mercredi 29 février 2012

Soirée des Mardis hongrois du 28 février 2012 - Quelques images












La réforme de l’enseignement supérieur en Hongrie (2/2)

"Le système hongrois diffère beaucoup de celui d’autres pays européens. Que font les jeunes hongrois avant d'entrer à l'Université ? Comment se passent les inscriptions ?


Beaucoup d’étudiants pour un petit pays
Petit pays, la Hongrie compte beaucoup d'étudiants, environ 400000 répartis dans 29 universités et un nombre encore plus important de « Hautes Écoles ». Les niveaux sont très inégaux entre les différents établissements et il est de notoriété publique que certains diplômes n'ont aucune valeur. En Hongrie avoir un diplôme universitaire permet d’accéder à un certain statut social, à une reconnaissance et beaucoup de jeunes entreprennent une formation supérieure tout en sachant qu'ils n'arriveront pas à la faire fructifier professionnellement. Certains départements ont ainsi la réputation d'accueillir les étudiants voulant passer quelques années « peinards » en ayant beaucoup de temps libre pour un travail minimal." La suite sur hu-lala.org

Aumont-Aubrac La légende, de la Hongrie à la terre de Peyre

"Une légende raconte qu'un jeune berger mendois partit en Hongrie chercher meilleure fortune. Devenu confident du roi de Hongrie, il tomba amoureux de sa fille et voulut l'épouser. Pauvre et sans terre, le roi lui refusa la main de sa fille. Il l'enleva et la ramena dans son pays d'origine. Ils se marièrent et eurent sept fils. Le roi de Hongrie, qui cherchait sa fille, finit par la localiser et vint en Gévaudan. Charmé par la région, il s'y installa, rachetant tout le pays et créant le comté du Gévaudan." La suite sur midilibre.fr

Histoires parallèles Péter Nádas

"Dans un roman-fleuve, l'auteur hongrois réveille les tumultes de l'Histoire.
Devant ce livre, on peut hésiter, comme on le ferait devant une immense paroi à gravir à mains nues : dix-huit ans d'écriture, plus de cinq pour la traduction, et un demi-siècle d'histoire embrassé dans une chronologie heurtée où s'entremêlent destins collectifs et individuels. Péter Nádas, né en 1942 à Budapest, auteur de La Fin d'un roman de famille (1991) et du Livre des mémoires (1998), est un de ces écrivains hongrois qui, tel Péter Esterházy, affrontent la longue durée, brassant les décennies et les convulsions de leur pays. Ces Histoires parallèles, qui closent la trilogie, il serait vain de vouloir les résumer. Une multitude de personnages, une imbrication d'époques, depuis la Seconde Guerre mondiale jusqu'aux lendemains de l'effondrement du mur de Berlin, une écriture sous tension, des chapitres qui oscillent entre cruauté et intimité, tout cela compose une fresque démentielle qui n'autorise aucune dérobade au lecteur." La suite sur telerama.fr

Párhuzamos történetek, traduit du hongrois par Marc Martin, avec la collaboration de Sophie Aude | Ed. Plon, coll. Feux croisés | 1 148 p., 39 € (en librairie le 8 mars).

La Hongrie maintient son taux directeur à 7,00%

"La banque centrale hongroise MNB a conformément aux attentes maintenu mardi son taux directeur à 7,00%, sur fond de renforcement de la monnaie nationale, le forint, et d'espoir d'un accord sur un crédit avec les institutions internationales.
"La décision de maintenir le taux a été votée à une large majorité au sein du Conseil monétaire", a déclaré le gouverneur de la banque centrale Andras Simor lors d'une conférence de presse.
L'option d'une baisse de taux -d'un quart de point- a également été discutée, a précisé le chef de la MNB.
"Les pronostics de la croissance économique sont toujours mauvais", a-t-il ajouté, soulignant notamment une très faible consommation des ménages liée aux hausses d'impôts et aux mesures d'austérité." La suite sur daily-bourse.fr

mardi 28 février 2012

Exposition d’Eszter Szabó 16 mars au 28 avril 2012 Galerie Taiss 14, rue Debelleyme, 75003 Paris


Sélection des œuvres récentes d’Eszter Szabó, peintre et vidéaste.

Entrée libre
Informations : www.taissgalerie.com  www.eszterszabo.hu  +33 1 42 71 18 85

Fête nationale hongroise le 15 mars 2012

Dépôt de gerbe
15 mars à 10h
Place Kossuth, 75009 Paris
S.E.M. László TRÓCSÁNYI, ambassadeur de Hongrie déposera une gerbe devant la plaque commémorative
de Lajos Kossuth.

Commémoration
15 mars à 11h
Cimetière Montparnasse, IV. Division, N° 30, Est, 1 ligne, Sud
Cérémonie à la mémoire de Blanka Teleki. En présence de S.E.M. László TRÓCSÁNYI, ambassadeur de Hongrie.



Son Excellence Monsieur László TRÓCSÁNYI
Ambassadeur de Hongrie en France
et
Monsieur Balázs Ablonczy
Directeur de l’Institut hongrois, Conseiller culturel de l’Ambassade de Hongrie

vous prient de leur faire l’honneur d’assister à la commémoration de la révolution et de
la guerre d’indépendance de 1848-1849
le 15 mars 2012 à 19h30
à l’Institut hongrois - 92, rue Bonaparte, 75006 Paris

Ces événements historiques seront évoqués à travers la conférence de Róbert Hermann, historien,
collaborateur de l’Institut et musée d’histoire militaire de Budapest et à travers la performance musicale
de Miklós Lukács (cymbalum) et de Mihály Dresch (saxophone)
Le programme est suivi d’une réception.
Information : accueil@instituthongrois.fr +33 (0) 1 43 26 06 44
Entrée libre dans la limite des places disponibles

Salon du livre 2012 du 16 au 19 mars 2012 - Stand hongrois

Le stand hongrois vous attend cette année aussi au Salon du livre de Paris avec des présentations de livres et un large échantillon des ouvrages hongrois traduits en français. Nous vous proposons des œuvres contemporaines et classiques : romans, poésie, pièces de théâtre, contes, essais, ouvrages scientifiques, albums d’art, livres de cuisine…

www.salondulivreparis.com

Dance for Nothing Chorégraphie d’Eszter Salamon Danse 10 mars à 20h 11 mars à 17h Le Collège des Bernardins

Le Collège des Bernardins | 20 rue de Poissy - 75005 Paris
Informations : www.collegedesbernardins.fr | www.eszter-salamon.com | +33 1 53 10 74 44

Dance for Nothing est un solo où la chorégraphe fait écho à une conférence de John Cage de 1949, Lecture on nothing, en produisant simultanément un flux ininterrompu de mouvements indépendamment du texte. C’est-à-dire qu’ils n’en sont ni le commentaire ni l’illustration. Dans sa conférence, Cage affirmait que : « Rien plus que rien ne pouvait être dit », il avait d’ailleurs commencé en déclarant : « Je n’ai rien à dire et je le dis ».
Dans son solo, Eszter Salamon, en utilisant les mots de la conférence comme musique et en performant parallèlement une action selon une autre temporalité, s’attache à mettre à l’épreuve le principe d’interaction sans interférence cher à Cage et nous le donne à voir avec brio.l
Entrée : 14/8€

Budapest 90 : Un regard, une époque Photographies de Philippe Gras Exposition 08 mars au 14 avril 2012 - Institut hongrois

 Philippe Gras : Travailleurs du bâtiment, Place Vörösmarty

Vernissage :  08 mars à 19h
Institut hongrois | 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Informations : accueil@instituthongrois.fr +33 1 43 26 06 44

Philippe Gras se rend en Hongrie au printemps 1990 en qualité de photographe du Festival d’Automne à Paris. Il découvre un pays qui est à un tournant important de son histoire.
L’été précédent, le gouvernement communiste hongrois a ouvert le rideau de fer qui court le long de sa frontière avec l’Autriche. Cette première brèche annonce la chute, le 9 novembre, du mur de Berlin. Mais dès octobre, le Parti au pouvoir a choisi de se dissoudre, et une sérieuse modification de la constitution a été adoptée. Des élections libres ont lieu au printemps 1990. Elles portent au gouvernement une coalition formée d’opposants sans concession au système communiste.
Cette transition se fait pour l’essentiel sans heurts. Mais la Hongrie flotte encore entre deux époques. Les nouveaux dirigeants n’ont pas d’expérience gouvernementale. Kádár, évincé en 1988 après plus de trente ans de règne, a laissé le pays lourdement endetté. La fin de l’économie administrée et de la propriété collective provoque, comme partout ailleurs dans l’ancien bloc communiste, la baisse de la production nationale et la régression du niveau de vie. L’ambiance n’est donc pas à la fête dans les rues de Budapest. La démocratie ne remplit pas les ventres. Les vêtements sont pauvres, la ville est grise. L’atmosphère y reste celle de « l’Europe de l’est ». Et pourtant l’on y perçoit comme par éclairs les signes du changement.
C’est ce monde à la fois proche et lointain que Philippe Gras ramène à notre mémoire, au fil de ses promenades à la découverte de la capitale hongroise. Car il ne s’est pas contenté de remplir son contrat avec le Festival d’automne. Comme il l’a toujours fait dans ses déplacements, il photographie pour son plaisir les gens à toutes heures du jour et de la nuit, mais encore les maisons, les ponts, les tunnels… Ces photographies jamais publiées ont été retrouvées dans les archives de Philippe après sa mort brutale en 2007. Elles nous permettent de revoir Budapest à un moment très précis de son histoire, mais aussi dans la dimension intemporelle que lui donnent la majesté de son fleuve, le contraste de ses deux rives, et le génie de ses grands architectes, ingénieurs et urbanistes.
Entrée libre

Sans repères Sélection de la « Collection Spicy » Exposition 08 mars au 14 avril 2012 - Institut hongrois

Vernissage :  08 mars à 19h
Sélection d’œuvres de la Collection Spicy, un fonds composé de cent œuvres d’art signées par de jeunes artistes hongrois, l’exposition Sans repères nous plonge dans l’univers absurde, sans repères où rien ne s’avère tel qu’il paraît être. Une peinture classique de Sasetta se révèle être la photo d’une œuvre street art de New York, tandis que des teddy bears anthropomorphes prennent le thé sous la table et que des agriculteurs hongrois font une randonnée dans un tourbillon de néons psychédeliques.
Artistes exposants :
Ádám Albert, Lőrinc Borsos, János Brückner, Katalin Farkas, Mariann Fillér, János Hegedüs, Judit Horváth, Gábor Kerekes, Adél Kiss, Katalin Koleszár, István Makáry, Jónás Mátyássy, Lenka Vanessa Narr, Viktor Oláh, Gergő Pfeiffer, Judit Rabóczky, Linda Rastatter, Viktória Régner, Eszter Szabó, Gergely Szabó, Marina Sztefanu, Júlia Vécsei, Péter Weiler
Entrée libre

Institut hongrois  92, rue Bonaparte 75006 Paris
Informations: accueil@instituthongrois.fr +33 1 43 26 06 44

Lectures hongroises, Hongrie ! Théâtre de l’Odéon, Salon Roger Blin 29 et 30 mars 2012


Hongrie / Lectures et rencontre
Alias, deuxième partie d’on ne sait quoi de Dr Anna Sivián (alias András Vinnai)
Jeudi 29 mars à 18h
Traduction Marc Martin. Lecture dirigée par Balazs Gera.
Pièce extraite du cycle présenté au Théâtre National de Budapest, Les Dix Commandements : Tu ne tueras point.

Le Tango de Satan de László Krasznahorkai
Jeudi 29 mars à 20h
  Traduit par Joëlle Dufeuilly, adapté pour le théâtre et lecture dirigée par Frank Ferrara.
Avec les comédiens de la Cie Machine Théâtre (Montpellier).

Créer aujourd’hui en Hongrie
Vendredi 30 mars à 18h
 
Rencontre avec les auteurs.
> Théâtre de l’Odéon – Salon Roger Blin / Entrée libre sur réservation present.compose@theatre-odeon.fr

Porno de András Visky
Vendredi 30 mars à 20h
 
Traduction Sophie Aude. Lecture dirigée par Thomas Quillardet.
Monologue pour une actrice.
Pièce extraite du cycle présenté au Théâtre National de Budapest, Les Dix Commandements : Tu ne voleras pas.
 
Théâtre de l’Odéon – Salon Roger Blin / Tarif unique 5€

Programme complet sur litterature-hongroise.fr

Concert du Chœur de Paris-Sorbonne - dimanche 11 mars 2012 - 16h


Concert du Chœur de Paris-Sorbonne
Œuvres pour chœur et piano de Zoltan Kodály et Benjamin Britten
Dimanche 11 mars 2012 à 16h
Réfectoire des Cordeliers 15, rue de l’Ecole-de-Médecine - Paris (6e)

« Seule la voix humaine, instrument accessible à tous, ne coûtant rien, et pourtant le plus beau de tous, peut constituer le terrain nourricier d’une culture musicale générale touchant le plus grand nombre. » Z. Kodály

Direction : Ariel Alonso
Piano : Sara Beucler, Yann Ollivo
 
Manifestation organisée avec le soutien du Pôle de Recherche et d’Enseignement Supérieur Sorbonne Universités
  
Renseignements
choeur-et-orchestre@paris-sorbonne.fr
www.culture.paris-sorbonne.fr/cops

Préventes à tarifs préférentiels(hors 1 € de frais de dossier)
1 € étudiants / chômeurs / groupes scolaires, 5 € personnel du PRES, 10 € plein tarif
Tarifs sur place le soir du concert
5 € étudiants / chômeurs / groupes scolaires, 10 € personnel du PRES, 15 € plein tarif

Produits hongrois pour vos fêtes


Madame, Monsieur,
Le 15 Mars s’approche à grand pas et vous allez certainement commémorer l’anniversaire de la révolution hongroise de 1848. Si vous souhaitez agrémenter la fête avec des spécialités hongroises nous sommes à votre disposition. Fondé en 1993 nous nous efforçons de faire connaître la gastronomie hongroise en France depuis. Vous pouvez visualiser une grande partie de nos spécialités sur notre site : www.hongrie-gourmande.com
Bien cordialement

Csoka  Jozsef

La réforme de l’enseignement supérieur en Hongrie (1/2)

"La réforme de l’enseignement supérieur fait beaucoup de remous en Hongrie. Le gouvernement Fidesz-KDNP est fortement critiqué et la contestation estudiantine prend de l'ampleur dans le pays. Adoptée en janvier, cette nouvelle loi pourrait causer de profonds changements dans la société hongroise. Ces réformes sont-elles aussi révoltantes que ce qu'en disent ses détracteurs ? Le nouveau système sera-t-il très différent des autres pays européens ?
Après d’âpres débats et quelques remodelages, la loi sur l'éducation supérieure a finalement été acceptée en décembre et entrera en vigueur à la rentrée de septembre. Pourtant, de nombreux points ont suscité la critique et les débats ont été durs, y compris au sein de la Fidesz. Bien que le système éducatif hongrois ait grand besoin d’être réformé, cette nouvelle loi a pris de nombreux jeunes au dépourvu, notamment les lycéens, qui pouvaient s'inscrire dans les universités et hautes écoles jusqu’à vendredi dernier." La suite sur hu-lala.org

La Hongrie allonge sa liste d'Églises officielles

"Le gouvernement de coalition de la Hongrie a allongé, lundi, sa liste des Églises officiellement reconnues, la faisant passer de 14 à 32.

Parmi les ajouts figurent cinq groupes bouddhistes, les Témoins de Jéhovah, l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours et deux organisations musulmanes.

Les partis de l'opposition ont boycotté le vote au Parlement, mais le parti de centre-droit Fidesz et ses alliés, les chrétiens démocrates, ont réussi à réunir la majorité des deux tiers requise." La suite sur journalmetro.com

Taxidermia : film d’horreur hongrois ou allégorie historique ?

"Alors qu’un film hongrois vient de remporter le deuxième prix au Festival du Film de Berlin en 2012, nous dirigeons nos regards sur un joyau sorti en 2006. Peu de films offrent tant de possibles lectures différentes que celui du réalisateur âgé de 33 ans, György Pálfi. Son second film est une critique de l’histoire moderne de la Hongrie à travers trois générations d’hommes.
Visuellement captivant, Taxidermia peut facilement être considéré comme un chef d’œuvre esthétique de 91 minutes, avec des effets de style qui rappellent le britannique né américain, Terry Gilliam, et le réalisateur tchèque Jan Svankmajer, sans oublier quelques touches du réalisateur britannique, Peter Greenaway. Le film suit une famille de père en fils qui se succèdent sur trois générations. Vendel Morosgovanyi (Csaba Czene), le patriarche, joue un planton obtus dans un poste militaire isolé qui se laisse abuser par ses supérieurs parce que ses pensées sont constamment tournées vers le sexe. Quand on ne lui donne pas d’ordres il se masturbe ou fantasme sur chaque femme qui lui passe sous les yeux." La suite sur cafebabel.fr

lundi 27 février 2012

Lajos Vajda, l'ange de l’École européenne hongroise

"Génial précurseur ignoré, ressuscité et célébré par de récentes expositions en Hongrie, Lajos Vajda (1908-1941) est une des passions d’Agnès Horvath, qui enseigne à l’Université ELTE de Budapest.
Le hasard a voulu qu’au moment où Thomas Cantaloube interrogeait pour Mediapart, à Budapest, Gaspar Miklos Tamas (voir ici) sur la situation hongroise, deux conférences mènent à Paris Agnès Horvath, qui ne fut autre, un temps, ce que durent les liens, que la belle-sœur du philosophe hongrois.
Elle avait réussi à retracer ici même, avec quelque complicité, un billet sur Tibor Déry (voir ici) où figure un photomontage de Lajos Vajda. Profitant de ce passage en France, elle a confié à Mediapart ce texte sur ces deux inspirateurs principaux, selon elle, de l’Ecole européenne hongroise, que furent Lajos Szabó (voir ici en anglais) et Lajos Vajda." La suite sur mediapart.fr

Les Hussards renaissent à Tarbes

"Hussard… Un mot qui siffle et roule comme deux coups de sabre en pleine charge. Dolman paré de brandebourgs d'or, d'argent ou de sang, culotte brodée et bottes fines, sabretache et shako… Cet uniforme là a fait rêver le monde entier, jusqu'au Japon… où des descendants de samouraïs le portèrent aussi, dans leur propre cavalerie.
De fait, arrivé de Hongrie au XVIIe siècle, le hussard est l'un des rares cavaliers à avoir multiplié ses régiments à travers toute l'Europe avant d'accéder au rang de mythe, dans l'histoire… épopée que retrace son musée, à Tarbes, musée unique au monde." La suite sur ladepeche.fr

dimanche 26 février 2012

Agnès Heller, un destin européen

"Ágnes Heller est une des grandes figures de la philosophie. Son œuvre se penche notamment sur la place de l'Europe de l'Est dans l'Histoire. Marxiste avant de devenir très critique des idées de Marx, cette juive hongroise née en 1929 a traversé l'Histoire tourmentée de l'Europe. Aujourd'hui elle est persécutée par le régime de Viktor Orban. Retour sur un destin européen.
Ne vous avisez surtout pas de demander un conseil à Agnès Heller. "Quand j'étais jeune, je détestais que les vieux me donnent des conseils" explique la vieille dame de 83 ans." La suite et une vidéo sur arte.tv

samedi 25 février 2012

Hongrie: le gouverneur de la Banque centrale travaillerait pour un forint

"Le gouverneur de la Banque centrale hongroise (MNB), Andras Simor, au centre d'un conflit entre le gouvernement conservateur de Viktor Orban et l'Union européenne (UE), s'est déclaré vendredi soir prêt à travailler pour un salaire mensuel symbolique de seulement un forint (0,3 cent).
Il s'agit "de mettre un terme le plus vite possible au conflit avec le gouvernement sur le salaire des responsables de la Banque centrale, conflit qui pourrait ralentir un accord entre la Hongrie et l'UE", a indiqué Andras Simor dans un communiqué publié vendredi soir à Budapest.
En 2010, le salaire mensuel du gouverneur de la MNB avait été ramené autoritairement par le gouvernement du Premier ministre controversé Viktor Orban de huit millions de forints (27.500 euros) à deux millions (6.800 euros)." La suite sur lesechos.fr

Horizon sombre pour le cinéma hongrois : Bela Tarr mène la révolte

"Entre l'élection présidentielle, la crise économique, Jean Dujardin, et la Syrie, on oublie qu'à une heure de vol de la France, un pays de l'Union européenne glisse lentement vers un régime autoritaire de plus en plus inquiétant. Si l'Europe commence à prendre des mesures de rétorsion (un blâme vient d'être prononcé par la Commission, accompagné de la suspension d'un versement de 495 millions d'euros pour l'aide aux régions les plus défavorisées), cela ne suffit pas à calmer les dérives du pouvoir.
Dernier acte en date : le cinéma. Le Monde a consacré un passionnant reportage sur un secteur qui connait aussi bien une crise économique qu'un conflit larvé avec le pouvoir en place. Il n'y a pas que la Russie, l'Iran, la Chine et la Biélorussie, entre autres, qui ont décidé de contrôler le 7e art. Depuis la nomination d'Andrew G. Vajna, ancien producteur des Rambo, Total Recall et autres Terminator au titre de Commissaire du gouvernement chargé du cinéma, rien ne va plus entre les cinéastes et le régime du premier ministre Viktor Orban. Ce dernier a donné à Vajna la mission de restructurer le secteur. Avec comme objectif souterrain de le calquer sur celui du théâtre ou de la presse, devenue muselée, censurée, pressurisée depuis son arrivée au pouvoir." La suite sur ecrannoir.fr

vendredi 24 février 2012

Nous appelons la Hongrie à respecter les valeurs fondamentales de l’UE!

Strasbourg le 17 février 2012// Réunis en Session plénière à Strasbourg, nous avons adopté jeudi 17 février 2012 avec mes collègues du Parlement européen une résolution sur les récents évènements politiques en Hongrie. Je me réjouis de ce vote qui est signe fort envoyé au gouvernement de Victor Orban pour que celui-ci cesse de bafouer les valeurs fondamentales de l’Union européenne. Plus de détails sur la résolution adoptée. [Nathalie Griesbeck] La suite sur fenetreeurope.com

Hongrie. La parade des Busó célèbre la fin de l’hiver

"La parade des Busó a lieu tous les ans à Mohács, petite ville du sud de la Hongrie. Les festivités durent cinq jours et prennent fin le jour de Mardi Gras. Cette année la parade s’est donc déroulée du 17 au 21 février.
La suite sur ouest-france.fr

Hongrie: le secteur bancaire déficitaire en 2011

"Le secteur bancaire hongrois a affiché en 2011 une perte de 92,6 milliards de forints (320 millions d'euros), a indiqué jeudi la Supervision des institutions financières PSZAF.
"Le secteur bancaire hongrois a affiché une perte de 92,6 milliards de forints en 2011, alors que le secteur avait dégagé un bénéfice de 12,3 milliards de forints (424 millions d'euros) encore en 2010", a indiqué PSZAF dans un communiqué, relevant que le secteur est déficitaire pour la première fois depuis 13 ans." La suite sur lesechos.fr

jeudi 23 février 2012

Alitalia arrive aussi à Budapest

"La compagnie aérienne Alitalia va également profiter de la disparition de Malev, avec le lancement la semaine prochaine d’une nouvelle liaison entre Rome et Budapest.
A partir du 2 mars 2012, la compagnie nationale proposera cinq vols par semaine (sauf mardi et vendredi) entre l’aéroport de Rome – Fiumicino et la capitale de Hongrie, avant de passer à un rythme quotidien le 25 mars. Les vols effectués à bord d’Airbus de la famille A320 décolleront alors d’Italie tous les jours à 16h05 pour arriver à 17h45, avec des retours quittant Budapest à 18h35 pour atterrir à 20h20." La suite sur air-journal.fr

Cinéma : « Csak a szél » remet les Roms en selle

"Csak a szél, le dernier film du jeune réalisateur hongrois Bennedek (Bence) Fliegauf séduit les critiques tout comme le jury de la Berlinale 2012. Il y a remporté l'Ours d'argent pour le Grand Prix du Jury la semaine dernière et succède donc au réalisateur culte hongrois Béla Tarr. Son film engagé, touchant et politique ravive les braises de la vague d'attentats anti-Roms de 2008-2009 et semble relancer le débat de l’intégration des communautés Rom en Hongrie." La suite sur hu-lala.org

mercredi 22 février 2012

Déficit excessif: Bruxelles propose de geler des fonds pour la Hongrie

"La Commission européenne a proposé mercredi de geler le versement de 495 millions d'euros d'aides de l'UE prévus pour la Hongrie, une décision sans précédent à ce jour dans l'UE, jugeant que le pays n'a pas fait assez pour réduire son déficit public excessif.

La Commission européenne a eu recours pour cette première à un nouvel instrument de discipline budgétaire adopté à l'automne dernier et connu sous le nom de 6 pack.

La décision prise mercredi concerne des sommes provenant du Fonds de cohésion - de l'aide aux régions défavorisées de l'Union européenne - que Budapest doit percevoir en 2013. Elle doit encore être avalisée par les Etats de l'UE en mars. Et Budapest aura ensuite jusqu'à la fin de l'année pour se conformer avant que la décision ne devienne effective." La suite sur romandie.com

Modèles naturels et scénarios imaginaires dans les œuvres de Peter Eötvös, François-Bernard Mâche et Jean-Claude Risset les 23 et 24 mars 2012 CDMC Conservatoire de Paris

On pourrait être surpris, au premier abord, de voir les noms de ces trois compositeurs associés à un même projet. Mais un regard plus approfondi et attentif sur leurs oeuvres permet de déceler les traits musicaux qui les lient d’une manière évidente – sans qu'il y ait cependant entre eux échanges ou dialogues manifestes. Ce sont des compositeurs que l'on peut qualifier d'« indépendants », ayant tracé leurs chemins à l’écart des chapelles et des modes. Une partie de leur création est placée sous le signe varèsien d’un certain « futurisme idéaliste », à la recherche de sonorités nouvelles et de cadres structurels inouïs. Pour ce qui est du conflit éternel entre poétique formaliste et poétique guidée par le contenu ou l’expression, ils ont consciemment expérimenté les deux voies, bien que semblant manifester un penchant pour les références extra-musicales, comme l'utilisation de modèles naturels, scientifiques ou encore littéraires. Ils s’intéressent à l’exploitation musicale des langues et de la parole humaine. Et, enfin, le dernier aspect les reliant serait le théâtre musical, le théâtre instrumental ou le scénario musical imaginaire. François-Bernard Mâche et Peter Eötvös ont expérimenté le théâtre musical dès les années 1969-1970 et Jean-Claude Risset introduit la notion de « scénario sonore imaginaire » pour parler de ses oeuvres mixtes. Nous espérons que ces quelques aspects communs à l’écriture musicale des trois compositeurs ouvriront la voie à une rencontre scientifique riche en explorations analytiques et esthétiques.

/// Entrée libre, réservation 01 47 15 49 86


23 mars – CDMC (16 Place de la Fontaine aux lions, 75019 Paris)
9h30 – Accueil par Laure Marcel-Berlioz et Márta Grabócz
Modération : Pierre-Albert Castanet
9h45 – Une rencontre imaginaire: scénarios de type « duel » dans les œuvres des trois compositeurs
Márta Grabócz, Université de Strasbourg et IUF
10h15 – La dérive du modèle dans les œuvres pour quatuor à cordes de François-Bernard
Mâche
Jean-Marc Bardot, professeur agrégé, chercheur associé au CIEREC (Université Jean Monnet de Saint-Etienne)
10h40 – Analyser l’imaginaire dans la musique électroacoustique de Jean-Claude Risset
Pierre Couprie, Université de Paris-Sorbonne
11h05 – pause musicale – Peter Eötvös : Conte (musique électroacoustique)
11h20 - Les modèles naturels dans la musique de Peter Eötvös : entre inspiration compositionnelle et construction d’un idéal. L’exemple de Kosmos (1961-1999)
Marie Laviéville-Angelier, Université de Paris-Est Marne-la-Vallée

11h45 –La notion de scénario sonore imaginaire et son rapport à la perception et l’interprétation dans l’œuvre mixte Luraï de Jean-Claude Risset
Elsa Filipe, doctorante, Université de Paris-Sorbonne (OMF-MINT)
12h10 – Formal and Expressive Function in the Work of François-Bernard Mâche: Implications for Narrative Computer Composition
Daniel Brown, Université de Californie, Santa Cruz (Etats-Unis)
12h35- Déjeuner
Après-midi - Modération : Jean-François Boukobza

14h30 -- Enfouissement-Extraction. Les traces du temps écoulé dans la musique de Peter Eötvös et de François-Bernard Mâche
François-Gildas Tual, Professeur d’Analyse et d’Histoire de la musique, CRR de Grenoble
15h—L’art de peindre le drame selon Peter Eötvös
Pedro Amaral, compositeur, chef d’orchestre (Portugal)
15h25-- pause musicale - Jean-Claude Risset : Resonant Soundscapes : 1/Cloches, cuivres, métal ; 2/ Filtres ; 3/Plectres

15h45-17h45 - Table ronde en présence des compositeurs
Introduction à la discussion par Jean-Claude Risset : « Nature contre nature »

24 mars – Conservatoire National Supérieur de la Musique et de la Danse de Paris - Salle Emmanuel (209 Avenue Jean Jaurès, 75019 Paris)
Modération : François Madurell
9h30 – Des rapports entre sons de la nature, sons instrumentaux et sons électroniques dans quelques œuvres de François-Bernard Mâche et Jean-Claude Risset
Laurent Pottier, Université Jean Monnet, Saint-Etienne
10h—Des modèles naturels aux décors sonores inouïs : Lady Sarashina de Peter Eötvös
Béatrice Ramaut-Chevassus, Université Jean Monnet de Saint-Etienne
10h25—De l’emploi de modèles naturels et de scénarios imaginaires dans les premières pièces mixtes de Jean-Claude Risset : Little Boy (1968-1970), Dialogues (1975) et Inharmonique (1977)
Olivier Baudouin, professeur certifié, chercheur associé à MINT-OMF, Université de Paris-Sorbonne
10h50 —Pause musicale – Jean-Claude Risset : Resonant Soundscapes : 4/ Réverbéré ; 5/ Cloches, trompes
11h05—Le temps musical dans les œuvres de François-Bernard Mâche
Georges Bériachvili, pianiste, musicologue, Conservatoire de Houilles
11h30 – Invisible pour soprano et bande (1996) de Jean-Claude Risset : universalisme et métaphore
Pascal Pistone, musicologue, compositeur et chef d’orchestre, Université de Bordeaux III
11h50- Shadows de Peter Eötvös ou le scénario imaginaire des sons.
Aurore Rivals, docteur en musicologie, artiste
12h15 François-Bernard Mâche et l’UPIC de Iannis Xenakis : vers une redéfinition des contours mélodiques
Cyrille Delhaye, G.R.H.I.S. et Université de Rouen
12h40 – déjeuner

Modération : Philippe Lalitte

14h30 – La trame électroacoustique dans Iter memor (1985) pour violoncelle et bande de François-Bernard Mâche
François-Xavier Féron, chercheur associé à l’équipe Analyse et Pratiques Musicales (IRCAM)
La pièce « Iter memor » sera intégralement jouée après l’intervention, par Hélène Latour, violoncelliste et François-Xavier Féron (partie électroacoustique)
15h 05 – Réalisme, phénomènes inouïs et continuité : à propos de la pièce Mutations et des premiers travaux scientifiques de Jean-Claude Risset (1964-1969)
Anne Veitl, chercheur
15h30 -- Le rapport entre art  et science dans les premières œuvres de Peter Eötvös
Bálint Veres, Université des Arts « Moholy -Nagy », Budapest (Hongrie)

Pause musicale : Cadenza pour flûte de Peter Eötvös, par Aurore Rivals
16h – Discussion finale, table ronde


18h30 --Concert dans la Salle Emmanuel du CNSMDP

1/ Peter Eötvös : Kosmos (1961-1999) pour piano par Georges Bériachvili
2/ Jean-Claude Risset : Nature contre nature (1996-2005) Quatre exercices rythmiques, pour percussionniste et sons fixés sur support
par Thierry Miroglio
3/ Peter Eötvös : Thunder - par Thierry Miroglio
4/ François-Bernard Mâche : Nocturne pour piano et sons enregistrés (1985)

par Georges Bériachvili

Déficit: Bruxelles propose de geler des fonds destinés à la Hongrie en 2013

"La Commission européenne va proposer mercredi à l'UE de geler le versement d'une partie substantielle des aides dues à la Hongrie en 2013 au titre de la cohésion, pour contraindre le gouvernement de Viktor Orban à réduire un déficit budgétaire jugé excessif.

Le montant exact des fonds mis sous séquestre sera décidé mercredi au cours d'une réunion des commissaires et sera ensuite communiqué par le commissaire européen chargé des Affaires économiques, Olli Rehn, a indiqué à l'AFP une source proche du dossier.

La Hongrie devrait percevoir 1,7 milliard d'euros en 2013 au titre du fonds de cohésion, et un pourcentage substantiel sera mis sous séquestre." La suite sur romandie.com

Hongrie : tout va bien, selon le gouvernement

“Médias d’opposition fermés, contrôle accru du gouvernement sur les systèmes judiciaires et bancaires, le Président de la Commission européenne exprimant ses inquiétudes quant à un déclin de la démocratie… Que se passe-t-il exactement en Hongrie ? Vous avez une chance de poser vos questions au ministre d’Etat hongrois de la Communication gouvernementale, Zoltan Kovacs, qui nous rejoint de Budapest. Bonjour monsieur Kovacs.
Juste une question : l’existence-même de votre poste n’est-elle pas déjà plutôt alarmante ? La plupart des gouvernements ont un porte-parole mais un Ministre pour la communication, est-ce que ce n’est pas révélateur de problèmes ?" La suite sur euronews.net

mardi 21 février 2012

Le A38 élu meilleur bar de l'année par le guide Lonely Planet

www.a38.hu/en/

"L'avis du Petit futé sur A 38 :

Ce long bateau soviétique, qui transportait à l'origine des galets entre l’Ukraine et la Hongrie, est devenu, après reconversion, l’un des lieux de sortie préférés des Budapestois avec son bar-piste de danse en été sur le pont, son restaurant et surtout sa salle de concerts en cale à la programmation aussi excellente qu'éclectique (artistes hongrois et étrangers). Le A 38 s'est récemment enrichi d'un espace d'exposition. Un must de la nuit budapestoise !" Source : petitfute.com

En troisième position : le Szimpla Kert

Les résultats complets : lonelyplanet.com

La suspension des fonds européens se concrétise en Hongrie

"En l'absence de réactions satisfaisantes du gouvernement hongrois, sommé de redresser ses comptes publics, la Commission pourrait proposer des sanctions dès cette semaine.
Budapest est sur le point de franchir le Rubicon. En raison d’infractions répétées, depuis juillet 2004, aux limites de déficit public fixées par l’UE, la Hongrie prend le risque de se voir privée d’une partie des subventions européennes qu’elle perçoit. Pendant la période 2007-2013, quelque 8,6 milliards d’euros lui sont attribués au titre du fonds de cohésion." La suite sur euractiv.fr

Hongrie : Budapest signe le nouveau pacte budgétaire européen

"Le parlement hongrois a adopté lundi soir à une majorité écrasante la résolution qui permettra à Budapest de rejoindre le nouveau pacte budgétaire de l'Union européenne.
La résolution a été présentée par le ministre des Affaires étrangères du gouvernement conservateur, Janos Martonyi, et a été adoptée par 304 voix, celles des députés du parti Fidesz au pouvoir et celles du plus grand parti de l'opposition, le MSZP (socialiste). Le parti d'extrême droite Jobbik a voté contre la résolution (42), alors que les verts du LMP ont choisi l'abstention (15)." La suite sur francesoir.fr

Premiers jours : 1re grande exposition internationale sur le Néon dans l’Art, à la Maison rouge

"Du 17 février au 20 mai 2012, la Maison rouge accueillera « Who’s afraid of red, yellow and blue ? », la première grande exposition internationale consacrée au néon dans l’art, des années 1940 à nos jours. Plus d’une centaine d’œuvres historiques ou inédites, de pionniers comme Gyula Kosice et Lucio Fontana au début des Années 1940-1950, François Morellet, Bruce Nauman, Joseph Kosuth, Maurizio Nannucci ou Mario Merz dans les Années 1960, à des artistes tels que Jason Rhoades, Jeppe Hein, Alfredo Jaar, Claude Lévêque, Miri Segal et tant d’autres… " La suite sur evous.fr

La Maison rouge, 10 boulevard de la Bastille 75012 Paris 01 40 01 08 81, du mercredi au dimanche de 11 à 19h, nocturne le jeudi jusqu’à 21h, fermée le 1er mai, le 25 décembre, et le 1er janvier Métro Quai de la Rapée (5) ou Bastille (1, 5 ,8) RER Gare de Lyon bus : 20/29/91
Les espaces d’exposition sont accessibles aux visiteurs handicapés moteur ou aux personnes à mobilité réduite, 7 ou 5 € (13-18 ans, étudiants, maison des artistes, plus de 65 ans), gratuit aux moins de 13 ans, aux chômeurs, aux accompagnateurs de personnes invalides, aux membres de l’ICOM et aux Amis de la Maison rouge.

lundi 20 février 2012

Journées du film francophone en Hongrie - 2ème édition

Le programme complet à Budapest, Szeged, Szolnok, Debrecen, Pécs, Miskolc sur le site de l'Institut français de Budapest

Les municipalités inondent le marché de l'immobilier

"Les autorités locales souhaitent équilibrer leurs budgets qui s'effondrent par la valorisation massive de leurs biens immobiliers. On peut ainsi s'attendre à ce que des immeubles municipaux, pour un ordre de grandeur de plusieurs milliards de forint arrivent sur le marché d'après le quotidien Napi Gazdaság. Des municipalités même sans difficultés financières vont mettre des immeubles en grand nombre sur le marché."

"A helyhatóságok tömeges ingatlan-értékesítéssel kívánják egyensúlyban tartani megroggyant költségvetésüket, így várhatóan milliárdos nagyságrendben esnek a paicra eladó önkormányzati ingatlanok – írja a Napi Gazdaság. Olyan önkormányzat is nagy tételben borít a piacra ingatlanokat, amelyik nincs rossz anyagi helyzetben." La suite sur hvg.hu

La banque Crédit Agricole part de Hongrie

"Crédit Agricole (ACA.FR) a entamé ses préparatifs pour quitter la Hongrie, rapporte lundi le quotidien hongrois Napi Gazdasag.
La banque a indiqué précédemment qu'elle allait mettre fin à ses activités dans 21 pays et se recentrer sur les 32 pays générant 85% du produit intérieur brut mondial.
Cette décision affecte 60 salariés du groupe en Hongrie et 1.750 dans le monde.
Selon Napi Gazdasag, un groupe financier russe serait intéressé par la reprise de la branche hongroise de Crédit Agricole.
Site Internet: www.napi.hu" Source : zonebourse.com
Voir aussi hvg.hu en hongrois

Plusieurs centaines d’étudiants ont manifesté à Budapest

"Excédés par la réforme de l'éducation supérieure et par les nouveaux critères d'admission dans les universités, des étudiants sont descendus dans la rue mercredi après-midi à l'appel de "Hallgatói Hálózat" (le réseau étudiant)." La suite sur hu-lala.org

Les Huit

"«  Les Huit  » (en hongrois Nyolcak) est un groupe d'artistes d’avant-garde hongrois fondé à Budapest en 1909 et regroupant les peintres Róbert Berény, Dezső Czigány, Béla Czóbel (1883-1976), Károly Kernstok, Ödön Márffy (1878-1959), Dezső Orbán, Bertalan Pór et Lajos Tihanyi. Il n'a adopté définitivement ce nom qu'en 1911.
Inspiré par l'œuvre de Paul Cézanne et le Fauvisme, ce groupe d'artistes est le premier, en Hongrie, à se démarquer de tout académisme. En 1911, les « Huit » ont été rejoints par les sculpteurs Vilmos Fémes Beck et Márk Vedres et l'écrivaine et graphiste Anna Lesznai." La suite sur une ébauche d'article dans Wikipedia

István Csurka enterré en héros

"Le dramaturge et politicien István Csurka a eu droit à un bel hommage samedi pour ses funérailles à Kerepesi, le cimetière "VIP" de Budapest. En présence de nombreuses personnalités politiques de la Fidesz et de l'extrême-droite hongroise, il a été enterré dans l'espace réservé aux héros de 1956. Les visiteurs du "Père Lachaise" local peuvent donc dorénavant compter Istvan Csurka parmi les figures emblématiques de la nation hongroise." La suite sur hu-lala.org

"Just The Wind", de Bence Fliegauf - Ours d'argent, Grand Prix du Jury

Synopsis. Hongrie, 2012. Des familles entières de la communauté tsigane sont littéralement traquées et assassinées par des milices, la nuit. Une de ces familles décide de partir vivre au Canada. En attendant, chaque membre : la mère, la fille et le jeune fils, font tout pour ne pas se faire remarquer. Mais où qu'ils aillent, ils se trouvent face à la menace, au danger." La suite et la vidéo d'un entretien avec Bence Flieghauf sur arte.tv

dimanche 19 février 2012

Berlin 2012 : L'Ours d'argent du Grand prix du jury a été remis à Just The Wind du hongrois Bence Fliegauf

"L'Ours d'argent du Grand prix du jury a été remis à Just The Wind du hongrois Bence Fliegauf, sur le racisme subi par les Roms dans la Hongrie d'aujourd'hui. Grand prix du jury : Csak a szél (Just The Wind) de Bence Fliegauf." Source : premiere.fr

samedi 18 février 2012

Exposition photographique András Solymos du 2 au 23 février 2012


Docteur Schmitt et Mister Président

"Plagiat du doctorat
Depuis quelques semaines le Président de la République hongroise, Pál Schmitt, vit des jours difficiles : un fait plus qu’inconfortable le concernant a été découvert. Selon le journal HVG, en 1992, Schmitt aurait copié mot à mot dans sa thèse de doctorat 180 pages d’une étude du diplomate sportif bulgare Nikolai Georgiev. Rédigées à l’origine en français, Schmitt n’a eu qu’à traduire ou faire traduire les pages concernées." La suite sur le Journal francophone de Budapest

ONU, des expertes fustigent la Hongrie pour le non respect des droits des sans-abris

"Depuis peu, la Hongrie criminalise le fait d'être sans domicile fixe (SDF), elle menace de poursuites et de sanctions sous forme d'amendes ou de prison les personnes vivant dans la rue.

Ce 15 février, deux expertes indépendantes des Nations Unies sur les droits de l'homme ont interpellé le gouvernement hongrois sur cette législation qui prive les sdf de leurs droits et liberté.

La Rapporteuse spéciale des Nations Unies sur l'extrême pauvreté et les droits humains, Magdalena Sepulveda déclare dans un communiqué de presse: « Les personnes qui n'ont pas d'autres choix que de vivre dans la rue risquent désormais des poursuites criminelles. Cette nouvelle loi est mise en œuvre dans un contexte où la crise économique et financière force un nombre croissant de familles à vivre dans la rue. Au lieu d'utiliser des fonds publics pour les aider, la Hongrie organise des opérations punitives coûteuses contre eux pour sanctionner leur comportement de survie ».

D'après les estimations, il y aurait entre 30.000 et 35.000 sans-abris dispersés dans les villes magyares." La suite sur terrafemina.com 

Hongrie : Bruxelles attend la réponse de Budapest

"Le gouvernement hongrois a répondu vendredi aux procédures d’infractions lancées par la Commission européenne qui reproche à Budapest l’adoption de lois mettant en danger l’indépendance de la Banque centrale, de la justice et de la presse.
Bruxelles a donné un mois au gouvernement Orban pour modifier les textes concernés sous peine de poursuites en justice.
La Hongrie qui manque de crédibilité sur les marchés obligataires ne peut plus se financer à des taux supportables, a donc besoin d’un crédit du FMI et de l’Union européenne,. Mais Bruxelles a conditionné les négociations à l’abandon d’une réforme qu’elle juge dangereuse pour l’indépendance de la Banque centrale hongroise." La suite et vidéo sur euronews.net

vendredi 17 février 2012

Vers un patriotisme culturel ?

"Changements dans le milieu culturel
Des institutions emblématiques vont disparaître du paysage culturel alternatif de Budapest. Ces disparitions marquent la fin d’une décennie prospère alors qu’une nouvelle étape débute avec la reprise en main du Trafó, du Gödör et du Nouveau Théâtre, institutions culturelles symboliques.
Le changement de direction inattendu du Trafó, théâtre et centre d’art contemporain, et du Gödör, centre musical et artistique, a surpris les artistes et aussi le public, qui, subitement, se voient privés de leur lieu de travail et de représentation ou de leur centre culturel préféré. Quant au Nouveau Théâtre (cf article JFB n°353), c’est un tandem de choc, proche de l’extrême droite, György Dörner et István Csurka (décédé en début de mois) qui a été nommé pour le diriger.
Ces changements sont contestés par les intellectuels budapestois." La suite sur le Journal francophone de Budapest

La paille, la poutre… et Trianon

"Pour s’autoriser à faire des reproches, faut-il nécessairement être irréprochable ? Parmi les Vingt-Sept, certains se sentent, politiquement et/ou historiquement, «gênés» de donner des leçons.
Les débats sur la Hongrie, au sein du groupe PPE (conservateurs, première force politique du Parlement), ont parfois dérivé, en interne, sur des pailles et des poutres. Celle dans l’œil du voisin, celle qu’on a dans le sien." La suite sur dna.fr

Hugues Seress le musicien venu du froid

"Hongrois d’origine, Hugues Seress enseigne au conservatoire et en Sorbonne. Il donne le 21 février une conférence sur Béla Bartok.
La Hongrie est une terre de passage, à la fois tournée vers l'Occident et l'Orient, elle a toujours été envahie, des Huns aux Ottomans. Et si la Hongrie est une terre de passage, Hugues Seress en est un bel exemple : né en France de parents hongrois réfugiés dans les années 50, il a grandi dans les années 70 à Pècs, au Sud de la Hongrie, avant de revenir en France à l'âge du lycée. A Lille, très précisément. " La suite sur lanouvellerepublique.fr

Guerre de tranchées hongroise au Parlement européen

"L’aile gauche du Parlement et les libéraux ont adopté une résolution ferme contre la Hongrie et sa nouvelle Constitution. La droite dénonce une condamnation sans jugement, alors que la Commission continue son enquête.
Une nouvelle fois, les députés européens se sont déchirés sur le dossier hongrois. Trois projets de résolutions ont été soumis au vote jeudi 16 février. Le texte rédigé en commun par les socialistes, libéraux, verts et communistes l'a finalement emporté.
Il « fait part des graves inquiétudes quant à la situation hongroise en ce qui concerne l’exercice de la démocratie ». Depuis la mise en place de la nouvelle Constitution le 1er janvier 2012, les détracteurs du Premier ministre Viktor Orban l’accusent d’avoir fait adopter un texte liberticide favorisant la main mise de son parti, le Fidesz, sur les institutions du pays." La suite sur euractiv.fr

Le Parlement européen menace de sanctionner la Hongrie

"Le Parlement européen a décidé jeudi d'évaluer si les lois récemment adoptées en Hongrie contreviennent aux valeurs européennes, et a menacé, si cela était avéré, de suspendre ce pays de ses droits.
La commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures du Parlement sera chargée de ce travail, ont décidé les parlementaires dans une résolution adoptée à Strasbourg avec les voix de la gauche, des écologistes et des libéraux, mais sans celles des conservateurs, la famille politique du Premier ministre hongrois Viktor Orban." La suite sur rtbf.be

jeudi 16 février 2012

Orbán pousse le président Schmitt vers la sortie

"Dans son édition de mardi, le journal Népszava a révélé que Viktor Orbán envisagerait de pousser Pál Schmitt à démissionner de sa fonction de président de Hongrie. Le chef du gouvernement aurait par ailleurs l'intention de le remplacer par l'actuel ministre des Affaires étrangères, János Martonyi.
Lors d'une rencontre de trois jours à huis clos entre députés Fidesz à Eger la semaine dernière, le Premier ministre Orbán aurait dit vouloir «lâcher» l'ancien double champion olympique d'escrime Pál Schmitt. La raison officielle : l'onde de choc provoquée par le scandale de plagiat qui éclabousse le président dans l'opinion publique hongroise." La suite sur hu-lala.org

Pour comprendre la Hongrie

"Site sur l’actualité hongroise, Hulala est précieux tant la langue hongroise constitue souvent un obstacle à la compréhension du pays

Il ne faut s’arrêter ni au nom – Hulala – ni au logo – un paprika. Hu-lala.org est un site sérieux. Fondé en 2009 par trois journalistes français aujourd’hui trentenaires, établis à Budapest, il constitue l’une des rares sources d’information francophones sur la Hongrie." La suite sur la-croix.com

Critiqué, Andrew Vajna défend sa réforme du cinéma hongrois

"Le producteur américain à succès Andrew Vajna, critiqué en Hongrie et à l'étranger, défend dans un entretien à l'AFP sa réforme du cinéma hongrois destinée, selon lui, à le rendre plus transparent et plus professionnel avec l'objectif d'élargir son public.
"Mon objectif est l'introduction d'un système moderne de la production des films en Hongrie", explique le producteur d'origine hongroise, âgé de 67 ans.
Depuis début 2011, Andrew Vajna - qui compte parmi ses blockbusters les films d'action "Rambo", "Terminator" ou le film musical "Evita" - est devenu commissaire responsable des films dans le pays." La suite lexpress.fr

Wizz Air va relier Debrecen à Londres

"La compagnie hongroise Wizz Air spécialiste du vol low cost va lancer une nouvelle liaison cet été entre Debrecen, seconde ville de Hongrie, et Londres.
A partir du 18 juin 2012, Wizz Air volera trois fois par semaine depuis l’aéroport de Debrecen vers celui de Londres Luton, devenant à l’occasion la seconde compagnie aérienne à offrir des vols internationaux depuis cette ville après TAROM (depuis Bucarest). Les vols partiront depuis la seconde ville de Hongrie les lundi, mercredi et vendredi à 10h10 pour une arrivée à 11h55. Les vols retours partiront depuis Londres Luton à 6h00 (arrivée à 9h40).
Il n’y aucune concurrence en vol direct sans escale entre Debrecen et Londres, Budapest étant réliée à Londres quant à elle, par Wizz Air, British Airways ou easyJet… et prochainement Ryanair, suite à la cessation d’activité du transporteur hongrois Malev." La suite sur air-journal.fr

Ryanair: réservations record à Budapest

"La compagnie aérienne low cost Ryanair a enregistré 25% de réservations de plus qu’attendu sur ses 32 routes vers et depuis Budapest, où elle inaugurera sa base vendredi prochain.
Anticipant une « année record » sur l’aéroport de la capitale hongroise, la compagnie irlandaise lancera le 17 février 2012 sa 51eme base (la première en Hongrie et la 50eme par ordre chronologique, Chypre ouvrant en avril), d’où elle espère transporter 2,4 millions de passagers d’ici fin décembre. Ryanair avait annoncé cette base le 3 février dernier, jour où la compagnie nationale Malev avait cessé ses opérations." La suite sur air-journal.fr

mercredi 15 février 2012

Alerte au smog dans 17 villes de Hongrie

"L’Institut National de la Santé et de l’Environnement a annoncé ce week-end que dix-sept villes hongroises avaient atteint des pics de pollution atmosphériques dangereux pour la santé de la population.
Les conditions météorologiques n’étant pas favorables à une amélioration, le cabinet du maire de Budapest a maintenu, en parallèle, son bulletin d’alerte lancé mercredi dernier dans la capitale. L’alerte avait été donnée suite aux résultats d’une première série de prélèvements frisant le seuil des 75 mg par mètre cube d’air il y a une semaine." La suite sur hu-lala.org

Accouchement à domicile : Ágnes Geréb condamnée en appel

"Vendredi dernier, la Cour d’appel de Budapest a prononcé son verdict dans l'affaire Ágnes Geréb, obstétricienne et sage-femme connue en Hongrie pour être la pionnière de l'accouchement à domicile. Sa condamnation à deux ans de prison ferme a été confirmée.
Suite à un incident survenu lors d’un accouchement à domicile (les secours avaient dû intervenir), le docteur Ágnes Geréb a été arrêtée en octobre 2010. Elle a été libérée après 10 semaines de détention préventive en décembre 2010 (grâce notamment à l'intervention de la Cour européenne des Droits de l'Homme) et assignée à résidence depuis. Condamnée en première instance en mars 2011, elle a vu sa demande de grâce présidentielle refusée par Pal Schmitt en juin 2011." La suite sur hu-lala.org

la Soirée Tzigane présente Sziget Night avec Söndörgö + O’djila + Dj Boris Viande vendredi 23 mars 2012 à La Bellevilloise

"SöNDöRGő (SÖNDÖRGŐ – prononcer – Shoendoergueu)

Originaires de Szentendre, un petit village à minorité serbe à côté de Budapest, fait partie de cette nouvelle génération d’orchestres virtuoses ! Les cousins David et Aron Eredics, au saxophone, à la clarinette, au tarogato, au tambura, et à la darbuka, accompagnés par leur fidèle contrebassiste Attila Buzás ont été rejoints par les petits frères Salamon et Benjamin au tambura alto et à l’accordéon. C’est une histoire de famille ! Ils prennent le flambeau sur les pas de leurs pères et oncles, pour transmettre cette musique d’une façon à la fois respectueuse et libre." La suite sur belleville-village.com

Le 23 mars 2012 à 20h00.
La Bellevilloise
19/21, rue Boyer 75020 - Paris
Tél. : 01 46 36 07 07
www.labellevilloise.com

Annulé ! Concert des boursiers Annie Fischer Péter Kiss, piano et Péter Szűcs,clarinette Musique 16 février à 20h Institut hongrois

En raison des difficultés dues à la faillite de la compagnie aérienne nationale hongroise Malév, nous sommes contraints d'annuler le concert. Veuillez nous excuser pour le désagrément occasionné. (L'Institut hongrois)

Péter Kiss - Entre 2005 et 2010, il étudie à l’Académie de musique Franz Liszt à Budapest et à l’Hochschule für Musik und darstellende Kunst à Francfort sous la direction Attila Némethy, Balázs Szokolay, Rita Wágner, Gábor Csalog et Catherine Vickers. Il est membre de l’ensemble Ludium dirigigé par Gábor Csalog, spécialisé dans les œuvres de György Kurtág et du Trio Inception. En 2011, il obtient le prix Artisjus et la bourse Annie Fischer.
Péter Szűcs - Etudiant de Tibor Dittrich, diplômé de l’Académie de musique Franz Liszt à Budapest, en 2008, il travaille régulièrement avec l’orchestre de chambre UMZE et avec des artistes réputés tels qu’Ádám Fischer, Vladimir Ashkenazy, Péter Eötvös, Zoltán Rácz, András Keller, Klaus Thunemann, Hansjörg Schellenberger, Radovan Vlatkovic, Csaba Klenyán. Il est membre de l’Ensemble Ludium et l’orchestre de jazz Septett dirigé par Dezső Oláh. En 2011, il obtient la bourse Annie Fischer.
Au programme : Œuvres de Zoltán Kodály, Béla Bartók, Rezső Kókai, Leó Weiner, Ferenc Farkas.
Entrée libre
Institut hongrois, 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Tél. : 01 43 26 06 44
Métro: Saint-Sulpice ou Mabillon
Bus: 58, 84, 89
info@instituthongrois.fr
http://www.instituthongrois.fr/

Sziget Night à La Vapeur - Dijon le jeudi 22 mars 2012 - Musique balkanique et tzigane

www.lavapeur.com
www.myspace.com/sondorgoensemble
www.myspace.com/vojasa
www.szigetfestival.fr/
www.facebook.com/szigetfrance

Barbara Palvin, la nouvelle égérie de L'Oréal Paris


"Le nouveau visage de L'Oréal Paris
La marque de cosmétiques L'Oréal Paris a choisi la belle hongroise Barbara Palvin pour être l'égérie de son rouge à lèvres "Rouge Caresse". La campagne publicitaire sera dévoilée en avril 2012." La suite sur trenditude.fr

Tibor Sekelj: ethnologue, écrivain, journaliste et... espérantiste

"Le 14 février 2012 ce n’est pas seulement la Saint-Valentin, c’est aussi le centième anniversaire de la naissance de Tibor Sekelj, né le 14 février 1912 à Spišská Sobota en Autriche-Hongrie (aujourd'hui en Slovaquie), mort le 23 septembre 1988 à Subotica en Yougoslavie, Vojvodine). A l'occcasion du centenaire de sa naissance l'Union européenne d'espéranto a proclamé l'année 2012 « Année de Tibor Sekelj »." La suite sur mediapart.fr

Hérault L’antenne française du Sziget, le Woodstock hongrois, est à Montpellier

"András et Anita repèrent les artistes francophones et affréteront cinquante bus pour Budapest.
Le Sziget est un géant : un millier d’événements dont quelque 500 concerts, 400 000 visiteurs de soixante nationalités, des têtes d’affiche du calibre de Prince en 2011, le tout pendant une semaine sur une île de Budapest.
Du 6 au 13 août, la 20e édition du Woodstock hongrois devra aussi confirmer son nouveau statut : le Sziget vient d’être élu “meilleur grand festival européen” au cours des European Festival Awards, devant une vingtaine d’autres poids lourds d’un secteur de plus en plus concurrentiel à l’échelle du continent.
Cette récompense fait notamment la fierté d’un couple installé à Montpellier : András Ecsedi-Derdák et Anita Földes sont les représentants en France du Sziget, qui possède une vingtaine d’antennes en Europe. Ils ont succédé l’an dernier à Kristina Rady, l’épouse de Bertrand Cantat qui s’est suicidée en janvier 2010." La suite sur midilibre.fr

mardi 14 février 2012

La Hongrie en marche arrière

"Aujourd'hui, départ pour la Hongrie.
A Budapest on manifeste. " 56 les tanks ! 2012 les banques !"
Qui compare ainsi l'entrée des tanks soviétiques dans Budapest en 1956 et la dictature des banques qui écrasent aujourd'hui le pays ? Non pas un mouvement altermondialiste, ni un NPA local, mais la foule qui manifeste en soutien au très droitier premier ministre Viktor Orban. La crise de la dette et la faillite des dogmes néolibéraux profitent à la droite conservatrice dure mais aussi au Jobbik, un parti d'extrême droite ouvertement raciste.
Bienvenue en Hongrie !

Reportages Antoine Chao et Daniel Mermet."
A écouter sur franceinter.fr

Note de lecture : Viviane Chocas - Je vais beaucoup mieux que mes copains morts

Parmi mes lectures favorites de cet hiver, je voudrais signaler ce petit ouvrage plein de beauté, de délicatesse, d'humour, de folie, de poésie... Viviane Chocas a un vrai style. Sa plume est limpide et belle. Son écriture ? Une chansonnette légère qui nous raconte une histoire invraisemblable, un conte de Noël qui se déroule dans un lieu inimaginable avec des personnages à mille lieux des habituels héros romanesques. Et pourtant...
C'est un conte sensuel et grave. C'est une ballade aux confins de la vie où la proximité de la mort donne toute la saveur des instants délicieux et fous, remplis d'aventures loufoques dans un lieu qui en est l'antithèse. Comment s'échapper d'une maison de retraite, faire la nique à la mort qui nous guette au travers de détours dans le passé, dans les souvenirs. Comment la jouissance de chaque instant peut donner à chaque seconde de vie, même dans une chaise roulante, la fulgurance d'un plaisir volé à l'éternité...
Merci Viviane pour ce petit délice, sans oublier le petit clin d'oeil à ses racines magyares.
JPF

Viviane Chocas, « Je vais beaucoup mieux que mes copains morts »,
Editeur : Héloise d'Ormesson, 180 p., 17 euros.

Viviane Chocas est aussi l'auteur du savoureux Bazar magyar

Imre Kertész : fiction et vérité De l’être sans destin - Conférence de Jérôme Goude le 17 mars 2012 à Toulouse



L’Association franco-hongroise de Midi-Pyrénées présente
Conférence de Jérôme Goude critique littéraire au Matricule des Anges


Imre Kertész : fiction et vérité
De l’être sans destin


Au cours de cette conférence, Christiane Terrisse lira une intervention de Michel Lapeyre sur Imre Kertész : "Survivre", et Yvette Goldberger-Joselzon présentera quelques extraits de textes d’Imre Kertész. 

SAMEDI  17 MARS  à  18:30
Salle Osète, 6 rue du Lieutenant-Colonel Pélissier à Toulouse

Entrée libre

Pour tous renseignements :
AFH-MP chez Tímea Pourtet-Gráczki 34 avenue Jules Julien 31400 Toulouse –Tel 06 64 19 28 71

Conférence - Dîner-débat - La Hongrie: une dictature de type nouveau?

INSTITUT D’HISTOIRE SOCIALE

La Hongrie, qui a accompli la première révolution
antitotalitaire en 1956; qui a ouvert sa frontière avec
l’Ouest en 1989, permettant ainsi à des milliers
d’Allemands de l’Est de fuir vers l’Autriche;
qui a adhéré à l’Alliance atlantique
et à l’Union européenne;
la Hongrie, qui a fait siennes les valeurs démocratiques
aujourd’hui menacées par la politique
du Premier ministre Victor Orbán
soutenu par le Fidesz, le parti majoritaire,
va-t-elle renoncer ou, au contraire, réagir?
Nous vous proposons d’en débattre
avec Jacques Rupnik
politologue spécialiste des problématiques de l’Europe centrale et orientale.
ancien conseiller du président Vaclav Havel,
président du club Grande Europe.
jeudi 16 février 2012 à 18h00
Entrée libre, dans la limite des places disponibles ; la conférence débat se poursuivra, comme à l’accoutumée, autour d’un repas mais, contrairement à l’habitude, nous nous réunirons dans un petit restaurant tout proche, avec, au menu, un «couscous maison» (participation : 18,00 €). Il nous faut pouvoir, à l’avance, indiquer au restaurateur le nombre exact de convives ; nous comptons donc sur votre compréhension pour nous faire part de votre demande d’inscription au dîner AVANT le mardi 14 février.
Contact, informations, inscriptions : Institut d’Histoire Sociale
✉ 4, avenue Benoît-Frachon – 92023 Nanterre Cedex
 ✆ 0146140929 – courriel : activites@souvarine.fr