samedi 28 juin 2008

Résistance aux réformes en République tchèque

Le quotidien hongrois Népszava compare les grèves en République tchèque à la situation en Hongrie : "L'ironie du sort veut qu'il y ait à Prague un gouvernement de centre-droite qui ne dispose que d'une courte majorité au gouvernement. Il lui faudra réaliser un numéro d'équilibriste semblable à celui du gouvernement socialiste minoritaire [du Premier ministre] Ferenc Gyurcsány en Hongrie. ? Le gouvernement tchèque a très mal préparé les mesures de réforme. ...
Pour abaisser le déficit budgétaire, des mesures impopulaires doivent pourtant être prises. Un peu d'empathie ne ferait pas de mal. Chez nous non plus."
Source Courrier International

Décidément, menée par la droite ou par la gauche, la politique imposée par la Commission européenne passe mal. Le peuple irlandais, après les Hollandais et les Français l'a aussi rejetée...
Faudrait-il changer les peuples ?
« J'apprends que le gouvernement estime que le peuple à 'trahi la confiance du régime' et 'devra travailler dur pour regagner la confiance des autorités'. Dans ce cas, ne serait-il pas plus simple pour le gouvernement de dissoudre le peuple et d'en élire un autre ? » Bertolt Brecht

jeudi 26 juin 2008

Palmarès du concours littéraire de l'association Alcyon

À l’occasion de son vingtième anniversaire l’Association Alcyon a organisé un concours littéraire qui a connu un très grand succès non seulement par le nombre des participants mais par la très grande qualité des oeuvres remises.

Voici le palmarès. Félicitations à tous les participants, aux gagnants parmi lesquels je reconnais quelques ami(e)s et un grand bravo à Martha qui remporte le premier prix.

Merci à l'Association Alcyon d'avoir organisé ce concours, mais ça nous met l'eau à la bouche et on aimerait bien pouvoir lire ces oeuvres. Je crois qu'on est maintenant à la recherche d'un éditeur... Je lance donc un appel !!!

Toute l'information, commentaires, etc. sur le site de l'Association Alcyon

Prix
Premier Prix : Mme Martha Dufournaud - Paris professeur
Deuxième Prix : « Interview » Mme Claire Hunyadi-Csoka - Budapest - lectrice de français à l’Université Corvinus
Troisième Prix : Mme Eva Man - Györ Hongrie Professeur de langue
1er Accessit : « Les chats de la rue de la Lune » Melle Manon Moreau étudiante ESSEC – Paris 2ème Accessit : « Palimpeste » Melle Claire Pluygers Bruxelles – Belgique
3ème Accessit :« Ma voisine cette étrangère » par Mme Françoise Guiguet – Vienne – Autriche 4ème Accessit : Mme Danielle Pinkstein Paris
5ème Accessit : « A toi qui t’envoles » par Mme Edith Durnez commerciale – Paris
6ème Accessit :« Jolàn- un destin hongrois » par M.Etienne Lakits ingénieur - Paris
6ème Accessit ex aequo : « Hoviràg, hoviràg… »par Mme.Véronique Fraysse - 31380 Montrastruc

Mentions spéciales du jury :
Mention spéciale : meilleure description : M. Georges Carp « une exigeante histoire d’amour » Paris pharmacien
Mention spéciale : intérêt historique : « le Maître »rencontre avec le grand compositeur Kodàly : Madame Nyéki - Paris – bibliothécaire
Mention spéciale de l’Office du Tourisme : « Le grand cerf des Carpates » M. Jean-Luc Soulé -Paris - directeur de société
Mention spéciale : langue hongroise : « Un nouveau monde commence au seuil de chaque langue. » Anne Fénié - 33640 Portets – tisserande
Mention spéciale : humour : M. Julian Cornman : « Vöröske,ou le petit Rouquin de l’Ile Marguerite » Genève – Suisse Professeur

Ont obtenu aussi des citations les textes suivants :
Mme Anne Gautheron : « Une victoire tardive » 21000 Dijon - mère au foyer
M. Michel Obadia : « Un sortilège interrompu » 93160 Noisy le Grand - directeur de société
M. Denis Boulbes : « L’entre deux -Traversée à pied de la Hongrie » -11090 Carcassonne – retraité
Mme LUGOSI Maria : « Un tour de Budapest » Paris - actrice-journaliste
Mme Brigitte Nemson : « Le tour de Pannonia » 57350 - Stiring-Wendel
Melle Perrine Vanderbrouck « Vous êtes ici » 69110 Sainte Foy - doctorante
M. Philippe Planque « la Puszta » 92360 Meudon la Forêt Médecin – Meudon la Forêt

Fauves hongrois, 1904-1914, une expo "évènement" à Céret

"A la fin du XIXè et au tout début du XXè siècle, de jeunes peintres hongrois formés dans les écoles de Munich et Budapest viennent à Paris. Ils sont parmi les premiers artistes étrangers à créer les premiers tableaux fauves.
Chaque été ils repartent chez eux pour créér leurs oeuvres en plein air dans des colonies d’artistes comme celle de Nagybanya. Ils vont véritablement révolutionner la peinture dans leur pays avec cette pratique d’avant-garde.
"Fauves hongrois 1904-1914" , au Musée d’art moderne de Céret, c’est cet été une exposition évènement, une réelle découverte. Elle réunit 140 tableaux proches des fauves français par la couleur, les thèmes et l’énergie, mais différents dans leur facture par leur construction, leur identité propre et leurs paysages orientaux, avec souvent des couleurs plus sombres.
Pour comprendre pourquoi cet évènement pictural du fauvisme hongrois est resté dans l’ombre depuis plusieurs décennies, il faut revenir sur l’histoire mouvementé de ce pays tout au long du 20è siècle.
Ecouter la chronique de Claire Baudéan sur France-Info.com
Source : France Info

mercredi 25 juin 2008

Gazole cher: le gouvernement hongrois veut exempter les routiers d'une taxe

"Le gouvernement hongrois a signé un accord mercredi avec les représentants des routiers en vue de leur accorder une exemption de taxe sur le diesel à la suite de la flambée des prix, a annoncé le Premier ministre à Budapest...
"Les charges des routiers baisseront même si Bruxelles rejette la demande hongroise" qui consiste à baisser la taxe d'excise sur le diesel, a-t-il ajouté."
Article complet sur romandie.com

Les courts hongrois - Cinéma en plein air sur la terrasse de l'Institut hongrois vendredi 27 juin 2008 à 23 h

Sur la terrasse de l’Institut Hongrois de Paris Entrée : 5 /3 €

Au programme :

Márton Szirmai – Szalontüdõ (7') Porc en ragoût
Géza M. Tóth – Maestre (5') Maestro
Julianna Gál, Virág Kiss, Zsolt Korai, Orsolya Lázár, Áron Lõrincz, László Nagy, Anna Wonhaz - Lépcsõház (2,30') L'escalier
David Géczy – Családi kötelek (5') Relation familiale
Vera Vodal – Utolsó cigaretta (1,30') La dernière cigarette
Igor Lazin – 1 nap szabadság (5') 1 journée de liberté
Marcell Iványi – A szél (6') Le vent
Lehel Oláh – Gubera (24.42') La chasse
Péter Akar – Rush (6') Rush
Ádám Breier– Trip (7') Trip
Andrea Mark – Izzócsere (3') Les ampoules
Benedek Fliegauf – Pörgés (16') Pirouette
Attila V. Nagy – A baba (8') La poupée
Péter Vadocz Colorful EU (1,20') Colorful EU
Zsolt Pálfi – Kicsianna (6,30') La petite Anne
Péter Politzer – Csendes éj (10') La nuit silencieuse
Ervin B. Nagy – Határvonalak (1,30') Les frontières
Tamás Buvari – Posztkatona (12,40') Postsoldat
Judit Erdélyi– Pantha Rei (5,30') Pantha Rei
József Sándor– Spiss klip (4,14') Spiss
Balázs Simonyi - Budapesti neonok, avagy a szocializmus aranykora (5') Les néons de Budapest

Institut Hongrois de Paris
92, rue Bonaparte, 75006, Paris
01 43 26 06 44

"François Fejtö, passager du siècle" par Pierre Kende

"Décédé 15 mois avant son centenaire, François Fejtö faisait partie de ces rares parmi nos contemporains qui non seulement avaient vécu la guerre de 14 mais en avaient retenu quelques souvenirs marquants. Il a partagé ses presque 100 ans entre plusieurs patries : la monarchie austro-hongroise dont il était l’enfant, la Hongrie de l’entre-deux-guerres où il est «entré en littérature», la France qu’il avait élue comme domicile en 1938 et où il est mort soixante-dix ans plus tard, enfin l’Italie où il comptait de nombreux amis et qu’il aimait d’un amour presque charnel." La suite de l'article de Pierre Kende sociologue, politologue hongrois dans Libération du 25 juin 2008

lundi 23 juin 2008

Dates à retenir dans les agendas de la rentrée

5 septembre 2008 à 20 h
Jazz à La Villette Josef Nadj "Paysage après l'orage"

Josef Nadj chorégraphie
Akosh Szelevényi et Gildas Etevenard musique
Rémi Nicolas conception des lumières
Jean-Philippe Dupont mise en son
Olivier Berthel, Clément Dirat, Julien Fleureau objets scéniques
Thierry Thibaudeau conception video
avec
Josef Nadj danse
Akosh Szelevényi saxophone
Gildas Etevenard percussions
Thierry Bouilhet régisseur lumière
Thierry Thibaudeau régisseur vidéo
Jean-Philippe Dupont régisseur son
Martine Dionisio production et diffusion
Jazz à la Villette

jeudi 25 septembre 2008 en l'église Saint-Séverin à Paris
samedi 27 septembre 2008 en l'abbaye de Royaumont Festival Saison Musicale de Royaumont
Choeur Saint-Ephraïm
ORPHEIA a repéré, en 2005, un choeur hongrois, le choeur d'hommes Saint-Ephraïm. Il faut savoir que rares sont dans le monde les choeurs d'hommes de niveau professionnel (en France par ex, il n'y en a qu'un : le choeur de la Garde Républicaine), et encore plus rares sont les choeurs capables de chanter tout le répertoire classique pour choeur d'hommes (musique sacrée de tous rites et musique profane). Vous pouvez trouver des informations supplémentaires sur le choeur Saint-Ephraïm, ainsi que des extraits musicaux sur le site : www.saintephraim.orpheia.hu

du 16 au 21 octobre 2008 au Théâtre de la Cité internationale
L'opéra paysan spectacle en hongrois écrit et mis en scène par Béla Pintér

L'homme de Londres de Béla Tarr

"Depuis des années, Béla Tarr, cinéaste Hongrois responsable des plus grands films de ces trente dernières années, flotte en des sphères inaccessibles au commun de ses pairs. La radicalité, la contemplation, la nudité de personnages confrontés au trou noir de leur vie et surtout l'utilisation de la musique pour exprimer des états d'âme ou pour fuir des mots compensent ses oeuvres rares et précieuses. Celles, sorties en France, et d'autres, parues en zone 2, ont permis de mesurer l'étendue de son talent que ce soit Les Harmonies Werckmeister, réflexion sur la condition humaine qui débouche sur une parabole sur la prise de pouvoir, la montée du fascisme et l'aveuglement des masses ; ou Damnation, quête d'un amour impossible dans un monde corrompu. L'homme de Londres, son dernier long métrage, va certainement être son succès le plus populaire." L'article complet sur dvdrama.com

dimanche 22 juin 2008

Pique-nique du 22 juin 2008 - Les photos






L'Association pour une école hongroise et les Mardis hongrois de Paris organisaient avec Kati leur pique-nique annuel le 22 juin 2008. Voici quelques images.

Pique-nique du 22 juin 2008 - Encore ???






Pique-nique du 22 juin 2008 - Des photos encore ... pour le plaisir






Pique-nique du 22 juin 2008 - Et encore, encore des photos...





Pique-nique du 22 juin 2008 - Encore des photos






jeudi 19 juin 2008

Exposition Fauves hongrois 1904-1914 - Musée d'art moderne de Céret - 22/06 - 12/10/2008

Vernissage : Dimanche 22 juin 2008 à 19h00
Musée d'art moderne de Céret

L'exposition "Fauves hongrois, 1904-1914", réalisée par le Musée d'art moderne de Céret, le Musée Matisse du Cateau-Cambrésis et le Musée des Beaux-arts de Dijon, en collaboration avec la Galerie Nationale Hongroise de Budapest, a pour but de présenter et de faire connaître au public français le travail de ces artistes, pour la plupart encore méconnus en France, qui révolutionnèrent la peinture hongroise au contact des nouveaux courants picturaux du XXe siècle, en particulier le Fauvisme, et qui ouvrirent la voie aux différentes Avant-Gardes européennes.
Pour des informations supplémentaires, consultez : http://www.musee-ceret.com/
Le catalogue de l'exposition bientôt chez Biro éditeur

Art - Galerie Várfok à Paris


"La Galerie Várfok présente en juin de nouvelles et surprenantes approches des origines, des instincts et du futur de l’Homme. Les premières oeuvres de Levente Herman sont caractérisées par le clair-obscur, un colorit monochrome et la représentation de son environnenment par l’intermédiaire de photographies anciennes. Les paysages désolés, les éléments ténébreux et les nuances sombres, aujourd’hui spécifiques de ses peintures, ne sont apparues qu’après 2005. Ces scènes paraissant parfois mélancoliques cachent une force imposante et présentent aux aboutissements des idéaux et des ambitions humains un reflet de miroir douloureusement franc. Herman s’inspire souvent de thèmes et narrations bibliques, interêt provenant surtout de la volonté de les actualiser au sein de nouveaux contextes. Ray Monde est d’origine luxembourgeoise, elle vit et travaille à Paris depuis 1981. Dans son oeuvre, elle décortique les origines de l’Homme, les conditions de sa naissance et de sa situation, selon elle, encore prénatale. Une puissance instinctive incroyable émane de ces corps de peinture à travers lesquels elle abolit les frontières entre les sexes. Elle décompose dans ses oeuvres actuelles l’image de la femme afin de la reconstituer et la découvrir dépouillée des clichés que lui a attribués l’homme pendant des siècles. Les éléments d’un monde paraissant provocatif, à cause de la recherche des voies d’expression nouvelles, jaillissent des figures réalisées avec des techniques dont elle seule garde le secret. L’invité de cette exposition est Mathias Schauwecker (Galerie Keller) : au sein de ses oeuvres, il recherche les rapports entre l’Homme et l’animal. Il accentue justement les similitudes entre les deux espèces, cela dans un monde où la science réalise de vraies chimères et lorsque les frontières entre les notions d’humain et d’animal deviennent floues. Pour plus d’informations visiter : http://www.varfok-galeria.hu/

Entrée libre



La galerie Várfok qui joue un rôle important sur la scène picturale hongroise contemporaine, entretient depuis longtemps des relations étroites avec la capitale française. En juin, la collaboration florissante continue avec les expositions parisiennes de quatre peintres hongrois et un belge chez Várfok.

La suite de l'article sur lepetitjournal.com

mercredi 18 juin 2008

Folktronika à découvrir absolument !!! - Fête de la musique - Samedi 21 juin 2008 à 19h00 à l'Institut hongrois


Szombaton 21-én a francia fővárosban a FETE DE LA MUSIQUE fesztiválon zenekarunk, a Folktronika is fellép. Mindenkíváncsi párizsit vár a Zene Ünnepe a Magyar Intézetben!Info: http://folktronika.hu/
http://www.instituthongrois.fr/

FETE DE LA MUSIQUE
Samedi 21 juin 2008 á 19h00
Institut Hongrois de Paris
Les instituts hongrois de Paris, de Berlin, de Bruxelles,de Londres et de Bratislava ont lancé un concours communpour inviter des musiciens hongrois á jouer dans les cinq villes européennes lors de la Fête de la Musique, le 21juin. Nombreux candidats ont répondu à l’appel (409) dont 89 souhaitaient se produire dans la capitale française. La sélection des gagnants qui monteront sur scène devant l’Institut Hongrois de Paris est en cours. Cet événement clôturera notre saison culturelle et sera l’occasion de découvrir tout le talent de la jeune scène musicale hongroise.
Dans le parc en face de l’Institut Hongrois de Paris
Entrée libre

Le fabricant des Vélibs de Paris caché dans la campagne hongroise

"TOSZEG (AFP) — Tout près de Toszeg, un petit village paisible du centre de la Hongrie, un million de vélos quittent chaque année les chaînes de montage d'une usine locale ultramoderne pour être exportés vers les pays du monde entier, en particulier en France.
Cette usine de 18.000 m2 produit, entre autres, les deux-roues de conception Lapierre utilisés pour la location en libre-service Vélib de la capitale française en service depuis l'an dernier."
Suite de l'article sur le site de l'AFP

mardi 17 juin 2008

Anna Stein nous invite dans son atelier lundi 23 juin 2008


Anna Stein a le plaisir de vous inviter dans son atelier
pour la présentation de ses nouvelles oeuvres
lundi 23 juin 2008
A partir de 18 heures
23, passage Choiseul 75002 Paris
Tél. 01 46 22 37 60
Mob. 06 03 69 71 17
Métro : 4 septembre ou Pyramides

Fête de la musique - Samedi 21 juin 2008 à 19h00 à l'Institut hongrois



Les instituts hongrois de Paris, de Berlin, de Bruxelles, de Londres et de Bratislava ont lancé un concours commun pour inviter des musiciens hongrois á jouer dans les cinq villes européennes lors de la Fête de la Musique, le 21 juin. Nombreux candidats ont répondu à l’appel (409) dont 89 souhaitaient se produire dans la capitale française. La sélection des gagnants qui monteront sur scène devant l’Institut Hongrois de Paris est en cours. Cet événement clôturera notre saison culturelle et sera l’occasion de découvrir tout le talent de la jeune scène musicale hongroise.

Dans le parc en face de l’Institut Hongrois de Paris

Entrée libre
Kedves párizsiak,
A Fete de la musique keretében két magyar együttes is bemutatkozik Párizsban, június 21-én 20 órától a Folktronika, 21h30-tól pedig a Goulash Exotica húzza a talpalávalót. Mindkettő nagyon tehetséges, fiatal zenekar, de a http://www.instituthongrois.fr címen magatok is meggyőződhettek erről, itt mindkét csapat zenéjét meghallgathatjátok. A magyar színpad az Intézettel szemben, az allée Séminaire-en, vagyis a 92, rue Bonaparte túloldalán lesz. Az együttes tagjaival személyesen is találkozhattok, előző nap, június 20-án este 8 órától az intézet tetőteraszán (nagyjából az egész várost látni innen, már csak ezért is megéri eljönni, megnézni) és a zene ünnepe előbuli keretében koccinthattok, megismerkedhettek a zenekarokkal. Ugyanitt, aznap este 23h-tól szabadtéri vetítés van programon, a Hukkle című produkciót vetíti a PMI. A mozira a belépők 3/5 eurós áron kaphatók, a többi programra a belépés ingyenes.

samedi 14 juin 2008

Anne Fénié : felhök

Szombat, május 30.
45. A felhök.

Jour après jour s’élève le regard, se lèvent les nuages au point du jour échu. Voguent les pensées, s’effilochent les âmes floches, filent les heures et filent les lueurs accrochées au piano d’un ciel bleu.

A la danse des jours viennent se déposer des frontons de brouillards, doux, épais, sucrés et murmurés, surgis du dos du monde, nés des plis d’oriflamme, là-bas où chantent, innombrables, nos vies et puis nos âmes.

Des visages oubliés, des fronts imaginés, des nattes irisées, des flocons, des moutons, de longues files indiennes en fumées, des croisées de lumières, des sourires et des pleurs, des musiques d’éther s’avancent lentement en cortège-misère.

Dans ces vagues respire chaque heure et chaque jour, nuages pour le dire, nuages pour un soupir, nuages à perdre haleine, nuages au long du soir, douce étreinte de moire.

Sous les arches de pluie, au vent qui tremble et enfle, aux rideaux sous l’orage, aux couleurs d’horizon, arc-en-ciel, gouttelette, c’est l’orchestre des terres qui monte et s’émerveille et offre à l’or du temps l’émotion d’un instant, nos lentes vies ouvertes sur un fil d’infini.

Un nuage se pare de lumière épousée, un nuage s’étire comme chat de gouttière, un nuage raconte d’où lui vient sa couleur, un nuage s’en va caresser la nuée et, de la voûte claire, et de l’ombre ourlée, légère, naît le chant de nos voix, résonne notre terre.

Par la fenêtre close une seconde éclate en sonnaille éphémère, une parole est née vers le chant d’arc-en-ciel, vole à travers le temps, efface les déserts, ressurgit à l’instant où tu te désespères,..et voilà tout un ciel qui s’offre et se fait bleu, nappe d’aurore à ton âme-sultan.

Anne Fénié

Avec mes remerciements à Anne pour ces mots-images-sons-... que lui évoquent les ciels hongrois, qu'elle nous livre avec tant de talent et si gracieusement.

vendredi 13 juin 2008

Conférence organisée par USF à l'Institut hongrois le 5 juin 2008

Soirée organisée Le 5 Juin 2008 à l'Institut Hongrois sous l'égide de l'ONG Urbanistes Sans Frontieres avec la participation de l'association culturelle des Mardis hongrois de Paris.

Le Directeur de l'Institut hongrois, András Derdák, a ouvert la conférence en rendant un hommage à François Fejtö l'un des premiers signataires de la pétition pour la sauvegarde du quartier juif de Budapest.

I - Anna Perczel architecte-urbaniste, représentant l'association ÓVÁS! fait une présentation illustrée de photos de « l’ancien quartier juif de Budapest », l’un des plus anciens quartiers de Budapest, l’un des quartiers les plus riches en valeurs architecturales. La singularité et l’importance du quartier sont données, par ses rangées de maisons du 19ème siècle, par l’enchantement oriental des synagogues, le dédale des passages, l’architecture art nouveau remarquable et, par-dessus tout, par le mélange créé par tous ces facteurs. Le quartier abrite toujours une communauté juive vivante et c'est un lieu de mémoire historique.

Cependant, on fait détruire à un rythme toujours croissant les maisons d’habitation du quartier, et on altère le caractère de ses rues.

Au printemps de l’an 2004, un mouvement de citoyens (l’Association ÓVÁS!) s’est lancée dans différentes actions pour sauver le quartier.

Michel Polge, Architecte Urbaniste en chef de l'Etat, expert envoyé par l’UNESCO et l'ICOMOS, s’est rendu à Budapest, du 5 au 7 novembre 2007. Après sa mission d’expertise, le Maire du 7ème arrondissement de Budapest et le Président de l’Office de la Protection du patrimoine culturel ont annoncé un moratoire de 4 mois mais contrairement aux recommandations de l'expert un projet de plan a été élaboré avec des densités qui augmentent, des constructions en sous-sol plus nombreuses, la protection de certaines façades et non des immeubles, des parkings souterrains induisant la destruction de plusieurs jardins, etc.

Le 29 mai 2008, l’assemblée générale de la capitale a voté contre la proposition d'Imre Ikvai-Szabó, Maire-adjoint de Budapest, d'un moratoire pour tout le territoire du quartier juif.

II – Jean-Pierre Frommer président de l'Association des Mardis hongrois de Paris remercie les organisateurs et notamment András Derdák, directeur de l'Institut hongrois d'avoir accepté d'héberger cette conférence dans un lieu symboliquement important, ambassade de la culture hongroise en France.

Le combat que mène Anna Perczel c'est le combat de la civilisation contre la bêtise et la cupidité a-t-il déclaré.

Les Mardis hongrois de Paris ont rédigé début 2007 une pétition demandant la sauvegarde du quartier juif de Budapest qui a rencontré immédiatement une grande adhésion des personnalités d'origine hongroise vivant à Paris. Plus de 300 signatures sont recueillies et envoyées au Directeur du Centre du Patrimoine Mondial de l'UNESCO, qui demande à la délégation hongroise de l'UNESCO de lui rendre des comptes sur la situation. La pétition déclenche la mission d'expertise.

Pendant ce temps, au premier trimestre 2008, des lettres ouvertes relayées dans la presse hongroise, sont adressées au Président de la République et au Premier ministre hongrois ainsi qu'au Maire de Budapest. Un article est publié dans Le Monde du 24 janvier 2008 sous le titre « Halte à la destruction du quartier juif de Budapest » et une interview est accordée à Julia Cserba pour l'hebdomadaire culturel Elet és irodalom. Ces articles reçoivent un écho indéniable dans la presse hongroise et internationale.
Mais, mais, mais, ... le scandale international ne parvient pas à infléchir la bêtise et la cupidité … pour le moment.

III - Michel Polge, expert de l'ICOMOS, a rappelé très nettement que les démolitions-reconstructions représentent une perte réelle, très regrettable pour le quartier. Selon lui, le vieux quartier juif présente une qualité patrimoniale architecturale évidente et remarquable, possèdant beaucoup d'atouts pour la réhabilitation et pas d'obstacle majeur à sa mise en oeuvre.
Le quartier constitue un atout économique fort pour le tourisme.

A la question : les opérations de démolition-reconstruction posent-elles un problème pour le patrimoine mondial ? La réponse de l'expert est sans ambiguïté : oui c'est une perte réelle, très dommageable pour le quartier et ce n'est pas compatible avec un site inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO.
La réglementation actuelle est inadaptée pour une zone tampon du patrimoine mondial.
Une idée force en guise de conclusion du diagnostic : les problèmes sont d'abord de nature économique.

Résumé de ses propositions :
Arrêter les démolitions réexaminer tous les permis de démolir et éventuellement indemniser les bénéficiaires de ces permis.
Il faut édicter un moratoire sur toute démolition tant que le nouveau plan d'urbanisme compatible avec le Patrimoine établi en accord avec toutes les parties n'est pas validé.
Un nouveau plan d'urbanisme, compatible avec l'inscription au patrimoine mondial devrait être établi le plus vite possible en accord avec toutes les parties et après consultation publique.
Il faudrait revoir les hauteurs et densité à la baisse.
Pour les immeubles neufs, il convient de rechercher une qualité architecturale en rapport avec la qualité exceptionnelle du Patrimoine.
Constatant que les investisseurs achètent des logements à titre de placements en les laissant vides, l'expert propose de taxer les logements neufs inhabités pour améliorer l'offre locative.
Michel Polge propose de mettre en place des outils économiques notamment fiscaux favorisant la réhabilitation.

IV - Maggie Cazal en guise de conclusion propose la rédaction d'une nouvelle pétition qui sera mise à la discussion.

Source Dossier de presse de l'Institut hongrois de Paris

mercredi 11 juin 2008

Dansons ensemble - Táncház : Vendredi 13 juin 2008 à 18 h 30 et 20 h à l'Institut hongrois de Paris



Avec l’ensemble MERKATI - voir ci-dessus. Un orchestre et un couple de danseurs viennent tout spécialement de Budapest pour vous faire découvrir tout l’éventail des danses traditionnelles de Hongrie et de Transylvanie. Préférez-vous les danses en couple, en solo, à quatre ou encore chanter ensemble. Il y en a pour tous les goûts! Les danses sont variées, contrastées, parfois très physiques. Elles s’improvisent dès que les danseurs ont appris à enchaîner deux pas différents. Les danseurs professionnels, vêtus de leurs tenues traditionnelles, vous accompagneront dans cet apprentissage et vous feront partager tout le plaisir simple et retrouvé de danser ensemble.

Entrée : 5/3€

Institut Hongrois de Paris - 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Tél. : 01 43 26 06 44
Métro : Saint-Sulpice • Mabillon Bus : 58, 84, 89
instituthongrois@wanadoo.fr
http://www.instituthongrois.fr/

UE : les employés pourront toujours travailler jusqu'à 65 heures par semaine

"Cinq pays - l'Espagne, la Belgique, la Grèce, la Hongrie et Chypre - se sont abstenus sur les propositions sur le temps de travail, les critiquant vivement et appelant à un arbitrage musclé du Parlement."
Source Le Point.fr
Enfin un retour au XIXè siècle... à quand le travail des enfants ? L'Union Européenne et ses (contre)réformes...
C'est tout à l'honneur des 5 pays visés plus haut de ne pas avoir accepté le diktat.

dimanche 8 juin 2008

Franciák a pesti zsidó negyedért - Les Français en défense du quartier juif de Budapest

L'auteur du rapport de l'UNESCO considère les démolitions comme inexplicables
En Hongrie personne ne dit qu'il faut démolir dans le quartier juif de Budapest, et pourtant c'est bien ce qui se passe, s'étonne Michel Polge dans le cadre d'une table ronde organisée à l'Institut hongrois de Paris. C'est lui, l'architecte français qui, missionné par l'UNESCO, a examiné le territoire, a mené des discussions ouvertes et a réuni ses observations et propositions dans un rapport.

*******************

Az UNESCO-jelentés készítője értetlenül szemléli a bontást
Népszabadság • Rózsa Mihály • 2008. június 7.
Magyarországon senki sem mondja, hogy bontani kell a pesti zsidó negyedben, mégis ez történik - értetlenkedett a Párizsi Magyar Intézetben megrendezett kerekasztal-beszélgetésen Michel Polge. Ő az a francia építész, aki az UNESCO megbízásából Budapesten megvizsgálta a területet, feltáró beszélgetéseket folytatott, és tapasztalatait, javaslatait jelentésben foglalta össze.

L'article complet en hongrois sur Népszabadság du 7 juin 2008

Concert de Irène Polya et Katalin Péronno-Darabont Mardi 1er juillet 2008 à 20 h à l'Institut hongrois de Paris

Irène Polya
piano






Katalin Péronno-Darabont
violoncelle

Avec les commentaires musicaux de Réka Csepeli.
Le concert est donné en soutien au Prix Hungarica, en présence de Monsieur l'Ambassadeur de Hongrie, László Nikicser.

Leo Weiner: Romance Trois danses hongroises - piano solo
Zoltán Kodály: Adagio Sonate op.4 Méditation sur un thème de Debussy - piano solo
Béla Bartók: Danses populaires roumaines
Entrée : 10/5 €

Institut hongrois de Paris
(http://www.instituthongrois.fr/)
92, rue Bonaparte 75006 (01 43 26 06 44) Réservation conseillée

Images inspirées par un voyage en Hongrie - Anne Fénié

Szombat,március 29.
33. Utaz.

Aurore sur les vignes, silencieuse étreinte des chemins lavés de mille peines… Rosée des pleurs de terre, tu brilles de mille perles quand les arbres s’éveillent, étirent leurs bras offerts aux oiseaux de nos rêves.
Finement ciselée à nos regards gorgés de sommeil, aurore, tu nous donnes l’immensité d’un instant sans pareil, main ouverte sur nos vies, chant du monde, énigme d’océan où plongent nos espoirs, où naissent nos histoires.
Comme page blanche, chaque route, au levant, nous parle d’amour et de labeur, de lumière d’aube à la frange du jour.
Virevolte l’oiseau au ras du sillon vert ; repose, emmitouflée, la meule du foin lourd des orages passés ; s’ébroue l’âne trempé de rires insoupçonnés, naïf et bien discret ; à l’orée du chemin coule un rai de lumière-joie, tapis posé par un poète pour la muse et l’enfant ; y courent mille gouttelettes comme notes de pluie tombant sous le feuillage, dentelle traversière.
Et nous, petits bolides, traversons ce miracle, cette danse des cieux, comme idiotes comètes, chevaux au galop, saltimbanques sans but !
Et nous, pauvres et riches de ce nectar donné, restons à la crête des vagues, des ondes de vallons, comme soupirs en clé de sol, vite oubliés.
Vapeur des villages encore scellés, respiration d’une fenêtre ouverte, joli refrain de l’ouvrier à son levain, la terre lève l’ancre de bon matin et nous fait glisser dans sa main.

Anne Fénié

samedi 7 juin 2008

Affiches de Hongrie 1950-1970 à Chartres

L’adresse du COMPA (Pont de Mainvilliers – 28000 Chartres)

vendredi 6 juin 2008

«Arcane 17», par André Breton, Biro Editeur

L'un des plus beaux manuscrits du poète reproduit (presque) à l'identique: c'est le résultat d'un an et demi de travail, pour un tirage à 100 exemplaires. Etonnant...

«Arcane 17», par André Breton, Biro Editeur, coffret composé d'un fac-similé en quadrichromie du manuscrit original et d'un volume de transcription présenté par Henri Béhar, 252 p., 1200 euros.
Source: «le Nouvel Observateur» du 5 juin 2008

COMMEMORATION DE FRANÇOIS FEJTÖ - Mardi 10 juin 2008 à 16h00 Église Saint-Sulpice

photo : Illés Sarkantyu
Le conteur éternel, l'oracle de son temps est mort sans souffrir, dans son lit d'hôpital, en bavardant. Il a vécu presqu'un siècle, il est devenu historien polygraphe et il avait une connaissance extraordinaire – qu'il s'agisse d'histoire, de politique, de littérature, de musique classique ou d'arts - il comprenait le cours du monde mieux que quiconque. Il est né hongrois, démocrate mais deux guerres mondiales et deux dictatures politiques (fasciste et communiste) l'ont convaincu de rechercher une vie libre à Paris. Son coeur est ainsi devenu à moitié français. Il rêvait en français, son fils est né en France. On pouvait compter parmi ses amis Camus, Sartre, Simone de Beauvoir aussi bien que Attila József, Dezsõ Kosztolányi ou Lajos Hatvany et souvent des chefs d'État français et hongrois lui demandaient conseil encore récemment. Même ces derniers jours, cet intellectuel qui portait dans son coeur deux pays lisait la presse internationale en cinq langues (hongrois, français, anglais, italien et allemand), il était toujours au courant de l'actualité, toujours vif d'esprit. Il a écrit plus de 30 livres, jusqu'à la fin il travaillait sur son dernier livre et il était toujours amateur de musique, de femmes, de la levée du soleil et de la Vie. Il aimait mettre en contact les gens, créer, inspirer et être inspiré. Il était guidé par sa curiosité dans toute sa vie, jusqu'au dernier instant. Désormais, c'est à ses oeuvres, ses proches, ses disciples, ses admirateurs de le rendre immortel. François Fejtõ aurait fêté ses 99 ans le 31 août 2008.
François Fejtõ, écrivain, historien, journaliste et linguiste d'origine hongroise, spécialiste de renommée mondiale de l'Europe centrale et orientale, s'est éteint le 2 juin 2008 à Paris à l'âge de 98 ans. Chevalier de la légion d'honneur français, décoré de la Grande Croix de l'Ordre du Mérite de la République hongroise, il est l'auteur d'ouvrages de référence tels que L'Histoire des démocraties populaires, Budapest, l'Insurrection ou Voyage sentimental.
Né en 1909 en Hongrie, il a poursuivi ses études universitaires à Pécs et á Budapest. Après une brève période de militantisme communiste, qui lui a valu un an d'emprisonnement en 1932, il est devenu journaliste au quotidien social-démocrate Népszava. Fondateur et corédacteur entre 1935-1938 de la revue littéraire antifasciste Szép Szó avec le poète Attila József et le journaliste Pál Ignotus, il a été contraint de quitter le pays à cause d'un article critiquant la politique pro-allemande du gouvernement.
Après la Deuxième guerre mondiale qu'il a vécue en France, il a assuré la direction du bureau de presse à l'ambassade de Hongrie à Paris. Un poste dont il a démissionné en 1949, à la suite de l'arrestation de László Rajk, ministre des Affaires étrangères, victime d'un procès arbitraire. Pour protester contre le verdict injuste, il a rompu tout lien avec la Hongrie officielle et a démontré dans un article le caractère volontairement erroné des accusations.
En 1950, il a commencé à travailler à l'Agence française de presse (AFP) pour laquelle il a commenté, pendant presque trente ans, les événements du monde communiste. En 1955, il a acquis la nationalité française.
En 1956, il a joué un rôle primordial dans l'information des intellectuels français en leur fournissant des éléments authentiques sur les événements hongrois. La prise de position d'Albert Camus et d'autres a littéralement sauvé des vies lors des procès contre des écrivains en Hongrie et a marqué un tournant dans la perception occidentale des systèmes communistes.
Entre 1972 et 1982, il a dirigé un séminaire consacré à l'URSS et aux pays de l'Est à l'Institut d'Études Politiques de Paris.
Journaliste international, auteur de livres traduits en plusieurs langues, il n'est retourné en Hongrie qu'en 1989 pour assister aux funérailles officielles d'Imre Nagy, Premier ministre lors de la Révolution de 1956.
En érigeant en 1988 un monument au Père-Lachaise à la mémoire de cet homme politique exécuté deux ans après 1956 par le régime communiste, François Fejtõ et la Ligue Hongroise des Droits de l'Homme à Paris avaient largement contribué à sa réhabilitation.
Un événement important dont nous commémorons le 20e anniversaire ce mois de juin…
Une cérémonie funéraire sera organisée le 10 juin à 16 heures à l'Église Saint Sulpice à Paris en l'honneur de François Fejtõ. La même semaine le cercueil sera acheminé en Hongrie. La République de Hongrie rendra un hommage national à François Fejtõ. L'enterrement aura lieu au cimetière Fiumei.
Sources :

jeudi 5 juin 2008

Hommages à François Fejtö

Communiqué de Charles Fejtö

Une messe-souvenir-concert d'orgue avec Xaver Varnus, sera donnée en l'église Saint-Sulpice mardi 10 juin de 16 h à 18 h. Tous ses amis et lecteurs sont cordialement invités.
Présence d'un prêtre, d'un rabbin, d'un pasteur, d'un moine bouddhiste.
Vendredi 13 juin : deuil national en Hongrie
Bien à vous tous, Charlie

mercredi 4 juin 2008

Quartier juif de Budapest : Conférence jeudi 5 juin 2008 à l'Institut hongrois

Evolution urbaine du quartier juif de Budapest - Patrimoine et renouvellement urbain à l'Institut hongrois de Paris le 5 juin 2008


Les Ateliers d’USF
Jeudi 5 juin 2008 de 18h à 21h

Institut Hongrois de Paris - 92, rue Bonaparte 75006

A l’ordre du jour : deux conférences et débats sur la protection du patrimoine urbain et architectural de Budapest avec la participation de l’association culturelle des Mardis Hongrois et de son président Jean-Pierre Frommer.

Evolution urbaine du quartier juif de Budapest
Anna Perczel, Architecte Urbaniste - Correspondante d’USF à Budapest – Représentante de l‘association hongroise OVAS - Auteur du livre «Héritage sans protection - Immeubles d’habitations du quartier juif».

Le livre d'Anna Perczel "Héritage sans protection" édition bilingue hongrois-anglais sera en vente lors de la conférence à partir de 18 h.

Patrimoine et renouvellement urbain
Michel Polge, Architecte Urbaniste en chef de l’Etat - Adjoint à la présidente du pôle interministériel de lutte contre l’habitat indigne - Auteur du rapport sur la zone tampon «quartier juif» du périmètre du patrimoine mondial de Budapest.

Prière de nous confirmer votre participation à president@usf-f.org.
La présidente
Maggie Cazal 93, rue Saint-Dominique, 75007 Paris E-mail : contact@usf-f.org http://www.usf-f.org/

François Fejtö, journaliste et historien d'origine hongroise

"D'un siècle à l'autre, François Fejtö aura tout vécu, étudié, analysé, transmis de cette Europe au milieu de laquelle il était né, le 31 août 1909, et qui sera passée de l'ère des empires au morcellement des nationalités, puis à la division Est-Ouest, avant de se retrouver réunifiée au milieu de la tragédie des guerres yougoslaves. Journaliste, écrivain, historien, philosophe, François Fejtö a fait comprendre à des générations cette Europe centrale que les Européens de l'Ouest avaient tendance à méconnaître ou à négliger. Il est mort lundi 2 juin à Paris. Il était âgé de 98 ans."
Lire la suite de l'article paru dans Le Monde du 3 juin 2008

mardi 3 juin 2008

Mardis hongrois d'Helsinki - Unkarilaiset tiistait





Hongrois, magyarophiles unissez-vous dans tous les pays et fondez les Mardis hongrois de chaque ville !!!

Voici quelques images des Mardis hongrois d'Helsinki (euh... Finlande, si je ne me trompe)

lundi 2 juin 2008

François Fejtö n'est plus

"Spécialiste mondial des pays de l'Est, l'historien et journaliste François Fejtö, décédé lundi à Paris à l'âge de 98 ans, a été un témoin exceptionnel des déchirements européens du siècle dernier.
Son grand apport politique et intellectuel a été d'être un des premiers à dénoncer, dès 1934, le stalinisme. Auteur en 1952 du célèbre livre "Histoire des démocraties populaires", largement traduit, François Fejtö a ainsi éveillé de nombreux intellectuels de leur "sommeil dogmatique", à commencer par Jean-Paul Sartre...
Il a notamment écrit "Le coup de Prague", "La Tragédie hongroise", "Mémoires, de Budapest à Paris", "Requiem pour un empire défunt", "1956 Budapest", "Le printemps tchécoslovaque", "Dieu et son juif", "Le passager du siècle", une biographie de Joseph II. Se voulant "européen libre", il a longtemps collaboré à de nombreux journaux français, allemands, italiens, espagnols ainsi que japonais. Il laisse deux enfants."
L'article complet afp.google.com

L'association des Mardis hongrois de Paris s'incline devant ce très grand intellectuel d'origine hongroise, cet ami d'Attila Jozsef et de tous les grands esprits du XXème siècle. Nous assurons ses enfants et proches de toute notre sympathie.

Meghalt Fejtő Ferenc
Elhunyt hétfőn Párizsban Fejtő Ferenc magyar történész, újságíró, Kelet-Európa szakértő - közölte a családja. 98 éves volt. Antináci elkötelezettsége miatt börtönbüntetésre ítélték 1938-ban; azóta Párizsban élt. Ám folyamatosan megnyilvánult a magyar belpolitika kérdéseiben is.
hvg.hu

Un article très complet en hongrois sur Origo.hu

Le vélo parisien fait figure d'exemple à Budapest

En Hongrie, la ville de Budapest (1,7 million d'habitants) doit faire face aux embouteillages importants et à la hausse du parc automobile. Résultats : la vitesse moyenne des transports publics n'est que de 15 km/h et la pollution de l'air est préoccupante. Du coup, la mairie cherche des solutions pour remédier à cette situation : elle veut s'inspirer de la politique des transports de Paris, et notamment des efforts faits pour développer le vélo en ville !
Source et suite de l'article sur ecologie.caradisiac.com