vendredi 31 janvier 2014

Le fabuleux destin du suska, le "bitcoin" des Hongrois

"Alors que la devise nationale, le forint, s’effondre, cette "crypto-monnaie" solidaire creuse son sillon sur les terres de Viktor Orbán. En toute discrétion.
À Noël, Niki Fehér a offert une télévision à sa mère. Pour la trouver, elle n’a pas parcouru les allées d’un magasin d’électro-ménager standard. Ni surfé sur Aprod.hu, le pendant magyar du français Leboncoin.fr. Cet écran, elle ne se l’est pas procuré en versant plusieurs dizaines de milliers de forints, l’unité monétaire hongroise officielle, mais 500 suskas. Un argent 100% virtuel. Qui, traduit en français, signifie "pognon"." La suite sur challenges.fr

Le cinéaste hongrois Miklós Jancsó est mort

"Ça se passe un vendredi, à la rédaction de Télérama. On annonce, à la cantonade : « Miklós Jancsó est mort ! » « Qui ? », demandent les présents de moins de trente ans. « Qui ? » enchainent ceux de moins de quarante ans. Bon. Ouvrons le Dictionnaire Larousse du Cinéma, notice de Barthélémy Amengual : « Marxiste de formation, [Jancsó] n'a fait que des films d'histoire, de l'histoire hongroise pour commencer, les vicissitudes politiques passées devant aider et éclairer la politique d'aujourd'hui. » Donc, à la fin des années 70, pas un ciné-club digne de ce nom ne peut se passer de Psaume rouge (1972), ode poétique en 27 plans-séquences où Jancsó règle ses comptes au stalinisme – qu'il avait pourtant embrassé – en chantant la Hongrie de toujours." La suite sur telerama.fr

Mort du réalisateur Miklos Jancso, primé à Cannes et Venise

"Le réalisateur hongrois Miklos Jancso, qui fut primé au Festival de Cannes et à la Mostra de Venise, est décédé vendredi à l'âge de 92 ans, a annoncé l'Association des artistes du film.
Miklos Jancso avait reçu le prix de la mise en scène à Cannes en 1972 pour "Psaume rouge", puis un Lion d'or pour l'ensemble de sa carrière à Venise en 1990." La suite sur francetvinfo.fr

Hongrie: Viktor Orban plaide pour des liens pragmatiques avec la Russie

"Le Premier ministre conservateur hongrois Viktor Orban, qui vient de signer un contrat controversé avec la Russie pour l'agrandissement d'une centrale nucléaire, a vivement encouragé vendredi l'Union européenne (UE) à reconstruire des liens pragmatiques avec Moscou.

L'UE doit reconstruire les liens avec la Russie d'une manière pragmatique, car l'UE a besoin d'énergie pour son développement économique durable, a déclaré le chef du gouvernement lors d'une conférence rassemblant des présidents de Banques centrales européennes à Budapest.

Vous savez que personnellement je suis un anticommuniste de longue date, mais si l'Europe ne fait pas son possible pour se procurer l'énergie qui se trouve en Russie, je ne sais où elle ira la chercher pour approvisionner son économie, a-t-il dit." La suite sur romandie.com

Bach To Trad & Co samedi 8 février à 18 h au Centre d'animation Arras


Alice Wonder: Champs-Él...izé Kalandozások Párizsban - Parution en mars prochain !


Le groupe de Visegrad appelle à une solution pacifique en Ukraine

"Les dirigeants tchèque, hongrois, polonais et slovaque ont adopté hier une déclaration commune condamnant la violence. La crise peut être résolue de manière positive et les portes de l’Europe sont ouvertes à Kiev affirme le communiqué commun des quatre pays qui sont réunis à Budapest.
“L’Europe en tant que communauté doit aider l’Ukraine, aussi bien son gouvernement que son opposition afin qu’ils trouvent une position commune qui permette de résoudre la crise et d’empêcher un scénario dramatique pour la démocratie”, affirme Donald Tusk, le Premier ministre polonais." La suite sur euronews.com

La Hongrie se dit à son tour victime d'écoutes américaines

"La Hongrie s'est dit à son tour jeudi victime d'écoutes américaines, et a menacé de possibles changements "profonds" dans ses relations avec Washington.
"Il est évident que le service de renseignement américain possède des informations sur la Hongrie", a déclaré à la presse le secrétaire d'Etat Janos Lazar.
"Le scandale des écoutes américaines pourrait profondément modifier la nature des relations entre la Hongrie et les États-Unis", a ajouté M. Lazar, chargé du cabinet du Premier ministre Viktor Orban." La suite sur leparisien.fr

La collaboration refoulée

"La décision du gouvernement hongrois d’ériger un monument national commémorant l’invasion allemande en 1944 a provoqué de nombreuses polémiques dans le pays. Ce monument doit être inauguré le 19 mars à l’occasion du 70e anniversaire de l’occupation de la Hongrie par les troupes nazies et sera dédié à toutes les victimes de l’occupation allemande, y compris juives. Mais un groupe de 26 historiens réputés pense que cette initiative détourne l’attention du rôle joué par le régime hongrois dans l’extermination des juifs." La suite sur humanite.fr

jeudi 30 janvier 2014

COULEURS DE MOTS Poésie - Eszter Forrai

Traduction du hongrois
par Clara Tessier et Yves Gaignard

Le recueil d’Eszter Forrai se déploie dans un univers d’ombre et de lumière, celui d’un être qui aime et qui soufre. Il s’achève dans l’apaisement, comme un testament à sa ille ainsi qu’au lecteur. Cette
poétique, inspirée par la peinture et la musique, transforme les choses de la vie qui participent de façon magique aux émotions et sentiments de l’instant : poèmes composés au rythme balancé des
saisons, du lux et du relux de la vie, dans un jaillissement constellé de couleurs, de sons et de senteurs.
Yves Gaignard

Poète, écrivain, peintre, Eszter Forrai est née en 1938 à Budapest de parents juifs. Enfant victime de la guerre, sauvée par son jeune âge de la Shoah, elle quitte son pays natal et s’installe à Paris en 1962 où elle fréquentera les poètes français. Elle se qualiie tour à tour de « citoyenne du monde» et
de « poète des gens qui soufrent ».
Illustration de couverture : Fragment d’une peinture d’Eszter Forrai intitulée «Vibrations».

Edition bilingue hongrois/français
ISBN : 978-2-343-02140-9
13,50 €

Campagne de Hongrie : retraite ou victoire pour Viktor Orbán?

Par Pierre Waline
„Et s’il me plaît, à moi, d’être battue!” Voilà une réplique que j’aurais bien volontiers empruntée à Molière pour la placer dans la bouche des dirigeants de l’opposition hongroise. Du moins avant que ces derniers n’eussent fini par accoucher, in extremis et dans la douleur, d’un accord d’union pour tenter de renverser l’actuelle majorité lors des prochaines élections législatives. Ouf, il était temps!" La suite sur francianyelv.hu

Pintér appelle à la mobilisation de la Hongrie

"Fraîchement nommé sélectionneur de la Hongrie, Attila Pintér espère que le pays tout entier saura se mobiliser pour se qualifier à l'UEFA EURO 2016." La suite sur uefa.com

Les ateliers de langues de février au café lecture de Brioude

"Le café lecture La CLef, rue de la Pardige, propose des ateliers de langues pour apprendre l'Anglais, le Polonais, le Russe, le Patois, l'Allemand ou le Hongrois, mais aussi découvrir la culture et la géographie des pays concernés.
Café anglais : tous les jeudis, de 18h à 20h. Café polonais : les mardis 4 et 18 février, de 18h à 19h. Café russe : les jeudis 6 et 20 février, de 18h à 19h. Café patois : les mercredis 5, 12 et 19 février, de 17h à 19h. Café viennois : les jeudis 13 et 27 février, de 18h à 19h. Café hongrois : les mardis 11 et 25 février, à 18h30." Source : mon43.fr

Les Premiers ministres hongrois et polonais appellent au compromis en Ukraine

"Le Premier ministre hongrois Viktor Orban et son homologue polonais en visite Donald Tusk ont appelé à un accord de compromis en Ukraine lors d'une réunion à Budapest mercredi.
Les deux hommes se sont rencontrés pour une réunion bilatérale puis ont tenu une conférence de presse conjointe avant le sommet du groupe de Visegrad (Pologne, République tchèque, Slovaquie et Hongrie) sur la crise ukrainienne prévu mercredi soir." La suite sur china.org.cn

Anniversaire des relations diplomatiques entre la Corée du Sud et la Hongrie

"La présidente Park Geun-hye et le président hongrois Janos Ader ont échangé des lettres ce mercredi à l’occasion du 25e anniversaire des relations diplomatiques entre la Corée du Sud et la Hongrie, a fait savoir le bureau présidentiel.
L’anniversaire aura lieu le 1er février, qui cette année tombe pendant les vacances du Nouvel An lunaire. Park a dit dans sa lettre que les deux nations entretiennent une relation spéciale et a dit espérer voir croître une coopération bilatérale mutuellement bénéfique. Elle a rappelé que la Hongrie représente pour Séoul une passerelle pour l’Europe et que la Corée du Sud est un partenaire stratégique asiatique important pour la Hongrie." La suite sur yonhapnews.co

Hongrie: la banque centrale veut continuer à baisser les taux malgré le forint faible

"Le président de la banque centrale hongroise (MNB) a affirmé mercredi vouloir poursuivre le cycle de baisses de taux directeurs entamé l'été 2012 pour soutenir l'économie, malgré le net affaiblissement actuel de la devise nationale, le forint.
"Puisque le taux d'inflation est continuellement sous l'objectif des 3%, il y a donc encore de la marge pour baisser le taux" directeur, a déclaré le président de la MNB György Matolcsy à des journalistes lors d'un colloque organisé par la Chambre de commerce américaine." La suite sur lesechos.fr

mercredi 29 janvier 2014

A NYOLCADIK TEMPLOM. Bálint Endre (1914 - 1986) művészete

"2014. február 1 - május 11.
A Magyar Nemzeti Galéria, folytatva a magyar művészet meghatározó alakjait feldolgozó sorozatát, 2014-ben a modern magyar művészet, az avantgárd egyik legjelentősebb alakjának, Bálint Endrének rendez kiállítást. A művész születésének 100. évfordulója alkalmat ad arra, hogy egy átfogó életmű-kiállítással idézzük fel munkásságát.
Bálint Endre századunk egyik legtitokzatosabb művésze. A titok egyik magyarázata Bálint sokoldalúságában rejlik. Bálint festő és grafikus volt, de készített objekteket, fotómontázst, kollázst, monotypiát, és írt verset, önélet-rajzot. Ezt az eredeti és változatos életművet utoljára 1984-ben láthattuk a Műcsarnokban. A február 1-től a Magyar Nemzeti Galériában látható tárlaton nemcsak az ismert alkotásokkal, hanem eddig magángyűjteményekben rejtőzködő művekkel is találkozhat a nagyközönség.
Bálint Endre a 20. század második felének egyik legkiválóbb magyar művésze. Életműve egy különleges önéletrajz, egy többrétegű, a valóság - álom - halál világai között változó rendszer, melynek megfejtéséhez át kell küzdeni magunkat a művész sajátos hieroglifa-rendszerén. A megfejtéshez segítséget nyújtanak versei, írásai, hiszen ugyanabból az élményből, belső érzelemvilágból születnek, mint képei. A nagyrészt még publikálatlan versek és a festmények párhuzamba állítása nemcsak érdekes összefüggések felfedezésére ad lehetőséget, hanem közelebb visz az álomábrák, vagyis a "Bálint-kód" megfejtéséhez is.
Bálint Endre emléktöredékekből építkező művészetének megértéséhez a kiállítás a lehető legteljesebb spektrumban kívánja megidézni a festő alakját. A mintegy 350 bemutatásra kerülő festmény, kollázs, monotypia és objekt között számos mű külföldi - főleg párizsi - gyűjteményekből érkezik a kiállításra. A művész alkotói korszakainak áttekintése mellett magyar és külföldi kortársainak (Vajda Lajos, Czóbel Béla, illetve Braque, Chagall, Picasso, Max Ernst) alkotásainak bemutatásával, dokumentumokkal, fotókkal, filmekkel, illetve alkotói korszakai miliőjének (párizsi padlásszobája, vagy a híres Rottenbiller utca 1.) megidézésével.
A kiállításhoz egy új, átfogó kutatásokon alapuló monográfia készül, eddig soha nem publikált dokumentumok, fotók, életrajzi adatok, emlékezések, és eddig nem reprodukált művek sorával."

Exposition du 1er février au 11 mai 2014 à la Galerie Nationale de Budapest - centenaire de Endre/André Bálint, peintre surréaliste et illustrateur - sur commande française de la Bible (1957-62).

Rétrospective Kati Horna au Jeu de Paume

"En partenariat avec le Museo Amparo, Puebla (Mexique), le Jeu de Paume présente, du 03 juin au 14 septembre 2014 une rétrospective de l’œuvre de Kati Horna, photographe mexicaine d’adoption.
Kati Horna (Budapest, 1912-Mexico, 2000) fait partie de la génération de photographes hongrois (d’André Kertész à Robert Capa en passant par Eva Besnyö, László Moholy-Nagy, Nicolás Muller, Brassaï, Rogi André, Ergy Landau, Martin Munkácsi et bien d’autres) contraints de quitter leur pays en raison des conflits et de l’instabilité sociale des années 1930. Cette première grande rétrospective que lui consacre le Jeu de Paume permet de découvrir près de 200 photographies ainsi que de nombreux documents inédits, réalisés entre Budapest, Berlin, Paris, l’Espagne et le Mexique."  La suite sur sortiraparis.com

La menace nationaliste qui pèse sur l’Ukraine

"Par La Voix de la Russie | La crise en Ukraine devient de plus en plus dangereuse d’un point de vue géopolitique. Alors que les radicaux et les nationalistes locaux tentent de renverser les organes du pouvoir légalement élus, dirigés par Viktor Ianoukovitch, l’intégrité même du pays est en danger.
Il y a eu ces derniers jours des indices pouvant faire penser que la Hongrie et la Roumanie s’intéressent de plus en plus aux régions les plus importantes stratégiquement de l’ouest de l’Ukraine." La suite sur ruvr.ru

Nucléaire: pourquoi la Russie rayonne en Europe centrale

Au grand dam d'Areva, la Hongrie a signé récemment un accord portant sur deux réacteurs avec le russe Rosatom, également bien placé en République tchèque et en Slovaquie. La récompense de liens technologiques anciens, de réseaux d'influences et d'importantes concessions commerciales.
Nous avons signé avec les Russes la meilleure affaire de ces quarante dernières années. La Hongrie sera bientôt l’économie la plus performante d’Europe centrale», se félicitait récemment János Lázár, secrétaire d’Etat du gouvernement hongrois auprès du Premier ministre Viktor Orbán, lors d’une conférence de presse à Budapest." La suite sur slate.fr

Japon : une chaîne de 10 000 supérettes met au ban le foie gras

"La fabrication de foie gras par gavage d'oies et de canards d'élevage fait régulièrement l'objet de dénonciations de maltraitance animale de la part de particuliers, organismes et autorités à travers le monde. Cette fois, c'est une chaîne japonaise de supérettes multiservices Family Mart qui a renoncé à proposer  un bento (plateau-repas) contenant du foie gras, en raison de protestations de consommateurs qui exècrent la façon dont est préparée cette spécialité gastronomique." La suite sur lemonde.fr

Étude économique de la Hongrie 2014

"La Hongrie est sortie de la récession au début de 2013, mais la reprise sera peu marquée.
Selon la dernière Étude économique de la Hongrie 2014 publiée par l’OCDE, le potentiel de croissance souffre en effet de l’atonie de l’investissement, du faible taux d’emploi des travailleurs peu qualifiés et des déficiences des marchés du travail et des produits, qui rendent essentielle la poursuite des réformes structurelles. Le manque de dynamisme de la croissance et ses facteurs déterminants ont des effets négatifs sur le bien-être qui vont bien au-delà du PIB par habitant, et concernent les inégalités de revenu et les perspectives de mobilité sociale. L’accès aux marchés obligataires internationaux s’est amélioré de manière sensible, mais l’endettement en devises reste une fragilité majeure." La suite sur contrepoints.org

Hongrie: toujours trop d'enfants roms dans des écoles pour handicapés mentaux

"Gyöngyös (Hongrie) (AFP) - Dénoncée par la Cour européenne des Droits de l'Homme, la scolarisation d'enfants roms sans handicap dans des centres pour déficients mentaux reste courante en Hongrie, malgré le plan d'intégration lancé par l'ancien pays communiste membre de l'Union européenne depuis 2004.
A Gyöngyös (Est), dans l'école Pétöfi destinée aux handicapés mentaux, des groupes d'enfants apprennent à compter en chantant, d'autres font des dessins qui tapisseront plus tard les murs des classes. L'ambiance est chaleureuse, les enseignants semblent dévoués à leur tâche." La suite sur nouvelobs.com

mardi 28 janvier 2014

Discours de János Lázár

Communiqué de l'Ambassade de Hongrie en France

Discours de János Lázár, Président de la Commission internationale de l'Année commémorative 2014 de l'Holocauste en Hongrie - Maison de l'UNESCO, Paris, lundi 27 janvier 2014
  • Excellences, Mesdames et Messieurs, chers invités, Un article d’encyclopédie peut, tout au plus, apprendre à nos enfants que l’Holocauste fut la tragédie de 6 millions de Juifs européens. Il nous appartient donc de leur apprendre que l’Holocauste ne fut pas uniquement la tragédie de 6 millions d’hommes, de femmes et d’enfants mais celle de l’humanité tout entière.
  • Comme disait le poète catholique hongrois, János Pilinszky, l’Holocauste fut le scandale du siècle. Et il entendait par là, selon Imre Kertész, écrivain hongrois prix Nobel de littérature, survivant d’Auschwitz, que l’Holocauste « intervenu dans un environnement culturel chrétien est, de ce fait, insurmontable pour l’esprit métaphysique ».
  • L’Holocauste, la Shoah est une expérience humaine indépendante des frontières géographiques et chronologiques. Une expérience universelle.
  • Elle doit l’être, elle doit le devenir, sinon nous ne sommes pas dignes d’être appelés des ’hommes’. Sinon nous ne sommes plus dignes de nous voir confier cette planète par le Créateur ; d’en être les seuls habitants investis de raison et d’âme.
  • Car raison et âme ne sont pas que des droits. Elles sont aussi responsabilité.
  • Le meurtre et tout particulièrement le génocide est une violation du droit à l’existence humaine, une violation de la responsabilité inhérente à l’existence humaine. Il est au fond une trahison de l’homme face à son Créateur.
  • Pour nous, Hongrois, la Shoah n’est pas seulement universelle, elle est aussi notre tragédie nationale. Pour la désigner, nous avons notre propre terme : Vészkorszak (sinistre époque). On ne peut guère trouver en français un équivalent dont le sens comporte autant de malheur et d’atavisme …
  • Oui, la Vészkorszak, la Shoah est pour nous une tragédie nationale. Elle l’est doublement.
    • Elle l’est, d’une part, car une victime sur dix de la Shoah, et une victime sur trois du camp d’Auschwitz-Birkenau étaient de nationalité hongroise.
    • Elle l’est, d’autre part, car il y a eu beaucoup de Hongrois non seulement parmi les victimes mais aussi parmi les coupables.
  • Pour les Hongrois, l’Holocauste est un péché ancestral, biblique : c’est un fratricide. C’est la négation et la trahison de tout ce qui constituait les fondements de notre culture, de notre identité. C’est aussi la trahison de notre être hongrois.
  • Car en Hongrie, dans ce pays centre-européen doublement concerné, l’idéologie dominante entendait pendant plusieurs décennies falsifier et dissimuler le passé.
  • « Oublier notre passé, diluer les frontières morales entre coupable et victime. Nous oublier nous-mêmes. » Voilà le prix que la tyrannie communiste exigeait des Hongrois en échange du calme mensonger du communisme du goulache.
  • Aux années de la dictature communiste, c’est la politique de l’oubli, la culture de l’amnésie collective qui fait obstacle à toute confrontation, qui empêche d’avouer le passé.
  • Et aussi de connaître une sorte de catharsis sans laquelle il n’y a pas de purification ni de redémarrage.
  • Or, je dois vous avouer, Mesdames et Messieurs, que de cette catharsis, la Hongrie libre née après le changement de régime, en est restée elle-même débitrice.
  • Pendant des années, des décennies, des demi-vérités ou simplement des mensonges ont continué d’exister au sujet de la Shoah.
  • Au sujet du fait que des crimes avaient été commis non seulement contre nous mais que nous avons nous-mêmes péché contre nous. Par inaction et, hélas, aussi par action.
    • D’une part, certains dirigeants de l’État hongrois portent une lourde responsabilité personnelle de la déportation des juifs hongrois. De la condamnation à mort de leurs propres citoyens.
    • Et, d’autre part, l’État hongrois était incapable de protéger ses propres citoyens et n’a même pas fait tout ce qu’il aurait pu faire à cette fin.
Mesdames et Messieurs,
  • Nous savons que regarder les choses en face constitue un long processus douloureux, accompagné de polémiques. Un processus qui, par définition, ne pourra probablement jamais être clos définitivement.
  • C’est un chemin, un processus éprouvant mais qui seul peut nous conduire dans un monde où il ne pourra plus jamais y avoir d’Auschwitz. Plus jamais !
  • Le jour d’aujourd’hui et ce qu’il symbolise représente une étape importante sur ce chemin.
  • Voilà pourquoi je souhaite exprimer tout mon respect et tous mes remerciements à Madame la Directrice générale Bokova et à l’Unesco pour la réflexion commune, la coopération et le soutien de notre travail.
  • Permettez-moi de confirmer de nouveau au nom du gouvernement hongrois ici et maintenant l’engagement qui a engendré cette coopération et qui l’a caractérisée jusqu’au bout. La Hongrie est déterminée à soutenir en partenaire les objectifs de l’Unesco, sa noble mission et soutient avec conviction les programmes éducatifs visant à transmettre le souvenir de l’Holocauste.
  • En effet, le message majeur du 70e anniversaire doit être avant tout ceci :
  • L’État hongrois ne lâchera plus la main d’aucun de ses citoyens ! L’État hongrois protégera tous ses fils et toutes ses filles. Il les protégera contre toute intention meurtrière, tout ennemi extérieur, et toute trahison interne.
  • La Hongrie, ce nouveau pays européen d’après l’Holocauste a retenu l’enseignement et ne le laissera oublier à personne !
Mesdames et Messieurs,
  • L’objectif du gouvernement hongrois est de faire de l’Année de Commémoration de l’Holocauste en Hongrie le temps de regarder les choses en face. D’en faire un tournant dans l’histoire de la Hongrie libre.
  • Ce douloureux anniversaire ne peut en effet tolérer d’autres inachèvements ni d’autres illusions. Et la Hongrie a aujourd’hui un gouvernement non seulement prêt à exécuter un tournant de politique de mémoire mais aussi capable de l’exécuter.
  • Regarder les choses en face veut dire pour nous que nous n’avons plus deux manuels d’histoire selon nos préférences politiques ou notre vision du monde. Nous n’avons qu’un manuel d’histoire commun.
  • Et les nouvelles générations qui l’étudient grandissent enfin en l’absence de contradictions entre la mémoire nationale enseignée à l’école et les souvenirs hérités de leurs parents et de leurs grands-parents.
  • L’Année de Commémoration de l’Holocauste interpelle l’éducation. Au sens strict et au sens figuré du terme. Nous sommes en effet convaincus qu’après l’Holocauste l’une des tâches majeures de l’École est de rendre impossible pour tout État européen la reproduction de ce qui s’est passé il y a 70 ans.
  • Regarder les choses en face exige donc que nous élevions au rang de loi morale l’ordre de se souvenir et l’interdiction d’oublier. Autrement dit : notre objectif est de faire de sorte qu’au 21e siècle personne ne puisse devenir un adulte en Hongrie sans connaître aussi bien les crimes commis par les Hongrois contre eux-mêmes que le souvenir des Hongrois ayant sauvé d’autres hommes.
  • Car l’oubli les concernait eux aussi : nous leur étions infidèles tout comme à ceux dont ils avaient sauvé la vie.
  • Cependant l’oubli sélectif ne peut être guéri par un souvenir sélectif.
  • Après les décennies au cours desquelles nous avons peu à peu effacé de la mémoire nationale les Hongrois coupables, maintenant, au moment de la repentance tardive, nous ne devons pas tomber dans l’excès inverse. Dans l’erreur de ne pas parler aussi des Bons.
  • Nous devons nous souvenir de la bonté, de l’humanité que des hommes courageux ont su garder même pendant les temps les plus inhumains. Nous devons nous souvenir de ces hommes et transmettre leur souvenir. Le souvenir « des Justes hongrois » si vous me permettez d’emprunter ce terme.
  • De ceux qui ont sauvé la vie de leurs compatriotes – et l’honneur de la Hongrie.
Mesdames et Messieurs, chers invités,
  • L’un des plus grands poètes hongrois, Attila József est l’auteur d’un poème sur le Danube, ce grand fleuve européen dont l’interminable écoulement constitue un symbole de l’histoire des Hongrois.
  • Il y a 70 ans, les flots de ce fleuve sont devenus le tombeau d’un grand nombre de nos compatriotes. Les Hongrois abattus au bord de l’eau avant d’y être jetés n’ont laissé sur les pierres du quai que des chaussures devenues orphelines et dont les copies en bronze se trouvent encore aujourd’hui sur la rive de Pest du Danube.
  • Permettez-moi de clore mon intervention en citant la dernière strophe du grand poème d’Attila József :
« Cela devrait suffire
pour tout combat qu’il faille avouer le passé.
Du Danube, tout entier passé, présent et avenir,
les tendres flots viennent à s’enlacer.
Malgré le combat que se livrèrent nos défunts,
avec le souvenir, la paix saura les rejoindre.
Arranger enfin nos affaires en commun,
c’est notre tâche, et non la moindre. »

Merci de m’avoir écouté.

Seules contre tous et Lâcher prise, deux récits autobiographiques de Miriam Katin chez Futuropolis

"Dans les ténèbres ! C’est ainsi que commence Seules contre tous. Dans les ténèbres de la seconde guerre mondiale et de la shoah. Miriam n’est alors qu’une petite fille de trois ans. Elle vit avec sa mère, Esther, à Budapest jusqu’au jour où les persécutions nazies contre les Juifs les obligent à fuir sous une fausse identité. Seules contre tous raconte cette terrible petite histoire de la grande histoire. De village en village, de ferme en ferme, Miriam et Esther vont trouver de l’aide mais aussi beaucoup de lâcheté, de l’amour et bien sûr de la haine, elles vont échapper au pire, survivre à la guerre, retrouver Budapest et finalement tenter de reprendre une vie normale." La suite sur france3.fr

Raoul Wallenberg: Poutine n’aura pas le temps de rencontrer la nièce

"Le président russe Vladimir Poutine, attendu mardi à Bruxelles, «n’aura pas le temps» de rencontrer la famille du diplomate suédois Raoul Wallenberg, disparu en URSS après avoir sauvé des Juifs hongrois pendant la Seconde guerre mondiale, a annoncé lundi son porte-parole.
La nièce de Raoul Wallenberg, Louise von Dardel, devait se rendre à Bruxelles lundi, porteuse d’une lettre adressée au président russe lui demandant un accès à des documents cruciaux qui se trouveraient encore dans des archives en Russie afin d’élucider les circonstances de la disparition du diplomate." La suite sur liberation.fr

Statement by the President on the occasion of International Holocaust Remembrance Day

The Auschwitz-Birkenau death camp was liberated on 27th January 1945 by troops of the First Ukrainian Front. The United Nations Organization declared this day International Holocaust Remembrance Day.
Despite being several hundreds of kilometers from our country, Auschwitz forms part of Hungarian history. This death camp was the site of the inhuman suffering, humiliation and the death of close to half a million of our compatriots.
Seventy years ago, following the German occupation of our country in 1944, the will of Hitler’s Nazi Germany seemed to be fulfilled by the Nazi governors and the Hungarian state authorities collaborating with them. Within barely half a year they mercilessly executed their program of creating ghettos and deported the entire Hungarian Jewry living in the countryside.
We shall never forget that in that tragic year seventy years ago, an endless convoy of death trains left the Hungarian territories for Nazi concentration camps.  We shall never forget either that several hundreds of thousands of our fellow citizens herded into ghettos would have also suffered the same fate, had the war evolved according to the intents of Hitler’s Germany and its Arrow Cross puppets.
The tragedy of Hungarian Jews is the pain and the irreplaceable loss of our entire political nation.
Therefore I call on Hungarian radios and televisions, asking them to contribute within their means to help us observe 70 seconds of silent mourning at 7 PM on 27th January 2014 in memory of our innocently slain compatriots.
Let this silence be common mourning, the silence of the shared pain felt for our compatriots. 
By honoring the hundreds of thousands of innocent children, elderly, women and men let us express the unity and the resolve of our nation that the citizens of the free and democratic Hungary will not identify with any inhuman concept or ideology, nor with those, who committed unredeemable sins against their fellow citizens in the name of the Hungarian state during the course of our 20th century history.
I believe that the power of the shared silence of our silent respect will help us recognize the good in each other and to condemn evil together.  

Áder János
President of the Republic of Hungary

Source : keh.hu

lundi 27 janvier 2014

Hungarian fascist group Jobbik on the run in London

"A Hungarian fascist group has been forced to move a rally in London after the location was surrounded by protesters. Police helped Jobbik supporters move to Hyde Park after fears of violence.
It's been described as the most powerful openly fascist group in Europe and now it has a foothold in Britain. But supporters of Hungarian political party Jobbik were forced to move to another location after they tried to hold a rally in London's Holborn, and a signficant number of anti-fascists turned up to protest." La suite en anglais sur channel4.com

Les mouettes – Sándor Márai

"En Hongrie, en 1942, dans un ministère, un conseiller quadragénaire qui vient de rédiger un texte qui va changer la vie de millions de personnes, voit arriver une belle femme, Aino Laine qui se dit Finlandaise (comme Eino Laino le grand poète ?) en tous points identique à celle dont il était follement amoureux cinq ans auparavant et qu’il a malheureusement enterrée après qu’elle se soit suicidée. Il se souvient de ces moments d’amour et de douleur et se remémore la rencontre avec le père de la jeune femme qui accusait un grand scientifique d’avoir provoqué la mort de sa fille. Qui est cette jeune femme sosie de son amoureuse décédée ?" La suite sur voir.ca

Hongrie : L’antisémite devenu loubavitch

"En 2011, Csanád Szegedi, vice-président du Jobbik, parti raciste d’extrême droite, découvre que sa famille a été déportée à Auschwitz. Depuis, il a quitté son parti et a rejoint une communauté juive ultra-orthodoxe.
Le vendredi, Csanád Szegedi coiffe sa kippa, part prier à la synagogue et coupe son téléphone portable jusqu’au samedi soir. Comme tout juif pratiquant qui se respecte. Sauf qu’il y a encore vingt mois, il était l’un des chefs de l’extrême droite hongroise, le vice-président du Jobbik (Mouvement pour une meilleure Hongrie), parti d’opposition ultranationaliste et raciste." La suite sur liberation.fr version payante ou en kiosque

Un éminent historien rend une distinction à la Hongrie, accusée de falsifier l'histoire

"L'historien américain Randolph Braham, un survivant de l'Holocauste, a annoncé dimanche qu'il allait rendre une distinction au gouvernement conservateur hongrois de Viktor Orban pour protester contre une falsification continue de l'Histoire par le pouvoir en place.

M. Braham, 91 ans, s'était vu attribuer cette récompense en 2011 pour ses recherches sur l'Holocauste en Hongrie.

La campagne de falsification de l'Histoire qui vise à blanchir la Hongrie de ses responsabilités dans la Shoah sous le régime de Miklos Horthy, m'a choqué, écrit l'historien d'origine roumaine, professeur à l'Université de New York, selon une lettre envoyée à l'agence de presse hongroise MTI." La suite sur romandie.com

dimanche 26 janvier 2014

Sur le site de la Hongrie gourmande

Un lecteur du blog me signale
"Sur le site de la Hongrie gourmande outre jusqu'au 29 janvier des réductions dans la limite des stocks disponibles, un produit nouveau fait son apparition par sachet de 4 dans la section Spécialités sucrées - gateaux:
A pozsonyi kifli = Le croissant de Pozsony - ancien nom de l'actuelle Bratislava
-- Croissant de Pozsony au noix (dios) 4x70 g
-- Croissant de Pozsony au pavot (mákos) 4x70 g

D'après "A pozsonyi kifli reneszánsza" il s'agit de la renaissance d'un produit qui selon les uns se serait répandu au 14ème siècle en Europe centrale en provenance des Juifs de Silésie, ou qui selon une autre tradition, aurait été imaginé en 1683 par un boulanger viennois en l'honneur du roi de Pologne Jean Sobieski vainqueur des armées turques qui assiégeaient Vienne. Wilhelm Scheuerman, un boulanger de Bratislava, lui a donné en 1785 sa forme actuelle et sa recette gagna en popularité au point de remporter la médaille d'or à Amsterdam, Lyon, Londres et Chicago. Stephen Czifray inclut en 1830 le Croissant de Pozsony dans son livre de cuisine nationale hongroise. Une directive européenne protège à compter de 2012 le croissant traditionnel de Pozsony - Bratislava." 

Le gouvernement hongrois baisse le prix de l‘énergie, trois mois avant les élections

"A trois mois des élections générales en Hongrie, le gouvernement veut à nouveau réduire le coût de l‘énergie. Il est sur le point de soumettre au parlement une nouvelle baisse des tarifs du gaz, de l‘électricité et du chauffage collectif.
L’opposition dénonce des cadeaux clientélistes.
En 2013, deux vagues successives de baisse avaient déjà permis de diminuer la facture des ménages de 20 %. En revanche, les tarifs restents inchangés pour les entreprises." La suite sur euronews.com

samedi 25 janvier 2014

Compagnie Le Théâtre Ouranos : La famille Tót Cinéma 18 février à 20h Institut hongrois

Institut hongrois 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Informations : accueil@instituthongrois.fr
+33 1 43 26 06 44

Après la première lecture de la pièce de théâtre La Famille Tót d’István Örkény, présentée à l’institut en avril 2012 par la Compagnie Le Théâtre Ouranos, nous vous invitons à la projection du film de la pièce tourné en juin dernier.
Un beau matin débarque chez les paisibles Tót un étrange et tyrannique commandant. Comment ils finiront par s’en débarrasser, c’est toute l’histoire de cette grande farce profonde aux arrière-plans subtils et amers d’apologue.
Après la projection, vous serez invités à échanger autour d’un verre avec l’équipe du spectacle.
Entrée libre.

Le grand cahier (A nagy Füzet) de János Szász Cinéma 15 février à 16h Institut hongrois

Institut hongrois 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Informations : accueil@instituthongrois.fr
+33 1 43 26 06 44

Hongrie, 2013, 1h49 minutes
Dans la grande ville la guerre fait rage. Pour les protéger, une femme dépose ses deux jumeaux chez leur grand-mère à la campagne. Celle-ci, vieille femme méchante, sale et avare, les admet tout juste chez elle. Les deux enfants, livrés à eux-mêmes, apprendront à surmonter le froid, la faim et les cruautés dans un pays dévasté, en notant chaque jour leur quotidien dans ce grand cahier. D’après le roman d’Agota Kristof
Dans le cadre du projet Kino Visegrad, en partenariat avec
L'Europe autour de l'Europe : www.evropafilmakt.com
A l'Est du Nouveau : www.alest.org
Clavis Films : www.clavisfilms.com
Entrée : 5€

Plus verte, la prairie du voisin? Petit plaidoyer pour le couple Paris-Budapest

Par Pierre Waline
"A l’époque où je travaillais à Budapest (milieu des années 90), l’un de mes amis, en poste à Vienne, était fréquemment amené à se rendre ici avec son épouse pour son travail. Inversement, ma femme et moi , leur rendions de temps à autre visite à Vienne où ils avaient la gentillesse de nous héberger. Et les mêmes remarques de revenir inlassablement sur nos lèvres: „Enfin, une ville propre et bien entretenue!”, leur lancions-nous, à peine débarqués chez eux. Et eux en retour „Enfin une ville oú l’on ne s’ennuie pas!” à propos de Budapest. Bref, plus verte est l’herbe du voisin..." La suite sur francianyelv.hu

L'association Pace et Anna Stein au salon Cultures centrales les 1er et 2 février 2014


L'association PACE et
Anna Stein
ont le plaisir de vous inviter au salon
« Cultures centrales »
le samedi 1er et le dimanche 2 février
de 10h30 à 18h30
à l'Espace des Blancs-Manteaux,
48 rue Vieille du temple, Paris 4e.
Y seront proposées des dégustations gastronomiques,
des débats ainsi que des performances et expositions
artistiques afin de célébrer les dix ans de l'entrée
dans l'Union européenne des premiers pays
d'Europe centrale.

Anna Stein : Europa

Bruno Bourel Kiállítás Exposition Budapest C.E.U... Jégbüfé‏ à Budapest à partir du 27 janvier 2014

Plus d'information en anglais sur  : Buffet à glace

La Hongrie finit huitième du championnat d’Europe de handball - Par Grégory Sabadel

Les Hongrois excellent surtout dans les sports d'eau, comme la natation ou le kayak. Ils sont ainsi très bons en water polo, mais ce sport est très peu médiatisé en dehors de l'Europe centrale.
Parmi les sports collectifs médiatisés, le handball est celui où les Hongrois ont les meilleurs résultats.
La Hongrie, nation de hand
En hand féminin, la Hongrie est allée en quarts de finale du dernier championnat du monde, après avoir battu l'Espagne en huitièmes de finale. Quant au club de Győr, il a remporté la Ligue des Champions en 2013, après deux rendez-vous manqués en finale.
Chez les hommes, Szeged et Veszprém sont deux très bons clubs, régulièrement performants en Ligue des Champions. Et l'équipe de Hongrie a fini quatrième aux derniers Jeux Olympiques.
Au championnat d'Europe de handball qui a commencé le dimanche 12 janvier, la Hongrie a hérité d'un groupe très difficile, avec l'Espagne, l'Islande et la Norvège. Mais la Hongrie s’en est sortie et a accédé au tour principal.
La sélection magyare s’est en effet d’abord inclinée contre les champions du Monde espagnols avant d’accrocher l’Islande et la Norvège lors de deux matchs nuls solides.
Un Máté Lékai héroïque
Contre l’Islande, Máté Lékai a égalisé à huit secondes de la fin, ce qui fait écho avec le but égalisateur lors du quart de finale des Jeux Olympiques de Londres, déjà face à l’Islande.
Il a aussi été le héros de la confrontation face aux Norvégiens, avec sept réalisations à la clé, dont un superbe lob de son propre camp.

Voir la vidéo

Gábor Császár est monté en puissance
Quant à Gábor Császár, il est bien monté en puissance dans ce championnat d’Europe. Face à la Norvège, il a inscrit six buts avec à la clé une réussite de 4 sur 4 à l’exercice du jet de sept mètres. Puis lors de la victoire 31 à 25 face à la Macédoine, pour le premier match du tour principal, le joueur du PSG a été le meilleur buteur de la rencontre avec sept réalisations.
 
Lors du deuxième match du tour principal, les Hongrois ont perdu de quatre points face aux tenants du titre et organisateurs de l’épreuve danois. Et lors du dernier match, les Magyars se sont de nouveau inclinés face à l'Autriche, juste d’un point, et ont ainsi fini huitièmes de l’épreuve. Le bilan de la compétition est donc mitigé pour les Hongrois. 
 

Les aiguilleurs du ciel européens en grève la semaine prochaine

"Les contrôleurs de la circulation aérienne dans plusieurs pays européens comptent organiser des grèves la semaine prochaine, ce qui devraient perturber les vols, a rapporté jeudi l'agence de presse autrichienne APA.
Les grévistes, issus d'Autriche, d'Allemagne, de France, d'Italie, du Portugal, de Slovaquie et de Hongrie, s'opposent à un plan de réforme de la Commission européenne, qui comprendrait des mesures d'austérité et des suppressions d'emplois de contrôleurs de la circulation aérienne en Europe.
Le Syndicat national des contrôleurs du trafic aérien (ATCEUC), qui comprend 14.000 contrôleurs aériens dans 28 pays européens, a fixé une journée d'action mercredi prochain, tandis que la Fédération européenne des travailleurs des transports (FET) organisera une grève jeudi prochain." La suite sur cri.cn

La Hongrie présente ses excuses pour l'Holocauste

Communiqué de l'Ambassade de Hongrie en France
Les excuses ont été présentées lors d'une conférence conjointement organisée par le Secrétariat de l’Organisation des Nations Unies (ONU) et la Mission hongroise à l'occasion du 70ème anniversaire de l'Holocauste juif et rom. « C'est la première fois que la Hongrie reconnaît sa responsabilité dans l'Holocauste et présente ses excuses à l'Organisation des Nations Unies », a déclaré jeudi à New York l'Ambassadeur de l'ONU Csaba Kőrösi à l’agence de presse hongroise MTI.
« Nous devons des excuses aux victimes puisque l'Etat hongrois a été coupable de l'Holocauste. D’une part parce qu'il n'a pas réussi à protéger ses citoyens contre l'extermination, d'autre part parce qu'il a aidé et fourni des ressources financières pour le génocide », a déclaré Csaba Kőrösi lors de cette conférence qui inaugurait une série d’événements organisés au siège de l’organisation à New York.
L'Ambassadeur a souligné que ces excuses de l'Etat hongrois doivent faire partie de la mémoire et de l'identité nationales. Il a également noté que la Hongrie rend hommage aux victimes dans le cadre de l’année 2014, placée sous le signe de la commémoration de l’Holocauste.
La question de l'Holocauste a été soulevée au sein de l'ONU car il s'agit d'un événement historique d'une importance telle qu'il doit être discuté devant le public à l’échelon mondial, a-t-il expliqué. En outre, en dépit de tous les efforts, le génocide n'a pas disparu de la Terre, et les Etats membres de l'ONU jouent un rôle particulier dans la prévention du génocide et l’établissement de la responsabilité des coupables, a-t-il ajouté.
Hier, une exposition intitulée « La mémoire de l'Holocauste hongrois », organisée par la Fondation Carl Lutz, la Fondation Tom Lantos, l’American Hungarian Coalition, la Fondation Initiatives Hongrie et la Mission hongroise a ouvert à l'ONU. Csaba Kőrösi y a une fois de plus déclaré que la commémoration du 70ème anniversaire de l'Holocauste offrait l'opportunité d'affronter le passé et de présenter des excuses.
Vendredi 24 janvier 2014

vendredi 24 janvier 2014

La Hongrie face au risque du révisionnisme

"Peu de pays, en Europe, ont une vision aussi tragique de leur histoire que la Hongrie. Et peu d'endroits, à Budapest, sont aussi chargés d'histoire que la place de la Liberté, ainsi nommée depuis le compromis arraché par les nationalistes hongrois à la monarchie des Habsbourg, en 1867. Durant l'entre-deux-guerres, elle accueillait les cérémonies en mémoire du traité de Trianon : une mer de couronnes funéraires, où quatre statues, aujourd'hui disparues, symbolisaient les provinces perdues en 1920." La suite sur lemonde.fr

Projection du film "Regina" à l'UNESCO le 27 janvier 2014 à 12 h 30

Dans le cadre de la Journée internationale dédiée aux victimes de l'Holocauste la Délégation permanente de Hongrie auprès de l’UNESCO a le plaisir de vous inviterle 27 janvier 2014 à 12h30 à l’UNESCO, Paris, France, Salle IV à la projection du film

« Regina » (2013)
par la réalisatrice Diana Groó,
sur la vie de la première femme rabbin, Regina Jonas, qui a vécu à Berlin et a péri dans l'Holocauste.

Le film (63 min.) sera projeté en anglais avec la narration de Rachel Weisz, sous-titré en français.
La projection sera introduite par S.Exc. Mme Katalin Bogyay, Ambassadeur de Hongrie auprès de l'UNESCO et sera suivie d'un débat avec les artistes.

Entrée gratuite avec badge UNESCO ou sur inscription obligatoire en ligne sur le lien suivant:
 http://on.unesco.org/27012014






Le gouvernement hongrois accusé de minimiser la Shoah

"VU DE BUDAPEST
A quelques jours des commémorations des 70 ans de la Shoah, la communauté juive et de nombreux historiens protestent contre la relativisation de l'holocauste.
La communauté juive de Hongrie menace de boycotter les commémorations officielles du 70e anniversaire de l’holocauste. Et, dans un manifeste, une trentaine d’historiens demande au gouvernement de Viktor Orbán d’arrêter «de falsifier le passé et de relativiser l’histoire de l’holocauste en Hongrie»." La suite sur liberation.fr

Viktor Orban en pole position pour les élections législatives hongroises

"Depuis sa réélection à la tête du gouvernement hongrois en 2010, Viktor Orban défraie la chronique. Critiqué pour ses méthodes musclées et ses réformes d'envergure, le climat tend aujourd'hui à s'apaiser, à la faveur d'une reprise économique forte et durable. La Hongrie tourne le dos à la crise, assoit ses réformes politiques et constitutionnelles et aborde donc les élections législatives d'avril prochain avec une stabilité qu'on ne lui connaissait plus.
Le 6 avril prochain, environ deux mois avant les élections européennes, les Hongrois seront appelés aux urnes pour les élections législatives. Viktor Orban, Premier ministre depuis 2010 et chef de la Fidesz, parti de centre-droite, est le grandissime favori à sa propre succession. De nouveau aux affaires après un premier mandat entre 1998 et 2002, Viktor Orban a fait un retour triomphal et en a profité pour accumuler les réformes ambitieuses." La suite sur huffingtonpost.fr

Ringier et Axel Springer regroupent leurs activités en Hongrie

"Ringier et Axel Springer entendent regrouper leurs activités en Hongrie en une société dépendant de Ringier Axel Springer Media. La nouvelle société, sise à Budapest, exercera sous la dénomination Ringier Axel Springer Hungary, indique le groupe de presse dans un communiqué publié jeudi." La suite sur romandie.com

Natalité : Budapest protège et encourage la famille hongroise

"Les dépenses sur ce secteur représentent 3 % du PIB, contre 2,3 % pour l’Union européenne. Un plan de 231 millions d’euros vient d’être lancé pour financer notamment des “bonds bébé” : exemption de taxes, prêts à taux réduits, aide à une épargne simple jusqu’à 18 ans. Les familles recevront une assurance pour enfant, jusqu’à 3 ans, et la mère au foyer une contribution pour sa future retraite. Cette année, cet avantage sera multiplié par le nombre d’enfants à charge, ce qui n’était pas le cas. Les familles de trois enfants et plus seront avantagées." Source : lesobservateurs.ch

Décès de Bela Varady

"L'ancien footballeur international hongrois Bela Varady, qui joua à Tours dans les années 1980, est mort à l'âge de 60 ans, a annoncé jeudi sa famille. Cet ailier très technique avait marqué 13 buts pour la Hongrie en 36 sélections entre 1972 et 1982, dont l'ouverture du score lors de la finale des Jeux olympiques finalement perdue par les Magyars contre la Pologne (2-1) en 1972. Il avait aussi participé à la Coupe du monde 1978 en Argentine. Lors de la saison 1976-77, Varady avait reçu le Soulier d'argent de deuxième meilleur buteur européen après avoir marqué 36 buts avec son club, le Vasas Budapest." Source : lefigaro.fr

jeudi 23 janvier 2014

Documentaires sur le quartier juif de Budapest 28 février à 20h Institut hongrois

Institut hongrois 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Informations : accueil@instituthongrois.fr
+33 1 43 26 06 44


Projection de documentaires réalisés par István Jávor sur la vie du quartier juif de Budapest.
Negyedem, negyeded (Mon quartier, ton quartier) 53' VOST anglais
Mesék a Zsidó negyedből (Contes du quartier juif) 35' VOST anglais
Bűvös város(Ville magique) 15' VOST anglais
Entrée libre

Hungary is the first European country to host an international wheelchair rugby tournament

"Budapest will be the first European venue for a wheelchair rugby tournament from January 22-25. The “Maximus Project” tournament will also be the Hungarian team’s first major domestic challenge. The six-country tournament is co-sponsored by the Ministry for Human Affairs." La suite sur kormany.hu

Des comités olympiques reçoivent des menaces, canular dit le CIO

"Cinq comités nationaux olympiques -allemand, italien, hongrois, slovène et slovaque- ont reçu mercredi des menaces, à deux semaines de l'ouverture des Jeux d'hiver de Sotchi, mais le CIO a parlé d'un canular.
Les djihadistes du Caucase se sont engagés à commettre des attentats pendant les Jeux de Sotchi, en Crimée, qui s'ouvrent le 7 février. Le mois dernier, des attentats suicides ont fait 34 morts à Volgograd, dans le sud de la Russie." La suite sur lepoint.fr

Le Sziget Festival dévoile ses têtes d'affiche

"Le festival de Budapest, qui aura lieu en août, vient de lever le voile sur quelques noms qui composeront sa programmation.
Queens Of The Stone Age, Calvin Harris, Placebo, Stromae, Imagine Dragons, les Klaxons ou encore Bastille sont les premiers noms qui ont été dévoilés pour la programmation du Sziget Festival. L'événement musical prendra place, comme tous les ans, sur l'île d'Obudai, au coeur de la ville de Budapest, en Hongrie. Cette année, le fondateur et organisateur du festival, Károly Gerendai, a décalé les concerts d'une semaine, soit du 11 au 18 août, afin de "proposer de meilleurs noms" en misant sur la disponibilité des artistes internationaux." La suite sur musicactu.com

Plusieurs comités olympiques menacés

"Plusieurs comités olympiques auraient fait l’objet de menaces terroristes les dissuadant de se rendre aux Jeux olympiques d’hiver de Sotchi.
Zsolt Borkai, le président du Comité olympique hongrois (MOB), a déclaré ce mercredi que son pays avait reçu une «menace terroriste» afin de le dissuader d’envoyer une délégation aux Jeux olympiques d’hiver de Sotchi. L’avertissement a été reçu sous la forme d’un courriel intimidant expliquant qu’il «vaudrait mieux que la délégation hongroise reste chez elle.» Selon le dirigeant, de tels messages doivent «être pris au sérieux en tant que menace terroriste.» La suite sur lefigaro.fr

mercredi 22 janvier 2014

Programme de l'Institut hongrois de janvier à mars 2014 !

La plaquette du programme de l'Institut hongrois de janvier à mars 2014 peut être téléchargée ici => Programme

Hongrie / Eco : la Banque centrale abaisse encore son taux directeur !

"La Banque centrale hongroise vient d'abaisser pour la 18ème fois consécutive son taux directeur ! La Magyar Nemzeti Bank a en effet réduit il y a quelques instants son principal taux de 15 points de base à 2,85%. Le consensus tablait plutôt sur une baisse de 10 points de base. Le taux directeur se trouvait à 5,5% en début d'année 2013." Source : boursier.com

L’Autriche proteste contre l’« expropriation » de ses agriculteurs en Hongrie

"Furieux. Le mot est faible pour décrire l'état d'esprit du ministre autrichien de l'agriculture, Andrä Rupprechter, lorsque son homologue hongrois Sandor Fazekas a refusé, par deux fois, de discuter avec lui des expropriations de paysans autrichiens en Hongrie. Cette querelle dépasse le cadre bilatéral et pose le problème du respect des règles de l'Union européenne.
« C'est inimaginable ! On ne peut pas traiter de cette façon ses partenaires européens », a réagi M. Rupprechter, lundi 20 janvier, à Vienne. Aux médias hongrois, M. Fazekas venait d'expliquer qu'il ne voyait aucune nécessité de rencontrer le dirigeant autrichien, la Hongrie étant libre de modeler son droit foncier." La suite sur lemonde.fr (version payante)

Un des lecteurs du blog, Zsombo Gal (voir les commentaires), me signale l'article suivant en hongrois développant un point de vue contraire :
Erdemes azert elolvasni egy rendes tanulmanyt:
http://www.agrarszektor.hu/foldpiac/elemzesek/igy_trukkoztek_az_osztrakok_a_magyar_foldeken.3492.html

Hongrie : la communauté juive pourrait boycotter les commémorations de la Shoah

"Depuis son arrivée au pouvoir en 2010, Viktor Orban (photo) et son parti Fidesz ont été souvent accusés d'encourager tacitement le souvenir de l'autocrate Miklos Horthy, homme fort de la Hongrie de 1920 à 1944, qui fit en son temps allégeance aux nazis.
La communauté juive hongroise, qui accuse le gouvernement de blanchir la Hongrie de ses responsabilités dans la Shoah, pourrait boycotter les commémorations de la tragédie prévues cette année, a déclaré mardi un responsable.
«Il y a une limite, et si elle était franchie par les événements officiels, cela forcerait les organisations juives à retirer leur participation», a affirmé à des journalistes Andras Heisler, président de Mazsihisz, la première organisation communautaire du pays." La suite sur lapresse.ca

Présence de Sándor Ferenczi

« Présence de Sándor Ferenczi »: le fameux psychanalyste hongrois sera mis à l’honneur au cours des journées internationales organisées par la revue Le Coq Héron – éditée par les éditions Érès –, les 8 et 9 mars prochains.  Des psychanalystes français, espagnols, italiens et québécois entendent « développer une meilleure connaissance théorique de la clinique de Ferenczi ».
Salle Notre-Dame, 92bis, boulevard du Montparnasse 75014 Paris
Consulter le programme et télécharger le bulletin d’inscription
Source : entrevues.org

mardi 21 janvier 2014

Cinq raisons d'aller à Budapest

"Des expositions aux bains de vapeur nourris par une multitude de sources thermales, Budapest offre un éventail d'activités.
Cet hiver, la capitale de Hongrie met les petits plats dans les grands. Offres spéciales aux visiteurs, expos, animations et fêtes. Inutile de résister, décollage immédiat." La suite sur lefigaro.fr

South Stream: l'UE donne son feu vert au gazoduc

"La Commission européenne et la Russie cherchent ensemble une solution concernant le projet de gazoduc South Stream, sans revoir les accords intergouvernementaux signés avec les futurs pays de transit, écrit lundi le quotidien Vedomosti.
Cette information a été annoncée par les représentants du ministère russe de l'Energie et le commissaire européen à l'Energie Günther Oettinger." La suite sur ria.ru

Rosatom continuera à construire la Centrale nucléaire en Hongrie

"La Russie et la Hongrie ont signé un accord sur l’utilisation de l’énergie nucléaire à des fins pacifiques. Rosatom va construire deux nouvelles unités pour la Centrale nucléaire de Paks. Le projet était convoité par des concurrents français et américains, mais les hongrois ont préféré les réacteurs russes qu’ils connaissaient déjà.
Le document a été signé du côté russe par le directeur général de Rosatom, Sergueï Kirienko et du côté hongrois par la ministre du développement national, Zsuzsanna Nemeth Laslone." La suite sur larussiedaujourdhui.fr

La Hongrie aux urnes le 6 avril

"La Hongrie se prépare à une rude bataille en vue des législatives du 6 avril.
Le président a annoncé ce week-end la date des élections, les premières à se tenir depuis la réforme électorale de janvier 2013 concoctée par le Premier ministre Victor Orban. Un seul tour de scrutin désormais, 199 députés à élire au lieu de 386… Au pouvoir depuis 2010, le chef du gouvernement conservateur et son parti Fidesz sont donnés grands favoris avec 47% à 52% des intentions de vote. L’une des grosses questions sera de savoir s’il gardera la majorité des deux tiers qui lui confère tout pouvoir depuis 4 ans." La suite sur euronews.com

lundi 20 janvier 2014

dimanche 19 janvier 2014

Photo hongroise d'Alain Dodeler : le puli et le coupeur de jonc

dans mes années hortobagyiennes du siècle dernier
ma participation à l'alkototabor de février mars,
me donnait le temps, à moi le citadin, de déambuler
dans cette plaine nommée Puzta et parfois d'y croiser
ces gens qui y vivaient et y travaillaient.
Ce jour là je me baladais le long d'un petit lac et
regardais ces coupeurs de joncs qui profitaient
du gel pour faucher les roseaux et préparer ces petits paquets
en faisant ces cabanes qui deviendront plus tard
toitures pour maisons.
Le puli du monsieur m'avait accueilli gentiment
pendant mes prises de vues, et là repartait à la maison
en suivant le vélo du monsieur.
Je retrouvais le monsieur et le chien quelques minutes plus tard
au fogado, le bistrot du coin, et du coup ben, je lui payais une bonne palinka,
qui en amena bien d'autres avec les collègues du monsieur.
Comme quoi on peut beaucoup boire, sans parler le hongrois,
dans la Hongrie profonde.
J'habitais juste au dessus heureusement...

le alain batchi

Le site d'Alain Dodeler : alain-dodeler.fr

Nucléaire : succès majeur de Moscou en Hongrie

"La Russie a remporté un succès majeur sur l'échiquier européen de l'énergie, avec la signature, annoncée mardi 14 janvier, d'un accord pour doubler, d'ici à 2023, la capacité de la centrale nucléaire de Paks, en Hongrie, grâce à une ligne de financement de 11 milliards d'euros consentie par Moscou.
Le géant russe de l'énergie nucléaire, Rosatom, doit ajouter deux réacteurs, de 1 200 mégawatts chacun, à cette centrale située sur le Danube, au sud de Budapest, qui fournit plus de 40 % de l'électricité du pays. Construite dans les années 1970 avec une technologie soviétique, elle est jugée aujourd'hui très sûre par l'Agence internationale pour l'énergie atomique, l'AIEA." La suite sur lemonde.fr

Dublin et Budapest mettent fin à 14 ans d’affaire Tobin

"Quatre jours : c’est le temps qu’aura passé le chauffard irlandais Ciaran Tobin dans une cellule hongroise. Budapest a tenu parole : il a été escorté vers son pays où il finira de purger sa peine.
La justice hongroise l’avait condamné par contumace en 2002 à trois ans de prison, ramenés en appel à 18 mois, pour excès de vitesse ayant entraîné la mort." La suite sur euronews.com

Hongrie: les élections législatives auront lieu le 6 avril

"Le président hongrois Janos Ader a indiqué samedi à Budapest avoir choisi le 6 avril pour tenir les prochaines élections législatives, dont le favori est l'actuel chef de gouvernement Viktor Orban."Je désigne le 6 avril comme date officielle des élections législatives", a indiqué le président dans un communiqué, précisant qu'il avait choisi la date la plus proche possible pour permettre au pays d'avoir un nouveau gouvernement aussi vite que possible." La suite sur dhnet.be

Le russe Rosatom va doubler la capacité d’une centrale nucléaire hongroise

"Mardi 14 janvier, Moscou a annoncé avoir signé un accord portant sur le doublement de la capacité de la centrale nucléaire hongroise de Paks, d’ici à 2023. Un deuxième contrat conclu en l’espace de quelques jours pour Rosatom, après celui de fin décembre passé avec la Finlande." La suite sur lenergeek.com

samedi 18 janvier 2014

Démangeaisons extimistes par Flora

Le mot “extime” n'est pas nouveau: ce néologisme a été conçu, sans doute par Lacan, pour l'opposer à “l'intime”. Il signifie le fait d'exposer à l'extérieur ce qui est de la sphère intime.
Avec la révolution informatique, des réseaux sociaux qui nous englobent dans leur Toile irrésistible, nous avons, certes, la liberté de dévoiler ou non cette intimité, en montrer la parcelle que nous souhaitons.
Pourtant, nous constatons une véritable explosion de l'étalage fugace et planétaire des existences inconnues. Et qui le resteront probablement, malgré les images, les selfies narcissiques, momentanés et sans intérêt, sauf peut-être pour la poignée de connaissances réelles parmi les milliers “d'amis” dont on espère qu'ils apposeront leur “like” fugitif sur la publication...
Pourquoi cette démangeaison frénétique? Images souvent truquées de pauvres bêtes tournées en ridicule, appelées à provoquer l'hilarité de bas de gamme, grimaces ou regard pénétrant, supposé inspiré, de l'auteur d'un autoportrait devant la glace de sa salle de bain, voire plus intime encore, n'apportent qu'une existence plus qu'éphémère...
Faut-il vivre une grande solitude, un vide sidéral pour espérer le combler de cette façon...
Quelle différence, après tout, avec les poètes et écrivains qui puisent souvent l'inspiration dans leur propre vie, dissimulée ou non sous le voile bienveillant de la fiction?
Justement, il faut de la matière première pour puiser dans la profondeur d'une mine et la remonter à la surface. Un intérieur riche peut donner naissance à une extimité qui tend à l'universel.
Contrairement aux tentatives désespérées de se créer à l'extérieur, afin de colmater un vide intérieur.
Rozsa Millet
mes blogs (cliquer):

Un Mayennais crée son entreprise en Hongrie

"En 2011, Julien Thomas a quitté Rennes pour Budapest. Depuis, cet ingénieur informaticien de 29 ans, originaire de Changé, a créé sa propre entreprise en terre magyare.
Un bac S mention bien. Un diplôme d'ingénieur de l'Institut national des sciences appliquées de Rennes. Un doctorat spécialisé dans la sécurité des flux informatiques. Avec un tel bagage, Julien Thomas aurait pu aisément se reposer sur ses lauriers scolaires et exercer dans l'Hexagone. Mais, à peine sorti de l'université, il fait un choix : partir vers l'Est. À plus de 1 800 km de Laval." La suite sur ouest-france.fr

vendredi 17 janvier 2014

A Budapest, les sans-abris qui dorment dehors payent des amendes !

"Ils n’ont pas assez d’argent pour se payer un toit et ce n’est pas prêt de changer ! A Budapest, en Hongrie, le parti populiste s’en prend aux SDF, leur imposant une amende de 500 euros s’ils sont surpris à dormir dans la rue. Et ce, quitte à changer la Constitution.
A Budapest, les sans domicile fixe sont considérés comme des délinquants." La suite sur marieclaire.fr

La Hongrie confirme son attachement à South Stream

"La Hongrie est disposée à remplir tous ses engagements dans le cadre du projet South Stream. Le premier ministre hongrois Viktor Orban l'a déclaré à l'issue des négociations avec le président de Russie Vladimir Poutine.
Sur ces entrefaites, la Commission européenne continue d'insister sur la révision des accords intergouvernementaux signés par la Russie avec tout une série de pays européens pour construire le gazoduc." La suite sur ruvr.ru

jeudi 16 janvier 2014

L'Église réformée de Hongrie réagit à l'érection d'une statue de Horthy dans une église calviniste au centre de Budapest

"Inauguration malencontreuse d'une statue de Horthy, l’ancien chef de l’État hongrois, collaborateur d’Hitler, dans l’enceinte d’une église calviniste à Budapest le 3 novembre 2013.
Le District  dénommé « Proche (ou près) du Danube » de l’Église réformée de Hongrie a engagé une procédure disciplinaire en vue de destituer le pasteur Loránt Hegedüs, membre du parti neonazi « Jobbik », organisateur de l’inauguration de la statue de Horthy dans l’Eglise calviniste de la place Szabadsàg de Budapest le 3 novembre 2013.
Le Tribunal du district dans un premier temps a refusé de prendre cette requête en considération invoquant « la partialité ». Le Conseiller Juridique en fonction depuis 23 ans, chargé de la requête en destitution a démissionné à la suite de ce refus.
Ultérieurement le juge qui a invoqué l’argument de la « partialité » a lui-même démissionné et la procédure a pu reprendre."
Lire un article en hongrois sur le sujet dans reformatus.hu 

La Fondation Heydar Aliyev va construire le nouveau bâtiment du centre couvrant le pensionnat, l’école maternelle et élémentaire pour les enfants aveugles à Budapest

"La Fondation Heydar Aliyev continue de fonctionner avec succès dans le cadre de la coopération internationale.
La Fondation a confié à l’APA que l'un des projets humanitaires sera mis en œuvre en Hongrie. La Fondation va construire le nouveau bâtiment du centre couvrant le pensionnat, l’école maternelle et élémentaire pour les enfants aveugles à Budapest." La suite sur apa.az

Russie-Hongrie : développement du partenariat énergétique

"La visite de travail à Moscou du premier ministre hongrois Viktor Orban qui commence le 14 janvier, est le premier événement revêtant une portée aussi importante dans le contexte des relations bilatérales et dans celui, plus large, des relations russo-européennes en ce début de 2014. Elle peut également impulser une certaine révision de la politique de l’UE et de ses pays membres concernant Moscou." La suite sur ruvr.ru

mercredi 15 janvier 2014

Endre Rozsda - Le temps retrouvé - Rétrospective à la Galerie nationale hongroise pour son centenaire



http://www.rozsda.com/videos/rfi/
la Galerie Nationale Hongroise de Budapest
présente une rétrospective de l'artiste
à l’occasion du centenaire de sa naissance.

ROZSDA, LE TEMPS RETROUVE
DU 18 NOVEMBRE 2013 AU 2 MARS 2014

www.rozsda.com

Viktor Orbán meets Vladimir Putin in Moscow

Communiqué de l'Ambassade de Hongrie en France
Prime Minister Viktor Orbán paid a working visit to Moscow to hold talks with Russian President Vladimir Putin on Tuesday.
The two parties expressed their appreciation for the advancement of bilateral relations in areas including the economy and inter-parliamentary cooperation, adding that a number of documents prepared for signature will contribute to the further development of Hungarian-Russian relations.
Viktor Orbán confirmed that Russia is Hungary's most important partner outside the European Union and noted that as a result of earlier agreements, Hungarian-Russian trade has developed at an unprecedented rate.
Today, a cooperation agreement was concluded between the two countries on the peaceful use of nuclear power. The document was signed by Minister for National Development Zsuzsa Németh and Sergey Kiriyenko, President of the Russian State Nuclear Energy Corporation Rosatom.
According to the agreement, Russia will be involved in maintaining the current capacity of the Paks Nuclear Power Plant by providing a loan to Hungary for the construction of two new blocks to replace the plant's outdated ones.
The agreement, as stated earlier by Government Spokesperson András Giró-Szász, will now go before the National Assembly.
Meanwhile in Budapest, Minister of State heading the Prime Minister's Office János Lázár said that the Russian loan for the EUR 10-12 billion investment would be provided for a 30-year term, and the first new block would be put into commission in 2023. He also stressed that the power plant will remain Hungarian property.
14 January 2014

L'incroyable design d'un Spar hongrois

"En Hongrie, l'enseigne Spar a ouvert un point de vente au design étonnant à Budapest, la capitale. Sur 2000 m², ce supermarché est agencé selon trois parcours client, plus ou moins rapides. Tous les univers sont balisés à l'aide d'un travail incroyable sur les plafonds et les éclairages, pour une ambiance unique.
Ce supermarché si particulier a été ouvert en septembre 2013, dans le centre MOM Park Shopping. Afin de séduire la clientèle aisée du quartier, Spar s'est adjoint les services de LAB5, un cabinet d'architectes hongrois, et s'est lâché sur la déco." La suite sur lineaires.com

Transavia ouvrira 17 nouvelles lignes cet été

"Transavia.com s’adresse principalement à un public loisirs. Néanmoins, son programme offre parfois des alternatives intéressantes aux voyageurs d’affaires. Parmi les 17 nouvelles lignes de sa saison été 2014, elle relie Paris Orly à Rome, Prague, Budapest ou Istanbul." La suite sur deplacementspro.com

A Budapest, 500 euros d'amende pour les SDF qui dorment dans la rue

« Avec quoi vous voulez qu'on paye nos amendes ?»
Interview
Depuis 2010, le parti populiste au pouvoir en Hongrie s’en prend aux sans-abris. Pour que la loi qui interdit aux SDF d’être dans la rue ne soit pas jugée inconstitutionnelle, le pouvoir a… fait changer la constitution, raconte Attila, sans-abri.
Budapest – Mi-2013, à Budapest, StreetPress avait rencontré Attila, un sdf de 53 ans. On s’était posé au dessus du bar Dürer Kert, en face du grand parc de la ville, on avait parlé de sa vie, et aussi de la loi qui prévoit d’envoyer en prison les sans-abris qui dorment dans la rue.
Et puis l’interview avait traîné dans notre dictaphone, jusqu’à ce qu’on nous rappelle qu’à Budapest, c’était toujours la merde pour les SDF. Et que c’était même devenu pire depuis qu’on était partis." La suite sur streetpress.com

Le Premier ministre hongrois, un partenaire fiable pour la Russie

Selon le service de presse du président de la Russie, le Premier ministre de la Hongrie a brièvement rendu visite à Moscou le 13 janvier sur l’invitation de Vladimir Poutine. Lors des entretiens, les deux présidents ont discuté de « l’état et des perspectives des relations bilatérales, mais aussi des mesures visant à améliorer le commerce mutuel et la coopération économique russo-hongroise. »
 En Europe, le chef du gouvernement hongrois est considéré comme un partenaire « peu commode ». Lire la suite sur ruvr.ru

Energie et Environnement Viktor Orban rencontre Poutine pour parler nucléaire

"Le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, est reçu mardi par le président russe Vladimir Poutine pour des entretiens qui devraient notamment porter sur l'ajout de nouveaux réacteurs à la seule centrale nucléaire du pays.
Le Kremlin a indiqué dans un communiqué que les deux parties "discutaient en détail" d'une coopération pour augmenter les capacités de la centrale de Paks." La suite sur lesechos.fr

Nucléaire: renforcer la sécurité énergétique de la Hongrie (Poutine)

"La construction de deux réacteurs nucléaires supplémentaires à la centrale de Paks augmentera la sécurité énergétique de la Hongrie, a annoncé mardi à Moscou le président russe Vladimir Poutine au terme d'une rencontre avec le premier ministre hongrois Viktor Orban." La suite sur ria.ru

Hongrie: l'alliance des partis d'oppositions n'inquiète pas le populaire Orban

"Par Florence La Bruyère
En Hongrie, les partis d'opposition vont former une alliance en vue des élections législatives qui doivent avoir lieu dans trois mois. Cette union va-t-elle donner plus de chances à l'opposition face au Premier ministre, Viktor Orban ? Peu probable, car le dirigeant populiste affiche d'excellents indicateurs économiques." La suite sur rfi.fr