mercredi 18 juillet 2012

Je me souviens, encore et toujours... par Flora

Est-ce le temps depuis trois mois et demi désespérément gris, chape de plomb au-dessus de nos têtes et sur nos cœurs, qui fait que nous avons envie de nous réfugier dans les souvenirs du passé, souvent lumineux me concernant, en dépit des difficultés de l'existence... Quand on n'a pas connu le faste, on n'a pas le regret de sa perte... Les plaisirs sont simples mais intenses !
Est-ce un jeu ressuscité sur un blog, à la « Je me souviens... » de Georges Perec ou bien la lecture du petit livre fin et savoureux de Françoise Héritier « Le Sel de la vie », qui me poussent vers ce voyage ? En tout cas, une furieuse envie m'incite à m'évader de ce présent si déprimant.
Je me souviens des orages mémorables de l'été qui chassent la chaleur torride, pour un temps. Ma grand-mère qui connaît des solutions mystérieuses, se saisit de la grosse pelle en bois qui sert habituellement à enfourner l'énorme pain rond, et la jette dehors, sous les gouttières dégoulinantes. C'est son paratonnerre à elle et je dois dire que nous avons toujours été épargnés...
Je me souviens des soirées d'hiver où l'obscurité s'installe tôt mais on tarde à allumer la lampe. Les vieilles voisines, habillées de noir, foulards immanquables encadrant les visages, réchauffent leurs vieux os douloureux à la chaleur du fourneau (kemence). Des marmonnements mystérieux peuplent la pénombre d'histoires effrayantes de morts et de fantômes...
Je me souviens de l'antique fer à repasser qui précède la version électrique. Ma grand-mère ouvre grand les énormes mâchoires du fer pour y déposer des charbons ardents. D'un geste précis mais énergique, elle lui applique un mouvement de balancier pour raviver les braises. Un doigt mouillé qui effleure la semelle sert de thermostat... Mes petites robes à rubans et à volants, fraîchement amidonnées, s'en souviennent encore...
Je me souviens des énormes sacs de jute qui servent de matelas avant l'arrivée de ceux que nous connaissons tous. Ceux d'avant, remplis, gonflés de paille fraîche qui emprisonne le soleil, à la fin de l'été, nous procurent un sommeil parfumé d'étoiles...
La liste est loin d'être exhaustive. Libre à chacun de poursuivre le voyage...
Flora

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire