mercredi 31 juillet 2013

Cours de l'Euro flirte avec les 300 Forint Hongrois le 31 juillet 2013

Cotation Euro / Forint Hongrois

le 31/07/2013 à 14:32:31

300.05
0.41 % (1.24)
plus haut : 300.43
plus bas : 298.75
ouverture : 298.88

Euro Forint Hongrois désigne la valeur de l'Euro exprimée en Forint Hongrois. Euro / Forint Hongrois désigne donc le taux de change de l'Euro en Forint Hongrois, c'est à dire la valeur de la monnaie européenne exprimée en monnaie hongroise.
Source : daily-bourse.fr

Dès la mi-août, la Hongrie aura intégralement remboursé son prêt contracté auprès du FMI

Communiqué de l'Ambassade de Hongrie en France
Dans une lettre datée du 15 juillet, le ministre de l'économie nationale Mihály Varga a informé le directeur du FMI Reza Moghadam de l'intention de la Hongrie de rembourser intégralement le prêt du FMI contracté par le pays en 2008 le 12 août 2013, c’est-à-dire avant la date prévue.
Cette option est uniquement ouverte aux pays disposant de réserves financières suffisantes, d’une politique budgétaire stable et d’indicateurs positifs concernant le climat économique.

L'Affaire Eszter Solymosi: pogrom magyar

"Dans L'Affaire Eszter Solymosi, le romancier hongrois Gyula Krúdy relate un fait divers de 1882 qui déclencha une vague d'antisémitisme dans son pays.
En Hongrie, Gyula Krúdy est un auteur incontournable, aussi célébré que Sándor Márai. Né en 1878 dans la petite noblesse provinciale, mort en 1933 à Budapest, ce dandy amateur de jeux et de jupons a inventé un univers onirique très original, un subtil mélange de féerie et de lyrisme qui a donné naissance à quelques chefs-d'oeuvre. N.N., par exemple -traduit aux éditions Virág-, confession d'un enfant illégitime qui s'obstine à dissimuler son visage pour mieux explorer les multiples mystères de la Hongrie rurale du début du XXe siècle, sorte de maison hantée où défilent Tziganes, revenants et somnambules, comme dans une toile de Chagall. On retrouve cette ambiance fantomatique tout au long de L'Affaire Eszter Solymosi, parue d'abord en feuilleton dans un quotidien de Budapest, en 1931." La suite sur lexpress.fr 

Atelier linguistique et culinaire : roumain et hongrois - Jeudi 26 Septembre 2013 19:00

© Jef Bonifacino
Avec Agnes Balla (hongrois)
et Mihaiela Pomian & Olivier Molle, Institut Culturel Roumain (roumain)
Comment dit-on courgette en roumain ? Fourchette en frioulan ?  Brochette en azéri… ?
Cette année encore, les langues seront salées, sucrées, frites, rôties, cuites au beurre ou à l’huile, ou en cocotte ou à l’étouffée ! Onze langues d’Europe et d’Orient sont à découvrir au fil de savoureuses recettes exécutées sur le vif par des locuteurs natifs toqués de cuisine. Retrouvez-les dans le « Passeport pour les langues » et réservez vite, le nombre de places est limité !
Ces ateliers sont organisés en partenariat avec l’Association France-Frioul, l’Atelier parisien de Langues et de Cultures slaves, l’Inalco, l’Institut culturel roumain, la Maison de l’Azerbaïdjan et Oghouz – Association des Etudiants ouïghours de France

Participation libre.
Entrée libre pour les détenteurs du Passeport pour les Langues.
Informations et réservations : 01 40 24 00 55

LANGUES DE CUISINES
Semaine de la diversité linguistique #6
à la Maison d'Europe et d'Orient
du vendredi 20 au samedi 28 septembre 2013

★ vendredi 20 septembre à 19h30
PHOTOGRAPHIE / VERNISSAGE
Bouriates

de Jef Bonifacino

★ samedi 21 septembre à 16h
LANGUES / RENCONTRE
De l’Atlantique à l’Oural, langues en danger
avec François Jacquesson, directeur du programme LACITO (« Langues et civilisations à tradition orale ») du CNRS
et Anahit Minasyan, spécialiste du Programme des langues en danger de l’UNESCO

★ samedi 21 septembre à 19h30
THÉÂTRE / CABARET
Cantine syldave
par la Brigade Internationale et la Compagnie Sur le seuil

★ du lundi 23 au vendredi 27 septembre :
Ateliers linguistico-culinaires
23 septembre à 19h : turc & persan
24 septembre à 19h : frioulan & slovène
25 septembre à 19h : azérbaïdjanais & ouïghour
26 septembre à 19h :  roumain & hongrois
27 septembre à 19h : tchèque, polonais & sorabe

★ vendredi 27 septembre à 18h30
LANGUES / RENCONTRE
Que racontent nos langues ?
Par le Centre d’Animation et de Formation pour l’Education Bilingue et Plurilingue (CAFÉ BILINGUE)

★ samedi 28 septembre à 20h30
THÉÂTRE / SPECTACLE
Feux croisés. Journal de la Révolution Syrienne
de Samar Yazbek, par Soleïma Arabi

Manifestations organisées dans le cadre de la journée européenne des langues, de la Semaine des Cultures Étrangères, du Passeport pour les langues et de la Fête de la Gastronomie.
En partenariat avec la Région Île-de-France, la DGLFLF, le FICEP et Café Bilingue.



Maison d'Europe et d'Orient - Centre culturel européen
[Librairie / Galerie / Studio – Bibliothèque Christiane Montécot
Eurodram-Réseau européen de traduction théâtrale – Editions l'Espace d'un instant – Théâtre national de Syldavie]
3 passage Hennel - 75012 Paris - Tél.: +33 1 40 24 00 55 - Fax: +33 1 40 24 00 59
www.sildav.org
 

mardi 30 juillet 2013

Crédits en devise - Un plan de sauvetage prévu par le gouvernement

"Les crédits en devise posent question au gouvernement hongrois, qui souhaite appliquer un plan de sauvetage. Les charges de ce plan devraient reposer sur les épaules des banques mais le ministre de l'Economie nationale Mihály Varga se dit ouvert aux négociations." La suite sur lepetitjournal.com

Hongrie: augmentation de l'imposition des placements bancaires

"Le gouvernement conservateur hongrois a annoncé lundi une augmentation de l'imposition des placements bancaires à partir du 1er août, pour financer le système de protection de santé du pays.
Cette augmentation ne concerne pas les intérêts sur les obligations d'Etat, ni sur l'épargne à longue durée ou celle constituée pour les pré-retraites, a précisé le ministère de l'Economie." La suite sur lesechos.fr

lundi 29 juillet 2013

Le Sziget Festival, point de départ d'une découverte de Budapest

"Des centaines de milliers de visiteurs s'apprêtent à se rendre à Budapest, en Hongrie, pour prendre part au Sziget Festival. Grâce au Citypass, ils pourront également partir à la découverte de la cinquième capitale la plus visitée d'Europe.Des centaines de milliers de visiteurs s'apprêtent à se rendre à Budapest, en Hongrie, pour prendre part au Sziget Festival. Grâce au Citypass, ils pourront également partir à la découverte de la cinquième capitale la plus visitée d'Europe.
La capitale hongroise attend du 5 au 12 août quelque 380.000 personnes venues de 70 pays pour célébrer le 20e anniversaire du Sziget Festival. Si de nombreuses manifestations attendent les participants sur l'île Óbuda (l'île de la Liberté), le reste de la ville regorge également d'attractions touristiques à ne pas manquer." La suite sur nouvelobs.com

dimanche 28 juillet 2013

Une Hongroise à Paris...

Par Pierre Waline
"A peine remis de la lecture du chef-d’oeuvre d’Alice Zeniter „Sombre dimanche”, je tombe par hasard sur l’ouvrage d’une autre Alice: „Champs-Él... izé” d’Alice Wonder.
Deux ouvrages d’un genre totalement différent. Le premier, un roman, nous avait introduit dans l’intimité d’une famille hongroise à travers plusieurs générations de l’après-guerre. Un ouvrage aux tonalités sombres, mais profondément émouvant, où l’auteur a parfaitement senti et rendu tout un pan de l’âme hongroise.
Tout au contraire, le second ouvrage est tout en lumière, empreint de légèreté, de fraîcheur et non dépourvu d’une bonne dose d’humour." La suite sur francianyelv.hu

Hongrie. Le pays qui a éradiqué la gauche !

"Une gauche ayant rejeté ses valeurs pour un libéralisme échevelé et qui s'est inféodée à Bruxelles. Une droite décomplexée qui se conduit en voyou. Une extrême droite qui séduit l'électorat jeune et populaire. Cela ne vous évoque rien ? Pour le moment, cela se passe en... Hongrie.
« Aujourd'hui, les Hongrois ont voté pour la Hongrie et son avenir. Je sens dans mes nerfs et je sais dans mon cœur que je suis face à la plus grande tâche de mon existence. J'aurai besoin de tout le peuple hongrois pour la surmonter. » Savourant son raz de marée électoral, à l'issue des législatives d'avril 2010 - il venait de rafler 52 % des voix et deux tiers des sièges, contre 19 % au Parti socialiste sortant (MSZP) et 16 % à l'extrême droite (Jobbik) -, le Premier ministre conservateur Viktor Orban livrait, en ces termes lyriques, sa vision messianique du futur." La suite sur marianne.net

samedi 27 juillet 2013

Le Grand Prix de Hongrie, un événement incontournable de la Formule 1

Communiqué de l'Ambassade de Hongrie en France
La 28ème édition du Grand Prix de Hongrie se déroule du 25 au 28 juillet sur le Hungaroring, également surnommé le « Tourniquet hongrois ».  
C’est au début des années 1980 que Bernie Ecclestone  – Président-Directeur général de la Formula One Management et de la Formula One Administration, considéré comme le « patron » des courses de Formule 1 – décide de faire venir le Grand Prix en Hongrie. Après la conclusion d’un accord en 1985, huit mois suffisent pour construire le Hungaroring.
Cette année, le ministre du Développement national Lászlóné Németh a annoncé que le contrat du Grand Prix de Hongrie, signé entre le gouvernement hongrois, Hungaroring Sport Ltd. et Bernie Ecclestone sera étendu à la période 2017-2021.
Le Grand Prix de Hongrie attire en moyenne 200 000 fans de Formule 1, et parfois plus, comme ce fut le cas en 2012, avec la présence de 220 000 personnes. Cette année, de nombreux projets ont été mis en œuvre, comme l’installation d’un nouveau service d’ambulance sur le circuit, la modernisation du centre de presse ou encore la mise en place de barrières contre les débris. Avec la coopération des entreprises nationales de transport, les visiteurs peuvent une nouvelle fois se rendre gratuitement au Grand Prix de Hongrie.
La Formule 1 participe de la renommée internationale du pays puisqu’elle offre l’opportunité aux étrangers de découvrir la culture, la gastronomie, mais également toutes les curiosités qui font la fierté de la Hongrie.
La Formule 1 fait partie des événements sportifs les plus regardés dans le monde, à la fois à la télévision et à travers la presse. Ses pilotes considèrent généralement le Hungaroring comme une bonne piste, comme en témoignent les déclarations d’Ayrton Senna, Michael Schumacher ou encore Lewis Hamilton.
L’événement peut être suivi en direct sur : http://f1-direct.com/
Pour accéder au site officiel du Hungaroring, c’est ici : http://www.hungaroring.hu/?lang=en

Le Pont invisible - Julie Orringer

"Saga historico-romanesque
La saga d'un couple de Hongrois ballottés par les convulsions de l'amour et de l'Histoire, du Paris des années 1930 à la Hongrie de 1956. Captivant.
Il faut un sacré souffle romanesque pour tenir en haleine le lecteur plus de huit cents pages durant ! L'entraîner, sans temps mort ni effort, dans les convulsions de l'Histoire contemporaine comme dans les labyrinthes de la passion. Andras, jeune architecte juif hongrois, et Klara, énigmatique professeure de danse, hongroise elle-aussi, mais de neuf ans son aînée et mère d'une impossible adolescente, se rencontrent dans le Paris noir et blanc des années 1930, admirablement décrit ici. Fraîchement débarqué de Budapest, sans le sou, Andras vient d'obtenir une bourse pour étudier l'architecture avec Auguste Perret ; les tribulations de la diaspora judéo-hongroise les ont fait se croiser dans la cité bouillonnant d'art et de théâtre. Mais même à l'école d'architecture, l'antisémitisme commence à poindre et l'on devine l'Europe prête à basculer dans la folie hitlérienne..." La suite sur telerama.fr

Guerre et amours magyars

"Le hongrois pleure lorsqu’il s’amuse, dit l’adage hongrois. Avec « Le Pont invisible », l’auteur américain Julie Orringer signe une œuvre en partie autobiographique, aussi émouvante que désespérante. Une histoire d’amour aux accents de « Belle du Seigneur », version magyare, sur fond de deuxième guerre mondiale.
András Levi, un jeune homme juif de bonne famille, mais modeste, reçoit une bourse pour quitter la Hongrie et étudier l’architecture à Paris. Dès les premières pages du roman de Julie Orringer, « Le Pont invisible », le décor est planté. Nous sommes en 1937, l’Europe frémit, le national-socialisme progresse inexorablement, mais rares sont ceux qui comprennent l’imminence du danger." La suite sur lesechos.fr

jeudi 25 juillet 2013

Une appli pour mieux connaître les plages du Léman

"Moyennant 2 francs, il est possible d'explorer les plages suisses et françaises du lac. Le Canton de Genève a aidé au financement.
Les amoureux de la baignade dans le Léman ont un nouvel outil à leur disposition. Une application baptisée «Lac Léman – guide des plages» est dorénavant accessible sur iPhone. Au programme, photos et fiches techniques des quelque 114 emplacements répertoriés par son concepteur Norbert Racskó. Le Hongrois, arrivé à Genève il y a maintenant cinq ans, cherche depuis à partager son amour du Léman: «J'aime beaucoup Baby plage ou les Pâquis, mais le lac va bien au-delà. Les habitants de la région ont la chance de pouvoir choisir parmi une multitude de plages suivant le décor ou l'ambiance recherchés. Je voulais simplement les aider dans leur démarche.» " La suite sur tdg.ch

La Hongrie, cette incomprise

"Le ministre des Affaires étrangères défend les réformes constitutionnelles.
Entretien.
De retour au pouvoir depuis 2010, le Premier ministre hongrois Viktor Orban s’est appuyé sur sa confortable majorité des deux tiers au Parlement pour opérer un grand ménage constitutionnel. Menée en plusieurs temps, cette réforme profonde de la Constitution et de plusieurs lois organiques vaut à son pays d’essuyer de nombreuses critiques. L’ONG Human Rights Watch, la Commission et le Parlement européens, certains pays comme les Etats-Unis, mais aussi la Commission de Venise du Conseil de l’Europe (1), estiment en effet que les modifications apportées menacent l’Etat de droit et portent en elles des germes liberticides. Ce que contestent vigoureusement les autorités hongroises. De passage à Bruxelles, le ministre des Affaires étrangères János Martonyi a accepté de répondre aux questions de "La Libre"." La suite sur lalibre.be

mercredi 24 juillet 2013

Abandon d'une procédure d'infraction contre la Hongrie

Communiqué de l'Ambassade de Hongrie en France
 
La Commission européenne a décidé [décision du 18 juillet 2013] d’abandonner la procédure d’infraction contre la Hongrie concernant les taxes sur les télécommunications, introduites temporairement dans le pays en 2010.
Cette décision de la Commission européenne – laquelle s’était tournée vers la Cour de Justice européenne en octobre 2012 concernant cette affaire – se fonde sur une décision antérieure de la Cour vis-à-vis d’un cas similaire en France.
Le gouvernement hongrois se félicite de cette décision qui confirme la position constamment défendue par le gouvernement selon laquelle les dispositions relatives aux taxes sur les télécommunications sont pleinement conformes à la législation de l'Union.

Hongrois rêver

Le Sziget Festival, en partenariat avec l’Office de Tourisme de Hongrie et le Balaton Sound, ont décidé de soutenir le projet d’une jeune bloggeuse qui est de faire découvrir la Hongrie et ses régions avec un regard plus jeune et plus branché.

Justine, étudiante passionnée d’écriture, de photographie, et de musique, a créé pour l’occasion le blog www.hongroisrever.szigetfestival.fr, dont les publications sont également relayées sur une page Facebook dédiée : http://facebook.com/HongroisRever.

Suivez toutes ses aventures et encouragez-la !

Hongrie: 15 blessés dans un accident de bus, dont deux grièvement

"Un autocar suisse qui transportait des ouvriers saisonniers serbes s'est renversé mercredi matin sur l'autoroute M1 entre Vienne et Budapest à hauteur de Nagyszentjanos (à 104 km à l'ouest de Budapest), a annoncé la police. «Selon nos premières informations, le chauffeur roulait trop vite, et c'est pour cette raison que le véhicule s'est renversé dans le fossé de drainage», a annoncé un porte-parole de la police locale." La suite sur 20minutes.fr

Nationalité – Un homme est déchu de son passeport hongrois

"Le président hongrois János Áder a déchu un homme de sa nationalité hongroise cette semaine. L'homme concerné est citoyen ukrainien et avait sa nationalité hongroise récemment, par "naturalisation simplifiée"
Pour la première fois, un homme a été déchu de sa nationalité hongroise. Le président János Áder a retiré le passeport d'un certain Jenȍ Lackó qui est maintenant uniquement citoyen ukrainien. Tout ce que l'on peut savoir sur la cause de ce retrait est que l'homme aurait été naturalisé ''de manière frauduleuse''. La nationalité magyare ne peut être retirée que dans des cas très précis, et seulement si la personne concernée n'est pas née hongroise. M. Lackó avait obtenu sa nationalité hongroise récemment, par la procédure de ''naturalisation simplifiée''.
Comment devient-on Hongrois?" La suite sur lepetitjournal.com

Hongrie: de l'art pour aider les Roms

"Des fresques de couleurs vives qui décorent les murs des maisonnettes de Bodvalenke attirent des touristes dans ce petit village du nord-est de la Hongrie, à forte majorité rom et donc objet de préjugés à connotation raciste.
«L'idée de base de notre projet est très simple: nous faisons venir des artistes peintres d'origine rom pour faire des fresques sur les murs des maisons et cela dans le but, d'une part, de lutter contre les préjugés anti-roms très répandus ici et, d'autre part, de combattre la pauvreté insupportable qui sévissait dans ce village afin d'aider les gens à s'en sortir», a expliqué à l'AFP Eszter Pasztor, 55 ans, à l'initiative du projet lancé en 2009, géré par une fondation soutenue par l'Église réformée." La suite sur lapresse.ca

mardi 23 juillet 2013

L'art hongrois s'invite en Ardèche

Alexandre Hollan invite Éva Krajcsovics

Exposition
14 juillet - 25 août
Galerie Mirabilia, Lagorce
Informations : www.galeriemirabilia.fr | + 33 4 75 88 12 79
 
Alexandre Hollan est né à Budapest en 1933. Il vit en France depuis 1956.
« Ses travaux se répartissent selon deux saisons, deux thèmes, deux lieux. L’été, dans un mazet parmi les vignes et la garrigue, Hollan dessine des arbres, au fusain, au lavis, à l’acrylique. Lorsqu’il retourne à Paris, dans un atelier qui n’ouvre que sur le ciel, il se consacre à ce qu’il appelle, à la manière allemande des “ vies silencieuses ” : une pure présence extraite par l’aquarelle d’un alambic d’objets et de fruits assemblés en un motif. » (Jean Planche)

Éva Krajcsovics est née en 1947 à Budapest, où elle vit et travaille. Elle est l’une des figures les plus remarquables de la peinture contemporaine hongroise. Éva Krajcsovics peint à l’huile, par superposition de couches, cherchant à dissoudre la couleur dans la lumière. « La couleur initiale lui est quasi égale. Pour elle, ce n’est pas le point de départ qui compte mais la maturation : la manière dont, sous les nouvelles couches de peinture ou après effacement, naît quelque chose de nouveau, (...) la manière dont une surface vivante se crée. » (Mátyás Varga)
Entrée libre

Alexandre Hollan invite Illés Sarkantyu

Exposition
13 juillet - 25 août
Fabrique du Pont d’Aleyrac | Saint-Pierreville
Informations : mirabelbe@wanadoo.fr | + 33 4 75 66 65 25

Illés Sarkantyu voit le jour à Budapest en 1977 et s’installe à Paris en 2002.
Photographe et réalisateur, il collabore étroitement avec des artistes et des institutions culturelles. Parallèlement, il développe ses projets personnels, mêlant photographies, vidéos et textes.
Dans l’exposition de la Fabrique, Illés Sarkantyu présente des photographies en noir et blanc des objets qu’Alexandre Hollan dispose pour ses « vies silencieuses ». Avec son appareil, il développe petit à petit une distance du regard différente de celle du peintre. Dans l’infini des gris des tirages argentiques, entre la rouille d’un vieux seau et la peau d’un légume, nous percevons un monde d’étrangeté. Ce langage qui allie le montré et le caché n’est pas sans rappeler la grande richesse de la photographie hongroise. Dans une autre série intitulée « Mihály », il nous entraîne, à travers la relecture d’une photographie apparemment banale, dans une autre aventure visuelle, dérangeante et neuve.
Entrée libre

Sziget Festival: l’Apéro Camping est le lieu de résidence des festivaliers francophones !

Couronné « Meilleur Grand Festival Européen » lors des European Festival Awards en janvier 2012, le Sziget Festival fêtera son 20ème anniversaire du 5 au 12 août 2013 lors d’une édition très attendue par les festivaliers, dont plusieurs milliers de francophones. Pour célébrer cette édition mémorable, 140 groupes, dont les français et les belges, ont été annoncé pour les 4 scènes principales. Durant toute une semaine, c’est plus de 500 concerts qui auront lieu sur les 60 scènes ! Stars internationales, artistes émergents, 380.000 festivaliers venus des quatre coins du monde : un cocktail détonant de musique et de fête.

Au Sziget festival, l’Apéro Camping (ancien French Camping), est le lieu de résidence des festivaliers francophones. Ce lieu entièrement sécurisé, est également un endroit de détente et de régale : croissants et jus d’orange le matin, repas traditionnels le midi et le soir, wifi gratuit, chargeurs de portable et espaces de repos ombragés attendent ces âmes en quête d’énergie avant le prochain concert qui a déjà commencé. Pour le confort des campeurs, une équipe sympathique francophone organise la vie de ce point de rencontre 24h/24 où réside un espace pour les DJs français et diverses animations. Le slogan de l’Apéro Camping : « Liberté ! Égalité ! Festivité ! » dépeint parfaitement l’ambiance du Sziget.

lundi 22 juillet 2013

Des pays soucieux d’assurer leur indépendance - Naissance d’un bloc de l’atome en Europe de l’Est

Alors que l’Allemagne conduit à marche forcée son programme de sortie du nucléaire, ses voisins de l’Est relancent la construction de réacteurs. Pour la Hongrie, la Pologne, la République tchèque et la Slovaquie, il s’agit de conquérir leur indépendance énergétique par rapport au gaz russe. Mais Moscou vendrait volontiers des centrales à ses anciens satellites…

par Hélène Bienvenu et Sébastien Gobert, juillet 2013 

Moustache soignée, regard fixe, M. János Hajdú affiche une satisfaction sincère. « La centrale nucléaire est la meilleure chose qui nous soit jamais arrivée. » Au-dessus de son bureau, le maire de Paks a accroché le drapeau de sa ville, qui arbore le symbole argenté de l’atome. « Paks est une petite ville de dix-neuf mille cinq cents habitants, mais les salaires y sont plus élevés que la moyenne nationale, et nos infrastructures sont de meilleure qualité. On vient de tout le pays pour visiter la centrale. C’est notre fierté. » Sur les bords du Danube, au centre de la Hongrie, le nucléaire ne semble pas faire débat. M. Hajdú, fervent promoteur de l’atome, en veut pour preuve sa réélection, en octobre 2010, pour un troisième mandat d’affilée. « Le gouvernement parle maintenant d’agrandir la centrale. Nous attendons cela avec impatience, car le pays y gagnera en indépendance énergétique, et la ville en dynamisme. » La suite sur monde-diplomatique.fr réservé aux abonnés ou en kiosque

Signature d’un accord de coopération dans la recherche nucléaire entre les pays du V4

Communiqué de l'Ambassade de Hongrie en France
Les quatre pays du groupe de Visegrád (la République tchèque, la Hongrie, la Pologne et la Slovaquie) ont signé, le 18 juillet dernier à Budapest, un accord afin de coordonner les projets de leurs instituts de recherche nucléaire. Cet accord, nommé « V4G4 Centre d'excellence », permettra aux participants de combiner les ressources uniques de chaque pays, a déclaré le Secrétaire d’Etat hongrois en charge de l’énergie Pal Kovacs.
Dans le cadre de la phase initiale de coopération, la Hongrie a accepté d'être en charge du développement, des essais et de la classification du combustible. Le développement de l'énergie nucléaire se trouve actuellement à un tournant à l’échelle mondiale, avec l'introduction des prototypes de réacteurs de quatrième génération, a considéré le Secrétaire d’Etat. Les gouvernements des pays de Visegrád ont reconnu les opportunités que représente une implication dans la recherche et le développement.
Les chercheurs et les experts techniques continueront à chercher des moyens pour faire de l'énergie nucléaire une solution viable à long terme, a ajouté Pal Kovacs.

Natation : les Championnats du monde 2021 se dérouleront à Budapest

"La Fédération Internationale de Natation (FINA) a décidé vendredi d'accorder l’organisation de l’édition 2021 des Championnats du monde de natation à la Hongrie.
Le Premier ministre hongrois Viktor Orbán a participé à la présentation de la candidature de la Hongrie pour accueillir l'événement, qui inclut la natation, la nage en eau libre, le plongeon, la natation synchronisée et le water-polo. Après avoir accueilli plusieurs championnats européens, l'événement de 2021 sera la première occasion pour la Hongrie d’organiser les Championnats du monde de natation.
Le bureau de la FINA a pris cette décision et en a fait l'annonce officielle à Barcelone – ville qui accueille actuellement les Championnats du monde de natation 2013. Le bureau a également décidé que la Hongrie accueillerait les Championnats du monde juniors de natation en 2017." Source : Ambassade de Hongrie en France

Colloque sur l'évolution constitutionnelle, économique et sociale en Hongrie - Sénat - 30 mai 2013‏

Un colloque portant sur « l'évolution constitutionnelle, économique et sociale en Hongrie » s’est déroulé au Sénat le 30 mai dernier, à l’initiative du groupe interparlementaire d'amitié France-Hongrie.
Le Sénat a désormais rendu disponibles sur son site Internet les actes de ce colloque, que vous trouverez en cliquant ici : http://www.senat.fr/ga/ga109/ga109_mono.html

Exposition / Le Centre Pompidou déplie Hantaï

"Comme toute institution, le Centre Pompidou fonctionne à plusieurs vitesses. A notre époque où tout se quantifie (on vous demandera combien vous faites de clics par jour, même si votre site reste gratuit), il lui faut d'abord «faire des entrées». Ce ne sera pas grâce à son musée, dont la fréquentation demeure assez faible, mais avec des expositions de prestige. Roy Lichtenstein, en ce moment. Par ici la monnaie!

Beaubourg conserve cependant un besoin de prestige intellectuel. Cette vitrine de la France doit tenir une ligne. Garder un cap. La maison ne peut pas refléter que des valeurs internationales. Après Bertrand Lavier, François Morellet et Eileen Gray (Française de cœur), le sixième étage dédie ainsi sa nouvelle rétrospective à Simon Hantaï. Un peintre lié au Centre, à qui il a fait de nombreux dons. Autant dire que l'actuelle présentation tient autant d'une volonté que d'un dû." La suite sur bilan.ch

Loi sur le tabac : les Hongrois craignent un enfumage massif

"Devant la mystérieuse boutique aux vitres opaques, flanquée d’un panneau «interdit aux moins de 18 ans», deux touristes s’interrogent : «Un sex-shop ?» A l’intérieur, point de vibromasseurs, mais… des cigarettes. Depuis le 16 juillet, ces dernières sont uniquement en vente dans ces nouveaux bureaux de tabac, alors qu’auparavant on les trouvait dans 42 000 commerces : supermarchés, bars, épiceries. L’Etat a repris le monopole et attribué des licences, comme en France. Objectif : limiter l’accès..." La suite sur liberation.fr version payante ou en kiosque

dimanche 21 juillet 2013

L’impressionnisme hongrois, un véritable casse-tête « national »

"Du 28 juin au 13 octobre, la Galerie nationale hongroise organise une exposition qui fait rimer peinture française et hongroise du XIXe siècle. Le palais perché sur les collines de Buda fait face - depuis sa conversion en musée en 1957 - au problème de délimitation de sa collection.
La Hongrie est un pays qui a perdu les deux tiers de son territoire après le traité de Trianon en 1920, laissant ainsi de fortes minorités hongroises dans les pays limitrophes, telles la Roumanie ou la Slovaquie. C’est pourquoi lors de chaque nouvelle exposition, le qualificatif de « nationale » est un véritable casse-tête pour la galerie : sur quels critères se baser pour qualifier un artiste de « hongrois » ? Le lieu de naissance n’est pas forcément la donnée la plus pertinente au vu de l’histoire hongroise. La langue hongroise ou encore les années passées au sein du pays sont les critères qui peuvent rester au musée pour considérer un artiste comme hongrois, mais autant dire que baser l’ensemble d’un musée sur l’adjectif « national », qui plus est en Hongrie, n’est jamais facile." La suite sur lejournalinternational.fr

samedi 20 juillet 2013

Lutte contre les discours de haine sur Internet

Communiqué de l'ambassade de Hongrie en France (18 juillet 2013)
Plateforme mondiale de dialogue, Internet est aussi devenu ces dernières années le véhicule privilégié des incitations à la haine et à la violence – un phénomène préoccupant de nombreux Etats et qui s’avère particulièrement difficile à combattre. Cette situation concerne notamment la Hongrie, où un site à caractère raciste et antisémite, Kuruc.info, s’est développé et opère désormais depuis les Etats-Unis :
Hier, à la suite d'une plainte détaillée présentée par la Fondation hongroise pour l’Action et la Protection et la Ligue Anti-diffamation (ADL), la société Facebook a retiré la page de Kuruc.info, le principal site antisémite et raciste hongrois, qui comptait plus de 70 000 abonnés.
Ceci est le résultat du rôle crucial qu’a joué un institut bruxellois pour repérer les phénomènes antisémites. Cet Institut, récemment créé par la Fondation pour l’Action et la Protection (organisme indépendant), a signé un accord avec le gouvernement hongrois le 27 juin dernier pour un financement public. Aux côtés de la Fondation, l'objectif du gouvernement était de développer un système de surveillance fournissant une analyse professionnelle exhaustive des phénomènes antisémites en Hongrie. Dans le cadre de ces activités, l'Institut bruxellois enregistre et analyse les phénomènes antisémites et utilise une ligne téléphonique à travers laquelle les incidents et les phénomènes antisémites et anti-juifs peuvent être signalés.
La suppression de la page Kuruc.info de Facebook constitue une étape importante dans la lutte contre les discours de haine, bien que le site web de Kuruc.info, opérant depuis les États-Unis, fonctionne toujours. Le Premier ministre Viktor Orbán a demandé à plusieurs reprises l'aide des Etats-Unis pour la fermeture de ce site. Il a également écrit au Représentant américain Joseph Crowley, indiquant que le « point focal de l’antisémitisme hongrois est un portail d’informations, lequel, pour échapper aux mesures du gouvernement hongrois, a fui aux États-Unis et y mène des activités honteuses. Si ce problème venait à être résolu, les forces hongroises de l'antisémitisme s’en trouveraient gravement affaiblies ».
La Ligue Anti-diffamation (ADL) a salué les efforts de Facebook consistant à chercher de nouvelles méthodes pour lutter contre les discours de haine, notamment à travers sa participation au dialogue avec de nombreuses organisations et dans le cadre de l’Internet Hate Task Force de la Coalition interparlementaire de lutte contre l'antisémitisme, que la Ligue co-préside. Malheureusement, après la suppression de la page antisémite et anti-rom, une nouvelle page Facebook a été créée par Kuruc.info.
(Communiqué du Bureau des Communications Internationales)

Hongrie et Bulgarie: jeu de dupes au Parlement européen

"Les situations politiques dans ces deux pays font l’objet de débats dans l’hémicycle. Mais au-delà des grandes déclarations, ils ne sont que le reflet de luttes politiques entre conservateurs et sociaux-démocrates.
Un étrange scénario s’est déroulé, mardi 2 juillet, au Parlement européen réuni à Strasbourg en séance plénière.
Les débats sur la Hongrie et la Bulgarie ont mis successivement les principales familles politiques face à leur manque de cohérence dans leur engagement en faveur du respect des règles de droit et des droits fondamentaux des citoyens européens." La suite sur euractiv.com

Solyom Hungarian Airways veut remplacer Malev

"Une nouvelle compagnie s’apprête à prendre son envol en Hongrie. Solyom Hungarian Airways, une compagnie full service, pourrait lancer ses opérations dès les prochaines semaines.
Désireuse de prendre la place laissée vacante par la disparition de Malev, la jeune compagnie envisage de débuter ses services avec six appareils. Mais son ambition est plus grande : elle souhaite exploiter 50 avions d’ici 2017, dont dix gros-porteurs. Elle devrait desservir l’Europe (principalement les anciens pays de l’Union soviétique) et le Moyen-Orient." La suite sur journal-aviation.com

vendredi 19 juillet 2013

Politique – Des candidats communs pour les deux principaux partis de gauche

"Après de longues concertations, les leaders des deux principaux partis de gauche de Hongrie : le Magyar Szocialista Part (Parti Socialiste Hongrois, MSzP) et Együtt 2014 – Parbeszéd Magyarorszàgért (Együtt 2014 – Dialogue pour la Hongrie, Együtt-PM) sont arrivés à un accord. Ainsi, ils auront des candidats communs aux prochaines élections législatives, en 2014.
Attila Mesterhàzy, leader du MszP, et Gordon Bajnai, leader de Együtt-PM, ainsi que plusieurs de leurs conseillers ont passé plus de 5h en réunion pour convenir des bases de leur accord. Dans un document signé par les deux leaders, ils ont établi les bases de leur programme politique pour les élections de 2014." La suite sur lepetitjournal.com

500 000 euros rendus à des épargnants grugés

"Des centaines de familles, en Hongrie et en Roumanie, ont confié de l’argent à une société financière à Genève.
Le Ministère public genevois a ordonné cette semaine à la banque CIM de restituer un peu plus de 500 000 euros (environ 619 000 francs) à une septantaine de petits épargnants hongrois et roumains grugés dans leur pays. Une information confirmée hier à la Tribune de Genève par Me Zoltán Szalai, avocat de dizaines de plaignants qui croyaient faire de bons placements à Genève." La suite sur tdg.ch

jeudi 18 juillet 2013

L'Europe met Viktor Orban sous surveillance

"Un diagnostic sévère, partagé au-delà des frontières traditionnelles de la gauche : tel est le contenu du rapport Tavares sur les atteintes à la démocratie en Hongrie, adopté le 3 juillet par le Parlement européen. C'est la plus forte réaction d'une instance communautaire aux dérives constatées depuis le retour au pouvoir du dirigeant nationaliste Viktor Orban, en avril 2010. Elle se limite pour le moment à une condamnation verbale.
L'Union européenne (UE) doit-elle aller au-delà, et affirmer sa légitimité avec des mécanismes de sanctions spécifiques, pour mieux défendre les libertés et les valeurs qui l'ont fondée ? Ou ferait-elle mieux de s'abstenir, car elle risquerait d'encourager ainsi les tendances centrifuges ? Le calendrier politique, qui place les élections européennes juste avant les législatives en Hongrie, au printemps 2014, fait de ce choix difficile un enjeu." La suite sur lemonde.fr version payante

Hongrie: 10.000 personnes évacuées après la découverte d'une bombe de la 2nde Guerre mondiale

"SZEKESFEHERVAR (Hongrie), 18 juil 2013 (AFP) - Plus de 10.000 personnes ont été évacuées jeudi matin dans le centre de la Hongrie, après la découverte d'une bombe datant de la Seconde Guerre mondiale à proximité d'une école maternelle, a annoncé la police locale.
La bombe de fabrication soviétique de 100 kg, dont 25 kg d'explosif, a été découverte dans la ville de Szekesfehervar (un peu plus de 100.000 habitants), à une soixantaine de kilomètres au sud-ouest de Budapest." La suite sur nouvelobs.com

Conférence annuelle des Ambassadeurs à Budapest - Discours du Premier ministre, Viktor Orbán

Communiqué de l'ambassade de Hongrie en France
Prime Minister addressed annual ambassadors’ meeting
Hungary has a vested interest in seeing the success of the Eurozone, as we are linked to the bloc in many ways, Prime Minister Viktor Orbán said, addressing the annual meeting of ambassadors in Budapest on Tuesday.
"A successful Eurozone will significantly increase the chances of a successful Hungarian economy," he stated, adding that the European Union would not see economic growth without Central Europe. He added that the region's countries should have joined the union earlier. The Prime Minister emphasised that a deeper institutional and eco-political integration of the Eurozone will take place, making large strides, over the next few years. Hungary, however, pursues a policy of balance and does not approve of national competences being converted "on the sly" into community-level competences in the EU, he added. He pointed out that an unclear relationship in national and community competences only favours large states and leads to double standards. The Hungarian Prime Minister said that at a time of crisis, targeted measures produce better results, without which it will be impossible to exit the crisis. Yet Hungary's targeted measures, such as the banking and telecommunications taxes, are constantly criticised, he added, pointing out that Hungary has been able to reverse negative trends and reduce state debt. The country's position could improve even further if it chooses an early repayment of a loan taken from the International Monetary Fund (IMF). "The budget deficit is below 3% for the third year, the country stands on its own feet, the Government has dealt with the problems of foreign currency borrowers, unemployment is on the decline as well as household utility bills, while wages and pensions are increasing and the economy is growing," he highlighted. Prime Minister Orbán also said he expected great economic growth data in the last quarter of this year.
On the subject of relations with Russia, he stated that the EU must reach an agreement with the country to improve its competitiveness. For Central Europe, this is historically a complex issue, he added. The region must clearly define its interests in the context of a long-term EU-Russia strategic agreement, in case such an agreement comes about, he said.
The Prime Minister emphasised that since the EU is a transatlantic community, it must strike a balance between a strategic pact with Russia and a free trade agreement with the United States. As for the latter, a Hungarian Government committee has been formed to establish how such an agreement would affect the various sectors of the Hungarian economy, he added. On another issue raised, Hungary's potential accession into the Eurozone, he stated that this can be considered when Hungary's per capita GDP reaches 90% of those of the Eurozone states, adding that this is unlikely to happen in the next decade.
Regarding US relations Prime Minister Orbán said that there are differences of opinion on ideology with the US. He stated that America must accept that "freely-elected representatives of the Hungarian people make decisions freely about what is good for them and what is not". On the other hand, he said, on issues such as military cooperation, secret-service cooperation and economic relations, the situation is outstanding.
16 July 2013

« Presque Sziget »… en Roumanie

"En marge de la myriade de festivals cet été en Hongrie, Félsziget - Peninsula prend un nouveau départ cette année. Organisé pour la première fois à Cluj du 18 au 21 juillet, il est une bonne occasion de changer d'air pour les festivaliers de Hongrie, en visitant la Transylvanie autrement. Depuis dix ans à Târgu Mures (en pays sicule), il était passé du statut d'événement régional à celui de plus grand festival international de Roumanie." La suite sur hu-lala.org

mercredi 17 juillet 2013

Rubik’s Cube : tiens tiens voilà du Buda !

"Ça va ça vient. Le célèbre casse-tête a été inventé par un sculpteur prof d’architecture hongrois.
En voilà un jeu à la noix. Où, pour réussir, il faut forcer sur les synapses plusieurs heures durant, généralement saoul comme un routier moldave, sans garantie pour autant que la copine de la copine reparte dans le même taxi. Bien maudit sois-tu, Erno Rubik, toi qui en 1974, dans ton atelier miteux de Budapest, eus la brillante idée de nous pourrir l’existence avec ton Rubik’s Cube. Ce casse-tête psychédélique en trois dimensions, devenu en quelques décennies un instrument de mesure révolutionnaire du QI." La suite sur liberation.fr

Modification du code pénal en Hongrie : sed lex, dura lex

"Débarrasser le pays du crime". Voilà l'objectif que s'était fixé le Fidesz à son arrivée au pouvoir en 2010. La dernière modification du code pénal, qui a pris effet le 1er juillet, enfonce le clou. De nombreux terrains sont concernés, de l'amélioration de la lutte contre la pédophilie au rejet répressif de la toxicomanie. Nous soulignons ici les aspects les plus sévères et les plus "exotiques" de cette loi." La suite sur hu-lala.org

Hongrie et en noir

"Le Regard de Valérie Trierweiler
Dans « Sombre dimanche », Alice Zeniter, prix du livre Inter, raconte le destin d’une famille de Budapest écrasée par le poids de l’Histoire et de la fatalité.
Il faut d’abord se familiariser avec ces prénoms que nous ne connaissons pas ou si peu, Pal, Imre, Agi, Zsolt, Panka, Eszter. Comprendre la place de chacun dans cette famille suivie au fil de trois générations. Resituer le contexte historique de cette Hongrie occupée par les Russes quarante ans durant, avant sa libération du joug communiste. Mais la lecture de « Sombre ­dimanche » se fait sans le moindre heurt ni découragement tant Alice Zeniter sait décrire avec talent les personnages autant que les situations. Mieux encore, la jeune normalienne de 27 ans dépeint des atmosphères lourdes, des histoires dramatiques, des sentiments noirs. « Sombre dimanche » pourrait s’intituler « Sombres jours », aucune des journées de la semaine n’apporte davantage de joie dans ce « sombre roman ». Et pourtant, ce livre-là se dévore. Il n’est pas une page qui mériterait d’être contournée, pas une ligne qui ne saurait être dépassée, pas un mot qui n’ait sa place, son rôle, sa musique." La suite sur parismatch.com

«Sombre dimanche», d'Alice Zeniter, éd. Albin Michel, 283 pages, 19 euros.

mardi 16 juillet 2013

Le FMI confirme la fermeture de son bureau à Budapest

"Le Fonds monétaire international a confirmé lundi qu'il allait fermer son bureau de Budapest cette année en réponse à une requête de la banque centrale hongroise.
La fermeture des bureaux du FMI intervient après trois années de relations difficiles entre l'institution et Budapest alors que des élections législatives dans le pays doivent avoir lieu l'année prochaine." La suite sur lesechos.fr

Budapest Pride, la Hongrie fait son coming-out

"Ven, 12/07/2013 - 14:35
Par Hélène Bienvenu (Budapest)
Portée par un nombre historique de participants, laissée (enfin) en paix par l’extrême droite, et rejointe pour la première fois par… les entreprises: la Marche des fiertés de Budapest a été un succès, le weekend dernier. Une bonne nouvelle pour la visibilité et la reconnaissance des minorités sexuelles en Hongrie. REPORTAGE.
Drapeaux arc-en-ciel sous un soleil de plomb, chars barriolés crachant du Michael Jackson et du Daft Punk, bulles de savon dansant au-dessus banderoles Google ou Prezi...: entre 8.000 et 10.000 personnes ont défilé de la place des Héros jusqu’au Danube, à l’occasion de la 18e édition de la "Marche des fiertés budapestoise", le week-end dernier." La suite sur myeurop.info

La bibliothèque de l'été: Arthur Koestler sur la «Corde raide»

"Drôles de vieilleries, chefs-d'œuvre à (re)découvrir, séries Z, sorties de l'année: en vacances, on lit ce qu'on veut. Aujourd'hui, on globe-trotte avec le Tintin anglo-hongrois.
Il y eut une époque où l’information était rare, et principalement écrite. Bien avant que les ondes télévisées et réseaux mobiles ne vomissent à jet continu des flots d’images surgies du diable Vauvert, le journaliste était un aventurier qui prenait son temps. Et avait le droit d’écrire long. On lisait en frémissant ses reportages sur les tribus de Rhodésie inférieure ou ses descriptions de jonques sur le Fleuve jaune. Arthur Koestler (1905-1983), né en Hongrie, baroudeur, esprit cosmopolite et polyglotte accompli, compte parmi ces heureux pionniers du journalisme façon Tintin." La suite sur nouvelobs.com

 

Hongrie: la Banque centrale demande au FMI de fermer son bureau à Budapest

"Le président de la Banque centrale hongroise (MNB), György Matolcsy, ancien ministre controversé de l'Economie du Premier ministre conservateur Viktor Orban, a demandé lundi au Fonds monétaire international (FMI) de fermer son bureau de représentation à Budapest.
Dans une lettre envoyée à la directrice générale du FMI, la Française Christine Lagarde, il a remercié le Fonds d'être venu en aide à la Hongrie alors que le pays se trouvait au bord de la faillite.
La Hongrie a reçu un prêt de 20 milliards d'euros de l'Union européenne, du FMI et de la Banque mondiale.
M. Matolcsy a également expliqué que la Hongrie remboursera les derniers montants de l'emprunt au FMI (environ 2,2 milliards d'euros) avant la fin de l'année en cours et donc avant l'échéance, initialement prévue au 31 mars 2014." La suite sur lesechos.fr

lundi 15 juillet 2013

Viktor Orbán "L'Europe est devenue un empire"

A lire cette semaine dans l'Express disponible en kiosque un entretien avec Viktor Orbán, le Premier  ministre hongrois.

dimanche 14 juillet 2013

Gloire au passé ! par Flora

Je suis embarrassée, mal à l'aise. En proie à un haut-le-coeur. Une amie, ancienne camarade du lycée, vient de m'envoyer un diaporama. Ce n'est pas la première fois que je reçois semblable série, exaltant la grandeur méconnue du peuple hongrois, unique en son genre.
A en croire aux commentaires, nous aurions inventé la poudre !
Quelques exemples parmi d'autres dont certains frisent l'absurde :
  • Au 9e siècle (date de l'arrivée des Hongrois au bassin des Carpates), en Europe, il n'existait que l'écriture gréco-romaine, alors que les Hongrois possédaient la leur depuis 1700 ans
  • L'Europe nous doit le pantalon (nadrág), la veste (zakó), le soulier à talon
  • Nous avons importé avec nous en Europe une faune et une flore variées
  • Nous connaissions la tulipe depuis 3000 ans, alors que la Hollande, considérée injustement comme le pays de la tulipe, ne la connaît que depuis 400 ans...
  • Les terres européennes sont épuisées, alors que nous avons gardé nos méthodes d'irrigation et de rotation des cultures. Voici la véritable raison pour laquelle l'UE est venue nous chercher!
  • Notre langue est la seule à avoir gardé sa grammaire et son vocabulaire intacts, à pouvoir lire "Ómagyar Mária siralom" (premier texte conservé en hongrois)... sans problème, alors que les Anglais n'arrivent même plus à lire Shakespeare sans dictionnaire
    Et pour finir, la conclusion qui dévoile les arrières-pensées politiques de cette propagande primitive:
«  Si l'on était plus conscients de tout cela (c'est-à-dire la véritable grandeur de notre peuple et son passé glorieux), on errerait moins entre les pièges économiques, juridiques et culturels, tendus par Bruxelles ! »
Je suis embarrassée, irritée et plutôt attristée. Qui peut être réceptif à cette bouillie cherchant à toucher la corde sensible, n'hésitant pas à affirmer des contre-vérités, en effectuant la petite torsion nécessaire aux faits ? Méthode assez grossière mais qui peut s'avérer efficace chez les gens vulnérables, humiliés et abandonnés par tous.
Les petits peuples éprouvent souvent un genre de complexe d'infériorité et ils compensent le sentiment de faiblesse d'influence et de manque de puissance par le repli sur un passé (plus ou moins artificiellement) glorifié. Les peuples devenus petits, ayant été spoliés d'une bonne partie de leurs territoires... Ils ressentent encore longtemps cette douleur fantôme, bien connue des amputés.
Moi aussi, j'aimerais être fière de mon pays d'origine. J'aimerais pouvoir conserver l'héritage d'un peuple original, courageux et accueillant et non pas ce que certains voudraient en faire : haineux, replié sur une gloire en partie imaginaire et qui a besoin de rabaisser l'autre pour se sentir grand !
Dans le concert des peuples de l'Europe, on n'a pas besoin de chercher querelle à tous, pour se sentir unique ! Ne serait-ce pas plutôt par son talent, par son intelligence, par sa persévérance pour le bien de tous que l'on doit s'affirmer ?

zsa Tatár


Rozsa Millet
mes blogs (cliquer):

Patrick en handbike : cap vers Budapest

"Privé de l’usage de ses jambes, Patrick s’est fixé le défi de rallier Nantes à Budapest en handbike afin de recueillir des fonds pour Handisport.
Ouf, quatrième étape sur trente-six, s'exclame avec soulagement Arlette, l'épouse de Patrick Gentilhomme, qui l'accompagne à vélo lors du périple de 2.545 km. Patrick ne peut plus faire de vélo depuis son accident de cheval en 2000. Mais il peut faire avancer un handbike à la force de ses bras et il ne s'en prive pas." La suite sur lanouvellerepublique.fr

samedi 13 juillet 2013

Rubik’s Cube, le casse-tête hongrois

"Nombreux sont ceux qui prédisaient au cube multicolore une courte existence. Plus de trente ans après sa création, le Rubik’s Cube se porte comme un charme et le jouet conserve son rang d’objet culte.
Professeur d’architecture d’intérieur et sculpteur à Budapest, Erno Rubik imagine au printemps 1974 le premier prototype du Rubik’s Cube. A l’origine, l’invention porte le nom hongrois «Büvös Kocka», signifiant «Cube magique». Passionné de géométrie et de formes en trois dimensions, Erno Rubik bricole un cube à l’aide de bois, de carton et de plastique. Le casse-tête se compose de six faces articulées et ornées de petits carrés rouges, jaunes, bleus, verts, orange et blancs. L’objectif ? Rassembler les cubes d’une couleur similaire le plus rapidement possible sur chacune des six faces de l’objet grâce à un axe de rotation central. Il aurait fallu plus d’un mois à Erno Rubik pour reconstituer le cube." La suite sur directmatin.fr

VOLT, festival attirant dans une Hongrie ouverte

"À l'heure où, politiquement, la Hongrie de Viktor Orbán est mise au banc au sein de l'Union européenne, elle reste néanmoins un lieu de prédilection pour les festivaliers européens. Récemment, plus de cent dix mille amateurs de musique en tout genre ont fait le déplacement jusqu'à Sopron, où se tient chaque année le festival VOLT." La suite sur lejournalinternational.fr

vendredi 12 juillet 2013

350 000 expatriés hongrois

"Selon une récente enquête de l'office de la statistique hongrois (KSH), 7,4% de la population hongroise agée entre 18 et 49 ans réside à l'étranger, tout en conservant une adresse permanente en Hongrie. Cette enquête ne prend pas en compte les personnes ayant migré définitivement, mais uniquement celles dont le séjour à l'étranger est supérieur à trois mois." La suite sur hu-lala.org

jeudi 11 juillet 2013

Slovaquie: le procès du nazi présumé Csatari reporté sine die

"Laszlo Csatari, un Hongrois, figure en première place dans la liste des criminels de guerre nazis présumés les plus recherchés au monde du Centre Simon-Wiesenthal, qui a son siège à Jérusalem.
Un tribunal slovaque a suspendu jeudi le procès du criminel de guerre nazi présumé Laszlo Csatari, 98 ans, ce dernier ne s'étant pas présenté devant le juge, a annoncé une porte-parole." La suite sur lapresse.ca

“Strasbourg juge aussi que la Garde ne peut pas marcher”

"Le 9 juillet, le parti radical nationaliste hongrois Jobbik a perdu son procès en appel devant la Cour européenne des droits de l’homme de Strasbourg.
Le parti contestait la dissolution de la Garde hongroise, une organisation paramilitaire constituée à son initiative, décidée en 2009 par les autorités hongroises, explique Népszava. La CEDH a estimé que cette interdiction n‘était pas une violation de la liberté de réunion et d’association." La suite sur presseurop.eu

mercredi 10 juillet 2013

De Budapest à Paris - Un livre par Thomas Degré


« Mais la toute première fois, c’est toi-même qui a pris l’initiative de me révéler les faits qui me concernaient. Tu avais attendu que j’atteigne mes 13 ans pour m’apprendre la vérité, l’âge de la majorité pour un garçon dans la religion juive. » Plus de cinquante ans après la révélation faite à l’auteur par son père adoptif des évènements dramatiques que celui-ci a vécus pendant la guerre, Thomas Degré fait sortir de l’ombre des Justes méconnus, dans un texte en forme de lettre.

En dehors des points de vente mentionnés, cet ouvrage est également disponible sans délai à la librairie du Mémorial de la Shoah, 17 rue Geoffroy l'Asnier, 75004 Paris.

Agression raciste en Hongrie : une vidéo accablante

"Récit + vidéo - En marge de la Gay Pride de Budapest, un militant et deux roms ont été agressés par des contre-manifestants d'extrême droite. Le scandale a obligé la police à ouvrir une enquête.
Par FLORENCE LA BRUYÈRE De notre correspondante à Budapest
Ballons multicolores, drapeaux arc-en-ciel et rock à gogo : jamais ils n’avaient été aussi nombreux à participer au cortège de la Gay Pride de Budapest le samedi 7 juillet : près de 10 000 gays,  lesbiennes et sympathisants, une foule joyeuse et chamarrée dansant sur des tubes de Michael Jackson. «Plus d’orgasmes, moins de nazis!», proposait la pancarte brandie par une jeune espiègle en débardeur et lunettes de soleil. L’envers du décor, c’était, à chaque carrefour, le même cri de haine : «Sales pédés !» répété par des centaines de contre-manifestants d’extrême droite postés sur la route, derrière les barrières mobiles gardées par 2 000 policiers." La suite sur liberation.fr

mardi 9 juillet 2013

Affaire Laszlo Csatary en Hongrie: appel d'une décision lui étant favorable

"Des procureurs de la Hongrie annoncent qu'ils portent en appel la décision d'un tribunal qui a suspendu les procédures intentées contre Laszlo Csatary, un vieillard soupçonné de crimes de guerre durant la Seconde Guerre mondiale.
Le suspect âgé de 98 ans, un ancien agent de police, aurait participé à la déportation de juifs dans des camps de concentration nazis. Il aurait aussi brutalisé des gens." La suite sur 985fm.ca

Hongrie 2014

"La situation économique de la Hongrie suscite de nombreuses interrogations tant les indicateurs macroéconomiques et les signaux envoyés par le gouvernement aux investisseurs sont contradictoires. Pour faire la part des choses le JFB a rencontré József Péter Martin, économiste et journaliste qui fut pendant six ans rédacteur en chef du prestigieux magazine économique Figyelő et qui a été récemment nommé  directeur général de Transparency International Hongrie dont il avait déjà été, pendant 3 ans, membre du directoire. Une interview réalisée avant cette nomination." La suite sur jfb.hu

La France en Hongrie

"A l’approche du 14 juillet, M. Roland Galharague, Ambassadeur de France en Hongrie, a accepté, d’évoquer les grands axes de la relation franco-hongroise. Une rencontre particulièrement importante en cette période où règnent quelques incertitudes sur la politique hongroise, tant sur le plan de son économie que sur le respect des principes fondamentaux du droit européen." La suite sur jfb.hu

Karlovy Vary : un palmarès riche pour une édition réussie

"La 48e édition du festival international du film de Karlovy Vary s’est clôturée samedi soir par la traditionnelle remise des prix. Le cinéma d’Europe centrale a été mis à l’honneur lors de cette cérémonie qui a élu un film hongrois comme lauréat du globe de cristal, la récompense la plus prestigieuse de l’évènement cinématographique. Au-delà de la compétition officielle, le festival a encore prouvé sa popularité croissante en attirant 121 000 spectateurs pendant neuf jours.
Le Grand prix du festival de Karlovy Vary a récompensé le film ‘Le grand cahier’, réalisé par le Hongrois János Szász. Il s’agit d’une victoire sans surprise, puisque le film s’était vu attribué quelques heures plus tôt le prix du meilleur film européen par un jury parallèle. Cette adaptation sur le grand écran de l’œuvre de la romancière francophone Agota Kristof, raconte l’enfance d’un garçon et de sa sœur en compagnie de leur cruelle grand-mère durant la Deuxième Guerre mondiale. Le film, une coproduction hongro-austro-germano-française, a séduit le jury du festival présidé cette année par la réalisatrice polonaise Agniezska Holland pour son esthétisme particulier et sa réflexion sur les valeurs humaines." La suite sur radio.cz 

Réformes de l’enseignement : les sections bilingues en perdent leur latin

"Depuis les années 90, douze lycées ont donné naissance à une section bilingue francophone en Hongrie, et dix sont encore en activité aujourd'hui. Ces cursus, construits autour d’une année « zéro », permettent à tout élève, même n’ayant pas appris le français avant son entrée au lycée, d’accéder à ces sections d’excellence. Mais ces filières onéreuses souffrent aujourd’hui largement des réformes, rumeurs de réformes et incertitudes, relatives à l’enseignement en Hongrie. Un séminaire européen sur l’enseignement bilingue se tient ce lundi et demain à l’Institut français." La suite sur hu-lala.org

lundi 8 juillet 2013

Le gouvernement Orbán: hommage à des humoristes de haut talent...

"Par Pierre Waline

Le Premier ministre hongrois Viktor Orbán a eu bien raison de crier à l’injustice lorsque le Parlement européen approuva récemment un rapport dénonçant les abus de pouvoir de son gouvernement. Non pas que ledit rapport constituât en soi une injustice. Mais parce que Viktor Orbán eût à mon sens mérité de se voir récompensé en contre-partie par un vote qui aurait reconnu les exploits inimitables de son entourage en matière d’humour et de fantaisie." La suite sur francianyelv.hu

L'oeuvre de la semaine: Voir comme un architecte

"Né en Hongrie, Lazlo Elkan (1910-2007) se fera appeler plus tard Lucien Hervé de son nom de code de résistant. S'il entre en art à l'âge de dix ans par l'étude du piano, c'est vers le dessin et la peinture qu'il se dirige huit ans plus tard en s'inscrivant aux Beaux-Arts de Vienne.
En 1920, il est à Paris. L'heure est aux débats modernistes et révolutionnaires: les leçons du constructivisme (le Bauhaus et ses équivalents en Russie, Hongrie, Pologne..) d'un côté, le dadaïsme puis le Surréalisme de l'autre. Quand, en 1929, il deviendra photographe (après avoir été employé de banque et modéliste auprès de grandes maisons comme Lanvin, Patou ou Chanel), il ignore encore que vingt ans plus tard, il suivra l'idéal du constructivisme à la suite de la commande un reportage sur l'Unité d'habitation de Le Corbusier à Marseille." La suite sur levif.be

Bruxelles, Galerie Keitelman. Rue Van Eyck, 44. Jusqu'au 13 juillet. www.keitelmangallery.com

dimanche 7 juillet 2013

Hongrie: record d'affluence à la parade homosexuelle de Budapest

"AFP - La 16e Parade homosexuelle à Budapest a connu samedi un record d'affluence avec environ 8.000 personnes et n'a été marquée par aucun incident notable, contrairement aux années précédentes quand l'extrême droite s'en était pris violemment aux manifestants." La suite sur france24.com

samedi 6 juillet 2013

Tibor Derdák et deux de ses collègues battus par des nazis à l'issue du défilé de la gay pride à Budapest sans que la police n'interpelle leurs agresseurs

A melegfelvonuláson több mint nyolcezren meneteltek békésen. Az üvöltözve ellentüntető széljobbosok egy részének azonban nem volt elég a szóbeli balhézás.
Derdák Tibort a sajókazai gimnázium igazgatóját és két társát 30 fekete ruhás náci támadta meg.
“Először csak kiabáltak, hogy szarrá lesztek verve, cigány buzik” − mondta Orsós János. − Mi lehajtottuk a fejünket, és mentünk tovább, mintha nem nekünk szólna az egész. Aztán csak azt láttam, hogy Tibort elkezdik ütni, láttam, ahogy arcon ütik ököllel. Lászlót hátba rúgták, leesett a földre, aztán fejbe rúgták. ...”
“Valahonnan megjelent vagy 15 rendőr, nem tudom, látták-e, mi történt. És elkezdtek minket igazoltatni. Mondtam, hogy legyenek szívesek őket igazoltatni, itt ők szarrá vertek minket, de egy nevet sem írtak föl. A mi adatainkat felírták.”
“Mi mentünk tovább, és a Nyugati aluljárónál megláttuk ugyanazokat a nácikat, akik elállták a lejáratot. Voltak ott rendőrök is, mi mondtuk nekik, hogy itt vannak, akik ütöttek bennünket. Mire egy rendőr közölte velem, hogy ne provokáljak, és elkezdett vagy tizenöt méteren keresztül lökdösni.”
http://444.hu/2013/07/06/szarra-lesztek-verve-cigany-buzik/

Saumur. Danses hongroises ce soir et demain dans les rues

"Venu de Veszprém, à l'invitation du club franco-hongrois, un groupe d'artistes hongrois anime Saumur depuis ce vendredi midi.
Danseuses, danseurs et musiciens étaient ce midi sur la place Saint-Pierre, et ils seront ce soir dans la rue Saint-Nicolas pour le début des Estivales.
On pourra aussi venir les applaudir samedi soir sur la place de la République où ils se produiront de 19 heures à 21 heures.
Samedi après-midi, au château de Saumur, quatre cavaliers de l’académie équestre de Kaposvar présenteront par ailleurs deux démonstrations de leur savoir-faire de 15 h 45 à 16 h 15 et de 17 h 45 à 18 h 15 (entrée payante au château).
Une exposition de peinture est également visible aujourd’hui, lundi, mardi et mercredi de 10h à 12h et de 15h à 18 heures à la mairie de Saumur.
Tous seront réunis dimanche après-midi à Lézigné où aura lieu une grande fête franco-hongroise.
vendredi 05 juillet 2013- 16:29

L'EGAM salue l’adoption du rapport Tavares par l'U.E.

"L’EGAM est très satisfait de l’adoption par le Parlement Européen du rapport Tavares sur les droits fondamentaux en Hongrie. Il doit s’agir d’une première étape dans le rétablissement de la démocratie en Hongrie pour tous les individus qui y vivent, notamment ceux issus des minorités persécutées." Le Collectif VAN vous présente le Communiqué de Presse de l’EGAM publié le 3 juillet 2013.

Communiqué de presse
L’EGAM est très satisfait de l’adoption par le Parlement Européen du rapport Tavares sur les droits fondamentaux en Hongrie Barcelone, 3 juillet 2013, Grace à un vote pluripartisan, le rapport Tavares sur les questions de démocratie et d’Etat de Droit en Hongrie a été adopté par 370 voix pour, 249 contre et 82 abstentions. L’EGAM a été très impliqué dans une campagne de plaidoyer pour obtenir un vote positif, et est ainsi extrêmement satisfait de ce résultat. Ce vote apporte un soutien attendu depuis longtemps aux valeurs fondamentales de l’Union Européenne et lance un avertissement aux autorités publiques qui seraient tentées de ne pas les respecter. Lire la suite dans les Infos Collectif VAN en page d'accueil en cliquant sur le lien ci-dessous:
L'EGAM salue l’adoption du rapport Tavares par l'U.E."
Source : collectifvan.org

Panasonic ferme une usine de panneaux solaires en Hongrie

"TOKYO - Le groupe japonais d'électronique Panasonic a fait part vendredi de la fermeture prochaine d'une usine de panneaux solaires qui emploie 550 personnes en Hongrie.

Ce site, le seul de ce type en Europe, devrait être clos en mars 2014, après l'arrêt de la production qui devrait être effectif en septembre cette année, a expliqué un porte-parole à Tokyo." La suite sur romandie.com

Le Parlement hongrois rejette les critiques de Bruxelles

"Les députés hongrois ont adopté vendredi 5 juillet une résolution condamnant l'adoption par le Parlement européen d'un rapport critique sur l'Etat de droit en Hongrie, appelant le gouvernement conservateur à "ne pas céder à la pression de l'UE".
"Nous adoptons une résolution pour défendre la souveraineté de la Hongrie et l'égalité du peuple hongrois en Europe", ont indiqué les députés dans le texte proposé par le parti conservateur, Fidesz, du premier ministre Viktor Orban, forts d'une majorité des deux tiers au Parlement. La résolution a été approuvée par 269 voix contre six." La suite sur lemonde.fr

vendredi 5 juillet 2013

EXPO - Schiele et ses contemporains au Musée des Beaux Arts

Toile: Schiele, Deux filles enlacées © The Bridgeman Art Library
"Les toiles de l'expressionniste viennois Egon Schiele sont exposées au Musée des Beaux Arts de Budapest depuis fin juin. Plus de 80 toiles sont exposées à l'exposition se nommant Schiele et ses contemporains, et près d'un tiers sont de cet artiste." La suite sur lepetitjournal.com

UE-Hongrie: « la bave du crapeau n’atteint pas la blanche colombe »

"Mardi, le Parlement européen s'est penché sur le cas de la Hongrie. Les débats ont tourné autour des conclusions pessimistes du rapport Tavares sur la situation des droits fondamentaux dans le pays. Le rapport a été adopté lors du vote final, malgré la droite européenne, qui s'y est majoritairement opposée. Une gifle politique d'ampleur continentale pour le Fidesz, qui dénonce quant à lui un rapport partial, injuste, et incohérent.
Ça leur pendait au nez, pour ainsi dire. Après trois années d'intense médiatisation et de critiques en tous genres, ce qui s'est passé à Strasbourg mardi ne surprend pas vraiment. Le gouvernement hongrois, régulièrement mis en accusation par les institutions de l'UE depuis 2010 a fini par se retrouver sous le coup de la procédure prévue par l'article 7 du traité de Lisbonne. On lui reproche d'avoir multiplié les atteintes à la démocratie et à l’État de droit, en particulier lors de l'adoption de la nouvelle Loi Fondamentale hongroise en 2011." La suite sur hu-lala.org

Hongrie: Viktor Orban dénonce l'UERSS

"« Est-ce l’ancienne Moscou ou la nouvelle Bruxelles » ? Viktor Orban, le premier ministre hongrois, venu défendre, pour la seconde fois en trois ans, son gouvernement devant le Parlement européen, n’a pas fait dans le détail en comparant l’Union à la défunte URSS : « je sais ce que c’est d’être un citoyen de seconde zone, de ne pas décider de son destin, de voir l’indépendance nationale foulée aux pieds » a-t-il lancé aux eurodéputés réunis en session plénière à Strasbourg, en appelant, sous les applaudissements de la droite (PPE), à « lutter contre ceux qui veulent transformer cette Europe en Empire ». Pour Orban, le Parlement européen se rend coupable d’un « abus de pouvoir » en plaçant son pays sous « tutelle » européenne pour le contraindre à restaurer un État de droit qu’il est accusé de malmener." La suite sur liberation.fr

jeudi 4 juillet 2013

Gaillac. Un accident a fait basculer leur destin

"Lui a disparu, elle est sans ressources.
«C’était tout rose, et l’accident a tout fait basculer». Pour Marie Renard, le 12 mars 2013 a tout changé. Ce jour-là, Lazlo Buczko, son compagnon, est percuté par une automobiliste sur la RD 87 à Brens alors qu’il rejoint en voiture les chalets de Fiolles, où le couple était locataire. Le constat de gendarmerie établit que Lazlo, citoyen hongrois, n’a pu présenter ses papiers. Lazlo et Marie s’étaient connu il y a quatre ans et venaient de l’Ardèche. Lui avait trouvé un travail de salarié agricole chez un groupement d’employeurs vignerons. Marie voulait se rapprocher de sa fille, installée à Toulouse. Gaillac convenait parfaitement. Mais les choses se compliquent." La suite sur ladepeche.fr

Le Parlement européen met en garde la Hongrie

"Le Parlement européen a dénoncé mercredi les dérives autoritaires du gouvernement hongrois conservateur de Viktor Orban sans aller jusqu'à demander des sanctions à son encontre.
Le texte de la résolution adoptée à Strasbourg invite néanmoins les présidents des groupes parlementaires à évaluer l'opportunité d'une telle démarche." La suite sur lesechos.fr

Nouvelle passe d’armes entre Orbán et les eurodéputés

Ne nous enseignez pas la démocratie !” : Magyar Hírlap reprend en une l’apostrophe du Premier ministre hongrois aux députés européens. Le 2 juillet, Viktor Orbán a assisté au débat organisé au Parlement européen sur la situation des droits fondamentaux dans son pays.
Viktor Orbán a qualifié d’injuste le rapport de l’eurodéputé portugais Rui Tavares adopté le 19 juin par la commission des Libertés civiles du Parlement européen." La suite sur presseurop.eu

mercredi 3 juillet 2013

Législation - Les changements du mois de juillet

"De nombreux changements dans la loi sont applicables à partir de ce début de mois de juillet. Ainsi, les bureaux de tabacs ouvrent, un nouveau code pénal s'applique, des changements dans le code civil ont été opérés et certains frais généraux baissent." La suite sur lepetitjournal.com

Gay pride - Festivités et défilé cette semaine à Budapest

"Ce weekend a eu lieu l'ouverture de la Budapest Pride. Cette année, le programme sera riche en événements divers mais le clou de ce festival de 9 jours de la communauté LGBT (Lesbiennes, Gays, Bisexuels, Transgenres) sera la parade, qui se tiendra le samedi 6 juillet. Ce sera la 18ème édition de ce festival, dans un pays dans lequel la législation sur les droits des homosexuels est encore à la traîne." La suite sur lepetitjournal.com

La fin annoncée du grand marché chinois de Budapest

"Le marché de Józsefváros, plus connu sous le nom de "marché chinois", est le plus gros marché de plein air de Budapest. C'est aussi en Europe le marché regroupant la plus forte population issue de Chine. Une simple promenade dans ce vaste China town suffit à dépayser. On y trouve de tout, même du rare, même de l'introuvable, à profusion. En 20 années d’existence, le grand marché chinois de Budapest a acquis une solide réputation de cour des miracles où tout se monnaye, du parfum de contrebande aux fripes bon marché importées de Turquie, en passant - c'est ce qui se raconte - par des documents administratifs en tout genre (baccalauréat, permis de conduire, carte d'identité, factures...). Un marché à propos duquel il est difficile de démêler le vrai de la légende, tant ce qu'on en raconte semble fait pour correspondre aux fantasmes européens sur la Chine et la mafia chinoise." La suite sur hu-lala.org

Lors de sa visite en Hongrie, le secrétaire général souligne la valeur de la coopération de défense - OTAN

"Le secrétaire général de l'OTAN, Anders Fogh Rasmussen, a souligné l'importance de la coopération multinationale pour l'amélioration des capacités de défense, lors de sa visite en Hongrie effectuée le lundi 1er juillet 2013 et dans le cadre de laquelle étaient prévus des entretiens avec de hauts responsables hongrois et un déplacement à la base de l'OTAN à Pápa, où se trouve la capacité de transport aérien stratégique. « Voici un parfait exemple de coopération intelligente : des pays travaillent ensemble pour constituer une capacité qu'ils ne pourraient s'offrir à titre individuel », a déclaré le secrétaire général." La suite sur newspress.fr

La Hongrie vend son armement soviétique

"Par Matthieu Hoffstetter
Vendre ses chars d'assaut et avions de chasse pour résorber le déficit: c'est la solution choisie par la Hongrie qui va mettre sur le marché de l'armement d'occasion son matériel hérité de l'époque soviétique.
A vendre: avions de chasse et chars d'assaut, époque soviétique, peu servi, prix à débattre... Voilà l'annonce que le gouvernement hongrois pourrait faire paraître prochainement: l'ancien état membre du Pacte de Varsovie cherche à vendre ses anciens chars et avions de chasse soviétiques, dans une mesure d'économie.
La Hongrie a intégré l'Otan en 1999. Mais, de 1955 à 1991, le pays fut membre du Pacte de Varsovie en compagnie de la plupart des pays d'Europe centrale et orientale. Et comme ces mêmes pays (Albanie, Allemagne de l'Est, Bulgarie, Roumanie, Pologne), la Hongrie se fournissait en matériel militaire auprès du «grand frère» soviétique." La suite sur bilan.ch

A Strasbourg, le Premier ministre hongrois rejette les critiques injustes des eurodéputés

"STRASBOURG (Parlement européen) - Les critiques européennes contre les modifications de la Constitution hongroise par le parti au pouvoir sont très injustes et font courir le risque d'une mise sous tutelle de la Hongrie par l'UE, s'est défendu mardi le Premier ministre hongrois Viktor Orban devant le Parlement européen.

M. Orban s'est invité à un débat consacré à son pays, alors que le Parlement européen doit se prononcer mercredi sur un rapport demandant instamment aux autorités de Budapest de rétablir pleinement l'état de droit en Hongrie.

Ce rapport, préparé par l'eurodéputé écologiste portugais Rui Tavares, est très injuste et fixe de nouveaux critères parfaitement arbitraires, a accusé le Premier ministre magyar." La suite sur romandie.com