mercredi 12 avril 2017

Le triomphe de la politique du forceps

Chaque matin, l’actualité vue au travers de la presse étrangère. Aujourd’hui : Malgré les protestations, la Hongrie a promulgué une loi controversée contre les universités étrangères, considérée comme dirigée contre l'Université d'Europe centrale (CEU).
Si, aujourd'hui, la politique du mensonge et de l'intimidation est généralement associée au nouveau président américain, on oublie parfois un peu trop vite qu'en Europe, aussi, l'unilatéralisme (sinon l'obscurantisme) de certains dirigeants a quelque chose de sidérant. Ou quand les bouffonneries devraient cesser de nous faire sourire, dès-lors qu'elles témoignent d'une dérive autoritaire du pouvoir. C'est le cas en particulier en Hongrie où, depuis 2010, celui qui aura été le premier populiste à prendre la tête d’un gouvernement européen, Viktor Orbán, a affaibli tous les contre-pouvoirs, réduit le pluralisme des médias et créé un système de capitalisme de copains. De sorte qu'avec le nouveau locataire de la Maison Blanche, ce fan de la première heure de Donald Trump en Europe se plaît, désormais, à imaginer qu’il pourrait se présenter en tant que dirigeant d’une nouvelle internationale anti-libérale, au sens d' « illibéral », précise l'éditorialiste du journal suisse LE TEMPS." La suite sur franceculture.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire