lundi 31 janvier 2011

Mondrian / De Stijl au Centre Pompidou jusqu'au 21 mars 2011

"Nouveau monde

Par Alfred Pacquement,
Directeur du musée national d'art moderne

Parmi les avant-gardes européennes, le mouvement De Stijl constitue une clé de lecture pour la compréhension des sources du mouvement moderne au 20e siècle. Malgré le rayonnement artistique de ses acteurs, parmi lesquels ses fondateurs Piet Mondrian, Theo Van Doesburg et Gerrit Rietveld, cette « plate-forme » d'avant garde n'avait jamais fait l'objet d'une grande rétrospective en France. Le Centre Pompidou consacre, à partir du mois de décembre, une exposition inédite à cet instant crucial qui vit naître la modernité à travers les parcours croisés de sa figure magistrale, Mondrian, et du mouvement De Stijl." La suite sur centrepompidou.fr
Belle exposition de l'un des fondateurs de l'abstraction, mais que voit-on également dans cette exposition ? Des oeuvres de Vilmos Huszár, peintre néerlandais d'origine hongroise (Budapest 1884 – Hierden 1960), des photographies de André Kertész et de Rogi André.
Raisons de plus pour aller voir cette exposition, non ?

dimanche 30 janvier 2011

Prochaine soirée des Mardis hongrois de Paris le 1er février 2011 à la brasserie Flam's




La prochaine soirée des Mardis hongrois de Paris aura lieu le 1er février 2011 à partir de 20 h à la Brasserie Flam's, 62, rue des Lombards 75001 Paris Métro Châtelet.

Hongrie: des jeunes vandalisent un cimetière juif

"BUDAPEST, Hongrie - Les forces de l'ordre hongroises ont indiqué que trois adolescents avaient admis avoir vandalisé 75 pierres tombales dans un cimetière juif.

Gabor Biro, un porte-parole de la police, a indiqué à l'agence de presse officielle MTI que chacun des jeunes de 14 et 15 ans avait renversé les pièces de marbre et de granit le 23 janvier dernier pour démontrer sa force physique aux deux autres." La suite sur journalmetro.com

Mi lesz a sorsa az Akácos-udvarnak? Tudósítás a Belső-Erzsébetvárosból

Úgy tűnik, minden folytatódik tovább.
Amit Hunvald György vezetése alatt az előző önkormányzat előkészített, az időzített bombaként működik.

Az Akácfa utca 61. bontási-építési engedélye és a VII. kerületi önkormányzat ehhez kapcsolódó szindikátusi szerződése is egy ilyen eset. Ezek szerint a Pollack Mihály által tervezett földszintes műemlék épület fele elbontásra kerülne és helyére, valamint egy szomszédos háztól (Király utca 57, műemlék) hozzácsatolt kert területének egy részét felhasználva 8 emeletes társasház épülne 40 lakással, kétszintes mély-parkolóval.

A KÖH 2008-ban ezt a műemlék esetében elfogadhatatlan tervet elfogadta (a műemléki törvény például tiltja a műemlékek bontását, ezt csak három esetben engedi. Itt viszont egyik eset sem áll fenn). Ezek szerint csak az utcai oldalon megtartott földszintes részt használnák a továbbiakban nyugdíjasok napközi otthonaként, az eredeti udvar nagyobbik felében, az elbontott rész helyén elhelyezett 40 lakásos társasház mély-parkolóját ezen keresztül közelítenék meg. A hátsó hozzácsatolt kert egy részét is elfoglalná az új 8 emeletes épület valamint az épület kontúrján is túlnyúló mély-parkoló. A jelentős fákkal benőtt kert fáinak így min. 1/3-t vagy felét kivágnák.

A 2008-ban a KÖH által kiadott elsőfokú engedélyt három szomszédos ház lakói ügyfélként megfellebbezték. Ezzel párhuzamosan az ÓVÁS! Egyesület ügyféli bejelentkezését a KÖH elutasította.
Kis változtatásokkal a tervet a KÖH 2010. december 23-án, másodfokon újra elfogadta. Most a háromból, két ház lakói bírósághoz fordulnak.

Az új polgármester a lakóknak ígéretet tett, hogy ezt az építkezést leállítja, és változatlan formában megtartják a műemlék épületet, a körbeépített hangulatos fákkal beültetett udvart, az öregek napközi otthona számára ideális helyet.
Eközben a 2001. január 26. közgyűlés 8. napirendi pontja olyan módon tárgyalta volna az Akácfa 61.-t, ami megerősítette volna az örökölt helyzetet, mondván, hogy bár nem értenek egyet vele, nincs mit tenni.
A dolog szépséghibája mindezen túl, hogy az új polgármester, Vattamány Zsolt feljelentést tett ebben az ügyben az ügyészségen sikkasztás gyanúja miatt, de a vizsgálat még nem zárult le. Itt valóban meg lehetne mutatni, hogy a Hunvald által elkezdett dolgokat nem folytatják, mert ebben az esetben az önkormányzat is tulajdonos maradt, sőt feljelentést is tett. Az előterjesztés mégsem erről szólt. Sajnos a KÖH hozzájárulása az elfogadhatatlan, törvénytelen helyzethez nem segíti az önkormányzatot.

Január 24-én délután 3-kor a lakók az ügyvédjük kíséretében valamint a Szindikátus Egyesület és a Nagydiófa utcaiak képviselői találkoztak a polgármesterrel.
Ennek eredményeként ígéretet kaptak, hogy ezt a témát meggondolásra leveszik a napirendről. A polgármester betartotta szavát.
A veszélyhelyzet azonban továbbra is fennáll, de időt nyertünk.

2011. január 27. ÓVÁS! Egyesület

Részlet a Budáné Juhász Katalin által írt „Utak, utcák, terek és épületek Erzsébetvárosban” című könyvből, melyet az Erzsébetvárosi önkormányzat adott ki 2004-ben

Az Akácfa utca 61. A házat Pollach Mihály építette, akinek a nevét a Nemzeti Múze-um fémjelzi. Jó, hogy itt van 150 éve ez a ház, sokunk örömére.

Az Akácfa utca 61. földszintes ház. Hogy került ide ebbe a belvárosi utcába egy falusi ház -kérdezhetné valaki. A házat Pollack Mihály építette,akinek nevét a Nemzeti Múzeum (1846)fémjelzi. Jó,hogy itt van ez a ház,több mint 150 éve sokunk örömére. Az építtető Eichhorn Ferdinánd volt. 21 év elteltével is Pollack bővítette a házat,udvari tol- dalékkal. Ekkor már Wohltran János rendelte meg az építést. Ma Szociális Szolgáltató Köz- pont muködik a házban. A felújított épület a XXI. században is jól megfelel céljainak. Az alag- sori helyiségekben kiállításokat rendeznek,a ház udvarán pedig nyaranta színházi előadásokat tartanak. Ez az "Akácos udvar " belopta magát az erzsébetvárosiak és a fővárosiak szívébe

Az Akácfa utca 61-ben ma Szociális Szolgáltató Központ működik. A ház Akácos udvara.

L’horreur par les mots

"SAINT-AUBIN-DE-MÉDOC RENCONTRE Des collégiens de 3e ont échangé avec Élisabeth, rescapée des camps de la mort.

« Je suis contente de partager le souvenir des miens avec vous tous, c'est ma consolation », c'est par cette phrase toute simple qu'Élisabeth Sentuc a terminé la conversation de près de deux heures avec les 165 élèves de troisième du collège Léonard de Vinci.

Lundi c'était la sixième rencontre entre le collège et une des dernières survivantes en Aquitaine d’une des plus tragiques pages de notre histoire. Élisabeth Sentuc a témoigné de son adolescence en Hongrie au début de la guerre, de la montée du nazisme et de son internement au camp d'Auschwitz." La suite sur sudouest.fr

samedi 29 janvier 2011

La Hongrie au salon International de l'Agriculture

La Hongrie sera présente au Salon International de l'Agriculture qui aura lieu à Paris Porte de Versailles du 19 au 27 février 2011. Un comptoir des produits hongrois, un restaurant hongrois, les dégustations et des animations gastronomiques vous attendent dans le hall 3 Allée B Stand 109-110; dans le Hall 4 vous pouvez admirer des chevaux hongrois et des présentations équestres.
La liste des exposants

CBA Kereskedelmi KFT

Après des tensions, la Slovaquie et la Hongrie se concentrent sur l'économie

"BRATISLAVA - La Slovaquie et la Hongrie concentrent désormais leurs relations, historiquement difficiles, autour de la coopération économique, ont indiqué vendredi les Premiers ministres de ces pays voisins.

La chef du gouvernement slovaque Iveta Radicova et son homologue hongrois Viktor Orban ont signé à Bratislava un accord sur la construction d'un gazoduc destiné à connecter leurs réseaux de distribution de gaz.

"Cet accord est une partie importante de la stratégie de sécurité énergétique de l'Union européenne", a déclaré Mme Radicova après la signature." La suite sur romandie.com

vendredi 28 janvier 2011

La Hongrie, mauvais élève dans la traque de ses nazis

"En marge des commémorations de l'Holocauste aujourd'hui, il y a les moyens réels que les pays concernés veulent bien se donner pour punir leurs responsables. A ce niveau-là, il faut bien dire que la Hongrie est loin d'exceller, puisqu'elle abrite encore à notre connaissance, et ce en toute quiétude à Budapest, Sandor Képiro, le nazi n°1 recherché par les services Israéliens." La suite sur hu-lala.org

Hongrie: plusieurs milliers de manifestants contre la loi sur les médias

"Environ 7.000 manifestants ont réclamé jeudi soir à Budapest le retrait de la loi controversée sur les médias, que le gouvernement du conservateur Viktor Orban s'est engagé à modifier après une salve de critiques internationales.

La mobilisation, organisée via internet, a été plus faible que lors d'une précédente marche le 14 janvier, qui avait rassemblé environ 10.000 personnes. Ce jeudi, quatre autres cortèges ont été recensés dans des villes de province.

A Budapest, des représentants des ONG de défense des droits de l'homme, Amnesty International, et de l'Union hongroise pour les libertés civiles ont pris la parole pendant le rassemblement." Las suite sur france24.com

jeudi 27 janvier 2011

Récital de Ferenc Vizi 5 février à 15h Théâtre de la Ville


Théâtre de la Ville, 2, place du Châtelet, Paris 4

Virtuose et poète…
Voici un récital dont l’originalité n’est pas vaine. C’est un lieu commun de dire que les grands virtuoses se reconnaissent d’abord à une simple gamme mozartienne – et que la dimension mozartienne se retrouve avec eux dans le trait le plus diabolique d’une étude de Liszt par exemple. En inversant l’ordre habituel des choses, Ferenc Vizi prend le risque de la voie étroite qui peut aussi être la plus gratifiante. Ombres et éclairs virtuoses – dont Appassionata des Études d’exécution transcendante, un chef-d’oeuvre trop méconnu – de Liszt et Brahms offrent un gigantesque prélude à la plus solaire et peut-être la plus parfaite des sonates de Mozart. Il y a de cela cinq ans, le pianiste roumain nous avait impressionnés en jouant dans le même esprit les Sonates en si bémol de Mozart et en si mineur de Liszt. Gageons que le chemin inverse sera encore plus passionnant.
Théo Belau





Comment réserver

Par téléphone
01.42.74.22.77 : du lundi au samedi de 11h à 19h

Par Internet
www.theatredelaville-paris.com

Aux caisses
Théâtre de la Ville :
2 place du Châtelet Paris 4
Caisses ouvertes du mardi au samedi de 11h à 20h (lundi de 11h à 19h) ; fermeture à 19h les jours de relâche

Les Abbesses :
31 rue des Abbesses Paris 18
Caisses ouvertes du mardi au samedi de 17h à 20h ; fermeture à 19h les jours de relâche

Récital de János Balázs Saison Liszt concert 3 février à 20h - Institut hongrois de Paris

I - Préludes

« Liszt est comme l’arc-en-ciel né de la dispersion chromatique de son génie dans le ciel des lumières musicales de son temps. Il serait né la nuit du passage de la grande comète ; nul doute qu’il en conservera la trace qui l’aidera à lancer son “javelot dans les espaces indéfinis de l’avenir”. A travers son art, il poudroiera infiniment pour tous les compositeurs à sa suite. »

(Jean-Yves Clément)

Programme :
Liszt : Waldesrauchen
Gnomenreigen
Un sospiro
Etudes de Transcendante No. 1, 2, 5, 8, 10, 12
Etudes De Paganini no. 2
Etudes De Paganini no. 3 ( La campanella)

Entrée : 10 / 7 €

Institut Hongrois de Paris, 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Tél. : 01 43 26 06 44
Métro: Saint-Sulpice ou Mabillon
Bus: 58, 84, 89
info@instituthongrois.fr
http://www.instituthongrois.fr/

Littérature Bourse des traductions 2 février à 19h30 Institut hongrois de Paris

L'Institut hongrois de Paris propose souvent des programmes littéraires pour faire la publicité de la littérature hongroise. Mais on a tendance à oublier que les oeuvres littéraires sont traduites et que derrière un texte se cache toujours un traducteur.

Nous souhaitons cette fois donner carte blanche aux traducteurs qui pourront présenter leur travail à un public de professionnels, mais également à tous ceux qui s'intéressent aux nouveautés littéraires. Nous souhaitons aussi encourager les éditeurs à venir découvrir des oeuvres inconnues ou méconnues, traduites par les meilleurs du métier.

Au programme :
- La situation actuelle de la subvention des éditions à l’étranger – conférence de Dóra Károlyi, directrice de la Fondation du Livre Hongrois
- Nouveautés littéraires en Hongrie – présentation d’œuvres littéraires récentes dignes d’intérêt international
- « Traductions recherchent éditeur » – les traducteurs proposent aux éditeurs des textes inédits ou des œuvres à traduire

Entrée libre

Face à la Hongrie d'Orban - L'abdication de l'Europe

"Viktor Orban, le nouveau maître de la Hongrie, n'est pas n'importe qui : il voit les choses en grand et ne recule pas devant un vrai nettoyage par le vide des valeurs issues de l'après-guerre. L'attaque contre la liberté de la presse est sans nuances : le gouvernement dispose désormais de tous les moyens de contrôler et de censurer l'information, de surveiller et de punir les journalistes, de ruiner et de faire disparaître les journaux qui n'ont pas l'heur de plaire. Cette mise au pas de l'information s'inscrit dans un vaste programme aux relents inquiétants : remise en cause du contrôle de constitutionnalité par une autorité indépendante, spoliation massive de l'épargne privée investie dans les fonds de retraite, institution d'une fiscalité discriminatoire au détriment des firmes étrangères, réaffirmation de l'appartenance à la nation magyare des populations hongroises de Roumanie et d'ailleurs. L'ombre du régent Horthy plane sur le gouvernement de Budapest." La suite sur lexpansion.com

La Slovaquie modifie sa loi controversée sur la double citoyenneté

"Le gouvernement slovaque de Mme Iveta Radicova a annoncé mercredi à Bratislava avoir approuvé un amendement modifiant la loi controversée sur la double citoyenneté, pomme de discorde depuis l'an dernier entre la Slovaquie et la Hongrie." La suite sur levif.be

mercredi 26 janvier 2011

Exposition "Chemins romantiques" et danses folkloriques le mardi 8 février 2011 à l'UNESCO

Madame, Monsieur,

La Délégation permanente de Hongrie a le plaisir de vous inviter au vernissage de l’exposition “Chemins romantiques” qui aura lieu le mardi 8 février 2011, à 18h30 dans la salle Miró. Cette exposition présentera les peintures de cinq femmes Rom hongroises. Présentée par Peter Szuhay, conservateur au Musée d’ethnologie de Budapest. Cet événement sera l’occasion de découvrir la culture et la création artistique des Gens du voyage.

Ce vernissage sera suivi d’une soirée de danses et de musiques folkloriques hongroises.

La “Rhapsodie Hongroise” aura lieu à 19h30 dans la salle I.

Ce spectacle, dirigé par Gábor Mihályi, sera l’occasion de découvrir les danses et les musiques traditionnelles hongroises interprétés par l’Ensemble folklorique national de Hongrie. Des traditions roumaines, slovaques et bohémiennes seront aussi représentées pour illustrer la diversité culturelle et ethnique de cette région de l’Europe.

Les invitations officielles et le programme vous seront envoyés.

Réservez vos places á l’avance svp! m.kepviselet.hu@unesco-delegations.org

Au plaisir de vous revoir,

Cordialement,

Katalin Bogyay

Ambassadeur, Déléguée permanente

de la République de Hongrie

auprès de l’UNESCO.


Les Roms, histoire d’une persécution

A l'invitation de Jacques Boutault, la photographe Ana Dumitrescu expose du mardi 8 au samedi 26 février son reportage « Portraits de survivants : histoire d'une déportation Rrom » à la mairie du 2e.

En 1942, en Roumanie, sur ordre du général Antonescu, des milliers de Roms ont été envoyés à la mort en Transnistrie. Ils appellent cette déportation le Bug, comme le fleuve traversé à pied pour arriver dans le néant. Quelques-uns en sont revenus et racontent. A travers, leurs yeux, on revit la faim, le froid, le typhus, la mort et surtout la peur.

Lors du vernissage de l'exposition, le jeudi 10 février, Ana Dumitrescu présente son travail accompagnée d'une lecture par l'Atelier L'ire et du duo musical : Djaïma, chanteuse bulgare et violoniste tzigane, et Karsten, violoncelliste.

Le film d'Alain Keler « Parias, les Roms en Europe » est projeté le jeudi 17 février, à la mairie.
Cette projection est suivie d'un débat sur le Mouvement actuel des Rroms, avec Jean-Pierre Dacheux, philosophe, auteur du livre Roms de France, Roms de France ; Michel Févre, membre actif du Collectif national droits de l'Homme ROMEUROPE et responsable du Collectif pour le droit à l'éducation des enfants roms ; Saïmir Mile, président de La voix des Rroms et Laurent El Ghozi, président de la FNASAT (Fédération Nationale des Associations Solidaires avec les Tsiganes et les gens du voyage).

Exposition
Du mardi 8 au samedi 26 février
aux horaires d'ouverture de la mairie

Vernissage et animations artistiques

Jeudi 10 février 2011 à 18h30

Projection-débat

Jeudi 17 février à 18h30

Entrée libre et gratuite


Mairie du 2e

8, rue de la banque
75002 Paris
Métro : Bourse

Source : Mairie du 2ème Paris

Cirkusz-KA Jeudi 27 janvier 2011 à 21h00 au Satellit Café


Satellit Café 44, rue de la Folie Méricourt - 75011 Paris
TANGO / BOSSA NOVA

Sur scène, Cirkusz-KA est un étonnant mélange musical : profondeur lyrique et superficialité se mêlent à l'ironie hongroise pour notre plus grand plaisir. Avec des airs de bossa nova envoûtants ou des chansons sur fond de tango, la formation est sur les routes depuis l'automne de 2oo9, exportant la musique hongroise dans plusieurs pays européens. Le groupe se produit à la fois dans des petits cafés et dans des grands clubs (Berlin, Paris, Budapest), jouant dans la rue (Ljubjana) ou dans des festivals de musique de rue (Ferrara, Wroclaw, Brzeg, Zielona Gora). Le trio est invité pour la première fois à Paris sur la scène World du Satellit café.

www.cirkuszka.com
www.myspace.com/alboradaduo

Entrée : 10 / 8 €

Cirkusz-KA à la Bellevilloise le 26 janvier 2011 à 20 h


ce soir à la bellevilloise

musique et bouffe hongroise!!!

Tango de Budapest, chansons de cirque qui ne se prennent pas au sérieux, La Belle au Bois Dormant et Gregor Samsa entonnent un air.
La musique de Cirkusz-KA nous livre des chansons douces-amères en provenance directe de Hongrie. L'expérience scénique est vivement recommandée.

http://www.myspace.com/alboradaduo

http://www.labellevilloise.com/programmation.htm#e2695

András Schiff au Théâtre des Champs-Elysées mardi 1er février 2011 à 20 h


PROGRAMME :

Schubert :
Six Moments musicaux D. 780,
Quatre Impromptus D. 899
Trois Klavierstücke D. 946, Quatre Impromptus D. 935

Entrée : 5 - 65 €

Théâtre des Champs-Elysées : 15 avenue Montaigne 75008 Paris

Soirée des Mardis hongrois le 25 janvier 2011 autour de l'ouvrage "Yiddishland"








Sophie Kepes, écrivain, traductrice et les Mardis hongrois de Paris ont présenté "Sur les traces du Yiddishland - Un pays sans frontières" en présence de l'auteur, Alain Guillemoles, journaliste au quotidien La Croix, spécialiste de l’Europe centrale et de l’ex-URSS et la participation de Maryla Laurent-Zielinska qui est actuellement titulaire de la chaire de langue et littérature polonaises à l’Université Charles de Gaulle-Lille 3 et expert auprès de la commission de la culture du Conseil de l’Europe.
Merci à tous pour cette soirée de débats très enrichissants où une trentaine de participants étaient venus écouter, dans l'ambiance un peu bruyante d'une brasserie, le témoignage d'Alain Guillemoles. Alain a fait là un très beau travail de journaliste, honnête et exigeant. L'animation était assurée par Sophie Kepes tandis que Maryla Laurent-Zielinska apportait une parole experte sur le sujet.

mardi 25 janvier 2011

Protégez les philosophes! - Schützt die Philosophen!

Appel de Habermas et Nida-Rümelin

Aufruf von Habermas und Nida-Rümelin
"Wir machen uns Sorgen": Philosoph Jürgen Habermas und der ehemalige Kultur-Staatsminister Julian Nida-Rümelin warnen vor Ungarns Umgang mit missliebigen Regimekritikern - und sprechen vom "Skandal im Skandal".
Wir machen uns Sorgen um das politische und berufliche Schicksal ungarischer Kollegen. Im Mittelpunkt des Konflikts stehen Agnes Heller, Mihály Vajda und Sándor Radnóti, die den Ministerpräsidenten Orbán wegen der Einführung des fragwürdigen Mediengesetzes öffentlich kritisiert haben. Heller und Vajda wurden schon während der kommunistischen Herrschaft als Dissidenten verfolgt. Sie verloren 1973 ihre Professuren und mussten 1977 emigrieren. Nun sind sie unter der nationalistischen Regierung, die ihre Zweidrittelmehrheit im Parlament zur Aushöhlung der Verfassung nutzt, erneut politischen Schikanen ausgesetzt. Die regierungstreue Presse hetzt gegen einen um diese Personen unbestimmt erweiterten "Kreis liberaler Philosophen", wobei der Ausdruck "liberal" inzwischen wieder mit der Konnotation der vaterlandslos-kosmopolitischen Gesinnung jüdischer Intellektueller besetzt ist." La suite sur sueddeutsche.de

Lire aussi sur le même sujet, l'article en hongrois sur hvg.hu

"A Süddeutsche Zeitung cikke a magyarországi „nagy tisztogatásról”
A Süddeutsche Zeitung "A nagy tisztogatás" címmel közölt cikket kedden tárcarovatában a magyar szellemi-kulturális életben zajló személyi változásokról. A lap külön keretes írásban tette közzé a Német Filozófiai Társaság elnökének, Julian Nida-Rümelinnek, és tiszteletbeli tagjának, Jürgen Habermasnak a felhívását a megtámadott magyar filozófusok védelmében." La suite sur hvg.hu

Loi sur les médias: Bruxelles donne deux semaines à Budapest pour s'amender

"La Commission européenne a donné par courrier deux semaines à la Hongrie pour s'engager à changer sa loi controversée sur les médias sous peine d'une éventuelle procédure d'infraction au traité de l'UE mais aussi, et c'est nouveau, à sa Charte des droits fondamentaux.

Dans une lettre envoyée en fin de semaine dernière au gouvernement hongrois, dont l'AFP a obtenu copie lundi, la commissaire européenne chargée du dossier, Neelie Kroes, estime qu'après examen, ses services ont des "doutes sérieux" quant à la conformité de la loi avec la législation européenne." La suite sur lepoint.fr

Isabelle Aubret au Palais des Sports de Paris les 18 et 19 mai 2011 avec l'Orchestre national de Debrecen

lundi 24 janvier 2011

Impressionant : la carte mondiale des catastrophes et accidents en temps réel

"Epidémies, tremblements de terre, ouragans, tsunamis, inondations, accidents industriels et chimiques, grippes et même accidents de la route, tout y passe et est consigné sur la carte des catastrophes mondiale en... temps réel !

Publié par le site internet édité par RSOE, un service hongrois d’information sur les catastrophes et désastres, vous pouvez suivre en direct tout ce qui se passe sur la planète et en direct ! On a même droit à une description complète et précise de chaque évènement !" La suite sur lepost.fr
Voir la carte sur hisz.rsoe.hu

Cinq philosophes victimes d'une campagne de calomnie orchestrée par la presse de droite

"La vérité n'est pas intéressante, la souillure est le principe directeur."
György Gábor à propos des procès faits aux philosophes.

Selon les accusations de Gyula Budai, commissaire aux comptes du gouvernement, et d'une série d'articles de Magyar Nemzet ("Nation hongroise", journal de droite) Ágnes Heller, Sándor Radnóti, Mihály Vajda, Kornél Steiger, György Geréby et György Gábor, "philosophes libéraux" ont détourné près d'un demi milliard de forints (environ 1,8 million d'euros) d'argent public à l'Office national de la recherche et de la technologie lors de l'exercice budgétaire du précédent gouvernement.
La police enquête, les personnalités incriminées rejettent l'accusation et démentent.
Nous avons discuté des concours, de la vengeance et de la liberté de pensée, avec György Gábor, philosophe des religions.

Une interview de Márk Aszódi en langue hongroise sur revizoronline.com

***********

„AZ IGAZSÁG NEM ÉRDEKES, A BESÁROZÁS A VEZÉRELV” Gábor György a filozófusperekről
2011.01.23.

A Magyar Nemzet cikksorozatának vádjai szerint Heller Ágnes, Radnóti Sándor, Vajda Mihály, Steiger Kornél, Geréby György és Gábor György „liberális filozófusok” közel félmilliárd forint közpénzt „talicskáztak ki” a Nemzeti Kutatási és Technológiai Hivataltól az előző ciklusban. ASZÓDI MÁRK INTERJÚJA.

Budai Gyula elszámoltatási kormánybiztos és a Magyar Nemzet két hete tartó cikksorozatának vádjai szerint Heller Ágnes, Radnóti Sándor, Vajda Mihály, Steiger Kornél, Geréby György és Gábor György „liberális filozófusok” mintegy félmilliárd forint közpénzt „talicskáztak ki” a Nemzeti Kutatási és Technológiai Hivataltól pályázataikkal az előző kormány idején. A rendőrség nyomoz, a hírbe hozottak mindegyike visszautasít és cáfol. Gábor György vallásfilozófussal beszélgettünk pályázatokról, bosszúról és a gondolkodás szabadságáról." La suite sur revizoronline.com

Des concerts et de nombreux évènements pour fêter le bicentenaire de la naissance de Franz Liszt

"Le musicien hongrois Franz Liszt sera à l’honneur en France tout au long de l’année. Concerts, colloques, festivals ou encore albums célèbreront le bicentenaire de sa naissance. Le coup d’envoi de l’année Liszt a été donné cette semaine dans les salons Erard à Paris par Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la Communication." La suite sur nouvelobs.com

dimanche 23 janvier 2011

Présentation du livre d'Alain Guillemoles - Sur les traces du Yiddishland - Un pays sans frontières


Soirée des Mardis hongrois de Paris
le 25 janvier 2011 à partir de 20 heures
Brasserie Flam's, 62, rue des Lombards 75001 Paris


Sophie Kepes, écrivain, traductrice
et les Mardis hongrois de Paris
vous invitent à la Présentation du livre
"Sur les traces du Yiddishland - Un pays sans frontières"

en présence de l'auteur, Alain Guillemoles, journaliste au quotidien La Croix, spécialiste de l’Europe centrale et de l’ex-URSS. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont, aux éditions Les petits matins, Même la neige était orange. La révolution ukrainienne (2005) et Gazprom, le nouvel empire (2008), avec Alla Lazareva,

et la participation de Maryla Laurent-Zielinska qui est actuellement titulaire de la chaire de langue et littérature polonaises à l’Université Charles de Gaulle-Lille 3 et expert auprès de la commission de la culture du Conseil de l’Europe. En marge de son travail d’enseignante et de chercheuse, elle a une importante activité de traductrice.

******************
En quelques mots
L'auteur parcourt l'Europe centrale à la recherche du Yiddishland perdu. Il raconte ce qu'il reste des communautés juives et comment l'on s'y souvient de leur âge d'or, avant la Seconde Guerre mondiale.

Le livre
On l’appelait le Yiddishland. Au centre de l’Europe, à cheval sur la Pologne, la Lituanie, l’Ukraine, la Roumanie et la Hongrie, ce continent n’ayant ni centre ni vrais contours était peuplé de plus de onze millions de Juifs.
Avant la Seconde Guerre mondiale, ils formaient des minorités importantes et bien établies. Puis ce continent à disparu, comme l’Atlantide. Aujourd’hui, que reste-t-il des communautés juives dans ces pays ? Comment y conserve-t-on le souvenir de leur présence ? Quel regard porte-t-on sur leur disparition ? Si des résidus d’antisémitisme subsistent, on ressent aussi de la nostalgie, de la curiosité et même une certaine idéalisation de ce passé. Ce livre est le récit d’un voyage sur les routes du Yiddishland d’aujourd’hui, à la recherche de ce qu’il en reste et de ceux qui tentent de le faire renaître ou, tout au moins, d’en perpétuer la mémoire.

« Ce livre est une tentative de cheminer sur des routes à demi-effacées. Il est une collection de fragments, d’impressions, de traces arrachées au néant. » L'auteur a ainsi enquêté à travers la Lituanie, la Pologne, en passant par l'Ukraine ou la France, à la recherche des vestiges de cette civilisation.

Le texte est illustré par une centaine d'images prises pas l’auteur.

Contact
Les Petits matins : Macha Dvinina • 01 43 48 77 27 • macha@lespetitsmatins.com
31, rue Faidherbe • 75011 Paris • www.lespetitsmatins.fr

samedi 22 janvier 2011

Le guide Budapest Petit futé nouveau est arrivé!


La mise à jour du guide Budapest (www.petitfute.com) est désormais en vente dans les librairies de France et de Navarre (soit au Luxembourg, en Suisse, au Québec). Selon certaines sources bien informées, c'est le meilleur guide du marché (!)
La preuve ? Reportez vous à la page 240 ou à la page 245 où les Mardis hongrois de Paris figurent en bonne place. Il s'agit, à n'en pas douter, du meilleur guide existant sur le marché, le plus à jour, le mieux documenté!! [Publicité gratuite NDLR]
Blague à part, pour l'avoir un peu feuilleté, je l'ai trouvé très riche sur tous les plans et très à jour et il me donnerait envie d'aller faire un tour à Budapest pour y découvrir les bons plans et les bonnes adresses indiquées.
J.P.F.

Loi hongroise des médias: Bruxelles demande des "clarifications" à Budapest

"La Commission européenne a envoyé vendredi comme annoncé une lettre au gouvernement hongrois lui demandant des "clarifications" sur plusieurs points de sa récente loi controversée sur les médias, a annoncé un porte-parole.

"La commissaire européenne chargée des télécommunications, Neelie Kroes, vient d'envoyer une lettre en ce sens au Premier ministre adjoint Tibor Navracsics", a indiqué Jonathan Todd à l'AFP.

Mardi, le président de la Commission José Manuel Barroso avait annoncé l'envoi prochain d'une lettre à Budapest, en évoquant les "inquiétudes" soulevées par la loi hongroise sur les médias.

Dès lundi soir, Mme Kroes avait répété devant les eurodéputés à Strasbourg qu'un certain nombre de points dans ce texte de loi ne "semblaient pas satisfaisants à première vue"." La suite sur lemonde.fr

vendredi 21 janvier 2011

Loi sur les médias en Hongrie: l'UE lance un ultimatum à Budapest

"La Commission européenne a mis en demeure la Hongrie de démontrer dans un délai de deux semaines que sa loi contestée sur les médias est conforme à la législation européenne, a annoncé vendredi un porte-parole de la Commission.

"Je confirme que la Hongrie dispose de deux semaines pour répondre; passé ce délai, nous nous réservons le droit d'entamer une procédure d'infraction", a dit Jonathan Todd à l'agence Reuters." La suite sur 20minutes.fr

Gyula Budai (commissaire gouvernemental aux comptes) a déposé de nouvelles plaintes contre des philosophes

Gyula Budai (commissaire gouvernemental aux comptes) a déposé de nouvelles plaintes auprès de la police contre les philosophes Mihály Vajda et Agnès Heller dans l'affaire des concours en philosophie.
*******
"Újabb feljelentést tett Budai Gyula a filozófuspályázatok ügyében
Két újabb filozófuspályázat ügyében tett feljelentést a rendőrségen az elszámoltatási kormánybiztos pénteken. Budai Gyula az MTI-nek azt mondta: a Magyar Nemzet tényfeltáró írásai alapján döntött úgy, hogy bekéri annak az öt pályázatnak a dokumentációját, amely a Nemzeti Kutatási és Technológiai Hivatal (NKTH) által kiírt felhívásokon nyert. Ezek közül pénteken kettő ügyében tett a Budapesti Rendőr-főkapitányságon ismertetlen tettes ellen büntetőfeljelentést jogosulatlan gazdasági előny megszerzése és hűtlen kezelés gyanúja miatt. A két pályázat közül az egyik projektvezetője Vajda Mihály, a másiké pedig Heller Ágnes volt - ismertette a kormánybiztos." La suite sur mti.hu

Hongrie : Orbán cible les philosophes

"Une campagne antisémite relayée par les médias proches du pouvoir attaque cinq intellectuels.
C’est une manière de lâcher du lest. La controversée législation sur les médias adoptée par la droite populiste de Viktor Orbán est entrée en vigueur le 1er janvier, mais elle ne s’appliquera à la presse écrite qu’à partir du 1er juillet… lorsque la Hongrie, une fois son mandat achevé à la tête de l'Union européenne, ne sera plus sous les feux des projecteurs. Cette concession apparente permet aux médias proches du Premier ministre hongrois de violer sans vergogne les principes édictés par sa propre majorité. La nouvelle législation précise que le contenu des médias "ne doit pas inciter à la haine contre les personnes, les nations, les communautés, les minorités nationales, ethniques, linguistiques ou autres, ni contre une majorité, une église ou un groupe religieux." Un thème cher à la droite populiste. Un thème qui a permis à Orbán de remporter les élections en 2010..." La suite sur liberation.fr

jeudi 20 janvier 2011

Lívia Vajda vient de mourir

Nous apprenons par Péter Gábor, graphiste qui l'a très bien connue, le décès survenu le mardi 18 janvier de Lívia Vajda.

Livia Vajda est née en Hongrie, à Nyiregyhaza. Ses études de dessin, à Budapest sont interrompues par l’occupation allemande. Elle est alors déportée à Auschwitz puis libérée à Ravensbrück…En 1947 elle s’installe à Paris où elle exerce de nombreux métiers alimentaires. Elle se marie, en 1948, dans le 19ème arrondissement, et sa fille naît un an plus tard. En 1958, elle divorce. Dans son atelier, proche du Pont-Neuf, d’où l’on aperçoit un petit triangle de Seine, défilent peintres, sculpteurs, écrivains et poètes. Ce sont les années soixante et la vie de bohème.
Ce perchoir, sous verrière, est situé au huitième étage sans ascenseur. L’hiver on gèle, l’été on cuit. Descendre et monter les toiles entretient le cœur et les mollets.
Dès 1963, une galerie du 6ème arrondissement expose ses toiles. Elle continue par la Normandie, en passant par la Lorraine (Metz). Parallèlement, elle entame une carrière belge. Elle s’installe rue des Plantes à Paris, puis sur les Grands Boulevards, dans un duplex, au-dessus des paulownias mauves. En 1966, elle expose au musée de l’Athénée à Genève ; en 1972, l’Etat belge fait l’acquisition d’une de ses huiles. En 1975, la ville de Malines, en Belgique, organise une rétrospective de ses œuvres. Puis c’est au tour de la ville de Bruxelles de lui consacrer une rétrospective, à l’Hôtel de Ville. Elle s’installe alors un atelier dans cette ville en 1992…Elle expose en Australie et aux Etats-Unis. La presse, en France comme en Belgique, la suit fidèlement. Outre le chevalet chaque matin, et le piano pour le délassement et la mémoire, Livia Vajda anime des ateliers de peinture pour les enfants ou certains adultes. Aujourd’hui elle peint à nouveau à Paris au bord du Bassin de la Villette, et expose en Hongrie...
Sur son itinéraire on peut consulter une plaquette, des films, des interviews filmées.
Source :
Le site de Lívia Vajda


VAJDA Lívia festő
(Nyíregyháza,1929 - Párizs,2011)

Amikor a négygyermekes textilkereskedő családban született, ábrándozásra hajlamos Lívia 14 évesen rajzával első díjat nyert egy városi versenyen, a szülők, a családi üzletben elsajátítható kereskedői pálya helyett amellett döntöttek, hogy lányukat Budapestre küldik divatrajzot tanulni. Vajda Lívia a budapesti Atelier-iskolába került, ahol megismerkedett, és életre szóló barátságot kötött két, később szintén Franciaországba emigrált művésszel, Székely Péterrel és Balkányi Zsuzsával. Tanulmányait félbeszakította a háború, és Auschwitz-ba deportálták. Életét annak köszönhette, hogy mivel jól beszélt németül, írnoki feladatot is ellátott, így társainál némileg előnyösebb helyzetbe került. Gótbetűs szépírással kellett naponta feljegyeznie a gázba küldött, főbelőtt vagy egyéb módon elpusztult rabok precíz listáját. A felszabadulás után huzamosabb ideig kórházban ápolták, majd felépülése után, anélkül, hogy visszatért volna Magyarországra, 1947-ben Párizsba jött. Súlyos depresszióját hosszú ideig dr. Citrom Pál kezelte az Épinay-sur Seine-i pszichiátriai intézetben, de gyógyulásában meghatározó szerepe volt a festészetnek is. « Azt, hogy ma normális életet tudok élni, a festészetnek köszönhetem, az szabadított fel.»
Festményein az élet örömteli pillanatainak élénk színeket gazdagon alkalmazó ábrázolásával igyekezett diadalmaskodni a vissza-visszatérő rémképek felett. A tánc, az esküvő, a csendélet témaválasztásával is arra törekedett, hogy az élet szép és kellemes oldalát helyezze előtérbe. Képein sokszor idézi fel a magyar falvakat, táncokat, és színhasználatában a különböző tájegységek magyar népművészetét is. Ezért is írhatta egyik hozzá írt versében barátja, az ismert belga dalszerző és énekes, Paul Louka: «Lívia Szivárványanya, a Magyarországról jövő szivárványt nyújtod nekünk.... »
Mielőtt minden idejét a festészetnek szentelhette volna, az évek során tizenhét féle foglalkozásból tartotta fenn magát. 1963-ban részt vett a Salon des Indépendant-on, és ugyanabban az évben, a párizsi Galerie Chassaing-ben sor került első önálló bemutatkozására is. 1964-ben Brüsszelben, a Galerie Vendôme-ban mutatkozott be, majd 1966-ban a genfi Musée de l’Athenée-ben. Több éven keresztül a Galerie des Orfèvres művészei közé tartozott.1972-ben a belga állam megvásárolta egyik festményét, 1988-ban pedig a brüsszeli Hôtel de Ville-ben (Stadhuis van Brussel) rendeztek retrospektív kiállítást munkáiból. Belgiumhoz fűződő, egyre szorosabbá váló kapcsolata arra a döntésre juttatta, hogy 1991-ben Brüsszelbe költözzön, ahol azután tizenhárom éven át dolgozott, és számos tárlaton vett részt.
Az alkotói munka mellett jelentős oktatói tevékenységet is kifejtett, és több, főleg hátrányos helyzetű fiataloknak szóló képzőművészeti műhelyt vezetett. 2002-ben a belgiumi Château du Karreveldben, Images.... Imaginations... címmel, nagyszabású kiállításon mutatták be Vajda Lívia és iskoláskorú, bevándorló családokból származó tanítványainak festményeit. 1996-ban Elie Rabinovitch, belga rendező 20 perces portréfilmet készített róla. Élete utolsó éveiben Magyarországon is többször kiàllított. 2004 óta újra Párizsban élt.

Julia Cserba, critique d'art

Le site de Lívia Vajda

Orban enflamme le Parlement européen

"Le premier ministre hongrois, à la présidence de l'Union, défend pied à pied sa «révolution magyare».
Enceinte du consensus et d'une bonne conscience parfois débordante, le Parlement européen n'avait pas vécu depuis longtemps des heures aussi électriques. Avec l'aisance d'un tribun et un appétit insatiable pour la polémique, le premier ministre hongrois Viktor Orban a réussi mercredi à fédérer toute la droite, en même temps qu'il dressait contre lui une gauche ressoudée, un clivage idéologique plutôt rare dans l'hémicycle strasbourgeois." La suite sur lefigaro.fr

Rhapsodie hongroise - Spectacle et "Táncház" Mercredi 09 février 2011 à 19h30 Institut hongrois de Paris

Photo: Gábor Dusa

Rhapsodie hongroise - représentation de l'Ensemble National Folklorique de Hongrie
Spectacle (40min.) et "Táncház" ( 2x 30min.)

La rhapsodie est une composition de style libre caractérisée par le vague des passions des pensées et des émotions.

La pièce "Rhapsodie hongroise" s'inspire des traditions musicales propres à son style. Des images dynamiques se suivent décrivant les diverses traditions culturelles des paysans du bassin des Carpates : l'acrobatie des hommes, le lyrisme des femmes, la virtuosité des danses. Les plus belles chansons de la culture paysanne apparaissent sous la forme d'un solo de bravoure, d'une suite de danses ou encore d'un jeu d'orchestre.

Le spectacle est une sélection thématique des chorégraphies créées à l'atelier du groupe.

Le spectacle sera suivi d'une "táncház" (atelier de danse traditionnelle).

Organisée en coopération avec la Délégation permanente de la République de Hongrie auprès de l'UNESCO.

Entrée: 5 / 3 €

Institut Hongrois de Paris, 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Tél. : 01 43 26 06 44
Métro: Saint-Sulpice ou Mabillon
Bus: 58, 84, 89
info@instituthongrois.fr
http://www.instituthongrois.fr/

Danse - Thérapie de Groupe - Compagnie Yvette Bozsik 28 janvier 2011 à 20h Institut hongrois de Paris


Danseurs : Tímea Fülöp, Samantha Kettle, Dóra Hasznos, Szabolcs Gombai, Tamás Vati et Szabolcs Vislóczky
Lumière et espace : József Pető
Video : Erik Novák
Assistante chorégraphe : Alíz Krausz
Costumes et chorégraphie : Yvette Bozsik

Fruit de plusieurs séances de thérapie de groupe ayant eu lieu durant les répétitions et soigneusement filmées, le spectacle nous plonge dans la psychologie des danseurs. Contraints de se regarder en face, les six membres de la Compagnie Yvette Bozsik se dévoilent devant nos yeux et apprennent à se retrouver eux-mêmes.

Yvette Bozsik
Née en 1968 à Szolnok, elle fait des études de ballet classique à l’Institut de ballet de Budapest de 1978 à 1988. Parallèlement à ses études et à sa carrière de danseuse au Théâtre de l’Opérette de Budapest entre 1988 et 1992, elle participe régulièrement à des projets avant-gardistes indépendants. En 1993, elle fonde la Compagnie Yvette Bozsik et débute une collaboration avec le Théâtre József Katona (Budapest) en tant que metteuse en scène et chorégraphe. Lauréate de la Croix d'Officier de l'Ordre national du Mérite de Hongrie (2005), elle dirige depuis 2009 le département de chorégraphie à l’Académie de danse de Budapest.

Inscription recommandée : accueil@instituthongrois.fr
Entrée : 5 / 3 €


Institut Hongrois de Paris, 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Tél. : 01 43 26 06 44
Métro: Saint-Sulpice ou Mabillon
Bus: 58, 84, 89
info@instituthongrois.fr
http://www.instituthongrois.fr/

La naissance du musée Les Esterházy, Princes collectionneurs 26 janvier 2011 - 29 mai 2011 Pinacothèque de Paris


Pour l’inauguration de ses nouveaux espaces, la Pinacothèque de Paris organise une exposition exceptionnelle autour d’un thème majeur : la naissance d’un musée. Du 26 janvier au 29 mai 2011, la Pinacothèque de Paris présentera ainsi les chefs-d’œuvre de la collection des princes Esterházy, cinquante tableaux anciens exceptionnels illustrant le goût et le faste de ces grands aristocrates hongrois. Cette collection, l’une des plus réputée d’Europe au XIXe siècle, forme aujourd’hui une partie de la collection de peintures du musée des Beaux-arts de Budapest qui offre au public français de le découvrir pour la première fois.

Grande famille nobiliaire hongroise dont les origines remontent au Moyen Âge, les Esterházy, fidèles à la couronne impériale des Habsbourg, ont servi l’Autriche aussi bien dans l’armée que dans l’administration.

Dès le XVIIe siècle, les princes Esterházy – le grand palatin Paul (1635-1713) et Nicolas Ier « le Magnifique » (1714-1790) – constituent leur collection d’art comme témoignage de leur magnificence. La collection atteint son apogée avec Nicolas II (1765-1833), mécène et amateur éclairé ; elle comprend à la mort de celui-ci 1156 tableaux. En présentant cet ensemble remarquable, conjointement avec la collection des Romanov, la Pinacothèque de Paris souhaite retracer l’histoire du goût chez les élites européennes au début du XIXe siècle.

La Pinacothèque propose ainsi une vision originale de l’Europe de l’art, née des échanges culturels et de la circulation des oeuvres, parfois bouleversée par l’Histoire.

Nicolas II Esterházy donne à sa collection une empreinte universelle. Ses acquisitions portent sur toutes les grandes écoles européennes. Avec toutefois chez ce grand amateur une prédilection particulière pour l’art italien, comme en témoignent les deux chefs-d’œuvre de Raphaël présentés dans l’exposition : La Madone Esterházy et le Portrait d’un jeune homme, ce dernier provenant de la prestigieuse collection romaine Barberini. Dans la ville éternelle, Nicolas II acquiert également le Paysage romain de Claude Lorrain. La collection compte d’autres grands noms du classicisme français : Champaigne, La Hyre, Mignard.

La peinture hollandaise, flamande est représentée à travers des exemples variés et de grande qualité. Les portraits de Hals côtoient les paysages de Ruysdael ou encore les scènes de genre de Teniers et Steen. Le remarquable Paysage montagneux de Brueghel l’Ancien offre à voir une vue panoramique au relief mouvementé.

www.pinacotheque.com
Entrée : 10 / 8 €

2 concerts de Katalin Péronno-Darabont & Irène Polya

Œuvres de R. Schumann, M. de Falla, B. Bartok, R. Strauss

Dimanche 23 janvier 17:00

Chapelle St Léonard
3 Grande Rue
Croissy sur Seine

Pour un plan d'accès cliquez sur la photo
Conditions d'accès en bas de page




Vendredi 11 février 20:30

Conservatoire de Colombes
27 rue de la Reine Henriette
Colombes

Pour un plan d'accès cliquez sur la photo
Conditions d'accès en bas de page


Deux artistes d'origine hongroise, la violoncelliste Katalin Péronno-Darabont et la pianiste Irène Polya, qui mènent toutes deux des carrières parallèles de concertistes et de professeurs, nous proposent pour ce concert un récital d'œuvres pour violoncelle et piano de Schumann, de Falla, Bartók et Strauss.

De Robert Schumann, nous entendrons, les Cinq Pièces dans un style populaire, pour violoncelle et piano, op. 102, composées en 1849, année particulièrement féconde dans la vie de Schumann et dans lesquelles le violoncelle est à la fête, avec ironie, à la manière d’une berceuse, sur le mode légendaire, avec une joie contenue ou exubérante.

Dans la Suite populaire espagnole, suite de mélodies d'inspiration populaire, Manuel de Falla crée un univers à part, avec un remarquable sens de la progression dramatique et une profonde compréhension de l’âme andalouse.

Les Danses Populaires Roumaines de Béla Bartok sont parmi les pages les plus accessibles du compositeur hongrois. Cette guirlande de courtes pièces caractéristiques invite l'auditeur à un plaisant voyage en terre roumaine. On peut se demander pourquoi le plus célèbre des compositeurs hongrois s'est intéressé aux danses d'un pays étranger si l'on ignore que les frontières d'aujourd'hui sont bien loin de celles de l'Europe de 1915. L'empire Austro-hongrois embrassait alors plusieurs nationalités, réunies pour de simples raisons géographiques au sein de la double monarchie.

Ainsi, Béla Bartók, né dans le Banat, région située au confluent des trois cultures serbe, hongroise et roumaine, ne pouvait pas ignorer les trésors musicaux d'Europe centrale et du Sud. En s'intéressant à des danses de Transylvanie, Bartók se penche sur le patrimoine musical d'une région de la Hongrie. Ce n'est qu'après guerre et le Traité de Versailles que cette région rejoint la Moldo-Valachie pour former la Roumanie moderne. Ces Danses hongroises de Transylvanie s'appelleront désormais les Danses populaires roumaines.

La renommée de Richard Strauss compositeur d'opéras, le rayonnement de ses poèmes symphoniques ont souvent éclipsé sa production de musique de chambre qui marqua le début comme la fin de sa carrière. Au cours de la période 1882-83, le musicien étudiait à l'Université de Munich la philosophie, l'histoire de l'art et les classiques grecs. C'est à ce moment là que naquirent le Concerto pour violon, le Premier concerto pour cor et la Sonate pour violoncelle et piano en fa majeur op. 6. Même avec quelques imperfections de style dues à sa jeunesse, la Sonate op. 6 se distingue par des constantes affirmées du langage straussien comme son introduction fougueuse, le caractère impérieux de son inspiration mélodique et le parfait équilibre entre les parties des deux instruments. L'ouvrage fut créé le 8 décembre 1883 à Nuremberg par son dédicataire le violoncelliste Hans Wihan, soliste tchèque qui fut également dédicataire du Concerto de Dvořák.

Pour le concert de Croissy :

Tarif normal 17€, réduit 12€ (membres de l'ADMC, étudiants), enfant 5€ (moins de 12 ans)

Réservations (places numérotées) au magasin Catena (Bd Hostachy), ou par téléphone au 06 70 01 58 98

Billets en vente également à la Chapelle le jour du concert (dans la limite des places disponibles)

Pour le concert de Colombes :

Réservation au 01 47 85 65 59

Quatuor Takács 22 janvier 2011 à 17h00 Théâtre de la Ville


Théâtre de la Ville, 2, place du Châtelet Paris 75004

Fidèle entre les fidèles, le Quatuor Takács revient à nouveau au Théâtre de la Ville, emmenant dans ses bagages son petit coin d’Europe de l’Est. L’école Mitteleuropa – dont il est un éminent représentant – est née et s’est développée en lien étroit avec son répertoire, plus encore peut-être que les écoles occidentale ou russe. Le père du quatuor lui-même, le grand Joseph Haydn, a allègrement puisé dans les couleurs et rythmes de la musique hongroise. Son recueil opus 71, dont le Quatuor Takács interprétera le premier des six numéros, est en outre dédié au comte hongrois Anton Georg Apponyi. Quant au bohémien Bedrich Smetana, il sera le premier à intégrer des éléments de folklore tchèque à sa musique – annonçant les travaux du grand Béla Bartók. Encore un Hongrois, qui fut le grand révolutionnaire de l’écriture du quatuor au XXe siècle. | www.takacsquartet.com

Entrée : 18 / 13 €

Informations / réservation : 01 42 74 22 77; www.theatredelaville-paris.com

IPARKUTYA + CIRKUSZ-KA - le 25 janvier 2011 20h30 à la Dame de Canton


IPARKUTYA - Musique de l’est
Le groupe Iparkutya fondé en 2010 est une nouvelle formation hongroise underground, mais les membres jouent ensemble depuis des années sous le nom de Club Era. Leurs compositions s’inspirent de musique folklorique, des airs anciens et modernes, tout en dévoilant leurs influences hongroises et la liberté de leur improvisation. Grâce à l'amour fanatique de la musique et les amitiés entre les membres leurs concerts énergiques peuvent dévaster le public.
Plus d’infos : www.myspace.com/iparkutya


CIRKUSZ-KA - Bossa nova/Flamenco
Tango douloureux budapestois, chansons de cirque qui ne se prend pas au sérieux, ils passent de la bossa nova au tango en passant par le flamenco. Leur musique nous livre des chansons douces-amères en provenance directe de Hongrie.
Plus d’infos : http://www.myspace.com/alboradaduo

LA DAME DE CANTON - Port de la gare - 75013 PARIS

La Dame de Canton est amarré au pied de la Bibliothèque François Mitterrand, au pied de la passerelle piétonne Simone de Beauvoir qui relie le parc de Bercy au parvis de la BNF, à deux pas du métro Quai de la gare et Bibliothèque.

http://www.damedecanton.com/

Je suis là dans une heure! le 17 février 2011 à l'Entrepot's le 27 février 2011 au Café de Paris


comédie burlesque à partir de 12 ans

avec la compagnie Uni-Vers-Elles
www.uni-vers-elles.fr

le 17 février à l'Entrepot's

68 rue Ménilmontant ou 2 rue Sorbier (au croisement des deux rues)
75020 Paris
Métro Ménilmontant

à 20 h

Entrée GRATUITE

et

le 27 février au Café de Paris

158 rue Oberkampf
75011 Paris
métro Ménilmontant

à 20h

Entrée 4 € ( GRATUITE pour les femmes enceintes et les personnes handicapées et les personnes de plus de 60 ans)

Inspiré par un exercice d’une école de théâtre, c’est une pièce constituée d’une succession de saynètes.
Le nerf de la pièce est la réplique éponyme: «Je suis là dans une heure!». Une réplique des plus anodines que l’on peut très bien entendre tous les jours, à la poste, au bureau, à la maison, chez le médecin, au restaurant… Tellement anodine qu’on ne se doute plus de l’immensité des possibilités d’utilisation de cette phrase. C’est précisément ce qui a motivé l’écriture de la pièce. Nous avons exploité l’aspect humoristique de cette réplique. En inventant des situations très réalistes ou pour certaines irréelles et farfelues, nous en sommes arrivées à une unité de ton complètement burlesque. Quand même les scènes évoquant les difficultés et les douleurs de la vie ont provoqué des rires allant jusqu’aux larmes, nous avons compris que notre spectacle avait aussi la force de transformer les larmes de douleur en larmes bien plus joyeuses.
Sans aucune prétention de changer le monde, nous voulons juste ajouter notre petite pierre à la belle idée que même si la vie peut être dure, le rire est une arme redoutable contre la douleur.
Notre envie est de faire passer aux spectateurs une heure agréable, en leur faisant oublier leurs tracas quotidiens justement en leur en parlant !

Eglise - La démission d'un évêque

"Accusé de malversations économiques et d'abus sexuels, l'évêque de Pécs avait été contraint de démissionner.
Malversations économiques, falsifications des documents, escroquerie, fraude, détournements de fonds, chantage, pédophilie - ces accusations répétées depuis plusieurs années ont eu finalement raison de l'évêque de Pécs: Mgr Mihály Mayer (70) a été contraint de démissionner. Le pape a accepté sa décision. En quelques années, c'est le troisième évêque hongrois qui quitte son poste, ses deux "prédécesseurs" sont partis pour des raisons d'ordre privé, l'un d'entre eux s'est marié depuis..." La suite sur lepetitjournal.com

UE : Viktor Orbán conspué à Strasbourg

"Le Premier ministre hongrois a été pris à partie par la gauche et les écologistes au Parlement européen.
C’est une confrontation houleuse, comme en a rarement connu le Parlement européen. Des députés verts bâillonnés et brandissant des unes blanches de journaux hongrois barrées du mot «censuré» afin de protester contre la loi liberticide sur les médias décidée par le gouvernement hongrois" La suite sur liberation.fr (payant)

Viktor Orban accuse des députés d'offenser les Hongrois

"Ambiance tendue et déclarations véhémentes : c’est la tonalité du débat entre les eurodéputés et le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, venu présenter les priorités de sa présidence de l’UE le 19 janvier à Strasbourg." La suite sur fenetreeurope.com

Liszt et la musique hongroise au Conservatoire Frédéric Chopin du 4 au 6 février 2011


4ème WEEK-END DE CLAVIER CONTEMPORAIN AU CONSERVATOIRE FREDERIC CHOPIN DU 4 AU 6 FEVRIER 2011 LISZT ET LA MUSIQUE HONGROISE

Pour la 4ème année consécutive, le conservatoire municipal du XVème arrondissement présentera les 4, 5 et 6 février 2011 un week-end de clavier contemporain impliquant les jeunes musiciens de la région parisienne.

Ce sont les deux concertistes et pédagogues Armine Varvarian et Geneviève Ibanez qui, avec le directeur du conservatoire, Peter Vizard, ont imaginé cet événement annuel à l'intention des jeunes musiciens, afin de leur offrir un bain intensif de musique de leur temps.

Cette année, il bénéficie d'un double anniversaire : le bicentenaire de la naissance du grand pianiste et compositeur hongrois Ferenc Liszt et la présidence de l'Union Européenne par la Hongrie.

Plus de 100 jeunes pianistes de Paris et d'Ile de France proposeront plus de 20 heures de musique.

Le programme comprend des oeuvres de compositeurs suivants :

Bartok, Farkas, Ittzes, Jeney, Kadosa, Kocsar, Kodaly, Kurtag, Ligeti, Liszt, Megyeri, Mezö, Orban, Papp, Szelenyi, Takacs, Taver, Vidovsky, Zombola.

Une Masterclass sur l'improvisation sera animé par Thierry Escaich, suivi d'un concert par les élèves de sa classe au CNSMDP et des conservatoires participants.

Le samedi soir, en hommage à Aubert Lemeland, grand combattant solitaire de la musique, sera présenté un concert par Jean-Pierre Ferey de son oeuvre « Les Ballades du Soldat ».

A chaque moment pendant le week-end, la musique de Liszt sera jouée pour nous rappeler l'extraordinaire pensée musicale du virtuose européen.

Des concours de composition sont également organisés dont les oeuvres des lauréats seront jouées.

Tous les concerts et animations sont ouverts au public et sont gratuits.

Sans l'aide et le soutien des professeurs, la Mairie du XVe Arrondissement, Les Editions Musica Budapest et les Pianos Fazioli / Pianosphère, cette action ne serait pas possible. Nous les en remercions.

Paris, le 6 janvier 2011

http://conservatoirechopin.com
Conservatoire Frédéric Chopin, 43 rue Bargue, 75015 PARIS. 01 42 73 15 32 – Métro : Volontaires, Pasteur.

mercredi 19 janvier 2011

Le premier ministre hongrois défend sa politique à Strasbourg

"Ne mélangez pas les critiques de la politique intérieure hongroise avec les six mois de la présidence hongroise" de l'Union européenne, a plaidé mercredi le premier ministre hongrois, Viktor Orban, devant le Parlement européen réuni à Strasbourg, où il présentait les priorités de sa présidence semestrielle de l'Union européenne débutée en janvier.
"Si vous mélangez les deux, je suis évidemment prêt à me battre, mais vous devez réaliser que cela ne portera pas uniquement atteinte à la Hongrie, mais à l'UE dans son ensemble. Je vous demande de faire cette distinction autant que cela vous est possible", a-t-il ajouté, en rappelant que "si des objections peuvent être établies et vérifiées [par la Commission européenne], nous ne serions que trop heureux de modifier la loi". La suite sur lemonde.fr

Soirée des Mardis hongrois du 18 janvier 2011 - Quelques images