mercredi 17 janvier 2018

Des clandestins débarquent en Hongrie en avion de tourisme

"Trois Afghans et huit Vietnamiens ont été arrêtés par la police, peu après l’atterrissage de leur coucou, dans le nord-est de la Hongrie.Drôle d’affaire que celle mise en avant par la police hongroise sur son site internet mardi. Alertée lundi soir par un de ses agents en congé, la police du département de Szabolcs-Szatmár-Bereg a trouvé un petit avion posé dans un champ non loin de la localité de Kállósemjén, dans le nord-est du pays, proche des frontières avec la Roumanie et l’Ukraine." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr

La population asiatique en Hongrie a doublé en dix ans

"Le nombre d'Asiatiques vivant en Hongrie a doublé au cours des dix dernières années pour atteindre 40 000, selon les chiffres du Bureau des statistiques au 1er janvier 2017. Le nombre d'Asiatiques établis en Hongrie est passé de 19 733 à 39 937 entre 2007 et 2017. Soit une hausse de 20 204 personnes en une décennie. Les Chinois représentent à eux seuls la moitié de cette hausse, leur nombre étant passé sur cette période de 9 000 à 19 000 . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

La Hongrie, destination touristique

"En 2016 le tourisme, en pleine progression, représentait 10 % du produit intérieur brut (PIB) hongrois et employait 500 000 personnes dans le pays, soit plus de 12 % des actifs.
Sur les sept premiers mois de 2016, le nombre de visiteurs tchèques et slovaques a augmenté de plus de 25 % à Budapest. Le nombre d’Allemands, de Polonais, de Britanniques et d’Asiatiques a explosé. Le nombre de touristes hongrois a lui aussi augmenté, bondissant de 13 %." La suite sur la-croix.com

L'éducation conductive pour les enfants handicapés est pratiquée à Clarensac dans le Gard

"Les enfants handicapés du centre d'éducation conductive de Clarensac, dans le Gard, ont une nouvelle marraine. La comédienne Cécile Bois, alias Candice Renoir, a choisi de soutenir cette structure aux méthodes alternatives. Il n'en existe que 8 en France. Découverte.
Ils s'appellent Numa, Léa, Sarah-Lou ou Nayla. Ils ont entre 6 et 9 ans et tous ont un handicap moteur. Mais dans ce centre d'éducation conductive gardois, pas de kiné, pas d'orthophoniste.
L'éducation conductive repose sur une globalité. Un professionnel est formé en 5 ans pour prendre en charge un enfant sur l'ensemble de son développement." La suite sur francetvinfo.fr

Concert : Sir Andràs Schiff au piano à la Philharmonie de Paris

"Philharmonie de Paris, Grande salle Pierre Boulez 12 janvier, 20H 30
Sir Andras Schiff, piano
Felix Mendelssohn, Fantaisie op.28
Ludwig van Beethoven, Sonate No24 en fa dièse majeur, op.78 « A Thérèse »
Johannes Brahms, 8 Klavierstücke op.76
Johannes Brahms, 7 Fantaisies op.116
Johann-Sebastian Bach, Suite anglaise No6 en ré mineur BWV 811
www.piano4etoiles.fr
www.philharmoniedeparis.fr

C’est un peu sous le signe d’une certaine austérité que Sir Andràs Schiff plaçait le programme musical qu’il offrait au public de la Philharmonie, durant cette soirée du 12 janvier 2018. En effet, débutant son récital avec la Fantaisie op.28 de Felix Mendelssohn on pouvait s’attendre de la part du compositeur des Romances sans paroles et de l’Octuor à
cordes à un déferlement d’images sonores aériennes et légères. Il n’en fut rien car cette Fantaisie op.28 de Mendelssohn se révéla nimbée de tristesse, explorant des chemins inattendus ou peu empruntés par ce compositeur." La suite sur on-mag.fr

Budapest envisage de limiter le tourisme festif

"Destination européenne bon marché, Budapest est devenue en quelques années une véritable Mecque du tourisme festif. Les nuisances sont telles qu’un référendum local pourrait y mettre fin.
Il est 22 heures à Szimpla, samedi soir. Le bar le plus connu du quartier juif de Budapest se remplit. Antonio Gonzalez se prend en photo avec ses amis devant un vieil ordinateur accroché au mur. « Ce bar est labyrinthique, il y en a pour tous les goûts, c’est vraiment cool ! » Le jeune Espagnol commence à peine sa soirée et compte bien la continuer en discothèque. « Budapest est connue pour ça », lance-t-il une bière à la main." La suite sur la-croix.com

La juste route - Un film de Ferenc Török dans les salles à Paris et banlieue à partir du 17 janvier 2018

Titre original : 1945

Synopsis : En août 1945, au cœur de la Hongrie, un village s’apprête à célébrer le mariage du fils du notaire tandis que deux juifs orthodoxes arrivent, chargés de lourdes caisses. Un bruit circule qu’ils sont les héritiers de déportés et que d’autres, plus nombreux peuvent revenir réclamer leurs biens. Leur arrivée questionne la responsabilité de certains et bouleverse le destin des jeunes mariés.
Date de sortie 17 janvier 2018 (1h 31min) en V.O. numérique
De Ferenc Török
Avec Péter Rudolf, Bence Tasnádi, Tamás Szabó Kimmel

Luminor Hôtel de Ville séances à 15 h 40 et 19 h 10
20, rue du Temple 75004 Paris 4e arrondissement

Les 3 Luxembourg séances à 15 h 10 et 17 h 00
67, rue Monsieur-le-Prince 75006 Paris 6e arrondissement

Sept Parnassiens séances à 11 h00, 13 h 55, 15 h 55, 17 h 55, 19 h 55, 21 h 55
98, bd du Montparnasse 75014 Paris 14e arrondissement 

Publicis Cinémas séances à 13 h 00 et 21 h 10
129, av. des Champs-Elysees 75008 Paris 8e arrondissement

Cinéma Landowski séance à 18 h 00
28, av. Andre-Morizet 92100 Boulogne-Billancourt

Roby Lakatos Ensemble le 27 janvier 2018 à 21 h au Jazz Café Montparnasse

Le violoniste tzigane Roby Lakatos n’est pas seulement un virtuose incomparable, il est aussi un musicien à la versatilité stylistique exceptionnelle.
Aussi à l’aise dans les répertoires classique, jazz ou hongrois, Lakatos est l’un des rares musiciens à dépasser les frontières de son art. On parle de lui comme un violoniste tzigane, un « démon du violon », un virtuose classique, un improvisateur jazz, un compositeur et arrangeur, un survivant du XIXème siècle, et il est en effet tout cela à la fois.
Il est le genre de musicien universel que l’on rencontre si peu à notre époque – un interprète dont la force découle de ses activités d’improvisateur et de compositeur. Il a joué dans les plus grandes salles et les plus grands festivals à travers l’Europe, l’Asie et le continent américain.
Né en 1965 dans une famille de célèbres violonistes descendants de Janos Bihari, surnommé le « Roi des violonistes tziganes », Roby Lakatos évolue dès l’enfance dans un univers musical, et à l’âge de neuf ans, il fait ses débuts sur scène comme premier violon d’un orchestre tzigane. Il étudie plus tard au Conservatoire Béla Bartók à Budapest, où il remporte le premier prix en violon classique en 1984. Entre 1986 et 1996, il se produit avec son ensemble aux “Ateliers de la grande Ille” à Bruxelles, leur foyer durant toute cette période.
Il collabore avec Vadim Repin et Stéphane Grappelli ; Yehudi Menuhin admire son jeu et lui rend régulièrement visite dans son club à Bruxelles.
En mars 2004, Lakatos joue au festival Genius of the Violin du London Symphony Orchestra, aux côtés de Maxim Vengerov.
Le mot d’Aurore :
“Je suis tellement fière et heureuse d’avoir pu avoir un si grand Maestro ce soir. Il est sans hésiter mon violoniste préféré. J’ai une admiration profonde pour lui. Estimez vous chanceux de pouvoir voir de tout près un si grand artiste qui va vous faire voyager au plus profond de la musique tzigane. Il joue dans le monde entier, a sorti plusieurs albums chez « Deutsch Gramophon ».
Son jeu est exceptionnel et époustouflant. Il a un son bien a lui, personne d’autre ne joue comme lui.
Entre jazz, musique tzigane, hongroise je n’ai pas de mots pour décrire ce que je ressens. J’ai ses disques sur ma table de chevet et les écoute régulièrement avec toujours autant d’admiration.
Les musiciens qui l’entourent sont eux aussi « monstrueux », vous verrez le cymbalum, cet instrument rare aux cordes frappées qu’on appelle « le piano tzigane », qui apparaît en Europe au XIXème siècle et qui sera certainement apporté par l’avancée de l’Empire ottoman accompagné de sa musique savante, et aussi d’une part par les cymbalistes tziganes, peuple migrant depuis l’Inde, et d’autre part par la diaspora juive. Le terme cymbalum n’apparaît lui qu’au XVème siècle.
Une merveille à ne pas rater. Vraiment, à ne pas rater car il ne vient que très rarement en France! ”

ROBY LAKATOS : VIOLON
LÉO OLLMANN : VILON
VILMOS CSIKÓS : CONTREBASSE
JENÖ LISZTES : CYMEALUM, BATTERIE
BENJAMIN CLÉMENT : GUITARE

Où : Jazz Café Montparnasse 13 Rue du Commandant René Mouchotte 75014 Paris
Téléphone : 01 43 21 58 89
Coût : Gratuit

mardi 16 janvier 2018

Autonomie des Hongrois de Transylvanie : « Budapest ne veut rien qui n’ait de précédent en Europe »

"Les principaux partis des Hongrois de Roumanie ont acté la semaine dernière un projet commun d’autonomie culturelle et territoriale. Vu de Budapest, le statut d’autonomie du Tyrol du Sud en Italie représente le modèle à suivre . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

Les grognards du Fidesz en marche contre la « cinquième colonne »

"Comme avant les élections législatives en 2014, le Fidesz pourrait rassembler ses sympathisants de tout le pays pour une démonstration de force à Budapest avant les élections du 8 avril. "Qu'il y ait une nouvelle marche de la paix en Hongrie ! C'est le moment". C'est le plaidoyer d'István Stefka, l'un des principaux organisateurs des marches pro-gouvernementales précédentes et directeur de "Pesti Srácok", un site d'informations d'extrême-droite . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

Les circonscriptions qui pourraient échapper au Fidesz en 2018

"Le code électoral hongrois introduit par la droite en 2012 serait-il taillé sur mesure pour le Fidesz de Viktor Orbán ? Une cartographie fine des résultats des élections législatives de 2014 montre au contraire que les partis progressistes ont une réelle marge de manœuvre pour mettre en difficulté l'actuelle majorité, au printemps prochain.
L'hégémonie électorale du Fidesz n'est pas à démontrer. Avec presque deux-tiers de députés, la coalition gouvernementale - qui rassemble aussi le petit parti chrétien-démocrate KDNP - jouit actuellement d'une très large majorité au Parlement hongrois. Malgré une érosion de 52,7% à 44,9% des suffrages entre les élections législatives de 2010 et de 2014, le premier ministre Viktor Orbán a pu jouir d'un rapport de forces quasi inchangé au Parlement. La principale explication réside dans la réforme du code électorale introduite en janvier 2012, laquelle favorise mécaniquement les grands partis et empêche toute dynamique de coalition post-électorale.
Le système électoral hongrois est historiquement mixte, proche du modèle allemand, avec une majorité de députés élus au scrutin uninominal dans des . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

Le Premier ministre roumain démissionnaire menace la minorité hongroise

"Ayant quitté ses fonctions lundi 15 janvier, Mihai Tudose a provoqué l’ire des Hongrois de Transylvanie en déclarant, mercredi 10 janvier, qu’il les pendrait à côté du drapeau autonomiste si celui-ci continuait d’apparaître devant les institutions publiques locales. Colère et déception unanimes dans la presse hongroise, tandis qu’à Bucarest, les journaux accusent le voisin magyar de surenchère.
Onze mois avant son centenaire qu’elle fêtera le 1er décembre, la Roumanie s’offre un énième bras de fer avec la Hongrie sur la question sicule, qui concentre les crispations des magyarophones de part et d’autre de la frontière délimitée dans le traité de Trianon du 4 juin 1920. Interrogé mercredi 10 janvier par la chaîne Realitatea TV, le chef social-démocrate du gouvernement Mihai Tudose, ayant finalement démissionné hier soir, s’est attiré les foudres de Budapest en parlant de “pendre” les Sicules en compagnie de leur oriflamme bleu et jaune. Une déclaration jugée “profondément scandaleuse” par le ministre de la Chancellerie hongroise János Lázár, qui attend toujours les excuses de Bucarest." La suite sur courrierinternational.com

Marton Fucsovics: "Je me réjouis d'affronter Goffin en ... Coupe Davis"

"Incroyable !", s'est-il exclamé. "C'est un nouveau cap de franchi dans ma carrière !". Le Hongrois Marton Fucsovics (ATP 80) a réussi à remporter, mardi à l'Open d'Australie, le tout premier match de sa carrière dans un tournoi du Grand Chelem de tennis. Le droitier de Budapest, 25 ans, que la Belgique rencontrera début février à Liège au premier tour du Groupe Mondial de la Coupe Davis, a en effet battu le Moldave Radu Albot (ATP 87), 28 ans, 6-2, 6-3, 4-6, 7-5." La suite sur rtbf.be

Une partie de la valse des millions d’euros passait par le sud de la France

"Ouverture, ce lundi, au tribunal correctionnel de Marseille du procès de trois hommes soupçonnés de blanchiment en bande organisée.
Deux millions d’Euros saisis, 83 millions identifiés, 225 millions de chiffre d’affaires annuel estimé ; pour un réseau hongrois de collecte de fonds à travers l’Europe.
Ces sommes astronomiques d’abord déposées dans des banques slovaques, puis virées sur des comptes en Asie, en Chine. Ensuite, ces montants reviennent sur des comptes de diverses sociétés fictives installées en Turquie, Arabie Saoudite, Emirats Arabes Unis, Espagne, Hongrie, Slovaquie, Belgique et Portugal.
Tout commence, le 26 septembre 2015 au col du Perthus, le point de passage entre l’Espagne et la France. Une voiture immatriculée en Allemagne est contrôlée par les douaniers. Le conducteur, un syrien, porteur d’un titre de séjour suédois, vivant en Hongrie, dit ne rien avoir à déclarer. Les fonctionnaires décident de fouiller le véhicule et découvrent, cachés, dans le coffre plusieurs liasses de billets de banque, pour un montant total de 1 918 460 €uros." La suite sur francetv.fr

"La Juste route" : comment les survivants de la Shoah sont rentrés chez eux

"Ce bouleversant film hongrois raconte le retour, en 1945, de deux juifs rescapés dans leur village. A voir absolument.
Août 1945. Une petite gare de la campagne hongroise, où patrouillent des soldats soviétiques. D'un train qu'on dirait de marchandises, dont le bruit de ferraille concassée évoque les pires cauchemars, descendent deux juifs orthodoxes, vêtus de noir.
Le père porte un chapeau et son fils, une casquette. En guise de bagages, deux grosses malles qu'un paysan magyar hisse sur son tombereau. A pas lents, l'attelage part pour le village." La suite sur nouvelobs.com

La Hongrie, un pays sous haut patronage

"Viktor Orban devrait facilement l’emporter aux élections législatives du 8 avril prochain. Székesfehérvár, sa ville natale, occupe une place à part dans le système autoritaire mis en place depuis 2010.

De notre envoyé spécial
A 65 km au sud-ouest de Budapest, sur la route du lac Balaton, Székesfehérvár garde pour les Hongrois une aura quasi mythique. L’occupation ottomane, l’absolutisme des Habsbourg et la domination soviétique n’ont pas détruit la ville symbole de l’âge d’or magyar, résidence des rois chrétiens de Hongrie depuis Étienne 1er, siège de leurs couronnements et de leurs funérailles pendant près de cinq cents ans.
Depuis 2010, Andras Cser-Palkovics, 43 ans, préside aux destinées de cette localité d’un peu plus de 100 000 habitants, une des plus dynamiques du pays. À l’approche des élections législatives, ce diplômé en droit cultive son image de manager efficace et consensuel, avant tout soucieux de l’intérêt de ses administrés. « N’oublions pas ce qui nous unit, Székesfehérvár est notre ville, notre maison commune, avant et après le 8 avril », affirmait-il, la semaine dernière, dans une déclaration publiée après l’annonce de la date du scrutin." La suite sur la-croix.com


lundi 15 janvier 2018

L’Obéron de C.M. von Weber à l’Opéra de Budapest (Théâtre Erkel)

Par Pierre Waline
"C’est sur une commande du Covent Garden de Londres que Weber composa Obéron, son dernier opéra, d’après un poème de Wieland traduit pour la circonstance en anglais. Très malade - il était rongé par la tuberculose -, Weber, littéralement épuisé, mit ses dernières forces dans la composition, puis dans les répétitions et la direction de l’opéra, créé à Londres en avril 1826. Il allait mourir à peine deux mois plus tard, alors qu’il s’apprêtait à regagner l’Allemagne. Des circonstances, donc, particulièrement pénibles. Malgré cela, l’œuvre de Weber remporta immédiatement un immense succès. Et pourtant, non satisfait du livret et de la structure de l’opéra, Weber projetait d’en réaliser une révision, une fois rentré en Allemagne, ce qu’il n’eut pas le temps de réaliser. Détail touchant: afin de pouvoir travailler sur le livret, Weber, pourtant affaibli, suivit des cours intensifs d’anglais (153 leçons !)." La suite sur francianyelv.hu

Cinéma - La juste route de Ferenc Török - Sort en salles en France le 17 janvier 2018

Synopsis : En août 1945, au cœur de la Hongrie, un village s’apprête à célébrer le mariage du fils du notaire tandis que deux juifs orthodoxes arrivent, chargés de lourdes caisses. Un bruit circule qu’ils sont les héritiers de déportés et que d’autres, plus nombreux peuvent revenir réclamer leurs biens. Leur arrivée questionne la responsabilité de certains et bouleverse le destin des jeunes mariés.
Date de sortie 17 janvier 2018 (1h 31min)
De Ferenc Török
Avec Péter Rudolf, Bence Tasnádi, Tamás Szabó Kimmel

L'enseigne Sport 2000 arrive en Hongrie

"Pour s'installer en Hongrie et y développer son réseau, Sport 2000 a signé une licence avec Smart 73. L'enseigne de renommée mondiale Sport 2000 est présente dans pas moins de 25 pays. Ce réseau regroupe des commerçants indépendants qui partagent une même passion dans un esprit d'ouverture et de coopération.

Sport 2000 signe avec le Hongrois Smart 73
Sport 2000 a annoncé la signature d'une licence avec le Hongrois Smart 73 qui lui permet de débarquer dans le pays. Le grossiste approvisionne 300 indépendants et exploite en direct 7 succursales.
Sport 2000 de son côté a à son actif un total de 4 154 points de vente répartis dans 25 pays. L’ensemble réalise un chiffre d’affaires de 3,6 milliards d'euros." La suite sur observatoiredelafranchise.fr

Des sons infinis à Rouen

"Investir des lieux inédits, jouer la musique dans la ville, voici depuis des années le désir du collectif des Vibrants Défricheurs. Plus acteurs de terrain que communicants, les Rouennais organisent souvent des événements impromptus, en quelques semaines, avec les institutions du territoire ou de manière totalement indépendante. Les Sons Infinis, qui occupaient pour la première fois la belle chapelle du CHU de Rouen, en est un parfait exemple. En quelques semaines, trois concerts internationaux furent donc organisés, le temps d’un weekend. Et avec quel plateau, puisqu’en plus des musiciens rouennais, on croisait Csaba Palotaï ou encore Linda Oláh." La suite sur citizenjazz.com

Le procès d’Ahmed H. se poursuivra en mars

"Après trois journées d’audience la semaine dernière, la procédure judiciaire contre Ahmed H., condamné à 10 ans d'emprisonnement en novembre 2016 pour « acte de terrorisme », reprendra au Tribunal de Szeged au mois de mars.
En novembre 2016, le tribunal de Szeged a déclaré Ahmed H. coupable d'« acte de terrorisme » pour avoir participé à une émeute en septembre 2015 au poste frontalier de Röszke/Horgos. Ce jugement à dix années de prison en première instance a été remis en cause par un tribunal de deuxième instance au mois de juillet 2017 . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr

Bucarest claque la porte au projet d’autonomie du Pays sicule

"Les nouvelles demandes d'autonomie territoriale pour le Pays sicule ont été violemment taclées par le premier ministre roumain Mihai Tudose . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

Viktor Orban: «Nous ne laisserons pas Bruxelles nous dicter qui nous devons accueillir»

"Le Premier ministre hongrois a accordé un entretien aux journaux du groupe Lena dont fait partie « Le Soir ». À cette occasion, Viktor Orban revient sur sa politique migratoire et ses différends avec Bruxelles. Et explique ses liens avec Poutine." La suite sur lesoir.be (article payant)

La politique russe de l’UE est «mauvaise», selon le Premier ministre hongrois

"La politique européenne à l’égard de la Russie est trop unilatérale et ne profite pas de toutes les opportunités pour construire de bonnes relations avec Moscou, selon le Premier ministre hongrois Viktor Orban.
Dans une interview accordée à Welt am Sonntag, le Premier ministre hongrois a vivement critiqué la politique de l'Union européenne à l'égard de la Russie.
Selon Viktor Orban, le Président russe a réussi à renforcer son pays qui est de nouveau un acteur mondial. Le Premier ministre estime qu'à l'heure actuelle pour construire des rapports productifs avec Moscou, les pays européens doivent faire montre de la force et, à la fois, de la volonté de coopérer. Cependant, l'UE ne met l'accent que sur le premier aspect." La suite sur sputniknews.com

Saison 2017/2018 : Six mois de football en Hongrie

"En 2016-2017, le championnat de Hongrie avait tenu en haleine supporters et observateurs jusqu’aux derniers instants de l’ultime journée. Cet exercice 2017-2018 est parti sur de mêmes bases, le suspense étant toujours de mise aussi bien en haut qu’en bas de tableau. La renaissance de Ferencváros, le retour sur terre du Budapest Honvéd, le jeu dangereux de Vasas… Voici ce qu’il faut retenir après six mois de compétition.
Le groupe de tête
1. Ferencváros – 41 pts
2. Videoton – 38 pts
3. Debrecen – 31 pts
4. Budapest Honvéd – 28 pts
Il y a un an, à pareille époque, trois équipes (Videoton, le Honvéd et Vasas) occupaient le podium avec exactement le même nombre de points. La donne est cette fois différente car deux duels semblent se dégager. L’un oppose Ferencváros et Videoton dans la quête du titre, l’autre voit Debrecen et le Budapest Honvéd se disputer la troisième place." La suite sur footballski.fr

dimanche 14 janvier 2018

Prochaine soirée des Mardis hongrois de Paris le 16 janvier 2018 à partir de 20 h à la brasserie Le Saint-André


Prochaine soirée
le mardi 16 janvier 2018
à partir de 20 h
à la brasserie Le Saint-André
2, rue Danton 75006 Paris Métro Saint-Michel
Crédit Photo : Erwan Le Touze
Kedves Mardis Hongrois-látogatók,
A legközelebbi összejövetel január 16. este 8 órakor kezdődik
Le Saint-André kávéházban
2, rue Danton 75006 Paris
 Métro Saint-Michel
Les Mardis hongrois sur Youtube
Les Mardis hongrois sur France 2 émission Télématin
Les Mardis hongrois de Paris sur France Inter
Les Mardis hongrois de Paris sur Hulala
Crédit Photo : Erwan Le Touze

Crédit Photo : Erwan Le Touze
 


Crédit Photo : Erwan Le Touze

samedi 13 janvier 2018

Dezső Kosztolányi – Alouette

"Je n’avais pas prévu de relire Alouette cet hiver mais, dès que j’ai terminé La jeune fille brune, j’ai eu envie de me replonger dans ce roman de Dezső Kosztolányi, publié en 1924. A priori, il n’y a aucun lien entre ces deux livres, et pourtant ce sont les quelques phrases sur Subotica (ville du nord de la Serbie, où est basé le narrateur de La jeune fille brune) qui m’ont tout de suite fait penser à Alouette. Toute l’action s’y déroule en effet dans la ville de Sárszeg, « un point minuscule sur la carte », et dont il semble accepté qu’il s’agit en fait de l’ancienne ville hongroise de Szabadka. Aujourd’hui située tout juste du côté serbe de la frontière, cette ville s’appelle dorénavant Subotica.

Alouette est pratiquement le premier livre que j’avais lu à mon arrivée en Hongrie il y a déjà quelques années. J’aime beaucoup Kosztolányi, mais j’avais oublié à quel point Alouette pétille de légèreté et d’observation amusée, et c’est avec beaucoup de plaisir que je l’ai relu." La suite sur passagealest.wordpress.com

Zsuzsanna "A place called love" vendredi 19 Janvier à 20:45 - Le Comptoir

Résidence de création // Musique du monde / pop-folk
Zsuzsanna Vàrkonyi est une femme de scène, personnage emblématique, elle est de celles qui nous ravissent et nous captivent ! Polyglotte et voyageuse du monde, Zsuzsanna écrit aujourd’hui en anglais des mélodies qui se parent d’une langue aux accents venus de l'Est. « A place called Love » parle d'amour, de désespoir et de disparition, dans la tradition des poètes hongrois. Sur le fil de ses origines hongroises, ses propres textes et compositions nous offrent un répertoire tout à fait singulier.
“On la surnomme la “Lhasa” hongroise pour cette grâce naturelle qui habille son chant et habite ses mélodies”. D.C Les Inrockuptibles

Zsuzsanna VARKONYI (composition, voix, accordéon)
Csaba PALOTAI (guitare)
Frédéric NOREL (violon)
Sébastien GASTINE (contrebasse)
Steve ARGÜELLES (batterie)

Site web www.zsuzsanna-varkonyi.com
 
Le Comptoir Halle Roublot - 95 rue Roublot, 94120 Fontenay-sous-Bois

Cinquante années dans un village


"Avec une plume riche et colorée, la romancière québécoise d’origine hongroise Éva Böröcz raconte cinquante années dans la vie d’un petit village hongrois, avec ses espoirs et ses tourments, ses personnages plus grands que nature et son folklore, dans son nouveau roman, Rozmaring.
Allant d’une guerre à l’autre, le petit village et ses habitants s’accrochent à la vie : Lydia, la femme forte, tient tête à tous les hommes des alentours, Zoltan le nain, Günter l’errant venu d’Allemagne avec son chien pour fuir le nazisme, Viléz l’orphelin, Vilma la géante." La suite sur journaldequebec.com

Année record pour la compagnie aérienne low cost Wizz Air

"En Belgique, où elle est présente à l'aéroport de Charleroi, Wizz Air a transporté plus de 780.000 passagers l'an dernier.
La compagnie aérienne [hongroise] à bas coûts Wizz Air, spécialisée dans les vols en Europe de l'est, a terminé l'année 2017 avec un record. Elle a transporté plus de 28 millions de passagers soit environ 24% de plus qu'en 2016, indique jeudi la compagnie. En Belgique, où elle est présente à Charleroi (BSCA), Wizz Air a transporté plus de 780.000 passagers l'an dernier (+7%)." La suite sur levif.be

Hongrie: le gendre du Premier ministre Vikor Orban soupçonné de fraude aux fonds européens

"Une enquête de l'Office de lutte antifraude de l'Union européenne (Olaf) a révélé "de graves irrégularités" ainsi que des faits de "conflit d'intérêts" dans un vaste contrat d'équipement en éclairage public de municipalités hongroises co-financé par des fonds européens, a indiqué vendredi le gendarme anti-fraude de l'UE.
L'office européen ne cite pas le nom des mis en cause dans ce dossier mais selon le quotidien économique Wall Street Journal, l'entreprise hongroise qui a remporté la plupart de ces marchés entre 2011 et 2015, Elios innovative, était à cette époque codétenue par le gendre du Premier ministre Vikor Orban, Istvan Tiborcz." La suite sur rtbf.be

Budapest fait son cirque !

"25 spectacles en provenance de 4 continents sont présentés au Festival international du cirque de Budapest, un rendez-vous incontournable pour les amateurs d'arts du cirque. A découvrir jusqu'à dimanche.
Les amoureux des arts du cirque ont rendez-vous à Budapest qui accueille jusqu'à dimanche la 12e édition du Festival international du cirque.
25 spectacles en provenance de 4 continents et de 15 pays font le show dans la capitale hongroise." La suite sur euronews.com

Carnaval pour enfants samedi 3 février 2018 de 15h30 à 18h à l'Institut hongrois

Institut hongrois 92, rue Bonaparte 75006 Paris

Comme les années précédentes, nous invitons les plus jeunes accompagnés de leurs parents à participer à notre bal masqué. Défilé des princesses, des astronautes et des Petites chaperons rouges, danses hongroises et jeux seront au programme.

Pour le goûter, quelques boissons, biscuits et gâteaux seront les bienvenus.

Programme en langue hongroise.
Entrée libre

Information : accueil@instituthongrois.fr | +33 1 43 26 06 44

Convient aux enfants

En Hongrie, « l’idée selon laquelle Viktor Orbán peut être battu est un mensonge »

"Selon le journaliste Péter Urfi, l'illusion d'une victoire de l'opposition en avril prochain est contre-productive car elle empêcherait de voir la nouvelle réalité politique et institutionnelle en face.
La presse nationale et étrangère, les organisations internationales et les observateurs d'horizons divers n'arrêtent pas de répéter depuis des années, à des degrés certes variés mais surtout de façon convergente, que l'État de droit est en train de disparaître en Hongrie et que les valeurs fondamentales de l'Europe s'y dégradent. Ceux qui s'informent sur Internet savent depuis longtemps que nous nous éloignons de plus en plus de la démocratie occidentale fondée sur une justice indépendante, la liberté de la presse, la liberté du marché et sur des élections libres. Viktor Orbán a évoqué ce sujet en déclarant mettre en place un régime illibéral en lieu et place de la démocratie libérale . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

vendredi 12 janvier 2018

Le procès d’un migrant bouc émissaire

"Hongrie - Condamné à 10 ans de prison pour «terrorisme», Ahmed H. est rejugé cette semaine en Hongrie. L'affaire mobilise les milieux humanitaires.
C’est sur un petit écran de télévision que, mercredi dans le Tribunal de Szeged, l’accusation a passé au peigne fin quatre heures d’images filmées par la police hongroise lors de la journée fatidique du 16 septembre 2015. Elles montrent des hommes qui se massent, une foule qui chante, des familles et des enfants en retrait. Au plus fort de la crise migratoire, les autorités hongroises ont dressé un mur de barbelés à la frontière avec la Serbie quelques heures plus tôt." La suite sur tdg.ch

Nabilla ne connaît sûrement pas l'origine du mot «allô» (et vous non plus)

"Pionnier méconnu du téléphone ayant travaillé avec Edison et Graham Bell, l’ingénieur Tivadar Puskás introduit et popularisa la formule lorsqu’il importa les combinés en Europe à la fin du XIXe siècle.
Nabilla ne connaît sans doute pas Tivadar Puskás. Pourtant, sans cet inventeur magyar émigré à Boston à la fin du XIXe, elle n'aurait pas pu lancer son légendaire (oui, légendaire) «non mais allô quoi?», lui ouvrant les portes de la gloire et de la célébrité.
L’explication trouve sa source en 1879. Après avoir conçu les premiers centraux téléphoniques avec Alexander Graham Bell et Thomas Edison, Puskás importe la trouvaille dans l’Autriche-Hongrie vierge de tout combiné et imagine avec son frère un dispositif reliant Paris, Marseille, Budapest et Timisoara." La suite sur slate.fr

Les pays de l'Est veulent avoir voix au chapitre sur l'avenir du projet européen

"Varsovie, Budapest ou Prague ne veulent pas se laisser imposer un approfondissement de l'UE qui serait contraire à l'idée qu'ils se font de leur intérêt national.
Cela devait finir par arriver, comme dans toute «famille». Vingt-huit ans après la chute du Mur, l'Europe centrale est en rébellion contre «ses grands frères» de l'Ouest et réclame droit au chapitre, pour réformer une Union en plein doute.
«Je veux dire clairement que l'Europe centrale, maintenant qu'elle tient debout sur ses propres pieds, est une réussite et joue un rôle stabilisateur en Europe», a déclaré le premier ministre hongrois, Viktor Orban, lors d'une récente rencontre avec le nouveau premier ministre polonais Mateusz Morawiecki. «Nous voulons un poids adéquat dans les débats sur le futur» de l'UE, a-t-il plaidé, ajoutant que l'Europe centrale ne voulait pas «vivre à nouveau dans un empire, mais continuer de voir l'Union européenne comme une union de nations libres»." La suite sur lefigaro.fr (article payant)

jeudi 11 janvier 2018

Littérature - András Kányádi : Dix mythes à la hongroise 14 février 2018 à 19h30 Institut hongrois

Institut hongrois 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Réservation obligatoire : reservation@instituthongrois.fr
+33 1 43 26 06 44

Porteurs de significations symboliques, les mythes littéraires ne cessent d'irriguer l'imagination. Ce livre propose un choix de dix figures mythiques récurrentes dans la littérature hongroise au fil de cinq siècles et en proie à une incessante réactualisation. On y trouvera les velléités artistiques d'un Néron décadent, la rhétorique monstrueuse du Minotaure de la Grande plaine ou encore les occupations des vampires logés au « Bois de la ville » de Budapest. Et ce sera aussi l'occasion de redécouvrir quelques grandes plumes de la littérature magyare, comme Babits, Kosztolányi, Márai, Esterházy, Nádas ou Krasznahorkai.
Intervenants : Gabrielle Napoli et András Kányádi
Entrée libre

Journée de l’association la Voix de Kodály en France 10 février 2018 de 10h à 19h Institut hongrois

Institut hongrois 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Réservation obligatoire : contact@kodaly.fr

Assemblée générale de l’association La Voix de Kodály en France. L’association nationale a pour but la diffusion de l’œuvre de Zoltán Kodály et de sa méthode d’enseignement musical. La journée sera consacrée au grand musicien Hongrois. Toutes les personnes intéressées par la pédagogie de Kodály sont invitées à y participer.
10h – 12h : Atelier « chant et mouvement » selon la pédagogie de Kodály
12h30 – 14h : Pause déjeuner
14h30 – 16h : Assemblée Générale de l’association
16h30 : Concert de piano, violoncelle et chant autour d’œuvres de Z. Kodály
18h : Apéritif de clôture
Entrée libre

Les élections législatives hongroises se dérouleront le 8 avril

"Sans surprise, le Président de la République János Áder a convoqué, ce jeudi matin, les élections législatives en Hongrie à la date du dimanche 8 avril.Le dimanche 8 avril, ce sont quelques huit millions d’électeurs hongrois qui seront appelés aux urnes, pour la huitième fois depuis l’avènement de la démocratie en Hongrie, comme l’a souligné le président dans sa déclaration. Il a d’ailleurs retenu cette date en partie pour sa portée symbolique : c’est en effet le 8 avril 1990 que s’était déroulé le second tour des premières élections libres en Hongrie depuis près d’un demi-siècle." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr

Roumanie : les partis de la minorité hongroise demandent à nouveau l’autonomie

"En ce début 2018, année du centenaire de la « Grande union » nationale, les trois principaux partis de la minorité hongroise de Roumanie ont lancé un appel commun en faveur d’une autonomie territoriale, administrative et culturelle.
Les trois principaux partis hongrois de Roumanie ont signé lundi 8 janvier une déclaration commune en forme d’agenda politique. Elle prévoit une demande d’autonomie pour les régions de Transylvanie où les Hongrois sont majoritaires. Cette déclaration fait suite à un projet de loi déposé discrètement le 22 décembre au Parlement. Les trois partis hongrois – l’Union démocratique des Magyars de Roumanie (UDMR), le Parti civique magyar (PCM) et le Parti populaire des magyars de Transylvanie (PPTM) – ont annoncé leur front commun à Cluj-Napoca, la capitale de Transylvanie." La suite sur courrierdesbalkans.fr (article payant)

D’une Europe l’autre, Par Jean-Luc Florin

"Vue de sa partie la plus occidentale, l’Union Européenne semble parfois composée de méchants et de gentils. Les évocations de la Pologne ou de la Hongrie s’accompagnent en particulier de subites poussées colériques et d’indignations. Il en va alors des valeurs démocratiques, du respect de l’État de droit, du progrès mis à mal par des régimes indignes de l’héritage commun. On se lamente qu’au cœur d’un ensemble déjà si fragilisé, refluent des politiques peu conformes avec l’idéal du moi européen. Pendant ce temps là, les rapports sévères et glacés du défenseur des droits à l’encontre de la France, comme les actions juridiques émanant d’associations comptent pour du beurre. Toute comparaison au sujet des libertés, du respect des conventions internationales ou de la dégradation partielle de nos droits se voit, soit écartée, soit reléguée à des différences de nature, sinon de degrés éloignés." La suite sur diacritik.com

En Hongrie, l'hiver chamboulé

"L'hiver très doux n'est pas forcément une bonne nouvelle pour les agriculteurs.
Dans la Grande Plaine de Hongrie, on se croirait en plein mois d'avril. En temps normal, à cette période, les températures sont négatives et le sol est gelé, voire recouvert de neige. Or ces derniers jours, les températures ont tourné autour des 12 degrés et avoisinent actuellement les 7. Pour la climatologue Monika Lakatos, le fait que l'hiver soit polaire aux États-Unis et étonnamment doux en Hongrie est pourtant lié.
"Le froid extrême aux États-Unis et les températures douces en Europe centrale et orientale ont pour origine le même phénomène, explique-t-elle. Les cyclones de la région atlantique amènent un froid glacial aux États-Unis avec les courants nord, tandis qu'avec les courants sud, ces cyclones amènent de l'air doux dans le bassin des Carpates." La suite et vidéo sur euronews.com

mercredi 10 janvier 2018

La conférence controversée à Budapest a été repoussée

"Une conférence du gouvernement hongrois et sponsorisée par le Groupe de Visegrád en présence de personnalités d’extrême-droite a finalement été repoussée.Reculade du gouvernement hongrois face à la salve de critiques. La conférence portant sur « L’avenir de l’Europe » prévue les 23, 24 et 25 janvier au Várkert Bazár de Budapest ne se tiendra finalement qu’au mois de mai, à une date encore non-communiquée." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

Vona : « C’est moi ou Orbán qui ira en prison »

"Le président du Jobbik a fait savoir mardi qu’il ne paierait pas l’amende colossale qui a été imposée au parti par la Cour des Comptes, quatre mois avant les élections législatives.
Gábor Vona l’a affirmé mardi : son parti le Jobbik ne s’acquittera pas de l’amende de 662 millions de forints (2,2 millions d’euros) infligée par la Cour des Comptes au mois de décembre, et cela « quoi qu’il advienne »." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

Entrée libre saison 7 Lucien Hervé, ombre et lumière

"Dix ans après sa mort, le photographe d'architecture Lucien Hervé fait l’objet d’une rétrospective au Jeu de Paume de Tours. Zoom sur le travail du peintre photographe aux compositions contrastées entre noir et blanc qui n’a cessé de s’intéresser aux lignes, à la lumière et aux formes géométriques." Vidéo sur france.tv (4'51)

Hongrie. Le coup de gueule de la chanteuse Kinga Krámli contre le système de santé

"Atteinte d’endométriose, cette chanteuse hongroise a dénoncé dans un post Facebook les lenteurs et les maux de l’hôpital public. Son message a été partagé des milliers de fois et a attiré de nombreux messages de soutien.
“Stop au mutisme ! Brisons le silence !” Avec un Post-it en guise de bâillon, la chanteuse hongroise Kinga Krámli, âgée de 34 ans, a ému le Web magyar en publiant sur Facebook samedi 6 janvier une photo d’elle, accompagnée d’un long message. Elle y évoque avec des mots crus le mal qui la ronge au quotidien depuis 2009 : l’endométriose – un syndrome caractérisé par la présence de tissu utérin en dehors de l’utérus, et qui se manifeste notamment par de vives douleurs pendant les règles." La suite sur courrierinternational.com

Hulala fait sa mue pour devenir Le Courrier d'Europe Centrale !

Chères lectrices, Chers lecteurs,
Hulala poursuit son évolution. Et d'ailleurs, ce n'est plus Hulala mais... Le Courrier d'Europe centrale!
C'est avec un brin de nostalgie que nous abandonnons ce nom de Hulala, dont l'histoire même raconte beaucoup de qui nous sommes et de notre parcours de la France vers la Hongrie.
Si l'ADN de Hulala reste, Le Courrier d'Europe centrale reflète toutefois mieux le travail que nous faisons désormais, sur la Hongrie mais aussi sur les autres pays de la région, à commencer par la Pologne et la Tchéquie.
Soyez certains, chers lecteurs, qu'avec Le Courrier d'Europe centrale, "L'actu hongroise restera plus piquante en français", qu'il sera toujours "Le média de l'Europe excentrée". Bref, que l'actualité piquante de l'Europe centrale sera plus excentrée en français ;)
L'équipe de Hulala. Oups..., du Courrier d'Europe centrale.


courrierdeuropecentrale.fr

La Hongrie, pionnière de la dérive « illibérale »

"Alors que la Pologne inquiète l'Union européenne avec la mise au pas de son système judiciaire, elle peut compter sur un allié indéfectible : Budapest. Plongée dans le système Orban, qui a ouvert la voie à Varsovie.
Il y a des alibis qui sonnent faux. En ce jour d'hiver pluvieux, dans la petite ville touristique de Szentendre, les ruelles sont désertes et les boutiques de souvenirs, vides. Pourtant, lorsqu'on tente d'interroger les commerçants sur la vie politique de leur pays, tous se déclarent débordés. A chaque fois, le sourire se fige. Mieux vaut quitter les lieux. En Hongrie, on ne parle guère de politique. Année après année, un climat un peu..." La suite sur lesechos.fr

Automobile : Opportunités d'affaires dans la zone PECO

"Les pays d'Europe Centrale et Orientale ont représenté 27% de la production automobile européenne en 2016 soit 10 points de plus qu'il y a dix ans. La région s’affirme comme atelier de production pour les marchés européens, asiatiques et américains. Les taux d’exportations de la production de véhicules par pays tournent autour de 90%. 5 pays en particulier représentent de fortes opportunités pour les équipementiers français : la Tchéquie, la Slovaquie, la Pologne, la Hongrie et la Roumanie." La suite sur webikeo.fr

La Hongrie et la Pologne défendent une hausse du budget européen

"Les gouvernements hongrois et polonais se sont dits prêts à contribuer davantage au cadre financier pluriannuel de l’UE après la sortie du Royaume-Uni en 2019.
Mettant de côté les critiques visant les institutions européennes et les politiques communes, notamment en matière de migration, les deux pays ont invité la Commission européenne à faire une proposition de budget « plus courageuse » que la précédente (2014-2020), approuvée au lendemain de la crise financière." La suite sur euractiv.fr

Exposition à Alger sur l'art plastique et la sculpture hongrois

"ALGER- Une exposition collective de plasticiens et sculpteurs hongrois a été inaugurée, mardi à Alger, en présence du grand sculpteur Gabor Mihaly. Plus de vingt œuvres représentant différentes écoles d'art de Hongrie, classiques et contemporaines, outres des photographies de cinq artistes de différentes générations et dix sculptures sont présentées durant cette exposition.
Gabor, l'un des plus éminents sculpteurs en Europe, a mis à l'honneur des sculptures en cuivre dont une statue de la mère Teresa. L'artiste visitera durant son séjour en Algérie le site de Ain El Fouara (Sétif) dont la statue a fait l'objet d'un acte de vandalisme." La suite sur aps.dz

Extrême droite sanctionnée en Hongrie : vers la fin du Jobbik ?

"La cour des comptes de la Hongrie inflige une amende de plus d'un million d'euros au parti d'extrême droite.
Est-ce la fin du Jobbik ? La cour des comptes de Hongrie vient d'infliger une amende très salée au parti d'extrême droite pour financement illégal et non coopération lors de l'enquête : 331 millions de forints, soit 1 067 000 euros. Une amende cette fois-ci contraignante qui représente plus des deux tiers de son budget annuel et devra être payée d'ici 15 jours. La cour des comptes privera aussi le Jobbik du même montant pour sa prochaine subvention." La suite sur euronews.com

mardi 9 janvier 2018

Mimarium : une biologie vidéo plastique Mardi 23 janvier 2018 à 19h à la Cité des sciences et de l'industrie

Fascinée par le potentiel de la plasticité du vivant l’artiste collecte des échantillons de "vidéos souches" animées pour ensuite les transformer, les combiner, les cloner, les découper, les assembler et créer des "viviers mimétiques" peuplés d’organismes imaginaires. Botaniques parallèles, plantes-animales, laboratoire tactile, sonorités élastiques nourrissent son travail foisonnant aux frontières de la science.
Avec Catherine Nyeki, artiste plasticienne plurimédias, musicienne.

Cité des sciences et de l'industrie - 30, avenue Corentin-Cariou - 75019 Paris. 

Exposition ISTVÁN SÁNDORFI Réalité presque parfaite à l'Institut hongrois - Vernissage le 11 janvier à 19h

Institut hongrois 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Information : accueil@instituthongrois.fr
+33 1 43 26 06 44

Exposition
du 12 janvier au 28 février 2018

István Sándorfi (1948-2007), peintre figuratif de fière origine hongroise, n'est plus un artiste de premier rang sur le marché de l'Art international, tel qu'il le fut au pic de la popularité du mouvement Hyperréaliste mouvement dans lequel il ne se reconnaissait toutefois pas. Il reste malgré cela une icône populaire, très suivi par les amoureux de la technique ou fans se reconnaissant dans le malaise irrévérencieux que pouvaient générer certaines de ses oeuvres.

Le grand attachement qu’il portera jusqu’à la fin à son pays natal, et le rêve inassouvi d’y vivre à nouveau ont nourri son art, dans lequel un oeil averti peut clairement dissocier un avant et après 1989. On peut admirer les toiles de Sándorfi pour la représentation technique, riche en image, mais le principal plaisir de son art ne réside pas là. L'unité harmonique qui caractérise la plupart des oeuvres hyperréalistes ne se forme chez Sándorfi qu'en tant qu'apparition, voire une apparition qui se dévoile. Le sujet des tableaux n'est justement pas la réalité, mais la fiction, en citant Nelson Goodman: "des faits sortis de la fiction".
Ils sont loin du mimésis direct. Ce n'est même pas l'imagination qui apparaît, mais l'illusion de l'imagination.
L’exposition présente une sélection des peintures réalisées entre 1970 et 2000.

Entrée libre

Hongrie: des proches de Viktor Orban font main basse sur les médias locaux

"En Hongrie, le Premier ministre nationaliste Viktor Orban a bâti un véritable empire médiatique depuis son retour au pouvoir en 2010. L’audiovisuel public est devenu une machine de propagande, et des oligarques proches d’Orban ont acquis des médias privés et fait fermer le premier quotidien national à l’automne 2016. Puis ils ont racheté tous les quotidiens régionaux. À Pécs, une ville de 170 000 habitants au sud de la Hongrie, le journal local a ainsi été racheté en octobre 2016 à son propriétaire autrichien par la société Opimus, propriété de l’oligarque favori d’Orban. Ce média a immédiatement perdu son indépendance de ton. Mais un nouveau journal internet fait de la résistance." A écouter sur rfi.fr

Visite de Morawiecki à Budapest : un semi-échec diplomatique ?

"Le chef du gouvernement polonais, Mateusz Morawiecki, s’est rendu à Budapest la semaine dernière pour rencontrer son homologue Viktor Orbán. Mais outre les déclarations d’amitié, Budapest s’est bien gardé d’invoquer son éventuel veto à l’article 7 lancé par la Commission européenne, soulignent plusieurs médias polonais.
L’unité affichée par Varsovie et Budapest mercredi dernier à Budapest n’a pas enthousiasmé les observateurs en Pologne." La suite sur hu-lala.org

Législatives en Hongrie : Momentum fait un pas vers les autres opposants

"Le président de Momentum, András Fekete-Győr, a déclaré aujourd'hui être prêt à des accords de désistement en faveur d'autres partis d'opposition, en vue des élections législatives du printemps prochain.
 "S'il existe à l'échelle un candidat d'opposition plus crédible et meilleur que nous pour battre le candidat du Fidesz, Momentum pourrait envisager de se retirer", a déclaré ce matin le président du tout jeune mouvement, András Fekete-Győr, dans la matinale de Hír TV. C'est la première fois que l'organisation issue de la campagne "Nolimpia" sort de son isolement de principe fondé sur la rhétorique "ni droite ni gauche . . ." La suite sur hu-lala.org (article payant)

Hongrie : le très droitier Máté Kocsis au ministère de l’Intérieur ?

"Selon le journal Magyar Nemzet, l'actuel ministre de l'Intérieur Sándor Pintér pourrait laisser sa place au maire du 8e arrondissement de Budapest après les élections législatives. L'insubmersible Sándor Pintér, pilier des gouvernements Fidesz du Premier ministre Viktor Orbán au ministère de l'Intérieur, de 1998 à 2002, puis depuis 2010, pourrait vraisemblablement quitter ses fonctions à l'issue des élections législatives . . ." La suite sur hu-lala.org (article payant)

Migrants en Hongrie : des craintes à la réalité

"La Hongrie a fermé ses frontières, mais les migrants font toujours la une des journaux. On médiatise les arrestations et reconduites à la frontière, et l’U.E est régulièrement accusée. À quelques semaines des élections du 13 mars, ce climat anxiogène devrait maintenir le premier ministre Viktor Orban au pouvoir. Reportage au sud du pays, près de la frontière croato-hongroise."
Vidéo disponible du 08/01/2018 au 10/01/2048 sur arte.tv

L’agenda européen croule sous les élections à risque en 2018

"Les dirigeants de l’UE ont le regard tourné vers les élections cruciales qui marqueront 2018 : en Italie, en République tchèque, en Hongrie, et en dehors des frontières, en Russie. Un article d’Euroefe.
2018 sera une année chargée de rendez-vous électoraux à différents niveaux : des élections présidentielles en Russie, Finlande, République tchèque, Irlande, Chypre, des législatives en Italie, Hongrie, Slovénie, Suède, Lettonie et en République turque de Chypre du nord, non reconnue, en passant par des élections municipales au Royaume-Uni et en Pologne et à des régionales en Allemagne." La suite sur euractiv.fr

lundi 8 janvier 2018

Le Premier ministre hongrois qualifie les réfugiés d’«envahisseurs musulmans»

"Le dirigeant hongrois, Viktor Orban, a réaffirmé que la Hongrie n’envisageait pas d’accueillir à l’avenir de nouveaux réfugiés, car cela engendre «nécessairement des sociétés parallèles», selon lui.
Viktor Orban a appelé le chef du SPD (Parti social-démocrate d'Allemagne), Martin Schulz, à montrer «plus de respect» pour son pays, tout en faisant allusion à sa présidence au sein du Parlement européen: «Ce qui était bon et gentil à Bruxelles — où il n'avait pas de répercussions manifestes — constitue une toute autre histoire que d'être le chef d'un parti en Allemagne et de communiquer avec d'autres pays. Nous trouvons que nous méritons plus de respect», reprend le journal Bild, en citant M. Orban." La suite sur sputniknews.com

Rouler plus vite que la mort, un livre de Philippe Brunel

Un matin de l’hiver 2012, Philippe Brunel est réveillé par le téléphone. Un mystérieux correspondant dit avoir des «  informations à lui vendre  ». L’homme est un ami d’Istvan Varjas, un physicien hongrois, concepteur des vélos à moteur que le narrateur était allé interviewer à l’aéroport de Bâle, un an plus tôt. Que fuyait-il  ? Pourquoi avait-il quitté la Suisse pour le Cameroun  ? Fallait-il le croire lorsqu’il affirmait avoir vendu son premier prototype deux millions de dollars  ?
De Paris à Budapest, de Bruges aux lointains recoins de la Toscane, l’auteur se laisse entraîner dans une histoire à tiroirs sur fond de triche technologique et d’enjeux financiers opaque. Ce livre détoure les ombres d’un arrière-monde impénétrable, où gravitent des personnages un peu louches, des intermédiaires à l’abri du secret bancaire, des icônes du cyclisme obsédées par l’argent et par la réussite – un arrière-monde hanté par le spectre de Lance Armstrong. Avec en contrepoint, cette question  : dans ses visées hégémoniques, l’ancien champion texan avait-il lui aussi, croisé la route d’Istvan Varjas  ?
Une enquête hors du commun sur les traces du moteur invisible et de son concepteur, Istvan Varjas, qui confia un jour à Philippe Brunel  : «  Je voulais juste te dire… Si demain, tu apprends que j’ai eu un accident ou que je me suis suicidé, n’en crois rien.  »

Parution : 10/01/2018
Pages : 198
Format :130 x 205 mm
Prix : 18.00 €
Prix du livre numérique: 12.99 €
EAN : 9782246812647

Éditeur : Grasset

Source : 

1998, l’apparition… du moteur électrique

"Dans son dernier livre, Rouler plus vite que la mort, Philippe Brunel juxtapose deux destins. Celui d’Istvan Varjas, le physicien hongrois qui a breveté et vendu son invention de miniaturisation de moteurs pour cycles dès 1998, et celui de Lance Armstrong, déchu de ses victoires pour dopage. Mais pas que…

C’est un ouvrage considérable, percutant et pour peu qu’on soit passionné de cyclisme, bouleversant. Pour tout dire passionnant. Un livre qu’on dévore en quelques heures. Quelle histoire…

Voici une enquête minutieuse et palpitante qui retrace les mœurs interlopes d’un cyclisme ravagé par la triche, un cyclisme adoré qu’on croit souvent sauvé mais qui reste quelquefois encore indécrottablement collé à ses vieux démons." La suite sur lequotidien.lu

dimanche 7 janvier 2018

Ukraine: la diaspora hongroise craint une assimilation linguistique forcée

"A entendre les passants discuter avec les vendeurs dans la rue centrale de Beregové, on pourrait se croire en Hongrie. Or, la petite ville est en Ukraine et aujourd'hui ses habitants sont inquiets des desseins de Kiev qui a voté une loi renforçant la place de l'ukrainien à l'école.
"L'establishment de Kiev a fait une bêtise !" s'insurge Fedir Chandor, professeur à l'université d'Oujgorod, chef lieu de la région, la Transcarpatie.
En Transcarpatie, 8 % de la population, soit environ 100.000 personnes, ont le hongrois comme première langue et de nombreuses enseignes sont écrites dans les deux langues.
Les écoles hongroises dispensent leur enseignement en hongrois, et l'ukrainien y est considéré comme une matière." La suite sur lepoint.fr

Sandor Kiss investit le château de Courcelles

"Une rétrospective des œuvres de Sandor Kiss se tient actuellement au château de Courcelles, à Montigny-lès-Metz, à quelques km de Metz et elle donne une idée de l’étendue de ses recherches artistiques. Né en 1938 à Budapest, il quitte son pays à 19 ans et s’arrête à Strasbourg, où ce passionné d’architecture poursuit sa formation à l’école supérieure des Arts Décoratifs de la ville, il y étudie le dessin et la peinture, mais également la sculpture, la tapisserie et la décoration. Quelques années plus tard, il s’installe à Nancy et travaille dans des cabinets d’architecture, décoration, décor de théâtre, agencement, peinture, sculpture et ferronnerie d’art." La suite sur podcastjournal.net

Allemagne: Un député européen fait polémique en employant un vocabulaire proche des nazis sur les migrants

"POLEMIQUE «En 2018 le thème central européen est la solution définitive de la question migratoire», a estimé le président du Parti populaire européen...
Grosse polémique en Allemagne. Un député européen élu du parti conservateur bavarois, Manfred Weber a affirmé qu'il fallait trouver «une solution définitive à la question migratoire», un vocabulaire proche de celui employé par les nazis lors de l'extermination des Juifs. Président du Parti populaire européen (PPE/droite), principal groupe politique au Parlement européen, Manfred Weber a toutefois assuré ultérieurement n'avoir eu aucune intention malveillante." La suite sur 20minutes.fr

Prix AWARE 2018 - Vera Molnár

© Galerie Oniris – Rennes
"Nommée au Prix d'honneur 2018

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Vera Molnár (1924, Hongrie) est étudiante à l’École des beaux-arts de Budapest. Rapidement, elle décide de devenir peintre et s’installe à Paris en 1947. Éblouie par la peinture de Georges Braque, Jean Hélion et Paul Klee, elle s’engage dans une quête de l’épure à l’opposé de l’abstraction lyrique et mystique."  La suite sur awarewomenartists.com

Les gauches hongroises sans stratégie à quatre mois des législatives

"L'alliance surprise entre socialistes et écologistes début décembre ne devrait pas suffire à changer les rapports de force face à l'hégémonie électorale de la droite.
Il y a un an presque jour pour jour, la direction du Parti socialiste hongrois (MSzP) semblait enfin avoir surmonté ses vieux démons, en sortant de sa manche László Botka pour affronter Viktor Orbán aux élections législatives de 2018. Le fait de se choisir pour tête de liste une personnalité de premier plan – maire de la troisième ville du pays - et ce plus d’une année avant l’échéance électorale, devaient assurer à la principale formation de gauche un élan suffisant pour prendre l’ascendant sur l’opposition et fédérer un large front contre le Fidesz au pouvoir. Cette candidature reposait sur une campagne stratégique, marquée par un droit d’inventaire sur la dérive libérale des années Gyurcsány-Bajnai et un retour des thématiques "sociales" dans le débat politique. Mais visé par une conjuration interne dont le MSzP a le secret et miné par des sondages défavorables, c’est avec fracas que L . . ." La suite sur hu-lala.org (article payant)

samedi 6 janvier 2018

Septembre 1972 par Imre Oravecz

Résumé:
Une première traduction en français d'un romancier-poète hongrois majeur de la scène littéraire contemporaine. Tirant du journal qu'il a tenu pendant près de 20 ans la matière d'un roman, Oravecz offre en une série de courts chapitres ses doutes, ses observations, ses questionnements et sa grande peine amoureuse pour mieux la dominer. Le tableau puissant d'une passion et de la perte qui s'ensuit. Une quête universelle, magnifiquement écrite, dont la force poétique est éclairée par la préface que Florence Delay propose pour cet ouvrage. 

Date de parution :
  • Editeur : Cambourakis 
  • Traduction : Marc Martin 
  • EAN : 9782366243246
  • Support : Poche 
  • Nombre de page : 160
Source : lecteurs.com

Une mannequin grande taille reproduit une photo nue de Gigi Hadid pour combattre les préjugés et fait le buzz

"Son but ? Aider les filles comme elle à s'accepter et lutter contre les stéréotypes féminins. Résultat ? Canon !
Elle a 21 ans, du ventre, des cuisses et des gros seins, s’appelle Diana Sirokai et vit en Hongrie. Ici, personne ou presque ne la connaît mais depuis quelques jours un cliché d’elle presque nue imitant Gigi Hadid fait le buzz sur Instagram.
Diana Sirokai a longtemps complexé sur son corps et sur ses formes avant de les accepter et d’en faire un atout. Devenue mannequin grande taille, elle a décidé de faire du « body positive » en reproduisant à l’identique une publicité de Stuart Weitzman qui montre une Gigi Hahid nue simplement chaussée d’une paire de bottines du créateur. Du coup, Diana a fait pareil : même pose, même chevelure longue dégagée sur le côté, même nudité et même genre de chaussures !" La suite sur femmeactuelle.fr

L’art subtil d’Arpad Szenes à la galerie Jeanne Bucher Jaeger

Arpad Szenes, Conversation Hongroise, 1948, huile sur toile, 89 × 130 cm © Galerie Jeanne Bucher Jaeger, Paris
"Véritable quintessence, recherche absolue de l’infini, l’œuvre d’Arpad Szenes, exposé à la galerie Jeanne Bucher Jaeger jusqu'au 20 janvier, s’aborde comme une méditation pure et profonde." La suite sur connaissancedesarts.com

53 rue de Seine
75 006 Paris – France
T +33 1 42 72 60 42
F +33 1 42 72 60 49
Horaires d’ouverture : Du mardi au samedi de 10 h à 18 h


Ci-dessus une affiche de sa femme et de lui aperçue récemment sur un mur du vieux Montmartre près des Abbesses.

Le cas Viktor Orbán divise en Allemagne

"L’Union chrétienne-sociale (CSU) s'inspire du Premier ministre hongrois Viktor Orbán pour préparer les élections en Bavière et contrer la progression de l'AfD. Recevant coup sur coup les Premiers ministres polonais et irlandais, mercredi et jeudi à Budapest, Viktor Orbán n'a pas pu honorer l'invitation de l’Union chrétienne-sociale (CSU) à sa traditionnelle convention des rois mages, qui se déroule chaque début d'année dans le couvent bavarois de Seeon . . ." La suite sur hu-lala.org (article payant)

"Dernier jour à Budapest" : Chiche, osez découvrir un grand écrivain peu connu en France!

Rien de tel pour se mettre en forme culturellement en début d'année que de découvrir un écrivain exceptionnel. Avec le dernier livre de Sandor Marai, vous allez être servi. Epaté et ravi...

DERNIER JOUR A BUDAPEST
de Sandor MARAI
Ed. Albin Michel

RECOMMANDATION
EXCELLENT
THEME
Sandor Marai offre au lecteur une balade poétique et nostalgique dans sa ville, le Budapest d'avant-guerre, une ville au manteau devenu trop grand depuis la chute de l'empire et la réduction du pays à la portion congrue par l'effet des mutilations hasardeuses du Traité de Trianon. Pour l'exercice, Marai prête ses traits à son maitre, Gyula Krudy baptisé Sinbad par référence au marin éponyme.

Marai ou Sinbad comprennent et incarnent l'âme magyare, la mélancolie de ce peuple mêlé de Celtes, Mongols et autres Tatares, ce peuple altier de la Mitteleuropa à l'aube de son anéantissement par l'effet conjugué de la guerre, du nazisme et du communisme. Sinbad connait aussi tous les contours du Danube, tous les recoins de Buda et de Pest, deux villes qui n'en font plus qu'une. Il va la parcourir, peut-être pour la dernière fois, au rythme d'une calèche, le temps d'une seule journée, pour se rendre d'un café à l'autre, du Valeria au Balaton, boire une eau de vie de prune au Chicago et s'échouer finalement au London, un hôtel-restaurant qui incarne à lui seul sa vie et ses attachements." La suite sur atlantico.fr

A Budapest, un référendum contre le tapage nocturne

"Les habitants de certains quartiers sont exaspérés. Ils veulent faire fermer les bars et les pubs à partir de minuit.
En Hongrie, les habitants de Budapest en ont tellement assez du tapage nocturne causé par les centaines de bars, pubs et autres restaurants du centre-ville qu'un référendum sera organisé en février. Alors : pour ou contre la fermeture à minuit de ces lieux de fêtes? Les avis sont partagés." La suite sur euronews.com

L’Épiphanie „à la hongroise” et „à la française”, deux traditions foncièrement différentes

Par Pierre Waline
"Il y a peu, [l'an dernier] nos compatriotes ont célébré le 6 janvier en tirant, comme il se doit, les rois autour de cette fameuse et si délicieuse galette. Une tradition bien ancrée, au point qu’elle se pratique tout autant sur les lieux de travail qu’entre amis ou en famille. Une coutume dont l’origine remonte aux plus anciens temps. Déjà sous les Romains, l’habitude était prise en fin d’année de célébrer Saturnus, dieu du sommeil.
En cette occasion (saturniales), probablement dans l’espoir de voir le dieu préférer garder le sommeil et laisser son petit monde en paix sur les 11 mois restants, le monde romain était littéralement tombé sur la tête. C’est ainsi qu’inversant les rôles, les esclaves étaient invités à élire, pour le temps de la fête, un roi, le „saturnalicius princeps », l’élection se déroulant à l’aide de fèves." La suite sur francianyelv.hu

vendredi 5 janvier 2018

Dans quel pays les salaires vont le plus augmenter en 2018

"Avec, cette année, une hausse moyenne de leur salaire estimée par l'OCDE à 0,8%, les salariés français ne feront pas partie des mieux lotis. Mais ce sera toujours mieux que les Britanniques qui vont devoir se serrer la ceinture.
Quels seront les salariés les mieux lotis en 2018, côté rémunération? Selon les prévisions que vient de communiquer l'OCDE, ce sont les Hongrois. Et de loin. En tout cas, au sein des 32 pays que compte l'Organisation de coopération et de développement économique. Les salariés hongrois devraient en effet voir leur salaire réel augmenter en moyenne de 4,9% cette année. Le pays connaît actuellement un boom économique avec une croissance attendue à 4,3% en 2018 et un taux de chômage parmi les plus bas du monde (3,8% de la population active)." La suite sur bfmtv.com

Colas décroche trois contrats en Hongrie pour 330 millions d'euros

"Le groupe Colas (Bouygues) a annoncé jeudi avoir décroché trois contrats en Hongrie pour 330 millions d'euros sur trois ans pour la construction de sections routières et autoroutières.
Le premier de ces contrats passés avec la direction des autoroutes hongroises, porte sur la construction d'une section neuve de l'autoroute M30, qui reliera la ville de Miskolc à la frontière slovaque (nord-est du pays), précise-t-il dans un communiqué.
Cette section d'une longueur de 24,2 km entre Szikszó et Encs, inclut deux échangeurs et 21 ouvrages d'art pour 242 millions d'euros." La suite sur lerevenu.com

La Hongrie et l'Irlande opposées à l'harmonisation fiscale dans l'UE

"La Hongrie et l'Irlande ont exprimé jeudi leur ferme opposition à toute tentative d'harmonisation fiscale et de modification de la législation sur les entreprises dans l'Union européenne, affirmant que cela nuirait à la concurrence dans le marché unique.
La Hongrie, dont l'économie dépend fortement des investissements étrangers, affiche le plus bas taux d'imposition sur les sociétés de l'UE à 9% devant l'Irlande, 12,5%." La suite sur lefigaro.fr

Hongrie: chômage au plus bas historique

"Le taux de chômage en Hongrie a reculé à 3,8% de la population active pour la période allant de septembre à novembre, un nouveau plus bas depuis la fin du communisme, après 4% en juillet-septembre, a annoncé jeudi le Bureau central des statistiques KSH.
Le taux de chômage hongrois s'était établi à 4,5% un an plus tôt." Source : lefigaro.fr

Front anti-immigration : Hongrie et Pologne veulent surmonter leurs divergences et leur isolement

"Viktor Orban et son homologue polonais Mateusz Morawiecki ont tenu à faire front commun le 3 janvier. Ils espèrent incarner une autre voie en Europe en matière migratoire, rompre leur isolement sur la scène européenne et dépasser leurs différences.
Lors d’une conférence de presse tenue à Budapest le 3 janvier, le Premier ministre hongrois Viktor Orban et le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki ont réaffirmé leur opposition à la politique migratoire de l'Union européenne (UE). Cette rencontre médiatique avait pour objectif de les conforter dans leur rôle de hérauts d'une politique migratoire alternative à celle promue par Bruxelles." La suite sur rt.com

jeudi 4 janvier 2018

Pologne-Hongrie : deux pouvoirs entre ressemblance et dissemblance

"Le nouveau Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a réservé sa première visite en bilatéral à son homologue hongrois Viktor Orban, ce 3 janvier 2017. Varsovie a importé le concept de « démocratie illibérale » de Budapest, mais les deux pays amis conservent d’importantes différences.
À Budapest comme à Varsovie, chacun connaît le dicton, qui existe dans les deux langues : « Le Polonais, le Hongrois, deux cousins, à l’épée comme au verre ». Fidèle à l’amitié ancestrale entre les deux pays, le premier ministre polonais Mateusz Morawiecki, en poste depuis le 11 décembre 2017, a réservé sa toute première visite diplomatique en bilatéral à son alter ego hongrois, Viktor Orban." La suite sur la-croix.com

Pologne et Hongrie affichent leur unité à Budapest

"Mateusz Morawiecki et Viktor Orbán, les Premiers ministre polonais et hongrois, se sont rencontrés lors d'une visite bilatérale officielle mercredi à Budapest. Ils ont réaffirmé leur ferme opposition aux quotas de demandeurs d'asile de la Commission européenne. Le nouveau Premier ministre polonais, désigné il y a moins d'un mois, a réservé son premier déplacement bilatéral officiel à la Hongrie, son principal allié diplomatique au sein de l'Union européenne. Il a été question de sujets tels que les relations économiques polono-hongroises et l'avenir et la place du Groupe de Visegrád en Europe..." La suite sur hu-lala.org (article payant)

Cours de hongrois collectifs et individuels - Journée Portes Ouvertes pour préparer la rentrée le 23 janvier 2018

"Des cours de hongrois attendent ceux qui désirent connaître une langue rare mais fascinante ou approfondir des connaissances déjà acquises. Des cours de plusieurs niveaux, dispensés par des professeurs de langue maternelle hongroise, sont proposés aux intéressés. Ils se composent de parties orales et écrites, et recouvrent les compétences de base suivantes : des parcours de grammaire, un enrichissement de vocabulaire sur des contenus thématiques, l'acquisition d'une conversation quotidienne, l'apprentissage et l'amélioration de la prononciation et de la compréhension.
Les cours en groupe sont proposés par semestre (30 cours par semestre = 320 ou 350 euros, en fonction du nombre d'étudiants) et ont lieu dans les locaux de l’Institut Hongrois, du lundi au jeudi dans l’après-midi (entre 16h45 et 18h45) et dans la soirée (entre 19h et 21h).
Nos professeurs sont : Mme Krisztina Hevér, Mme Anikó Kiss, M. Dávid Lengyel, Mme Zsuzsa Sári
Vous pouvez également vous inscrire à des cours individuels. Les cours particuliers sont proposés tout au long de l’année académique, également dans les locaux de l’Institut hongrois, les horaires étant à définir avec les professeurs.
Tarif: 300,- euros/ 10 heures
Le semestre d'automne débute le 27 février 2018.
Une Journée Portes Ouvertes aura lieu pour préparer la rentrée le 23 janvier 2018 à partir de 16 heures à l’Institut hongrois.
On vous prie de bien vouloir remplir et envoyer la fiche d’inscription.
Pour l'inscription et toute information complémentaire, merci de contacter Mme Zsuzsa Sári : coursinstituthongrois@gmail.com | +33 6 33 01 40 00"

Source : Institut hongrois
Institut hongrois 92, rue Bonaparte 75006 Paris
+33 1 43 26 06 44