l’histoire très simple de l’inépuisable amour d’un homme, solitaire malgré lui, pour une femme aussi adorable qu’infidèle, aussi vive qu’insaisissable, maintes fois perdue et retrouvée, au gré d’apparitions plus ou moins prolongées, sous les identités les plus diverses.
Malheureux dans son commerce avec les hommes en temps de paix (il est historien d’art) comme en temps de guerre (qu’il passe chez les hussards, conformément à ses origines aristocratiques, avant d’être emprisonné pour indiscipline en raison de ses convictions socialistes), le narrateur distrait sa solitude par d’intimes obsessions : le Caravage, sa mère, ou encore un chien nommé Péter. Mais rien ne pourra venir supplanter son amour absolu et désespéré pour l’unique femme aux multiples noms.
Milán Füst
Biographie (1888-1967)
A l’instar de nombreux écrivains importants de sa génération tels Babits, Kostolányi ou Karinthy, Milán Fust a participé à l’effervescence artistique autour de la revue Nyugat (Occident) qui bouleversa le paysage littéraire hongrois lors des premières décennies du XXème siècle.
Poète, dramaturge, son itinéraire en tant que romancier est profondément original et méconnu, parce que souvent réduit à un seul chef d’œuvre, l’Histoire de ma femme (publié en 42, traduit en France par Gallimard en 1958), qui par son ampleur diffère nettement du reste de sa production romanesque, marquée par une prédilection pour la brièveté. Un seul de ses textes courts est disponible en français : Avent, traduit en 2000 par les éditions Ombres, d’une tonalité plutôt historique et politique. Dans l’histoire d’une solitude, tout comme dans Précipice (à paraître en mars 2008 aux éditions Cambourakis) Füst privilégie l’étude psychologique et les thématiques existentielles, à travers des personnages souvent obsessionnels, tourmentés, en proie à des passions dévorantes, vouées à l’inaccomplissement. Prosateur subtil, facétieux, et parfois retors, Füst manie un art de la digression et de l’audace narrative que ses romans courts illustrent remarquablement.
Roman 136 pages paru en novembre 2007 aux Editions Cambourakis
Traduit du hongrois par Sophie Aude.
Préface de Peter Esterházy, traduit du hongrois par Agnès Járfás.
Prix : 16 euros
Source le site de l'éditeur cambourakis.com

dimanche 2 décembre 2007

Récital autour de Miklos Rozsa interprété par Anastasia Khitruk Vendredi 7 décembre à 20 heures à l’Institut hongrois

Miklos Rozsa fut un des plus grands compositeurs du 20e siècle, et paradoxalement, un des moins connus. Né en Hongrie le 18 avril 1907, il a tout d’abord poursuivi des cours de violon avant d’aborder avec un succès précoce la composition avec “Trio à cordes” publiée par Breitkopf en 1926. A l’âge de 30 ans une rencontre à Londres avec Alexandre Korda a certainement changé le cours de sa vie, car de l’Angleterre il a suivi Korda à Hollywood. Peut-être le fait d’avoir gagné trois Oscars dont la musique de ‘Ben Hur’ et le célèbre thème de ‘La Maison de Dr. Edwards’ avec la belle Ingrid Bergman sous la direction de Alfred Hitchcock, a été une arme à double tranchant. Car peut-on exister en tant que compositeur dit ‘sérieux’ quand on reçoit l’acclamation des foules? On espère que oui, mais il faut l’appui des jeunes interprètes telle que la superbe violiniste Anastasia Khitruk, pour y parvenir. Le chef d’œuvre de Rozsa, son concerto de violin composé en 1953 pour Jascha Heifetz a été enregistré par Mlle Khitruk avec l’orchestre Philharmonique de Russie sous la direction de Dimitry Yablonsky en mars dernier pour Naxos avec en complément la ‘Sinfonia Concertante’ pour violon et violoncello écrite quelques années plus tard pour Heifetz et Gregor Piatigorsky.
Américain de passeport, mais Hongrois dans l’âme, Rozsa semblait un peu hors du commun à Hollywood où il frequentait Prokofieff, Schoenberg, Castelnuovo-Tedesco et où il a toujours poursuivi une “double vie”. MGM lui commande une musique de films, mais il insistait garder des moments à lui pour échapper à une villa en Italie pour suivre sa vocation première. Hollywood l’a rendu célèbre, mais le retour de bâton est certain aussi, et les fervents de la musique sériale seront vite déçus par des idées de Rozsa.
Aussi Américaine de passeport, Anastasia Khitruk est née à Moscou avant d’arriver aux Etats Unis avec sa mère pianiste (laissant en Russie son père, également pianiste). Son talent fut vite reconnu et elle a poursuivi des études à l’Ecole Juilliard avant de commencer sa carrière de soliste. Mises à part ses qualités exceptionelles d’interprète, Anastasia est une musicologue qui s’était toujours intéressée aux compositeurs injustement oubliés. L’année dernière, elle a enregistré les œuvres d’Ivan Khandoshkin, aussi pour Naxos, et a ainsi sauvé de l’oubli total la réputation du fondateur de la musique russe pour violon.
Anastasia Khitruk va présenter un programme ou elle va situer l’œuvre de Rozsa dans le contexte de ses contemporains tel que Bartók et Hubay. Vous allez certainement découvrir une interprète et une musique qui vont retrouver leur juste place parmi les grands.
Anastasia Khitruk souhaite remercier D. Bruce McMahan pour son soutien généreux au projet du Centenaire Miklos Rozsa comme sponsor principal".

Institut Hongrois de Paris - 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Tél. : 01 43 26 06 44
Métro : Saint-Sulpice • Mabillon Bus : 58, 84, 89
instituthongrois@wanadoo.fr
http://www.instituthongrois.fr/

samedi 1 décembre 2007

CONCERT EXCEPTIONNEL DE TAMÁS ÉRDI EN HOMMAGE A KODÁLY A L’INSTITUT HONGROIS LE 12 DÉCEMBRE A 20 HEURES


Le jeune pianiste hongrois Tamás Érdi donne un récital en hommage du 125e anniversaire de la naissance de Zoltán Kodály à l’Institut Hongrois (92, rue Bonaparte, Paris 6e) le 12 décembre à 20 heures.
Au programme: œuvres de Kodály, Liszt, Debussy
Entrée libre
Réservations au 01.43.26.06.44

Tamás Érdi est né le 23 novembre 1979. Enfant prématuré, il est devenu aveugle suite à une erreur de traitement en couveuse. À l’âge de 5 ans, il apprit à jouer du piano et son entourage remarqua rapidement son intérêt pour la musique. Ses deux professeurs, Erika Becht et Zsuzsa Kollár, lui apprirent à recomposer les œuvres musicales au moyen de méthodes structurelles. Grâce à cet enseignement et malgré sa cécité, il put bientôt jouer de nombreuses œuvres de piano ainsi que 12 compositions personnelles. Tamás est un talent excellent avec une carrière et persévérance qui peuvent être un exemple pour chacun de nous.
Le site de Tamás Érdi

ÉRDI TAMÁS 1979-ben született, s koraszülöttként, egy hibás inkubátor kezelés következtében elvesztette a látását. Zenei érdeklõdésére hamar felfigyeltek. Tanárai Becht Erika és Kollár Zsuzsa egy speciális módszerrel ’láthatóvá’ teszik számára mindazt, ami a kottában található, s amelyet az õ saját mûvészi elképzelése követ. 8 évesen a Vigadóban lépett elõször pódiumra. 15 éves, amikor a Tavaszi Fesztiválon nagy sikerrel eljátssza Vásáry Tamás vezényletével Mozart: A-dúr zongoraversenyét, melyet a d-moll, az esz-dúr kétzongorás, és a c-dúr zongoraverseny követ. A koncertsorozatok eredményeként, 19 éves korára megjelenik két Mozart CD-je, ugyancsak a ’mester’, Vásáry Tamás irányításával. Kroó Tanár Úr figyelme és rendszeres kritikai elismerése, nagy lendületet ad rendkívüli munkájához. 17 éves, amikor Moszkvában elsõ helyezést ér el a Louis Braille Nemzetközi Zongoraversenyen, majd felvételt nyer a Bécsi Zeneakadémiára, ahol Joó Imola tanítványa. Alig 20 éves, amikor két Mozart CD -je Kanadában is megjelenik, és nagy sikert arat. 2002-ben a Torontói Royal Conservatórium ösztöndíjasaként mûvészdiplomát szerez Leon Fleisher tanítványaként. Torontói tanulóévei alatt játszott a Torontói Szimfonikusokkal, fellépett a Carnegie Hallban, valamint a Lincoln Centerben, és Floridában a Vienna Mozart Orchestrával. 2002 óta részt vesz Rév Lívia mesterkurzusain Párizsban. Napjainkban rendszeresen koncertezik a világ különbözõ pontjain. Fellépett Rico Saccanival,– (Izlandi Szimfonikusok, Budapesti Filharmonikusok), - VásáryTamással, - (Weiner Szász Kamaraszimfonikusok) - Uri Mayerrel, - (Magyar Rádió Szimfonikus Zenekara), a Liszt Ferenc Kamarazenekarral Németországban. Kocsis Zoltánnal a Pannon Filharmonikusok és Nemzeti Filharmonikusok közremûködésével koncertezett.2003-ban megjelenik Schubert CD-je, amiért komolyzene-kategóriában Gundel-díjjal jutalmazzák. 2004-ben pedig Chopin CD-je lát napvilágot, amiért a LIONS Klubok Országos Szervezetétõl Nívó-díjat kapott. Szólólemezei a Hungaroton gondozásában jelennek meg. 2005 februárjában, a Mûvészetek Palotájában nagy sikert aratott koncertje DVD-n is megjelenik. 2006-ban megjelenik harmadik kiadásban Mozart CD-je, majd Bartók, Liszt műveivel új szóló lemeze. 2006-ban háromezer embernek játszik Varsóban a híres Chopin szobor alatt. Moszkvában 2007-ben a Spivakov Alapítvány meghívására szólóestet ad a Gyerekek a terrorizmus ellen címû nemzetközi zenei fesztiválon. 2007 decemberében hatodik alkalommal, ezúttal Debussy és Liszt mûveket játszik a Mûvészetek Palotájában.27 éves és eddig 23 országban koncertezett.
26 year old TAMÁS ÉRDI has made concert appearances in 23 countries.

His recordings include two orchestral and two solo piano CDs and the DVD: Tamás Érdi and His Friends from Three Continents featuring him in concert with his former American classmates and friends in Budapest’s new Palace of the Arts.

As a prematurely born baby, he had received an oxygen overdose in a defective incubator and the sight he had lost as a result could not be.restored in repateated operations by an expert team of American doctors who accepted no fees at all. Tamás’ parents are TV personalities formerly in leading position: he the director of cultural programmes, she editor-in-chief of the department producing children’s programmes. In utter despair at the time, they had recieved a piece of extremely useful farewell advice from the head of the Boston team of eye surgeons. Professor Tatsuo Hirose suggested they should make sure Tamás finds something in which he can stand out by the time he reaches adolescence. That something was the piano on which Tamás began to play, then work seriously from the age of 5. At 8, he gave his first public concert. At 15, he played a Mozart piano concerto in the Hungarian Parliament, at 17, he won an international piano competition in Moscow. His two CDs (subsequently also released in Canada) featuring works by Mozart under the baton of Tamás Vásáry have been hugely successful. He played under famous conductors in Hungary and abroad. Maestro Rico Saccani brought him to the attention of Leon Fleisher, then guest professor at the Toronto Royal Conservatory of Music. Having heard Tamás’ rendering of Mozart, the world famous professor offered him a scholarship and soon regarded him as of one his dearest pupils.The four years spent with Leon Fleisher opened a new chapter in Tamás’ life. When his Mozart CDs were released in Canada, they were promoted with reference to Tamás as a „pianist Bocelli” and a „phenomenal talent’, while in its review, the American Record Guide compared his rendering of Mozart to the performance of some of the world’s most outstanding pianists. He was received with standing ovation by concert audiences from Florida to Boston, from Washington to Calgary, from Portland to Chicago, from Carnegie Hall to Lincoln Center. One of his most memorable experiences, however, go back to six art schools he visited upon an invitation by Very Special Art of Florida last year. And the dearest memory of all takes him back to Miami Northwestern Senior High School where an extremely talented student played for him an etude by Chopin. Tamás says it was an unforgettable experience and he only wishes he could one day perform with this boy whenever and wherever it might be possible. One more reason for him to be longing to pay another visit to the United States that –together with Canada- Tamás regards as his second home.

La véloroute Nantes-Budapest : une idée qui prend corps

La Véloroute Nantes-Budapest-Mer Noire est une des 12 véloroutes européennes. Elle est désormais connue sous le nom d'Eurovéloroute de fleuves ou plus simplement "eurovelo6".
Elle traverse l’Europe d’ouest en est, de l’Atlantique aux bords de la Mer Noire en traversant la France le long de la Loire, du canal du centre puis du canal du Rhône au Rhin. Ensuite elle parcourt la Suisse le long du Rhin et du lac de Constance puis l'Allemagne. En Autriche elle longe le Danube, traverse Passau puis Vienne et Budapest. Elle se termine sur les bords de la Mer Noire après avoir rencontré Bucarest.
Plus d'information sur VR6

HOMMAGE A SÁNDOR FERENCZI le 6 décembre 2007 à l'Institut hongrois de Paris

Soirée musicale, littéraire et psychanalytique
A l'Institut hongrois de Paris
92, rue Bonaparte 75006 Paris
Jeudi 6 décembre 2007

Sándor Ferenczi, père fondateur de la psychanalyse hongroise, fut l’un des meilleurs disciples et amis de Sigmund Freud. Il a inspiré le bouillonnement culturel du début du 20e siècle à Budapest autour de la revue Nyugat, aux côtés de grands noms de la littérature hongroise comme Krúdy, Kosztolányi etc. Et aujourd’hui sa maison à Budapest est mise en vente. La société Sándor Ferenczi Hongrie ainsi que la Fondation Internationale Sándor Ferenczi, ont le projet d’acquérir la partie de la maison où il avait son cabinet de consultation et où il a rédigé son célèbre journal clinique. Ce lieu aura pour vocation d’abriter ses archives, d'accueillir des rencontres et colloques internationaux, des événements culturels et devenir un lieu convivial en même temps qu’un lieu dédié à la mémoire de Sándor Ferenczi.
Plusieurs personnalités du monde de la psychanalyse, avec la collaboration de diverses associations (l’Association « Mardis hongrois » Paris - l’Associazione Culturale Sándor Ferenczi Italie - Imago East West Angleterre - Association Psychanalyse, Culture et Formation Paris…) ont voulu créer un événement pour soutenir ce projet. Les fonds récoltés lors de la soirée contribueront au financement de cette acquisition.

Programme :
18h : Documentaire de la télévision hongroise sur la vie de Sándor Ferenczi
19H30 : Concert, Lectures, Paroles de psychanalystes : Judith Dupont, Eva Brabant, Michelle Moreau Ricaud, Eva Füzesséry, Simone Sausse-Korff, Patrick Guyomard, Carlo Bonomi, Judith Székacs
Avec la Participation de :
Comédiens : Daniel Mesguich, Claudine Baschet
Compositeur et pianiste : Alain Kremski
Chorale Delta avec Coline Serreau, Dorli Lamar
Chants judéo-espagnols : Hélène Engel
Chanteuse lyrique Aline Jalliet, au piano Pascal Salmon

COCKTAIL HONGROIS
Entrée : 10 € - étudiants : 7 €
Institut Hongrois de Paris - 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Tél. : 01 43 26 06 44
Métro : Saint-Sulpice • Mabillon Bus : 58, 84, 89
Vous pouvez adresser vos dons à l’ordre de Maison Sándor Ferenczi
Association Maison Sándor Ferenczi – 31 Quai de Bourbon – 75004 Paris

vendredi 30 novembre 2007

FESTIVAL DE LITTÉRATURE HONGROISE les 8 et 9 décembre 2007

Institut Hongrois, 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Tel: 06 63 70 58 96
Entrée libre

PROGRAMME

Première journée samedi 8 décembre 2007

10h45 Ouverture du Festival

11h - L'Age d'Or de la Littérature I.
Sándor Márai et son maître dans l'écriture: Gyula Krúdy.
On parlera de la vie de Márai coïncée entre deux dictatures et de sa vie passée hors de Hongrie. On abordera sa filiation littéraire en relatant tout d'abord son admiration pour Gyula Krúdy, l'immense écrivain auquel il a consacré un roman.
Lecture d'extraits de "Mémoires de Hongrie" de Sándor Márai (Albin Michel) et de l'oeuvre de Gyula Krúdy. Commentaires par Ilona Kovács, universitaire, Michel Crépu, rédacteur en chef de La Revue des Deux Mondes, Ibolya Virág, éditrice.
Lecture par Les Livreurs, lecteurs sonores
Musique hongroise par Fonó Zenekar

15h - Nouvelles parutions I.
Rencontre avec Miklós Vámos autour de son roman "Le Livre des Pères" (Denoël) en compagnie de Viviane Chocas, grand reporter au Figaro, écrivain, auteur de "Bazar Magyar" (Héloïse d'Ormesson).
" Le Livre des pères est une fresque historique remarquable. De l’insurrection contre les Habsbourg jusqu’à nos jours, en passant par la Première Guerre mondiale, les pogroms, les conversions, les catastrophes naturelles, la Shoah, l’Etat communiste ... chacun des douze chapitres du livre entraîne le lecteur à travers près de trois cent ans d’histoire hongroise." (D. Trimbur)
Lecture par Les Livreurs, lecteurs sonores

17h - Actualité des écrivains
Rencontre avec Endre Kukorelly, poète, écrivain, essayiste, figure de proue de la littérature hongroise contemporaine et Zsolt Farkas, critique littéraire en compagnie de Michel Crépu, rédacteur en chef de La Revue des Deux Mondes.
Endre Kukorelly publie régulièrement en France dans des revues et des anthologies. Autour de son oeuvre nous allons également raconter ce qui se passe dans la vie littéraire hongroise aujourd'hui.
Lecture par Les Livreurs, lecteurs sonores
Interprète: Katalin Venczel

20h - Soirée Fantasy & Science-Fiction
Rencontre avec Tibor Fonyódi autour de son roman "Le Chamane d'Attila" (Pygmalion) en compagnie de Sylvain Jouty, écrivain, auteur de "Celui qui vivait comme un rhinocéros: Alexandre Csoma de Körös (1784-1842), le vagabond de l'Himalaya" (Fayard), Natalia Zaremba-Huzsvai, traductrice littéraire, Charles Zaremba, traducteur littéraire.
" Enfin un roman historique qui nous plonge dans l'univers des Huns de manière nouvelle et sans les clichés occidentaux. Il dégage une spiritualité puissante que j'ai fort appréciée. A tous les fans de romans fantasy qui y découvriront une mythologie différente qui est encore sans doute celle des peuples des steppes aujourd'hui. A tous les fans de récits initiatiques aussi ! " (extrait d'un commentaire sur amazon.fr)
Lecture par Les Livreurs, lecteurs sonores
Musique chamanique par Fonó Zenekar
Interprète: Katalin Venczel
Table ronde suivie d'un cocktail : dégustation de spécialités hongroises
Après les tables rondes, les écrivains dédicaceront leurs ouvrages.

Deuxième journée dimanche 9 décembre 2007

11h - Découvrir le théâtre contemporain
Rencontre avec András Forgách, dramaturge et romancier, lauréat du Prix Tibor Déry 2007 en compagnie de Laurent Maindon, metteur en scène et traducteur des pièces de théâtre d'András Forgách, Anna Lakos, spécialiste du théâtre hongrois, Jean-Pierre Thibaudat, critique de théâtre, conseiller artistique du Festival Passage de Nancy.
Le francophone András Forgách est un artiste au multiple talent : auteur de théâtre, romancier, traducteur littéraire, metteur en scène, journaliste. Pour son dernier roman paru cette année, il a été récompensé du Prix Tibor Déry et recevra, la veille du Festival, le non moins prestigieux Prix Milan Füst.
Lecture par Laurent Maindon

15h - Nouvelles parutions II.
Rencontre avec Attila Bartis autour de son roman "La Tranquillité" (Actes Sud) en compagnie de Martina Wachendorff, éditrice, Maria Maïlat, romancière, auteur de "Les cuisses de Kafka" (Fayard), Natalia Zaremba-Huzsvai, traductrice littéraire, Charles Zaremba, traducteur littéraire.
" Attila Bartis parvient superbement à exprimer les prisons intérieures grâce à une écriture tendue à l'extrême. Il réussit un magnifique roman où histoire, politique et destins personnels se croisent et convergent infailliblement jusqu'au désastre. " (extrait de la critique de Lire Magazine).
Lecture par Charles Zaremba

17h - Dialogue littéraire franco-hongrois
Avec la participation de Michka Assayas, Alain Fleischer, András Forgách, Ilona Kovács, Miklós Vámos, Ibolya Virág.

20h - L'Age d'Or de la Littérature II.
Sándor Márai et ses contemporains: Géza Csáth, Milán Füst, Dezsö Kosztolányi.
Second volet de la filiation littéraire de l'écrivain et panorama de le vie littéraire de son époque.
Lecture d'extraits par Serpentine Teyssier, comédienne.
Commentaires par Ilona Kovács, universitaire, Ibolya Virág, éditrice, Frédéric Cambourakis, éditeur.
Musique hongroise par Fonó Zenekar
Table ronde suivie d'un cocktail : dégustation de spécialités hongroises
Après les tables rondes, les écrivains dédicaceront leurs ouvrages.
_____________________________________________________________
Commissaire: Ibolya Virág, assistée de Laurence Gudin.
Manifestation réalisée par l'Association Dialogues France-Europe centrale, Christine Poncet, Présidente, en partenariat avec l’Institut Hongrois et soutenue par le Ministère de la Culture et l'Ambassade de Hongrie.
Réservation recommandée : festivalhongrie@hotmail.fr

mercredi 28 novembre 2007

Salon international de l'autre LIVRE 2007 les 7, 8 et 9 décembre 2007 à la Maison des Métallos

5ème SALON INTERNATIONAL
DE L'ÉDITION INDÉPENDANTE
l'autre LIVRE
8 et 9 DECEMBRE 2007 de 10H à 19H

Inauguration le 7 Décembre à 18H

MAISON DES MÉTALLOS

94, rue JP Timbaud - 75011 Paris

Plus de 80 éditeurs sont déjà inscrits pour cette 5e édition.
Eva Vincze que nous avons reçue à la dernière soirée des Mardis hongrois, sera présente sur les stands avec trois autres illustrateurs.

Exposition : Centenaire Roger Vaillant
Conférences-Débats :
samedi le 8 décembre à 16h“Quel soutien publique à l’édition indépendante”, animé par Gérard Cherbonnier
le 9 décembre à 16h“Livre et le monde du travail”, animé par Francis Combes

contacter le commissaire du Salon : commissariat@editeurs-lautrelivre.net

Gyula Zaránd à la Maison Mai Mano de Budapest du 10 décembre 2007 au 20 février 2008




DÍSZLÉPÉS
válogatás 45 év fényképeiből

A Magyar Fotográfusok Háza
tisztelettel meghívja Önt és barátait
Zaránd Gyula
című kiállításának megnyitójára,
2007. december 10-én, hétfőn, 18 órára.
A kiállítást megnyitja
Korniss Péter fotográfus
a kiállítás megtekinthető 2008. február 20-ig
a Magyar Foto gráf usok Házában, a Mai Manó Házban,
minden hétköznap 14 .00 –19. 00 óra között,
hétvé gén és ünnepnap 11.00 –19. 0 0 óra között.
1065 Budapest, Nagymező utca 20.
telefon: 473-2666 fax: 473-2662
e-mail: maimano@maimano.hu
http://www.maimano.hu/
Oktatási és Kulturális Minisztérium I Nemzeti Kulturális Alap I RTL klub
Pro Kultura Orbis Közalapítvány I Budapest Fôváros Önkormányzata
Terézvárosi Önkormányzat I Heti Világgazdaság Kiadói Rt. I D. Tóth Ottó
Dr. Ladányi Jenôné örököse I Gecser Ottó I Fôvárosi Idegenforgalmi Alap
TERMA I Dunaholding Zrt.Szántó és Mikó Építészek Kft. I Sparks Kft.

Anna Stein présente ses oeuvres à la Galerie d'Art des Pyramides à Port Marly : soirée exceptionnelle le 10 décembre 2007

Cliquer sur l'image pour l'agrandir
Soirée vernissage exceptionnelle le 10 décembre 2007 à partir de 18 heures

Soirée des Mardis hongrois de Paris du 2 octobre 2007 consacrée à Eva Vincze et son ouvrage "Le Renard et la petite Poule rousse" : les photos


Merci à Eva Vincze d'avoir bien voulu présenter son très bel ouvrage "Le Renard et la petite Poule rousse".
Voir aussi le site d'Eva Vincze http://www.evavincze.com/
D'autres photos sont visibles sur le site photos des Mardis hongrois de Paris

lundi 26 novembre 2007

Zsuzsanna Várkonyi au Studio de l'Ermitage mercredi 28 novembre 2007

Accompagnée par Bruno Arnal contrebasse, Fred Norel violon et Csaba Palotai guitare.Les musiciens préservent le feu de Zsuzsanna, en privilégiant spontanéité et intériorité, sur des arrangements épurés. Où danse, sensuelle et délicate, la voix de Zsuzsanna Vàrkonyi.Et son élégante bohême.Comédienne, chanteuse et musicienne, Zsuzsanna née en Hongrie, a commencé par constituer son propre répertoire en interprétant à sa manière une trentaine de chansons traditionnelles des pays de l'Est puis, pour l'album VALAHOL, elle a composé ses créations, arrangées de mains de maîtres par ses musiciens. Elle a su créer un univers particulier où le rythme prédomine et où l'expressivité pure allie l'humour à la mélancolie. Résultat étonnant : toute la tradition Yiddish, Tzigane et Hongroise en une seule et unique expression.
MER 28 NOVEMBRE à 21h00 Tarif : 12 €. Tarif Reduit : 8 €

Studio de l’Ermitage 8, rue de l’ermitage 75020 Paris
Métro : Pyrénées / Ménilmontant Bus : 26 et 96
Tél. : 01 44 62 02 86 Fax : 01 44 62 09 85
E-mail : studioermitage@free.fr
Web : http://www.studio-ermitage.com/

De la Loire au Danube, itinéraire hongrois. Exposition, conférences, animations. A Nantes du 4 décembre 2007 au 6 janvier 2008





dimanche 25 novembre 2007

Prochaine soirée des Mardis hongrois de Paris le 27 novembre 2007 : invitée Eva Vincze

Le Renard et la petite Poule rousse d'Eva Vincze
Eva Vincze dédicacera son livre lors de la prochaine soirée des Mardis hongrois de Paris le 27 novembre 2007 à partir de 20 h à la brasserie A Saint Jacques, 10 rue Saint Martin 75004 Paris - Métro Châtelet ou Hôtel de Ville.

Quelques mots sur le livre:

"Près d'une grande fôret, dans une clairière vivait seule dans sa maisonnette une petite Poule rousse. Au sommet d'une colline demeurait un vieux Renard, dont la malice était redoutée de tous à dix lieux à la ronde."- commence ainsi l'histoire de ce livre très graphique, servi d'un texte savoureux, accessible aux plus petits. Quels sont les plans qu'échafaude maître Renard pour venir à bout de la petite Poule rousse ? Aura-t-elle assez de malice pour les déjouer ? Un conte classique plein d'humour à la mise en page ludique, illustré en papier découpé.

21 x 21cm, 42 pages, couverture cartonnée, imprimé sur Munken Lynx 170g.
Prix : 14 € - Paru en septembre 2007


samedi 24 novembre 2007

Festival de littérature hongroise les 8 et 9 décembre 2007 à l'Institut hongrois de Paris

Cette première édition du Festival de la Littérature Hongroise à Paris a été conçue par l’éditrice Ibolya Virág, qui se bat depuis vingt-cinq ans pour la reconnaissance des écrivains hongrois en France.

Pendant deux jours, lectures et concerts, débats et signatures, projections de films et de documentaires littéraires se succèderont dans les différentes salles de l’Institut.

Au rez-de-chaussée, une large sélection de livres français et hongrois sera proposée à la vente. Avec des romanciers et des spécialistes, en présence de comédiens et de musiciens – hongrois, mais également français –, on analysera, notamment, les nouvelles parutions, le théâtre contemporain, le fantasy et la science-fiction. On fera le tour de l’âge d’or de la littérature hongroise. On abordera l’actualité littéraire, l’avenir du livre et la place des écrivains dans l’Europe d’aujourd’hui.

Satisfaire la curiosité d’un public de plus en plus nombreux, tisser et approfondir les liens entre les écrivains et les intellectuels de nos deux pays, tel est le double objectif de ce week-end littéraire qui promet d’être intense.

FESTIVAL DE LITTÉRATURE HONGROISE

PROGRAMME
Première journée
samedi 8 décembre 2007
10h45 Ouverture du Festival
11h - L'Age d'Or de la Littérature I.
Sándor Márai et son maître dans l'écriture: Gyula Krúdy.
Lecture d'extraits de "Mémoires de Hongrie" de Sándor Márai et de l'oeuvre traduite en français de Gyula Krúdy.
Commentaires par Ilona Kovács, universitaire, Michel Crépu, rédacteur en chef de La Revue des Deux Mondes, Ibolya Virág, éditrice.
Lecture par Les Livreurs, lecteurs sonores
Musique hongroise par Fonó Zenekar
15h - Nouvelles parutions I.
Rencontre avec Miklós Vámos autour de son roman "Le Livre des Pères" paru aux éditions Denoël.
En compagnie de Viviane Chocas, grand reporter au Figaro, écrivain, auteur de "Bazar Magyar" (éds. Héloïse d'Ormesson).
Lecture par Les Livreurs, lecteurs sonores
17h - Actualité des écrivains
Rencontre avec Endre Kukorelly, poète, écrivain, essayiste, figure de proue de la littérature hongroise contemporaine et Zsolt Farkas, critique littéraire.
En compagnie de Michel Crépu, rédacteur en chef de La Revue des Deux Mondes.
Lecture par Les Livreurs, lecteurs sonores
Interprète: Katalin Venczel 20h - Soirée Fantasy & Science-Fiction
Rencontre avec Tibor Fonyódi autour de son roman "Le Chamane d'Attila" paru aux éditions Pygmalion.
En compagnie de Christophe Lambert, acteur (sous réserve), Sylvain Jouty, écrivain, auteur de "Celui qui vivait comme un rhinocéros: Alexandre Csoma de Körös (1784-1842), le vagabond de l'Himalaya" (Fayard) Natalia Zaremba-Huzsvai, traductrice littéraire, Charles Zaremba, traducteur littéraire.
Lecture par Les Livreurs, lecteurs sonores
Musique chamanique par Fonó Zenekar
Interprète: Katalin Venczel
Après les tables rondes, les écrivains dédicaceront leurs ouvrages.
Cocktail : dégustation de spécialités hongroises

Deuxième journée
dimanche 9 décembre 2007
11h - Découvrir le théâtre contemporain
Rencontre avec András Forgách, dramaturge et romancier, lauréat du Prix Tibor Déry 2007.
En compagnie de Laurent Maindon, metteur en scène et traducteur des pièces de théâtre d'András Forgách, Anna Lakos, spécialiste du théâtre hongrois, Jean-Pierre Thibaudat, critique de théâtre, conseiller artistique du Festival Passage de Nancy.
Lecture par Laurent Maindon
15h - Nouvelles parutions II.
Rencontre avec Attila Bartis autour de son roman "La Tranquillité" paru aux éditions Actes Sud. En compagnie de Martina Wachendorff, éditrice, Maria Maïlat, romancière, auteur de "Les cuisses de Kafka" (Fayard), Natalia Zaremba-Huzsvai, traductrice littéraire, Charles Zaremba, traducteur littéraire.
Lecture par Charles Zaremba
17h - Dialogue littéraire franco-hongrois
Avec la participation de Michka Assayas, Alain Fleischer, András Forgách, Eric Holder (sous réserve), Ilona Kovács, Miklós Vámos, Ibolya Virag.
20h - L'Age d'Or de la Littérature II.
Sándor Márai et ses contemporains: Géza Csáth, Milán Füst, Dezsö Kosztolányi. Lecture d'extraits par Serpentine Teyssier, comédienne.
Commentaires par Ilona Kovács, universitaire, Ibolya Virág, éditrice, Frédéric Cambourakis, éditeur.
Musique hongroise par Fonó Zenekar
Après les tables rondes, les écrivains dédicaceront leurs ouvrages.

Cocktail : dégustation de spécialités hongroises
Entrée libre

Lieu : Institut Hongrois, 92 rue Bonaparte 75006 Paris
Réservation recommandée : festivalhongrie@hotmail.fr
Commissaire : Ibolya Virág, assistée de Laurence Gudin.
Evénement réalisé avec le soutien de l’Association Dialogues France-Europe centrale.

RE : ORIENT « Le grand baldaquin dix-mille chats » à l'Institut hongrois de Paris

Exposition 21/11/2007 - 30/01/2008

« Les hongrois ont réussi à marier le sérieux avec une finesse éclatante de luminosité. Le pavillon, probablement le plus raffiné cette année, est peuplé de jouets kitsch, originaires du marché aux puces chinois bouillonnant de Budapest et de propos rusés sur le déficit du commerce, de l’immigration et des conditions précaires de la frontière du pays entre l’ouest et l’est. »
Edwin Heathcote, Financial Times

Le projet « Re : orient – architectures migrantes » (architectures des réseaux cachés) examine les aspects locaux de l’importance mondiale et de l’influence croissante de la Chine.
Le but du projet est de prévoir des possibilités qui ne sont aujourd’hui décelables que par le biais des commerces de détail, mais qui en toute probabilité vont être déterminantes pour l’environnement bâti qui se transforme sous la pression des produits de moins en moins chers. Ce raisonnement est soutenu par la présentation des espaces, des dispositifs architecturaux et des matériaux qui créent de nouveaux contenus, « Re : orient » propose des moyens de tourner les contraintes du marché à notre profit, et de donner des valeurs culturelles durables à des produits de masse conçus pour une durée limitée.
Entrée libre
http://www.reorient.hu/

Institut Hongrois de Paris - 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Tél. : 01 43 26 06 44
Métro : Saint-Sulpice • Mabillon Bus : 58, 84, 89
instituthongrois@wanadoo.fr
http://www.instituthongrois.fr/

HONGRIE • L'Etat maquereau - Striciállam

En voulant assujettir les prostituées à l'impôt, l'Etat hongrois devient de fait un proxénète. Une enquête du quotidien Heti Válasz, de Budapest.

Environ 40 000 prostituées exercent en Hongrie [10 millions d'habitants]. En 2005, la moyenne des dépenses pour la consommation dans ce secteur sur l'ensemble de la population masculine de plus de 15 ans (3,9 millions d'hommes) était de 32 000 forints [124 euros] par personne.
Suite de l'article sur Courrier International du 23 novembre 2007
Source : quotidien Heti Válasz, de Budapest

vendredi 23 novembre 2007

La Hongrie au Jazzy Colors parisien

Le jazz n'a pas de frontières - dans cet esprit les jeunes jazzmen et jazzwomen de 14 pays sont à Paris du 19 au 30 novembre avec tout leur talent, dans le cadre de la 5e édition du Festival International du Jazz. Cette année encore, la Hongrie contribue à l'expression de la diversité culturelle mais non seulement à travers ses propres artistes, notamment par la performance de l'original et éclectique Naketina, mais en assurant de plus l'organisation totale du festival.
Source Le petit journal de Budapest

Voir aussi Le blog des Mardis hongrois de Paris

jeudi 22 novembre 2007

La grève des cheminots hongrois

Les cheminots hongrois ont fait grève le 21 novembre pour protester contre la fermeture de certaines lignes secondaires et la réforme des systèmes de santé et de retraite. Peter N. Nagy comprend leur mobilisation. "Les gouvernements européens pensent que l'on compromet l'avenir en conservant les structures de coûts actuelles, car il ne restera plus de moyens financiers pour relever convenablement les défis posés par le monde moderne. La population européenne n'est pas d'accord et le fait savoir. C'est notamment le cas des Hongrois qui sont descendus dans la rue pour protester contre le démantèlement de l'Etat providence - ce qui n'a pas été le cas lorsque le Premier ministre Ferenc Gyurcsany a prononcé son 'discours mensonger' voilà plus d'un an. Des grèves ont enfin éclaté et les vrais problèmes sont abordés dans la rue. Depuis hier, nous savons qu'il existe également une possibilité de critiquer les mesures du gouvernement de manière politiquement correcte. Voilà une leçon extraparlementaire en matière de démocratie."
Népszabadság (Hongrie)
Source : Courrier international du 22 novembre 2007
Voir aussi l'article du quotidien l'Humanité du 22 novembre 2007

mercredi 21 novembre 2007

Sauvons le quartier juif de Budapest !- Un article du Petit journal de Budapest

Société - Sauvons le quartier juif de Budapest !
-Le 1er février dernier, Jean-Pierre Frommer, président de l'Association des mardis hongrois de Paris écrivait à Francesco Bandarin, directeur du Centre du Patrimoine mondial de l'UNESCO afin d'attirer son attention sur la situation dramatique de l'ancien quartier juif de Budapest. Il juge irrémédiables les dégâts causés à ce quartier tant sur le plan du patrimoine architectural et urbanistique de cette capitale européenne que sur le plan du patrimoine culturel et historique mondial.Il relaie ainsi l'inquiétude de l'association hongroise OVAS ! qui stigmatise les destructions aussi bien que les constructions de qualité médiocre qui se multiplient. En 2005, l'Office hongrois des Monuments historiques (KÖH) a d'ailleurs classé "monument historique" cette zone jouxtant le secteur répertorié au patrimoine mondial de l'UNESCO. Il faut croire que cette lettre et une pétition ayant recueilli de nombreuses signatures ont eu de l'effet puisque le Comité du patrimoine mondial de l'UNESCO a décidé d'envoyer une mission d'experts. Celle-ci a séjourné à Budapest du 5 au 7 novembre 2007 et a pu constater la réalité des faits, rencontrant toutes les parties concernées, institutions et associations. Elle devra remettre dans les prochaines semaines un rapport à l'UNESCO comportant un diagnostic et sans doute des propositions. Ce rapport peut éventuellement déboucher sur une mise à l'ordre du jour lors de la prochaine réunion annuelle du Comité du patrimoine mondial en juillet 2008. Une procédure tendant à déclarer en état de péril le site inscrit au patrimoine serait alors engagée. Inutile de dire que le combat continue, poursuite de la campagne de signatures et mobilisation de l'opinion publique internationale. Jean-Pierre Frommer adressera prochainement des courriers accompagnés de la pétition, au Premier ministre Ferenc Gyurcsány, au ministre de la Culture, au maire de Budapest et au président de l'Office du patrimoine hongrois. Espérons que ces demandes aboutiront et que ce quartier historique sera sauvé !
C. Dehalle (www.lepetitjournal.com - Budapest) mercredi 19 novembre 2007
Source Lepetitjournal.com

Ensemble Naketina le 23 novembre à 20 h à l'Institut tchèque de Paris


Dans le cadre de la 5ème édition du festival JAZZYCOLORS 2007 - à signaler le vendredi 23 novembre à 20 h un très beau concert à l'Institut tchèque. L'ensemble hongrois Naketina (musique rom authentique, chant + musique populaire indienne + flamenco + improvisation de jazz, des énergies cathartiques voilà ce qui caractérise la musique de Naketina).
Naketina s’est formé en 2005 à Budapest. Les compositions sont écrites par le groupe et s’inspirent des différentes musiques populaires hongroises. Le style est éclectique, mêlant tradition et expérimentation dans le respect de l’essence de la musique traditionnelle : épurée et multicolore, mélodieuse et mélancolique. Tandis qu’au piano des accords classiques et modernes évoquent Bartók, des improvisations très libres enrichissent et intensifient l’ensemble. Les membres du groupe :
Erika Lakatos : chanteuse hongroise, compositeur et photographe reconnue. Elle a fait ses études à New York et s’y est souvent produite. Elle a enregistré à New York un CD avec son professeur, le légendaire Buster William ainsi qu’avec Louis Manzana. Elle s’est produite avec Stanley Jordan, Arturo Martinez, Orchestre Sun Ra Art et Butch Morris.
Béla Szakcsi Lakatos junior appartient à la mythique génération de « pianistes Szakcsi ». Il a joué avec de nombreux musiciens hongrois ainsi qu’avec Al Foster, Palle Danielson, Ravi Coltrane, John Patitucci, Jack de Johnette, Aldi Meola…
Lajos Sàrközi violoniste : jeune musicien talentueux, il a obtenu la première place au concours « Radics Gàbor jeune talent violon jazz ».
Robert Balogh guitariste : Familier des milieux de la musique traditionnelle, du jazz et de la musique classique, il possède un jeu raffiné et brillant sur guitare acoustique et électrique
Krisztiàn Pecek Lakatos contrebassiste : Il gagne le concours organisé par la radio hongroise en 2005 « jeune talent national de contrebasse Sàndor Vajda ». En 2006 est sorti son premier disque solo.
Andràs Pecek Lakatos batteur. Il a gagné le concours national « jeune talent batterie jazz Gyula Kovàcs ». Son disque personnel « Olé » est sorti très récemment.
Le festival est organisé par les Instituts culturels étrangers à Paris et regroupe 14 pays différents. Il est dirigé cette année par András Derdák, directeur de l'Institut hongrois de Paris. Vous pouvez avoir un avant-goût de la très belle programmation en vous connectant à www.jazzycolors.org et www.myspace.com/jazzycolors
Entrée: 10€, tarif réduit: 7€

Vendredi 23 novembre à 20h00

Lieu : Centre tchèque
18 rue Bonaparte Paris 75006
Métro : Saint Germain des Prés ou Mabillon

Contact / Plus d'infos sur Naketina
Téléphone : 01 53 73 00 22

La grève des chemins de fer

"La grève observée entre 6h00 et 12h00 [mercredi 21 novembre] des conducteurs et employés de la compagnie des chemins de fer hongrois MAV visait à protester contre des projets de fermeture de lignes peu rentables selon la direction...
La grève dans les chemins de fer de 6h00 était accompagnée de débrayages dans les secteurs de la santé, de l'éducation et de l'énergie. Les employés de l'aéroport de Budapest ont cessé le travail pendant deux heures durant la nuit sans provoquer de perturbations.
Les grévistes protestaient également contre la privatisation des institutions de santé et contre les réformes du régime des retraites qui doivent être appliquées l'année prochaine."
Source Romandie News
Quand l'UE impose ses critères ... En Hongrie comme en France, les mêmes causes provoquent les mêmes effets.

mardi 20 novembre 2007

Magda Szabó n'est plus - Elhunyt Szabó Magda

Magda Szabó, écrivaine primée des prix Kossuth et Attila József (deux fois) s'est éteinte. L'écrivaine hongroise, traduite dans la plupart des langues est décédée lundi, pendant qu'elle lisait.

Kilencvenéves korában elhunyt Szabó Magda Kossuth-díjas, kétszeres József Attila-díjas író. A legtöbb nyelvre lefordított magyar írót hétfő délután, olvasás közben érte a halál.
Source origo.hu

Elle a remporté le Prix Fémina étranger en 2003 pour son roman "La porte".

Magda Szabó est née à Debrecen en 1917, dans une famille cultivée de la grande bourgeoisie.

Considérée comme un véritable classique vivant de la littérature hongroise, certains la nomment « le Mauriac protestant », car elle peint souvent les passions refoulées des habitants de la grande Plaine peuplée majoritairement par des parpaillots.

Ses premiers livres paraissent au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, et elle est saluée comme un des grands espoirs de la littérature. Après 1948, pour des raisons politiques, elle disparaît de la scène littéraire. Pendant une longue période, elle vit de travaux de traduction et d’enseignement.

C’est à la fin des années 50 qu’elle rencontre un immense succès. En 1959, elle reçoit le prix Attila Jozsef et en 1978, le prix Lajos Kossuth. Sa notoriété ne fait que grandir.

En 1987, son roman La Porte connaît un succès international. Ce chef-d’œuvre n’est pas immédiatement traduit en français, alors qu’il l’est en Allemagne, en Angleterre et aux États-Unis. En 1992, elle obtient le Prix Betz Corporation aux États-Unis.

Le premier volume de son autobiographie vient de paraître en Hongrie.

Paru chez Viviane Hamy

LA BALLADE D'IZA
LE FAON
LA PORTE b i s
LA PORTE
RUE KATALIN

lundi 19 novembre 2007

Katalin Péronno-Darabant (violoncelle) & Irène Polya (piano) samedi 1er décembre 2007 à l'Eglise écossaise de Paris

THE SCOTS KIRK OF PARIS
17, rue Bayard – Paris 75008
(www.scotskirkparis.com)
M° : Franklin D. Roosevelt ou Champs-Élysées Clemenceau

Samedi 1er décembre 2007 à 20h00
Katalin Péronno-Darabont
(violoncelle)
Irène Polya
(piano)

Zoltán Kodály : Sonatine, Adagio, Sonate op. 4
Richard Strauss : Sonate op. 6, en fa majeur

Les 2 artistes nous propose un programme d'oeuvres du 20e siècle rarement entendues, comprenant les sonates pour violoncelle de Kodály et Richard Strauss.

Née à Budapest, Katalin Péronno-Darabont, joue du violoncelle depuis ses huit ans. Après avoir obtenu ses diplômes à l'Académie de Musique Franz Liszt de Budapest, elle poursuit ses études dans la classe d'Angelica May à l'Académie de Musique de Vienne.
Ensuite, elle intègre l'orchestre de l'Opéra National de Hongrie, dans lequel elle travaille pendant 4 ans, avant de s'installer en France en 2003. Parallèlement, elle enseigne le violoncelle dans des écoles de musique de Budapest et participe aux émissions de Radio Bartok ainsi qu'à de nombreux enregistrements. Elle a été violoncelliste solo de l'Ensemble Marcato (répertoire moderne) et du Théâtre Madach à Budapest. Elle a également participé aux tournées des plus grands orchestres hongrois, comme l'Opéra National, l'Orchestre National, l'Orchestre de chambre Failoni, l'Orchestre Philharmonique de Budapest. Actuellement, elle enseigne le violoncelle et la musique de chambre à l'Ecole Municipale de Croissy-sur-Seine.

Irène Polya, née à Debrecen, en Hongrie, a fait ses études de musique dans son pays natal. Elle est diplômée de la prestigieuse Académie de Musique Franz Liszt de Budapest.Lauréate de nombreux prix nationaux et internationaux, à Budapest, Prague, Barcelone et notamment à Saint Germain-en-Laye, au Concours International Claude Debussy en 1978, elle obtient une bourse du gouvernement français pour parfaire son interprétation aux côtés d'Yvonne Lefébure, au Conservatoire Européen de Musique de Paris de 1978 à 1980. Entre 1975 et 1983, elle travaille également avec P. Kadosa, A. Webersincke et T. Nikolaieva.
Installée à Paris en 1981, Irène Polya mène une double carrière de concertiste et de professeur de piano dans plusieurs pays. Comme soliste elle se produit en France, notamment pour Radio France, également en Allemagne, en Belgique, en Hongrie, en Suisse, dans les pays scandinaves, aux Etats Unis, au Canada... Elle est aussi invitée pour donner des cours de perfectionnement en France, en Suède, en Hongrie, aux Etats Unis et au Canada.
Irène Polya a enregistré un CD d'extraits des Années de Pèlerinage de Franz Liszt pour Hungaroton et un CD Trois Sonates de J.L. Dussek pour Intégral Classic.

Participation souhaitée : € 15 / 10
Réservations : 06 07 94 50 97 – e-mail : psnelgrove@noos.fr

Couleurs de femmes, l'été - de Kazem Shahryari - Théâtre Jean Vilar de Vitry les 24 et 25 novembre 2007



Couleurs de femmes, l'été de Kazem Shahryari sera donné au Théâtre Jean Vilar de Vitry les 24 et 25 novembre 2007 en version hongroise sous-titrée en français.

Tarif : 11,60 € Réduit : 6,80 € Réservations : 01 53 53 10 60

Théâtre Jean Vilar à Vitry-sur-Seine
1, place Jean-Vilar
en face de l'Hôtel de Ville (parking gratuit).
à 10 mn de la Pte de Choisy par la N305 ou le Bus 183.
theatrejvilarvitry@yahoo.fr

Navette AR gratuite au départ du Châtelet le samedi 24.

N'oubliez pas de faire rapidement vos réservations en appelant le 01 55 53 10 60

Le Théâtre Jean-Vilar de Vitry accueille Kazem Shahryari en résidence d'auteur sur trois ans, de 2005 à 2008.

Pour ce projet, l'écrivain place les femmes au cœur de son écriture. Deux textes au moins verront le jour et seront créés en différentes langues, pour être diffusés en France, en Roumanie et en Hongrie...
L'écrivain a rencontré des femmes de plusieurs pays d'Europe autour de leurs expériences de vie, pour nourrir son écriture. L'aventure a donc pris racine en France, puis en Roumanie, en Hongrie et en Grèce .
En Roumanie, les premiers échanges avec des femmes roumaines et hongroises, enseignantes, étudiantes et comédiennes notamment, ont été particulièrement émouvants. Deux voyages ont eu lieu, en 2005 et 2006, en Transylvanie, à quelques encablures de la frontière hongroise, à Oradea, Cluj-Napoca (capitale culturelle de la Transylvanie) et Timisoara. "On avait pas d'identité féminine, on avait pas le droit de s'affirmer..." (Corina) "La femme roumaine est une femme volontaire, qui lutte pour l'existence..."(Maria)
Tous ces moments d'échange ne constituent pas un collectage de paroles : ils doivent permettre délargir le champ d'investigation de l'auteur et d'élargir du même coup le champ du public, et qu'ensuite ces deux-là se croisent.

La version française de la première pièce a été créée au Théâtre Jean-Vilar de Vitry du 28 mars au 1 er avril 2007 et à L'Art Studio Théâtre à Paris entre mars et avril de la même année.
La version en langue hongroise sera créée ensuite à l'automne 2007 en Roumanie, au Théâtre hongrois de la Ville d'Oradea, puis diffusée à l'Opéra Maghiara de Cluj-Napoca, dans la capitale culturelle de la Transylvanie, puis au Teatrul de Stat Csiky Gergely de Timisoara et au Teatrul National Targu de Mures.

En France
Un premier travail entrepris avec la Caisse d'Action Sociale d'EDF de Villejuif a ouvert des perspectives concrètes de collaboration, y compris celles de mettre l'auteur en rapport avec des homologues grecs dans le secteur de l'énergie.
Arcadi et le Groupe des 20 Théâtres en Ile-de-France soutiennent la résidence d'auteur depuis son origine. Fontenay-en-Scènes (Fontenay-sous-Bois) s'est associé à l'aventure. L'Art Studio Théâtre dirigé par Kazem Shahryari et conventionné par le Conseil Régional d'Ile-de-France, est également impliqué.

A l'étranger
La version en langue hongroise sera créée ensuite à l'automne 2007 en Roumanie, au Théâtre hongrois de la Ville d'Oradea, puis diffusée à l'Opéra Maghiara de Cluj-Napoca, dans la capitale culturelle de la Transylvanie, puis au Teatrul de Stat Csiky Gergely de Timisoara et au Teatrul National Targu de Mures.
La tournée se poursuivra, toujours sur la saison 2006-07, en Hongrie, au Moricz Zsigmond Szinhaz de Nyiregyhaza, au Katona Jozsef Szinhaz de Kecskemet et au Csokonai Szinhaz à Debrecen.
La création en roumain au Théâtre National de Cluj-Napoca est à l'étude.
Les trois versions pourront être diffusées séparément ou en commun en France durant la saison 2007-2008."
Sources site de la Ville de Vitry-sur-Seine